img Les exigences d'un milliardaire impuissant  /  Chapitre 17 Une famille de psychopathes  | 34.00%
Télécharger l'appli
Historique
Chapitre 17 Une famille de psychopathes
Nombre de mots : 1606    |    Mis à jour : 09/07/2021

Hier j'avais allumé finalement la lumière, sans oublier que ma belle-mère m’avait tellement critiqué jusqu’à ce que je m’étais endormie. Je dois quand même avouer que sa voix est sorte de berceuse.

Actuellement je suis toujours allongée sur le lit or je sais pertinemment qu’il fait jour. Je suis un peu solitaire aujourd’hui car ça fait exactement un mois que Jorik est parti et je n’ai vraiment plus personne à embêter, une personne à qui donner des maux de tête. Difficilement, je me suis finalement levée, pour me brosser les dents et prendre mon bain matinal. J’étais toujours dans la douche quand j’entends soudainement des cris et des pas dans ma chambre. Je voulais prendre une serviette pour sortir, tout en ouvrant la porte de la douche quand tout à coup ma belle-mère et sa fille rentrent dans ma douche : Mon Dieu ! j’étais encore nue.

« Tout ça juste pour une coquille ! Mon frère est aveugle. Il n’est pas là pour te protéger aujourd’hui», dit ma belle sœur

Sans réponse, j’ai vite saisi la serviette. Je n’avais pas du tout honte tout simplement parce que ma mère m’a appris à accepter les choses telles qu’elles se passent quand je vois que je n’ai plus d'issues possibles.

« Pourtant on m’avait dit que des perverses n’existaient pas dans ce quartier, mais là apparemment on dirait bien qu’elles vivent avec moi », dis-je fièrement.

« C’est de nous que tu parles, tu vas voir », dit ma belle mère

Elle s’approche de moi dangereusement et je riais seulement.

« Genre vous vous croyez à Hollywood ou quoi ? »

Elles s’approchent toujours et je les attends impatiemment, mais au même moment, j’entends d’autres pas venant vers ma chambre. Je ne sais vraiment pas qui ça pouvait être mais comme j’aime jouer alors jouons.

« Belle-mère je vous en supplie ne me faites pas de mal. Je laisserai votre fils en paix »

Elles ne comprenaient rien, jusqu’au moment où la porte de ma porte s’est ouverte. Toutes les deux sortent en courant de ma douche. Moi je me suis dite que c’est sûrement Jorik qui est revenu, mais la manière dont je n’entendais plus aucun bruit me laissait perplexe car si c’était lui sa mère aurait été contente en parlant et criant, même si lui se mettrait en colère : pourtant actuellement c’est le silence. Un peu apeurée, je décide de sortir aussi en pyjama : je ne pouvais pas sortir en serviette. Quelle ne fut pas ma surprise de voir ma belle-mère et sa fille agenouillées dans ma chambre seules.

« Vous n’êtes même pas courageuses. Levez vous c’est vraiment agaçant. », dis-je en me moquant d’elles croyant que c’est le fait que ça pouvait être Jorik qui leur fait peur.

Malgré mes dits, elles ne bougent pas et la porte de ma chambre s’ouvre à nouveau. Mon regard croisent celui d’un homme. Mon Dieu ! On dirait Hulk tellement il est grand et costaud. Il a une mine vraiment froide, qui fait froid au dos. Il est vraiment beau. Mais attendez un peu on dirait une version ancienne de Jorik. Donc c’est peut-être… son père ?

« Bonsoir Monsieur… »

« Tais toi et assieds-toi »

Je confirme c’est son père. Aussi beau que ringard. Je prends place sans le contredire il ne faut quand même pas que je me fasse taper par mon beau père.

« Clarisse, je t’avais dit de rester loin de Jorik oui ou non ? », dit-il à sa femme

« Oui, mais je… »

« Et tu fais quoi ici ? »

« Je voulais que… »

« Tu désobéis à mes ordres c’est ça ? »

« Non, je n'oserai ja… »

« La ferme »

« Mais… »

« Sors et attends moi dans la voiture »

Elle se lève et sort presque en courant. Il doit vraiment être méchant pour qu’elles aient autant peur de lui. Maintenant il s’est retourné vers sa fille.

« Laina, ma fille, fais vraiment attention à ce que tu fais. Tu me connais assez bien, très bien même »

« Oui père »

« Tu attends quoi encore dans cette chambre ? »

Elle file on aurait dit Super Sonic. Le père aussi exagère un peu, il n’a même pas laissé à la mère l’opportunité de terminer une seule phrase. C’est vrai qu’elle le méritait un peu, mais le Monsieur est comme un rempart. My Goodness ! Eh Jorik ! Tu m’as entraîné dans ta famille de débile. Cette famille a vraiment un problème mental au degré extrême. Tel père tel fils. C’est peut-être à cause de lui que Jorik est impuissant car à voir déjà sa tête rien ne garantit que les spermatozoïdes qu’il a donné ne sont pas aussi pingre que sa face et la conséquence est : naissance d’un enfant impuissant. Tout ça je le disais intérieurement.

« Mon fils avec ses choix vraiment ! Et voilà celle-ci qui bave encore », dit mon beau-père

C’est en ce moment que j’ai vraiment réalisé que je bavais pendant que j’étais suspendue dans mes pensées.

« Désolée, je ne… »

« Tu t’appelles comment ? », me coupe t-il

« Je ne savais pas que je bavais. Je m’appelle Athéna », dis-je et oui j’ai fini ma phrase qu’il avait coupé. J’aime trop mes mots moi et je n’ai pas fréquenté pour finalement être coupée quand je parle.

Il m’a bien analysé avec un regard un peu étonné.

« Comment se fait t-il que tu… », dit-il avant que je ne le coupe aussi

« Désolée Monsieur, je dois me changer », dis-je

« Mais tu es déjà en … », dit-il

« Ouf ! on dirait que j’ai soif, j’irai chercher de l’eau. », lui coupai-je aussi

Il était devenu tout rouge de colère, je me demande même pourquoi alors que je lui paie seulement ce qu’il faisait. Je peux vite deviner qu’il déteste être coupé quand il parle alors qu’il le fait pourtant aux gens. Pour tester s’il avait compris ce que je voulais dire.

« Monsieur merci pour avoir pris ma défense. C’était un vrai plaisir pour moi de vous avoir rencontré »

À mon plus profond étonnement, il ne m’a plus coupé la parole au contraire, il a seulement soulevé sa main droite et est sorti directement : il avait compris

À travers la fenêtre, je l’ai vu quitté la demeure en colère et sa femme et fille l’attendaient déjà dans la voiture. Je décide alors de descendre avec hâte et je les entends parler.

« Mais comment tu as su… », commence ma belle mère

« Jorik m’a appelé. Tu aurais dû t’éloigner de sa vie sachant pertinemment que tu es à la base de tous ses problèmes»

« Il n’a pas… »

« Tu la fermes ou tu sors et gare à toi si j’arrive à la maison avant toi »

« Tu n’oseras pas », dit-elle

Il n’a plus parlé. Il est juste venu du côté passager pour la mettre dehors et il est parti seulement avec sa fille. Ma belle mère arrête très vite un taxi et lui demande de suivre la voiture de son mari et de le dépasser même.

Moi j’étais très surprise de la scène. Je confirme qu’il est plus fou que son fils, mais une chose est sûre : si Jorik était à cent pour cent comme son père, même s’il était puissant sexuellement, j’allais le castrer sans regret.

Après avoir disparu de mon champ de vision, je suis entrée pour téléphoner à Jorik.

« Jorik !Jorik ! Pourquoi ne m’as-tu pas informé d’une chose aussi capitale ? »

« Quoi ? »

« Que vous êtes une famille de psychopathes. »

« Athéna ! Ma mère est partie ? »

« Oui oh grâce à l’aide d’un homme aussi arrogant que toi »

« C’est de mon père tu parles là ! »

« Ton père est vraiment énervant crois-moi. Il a failli croire que j’étais née “sous ” son étoile, mais je l’ai très vite remis sur terre. Il est parti très énervé »

« Athéna ! Qu’as-tu fait vraiment ? »

« Moi je ne fais jamais rien de grave »

« Mon père est la seule personne normale dans ma famille », dit-il

« Chacun a sa définition du mot “normal ” »

« Toi vraiment, je ne sais vraiment quoi faire de toi »

Je voulais lui répondre quand une phrase attire mon intention.

« Nous pouvons commencer le massage. », dit une femme à côté de Jorik au bout du fil.

« Donc maintenant tu te fais masser le pénis quoi ? »

« Non, ce n’est pas ce que tu crois »

« Tu es partie pour un examen et traitement pour redresser le pénis d’où même si tu te fais masser ça ne fait rien »

« Tu es jalouse ? »

« Pas encore »

« Tu n’as même pas besoin de l’être car c’est juste un massage du dos. »

« Tu as oublié une chose très importante : ton corps ne t’appartient plus, il m’appartient d’où normalement, tu devais me demander la permission pour te faire masser. »

« Athéna laisse moi tranquille, la dame à côté de moi rit aussi », dit-il

Je lui raccroche au nez. Moi je t’appelle et toi tu me parles d’une dame ! Puff imbécile. Qui sait peut-être il n’est pas aussi impuissant qu’il le fait croire, quel con et même s’il l’était vraiment, les plus infidèles sont des Hommes avec des maux.

S’il revient, il va me sentir…

—— Chapitre bloqué ——
Télécharger l'appli pour lire la suite
Précédent              Suivant
img
Table des matières
Chapitre 1 Je suis occupée Chapitre 2 Elle ne cède pas Chapitre 3 La demande en mariage Chapitre 4 Où dormirai je Chapitre 5 Elle te donne autant de chaleur que ça Chapitre 6 Dégage devant moi
Chapitre 7 Elle est dingo
Chapitre 8 Un putain de jalousie l’anime
Chapitre 9 Même endormi, il délire
Chapitre 10 L'exception à la règle
Chapitre 11 Je suis vierge
Chapitre 12 Quand Athéna est sérieuse
Chapitre 13 Quand les liens se renforcent
Chapitre 14 Ma belle mère
Chapitre 15 Le client insolent
Chapitre 16 Il a peut-être des couilles
Chapitre 17 Une famille de psychopathes
Chapitre 18 Je ne suis pas mariée en tant que telle
Chapitre 19 Au nom de la vérité
Chapitre 20 Le commencement des problèmes
Chapitre 21 Ton corps est mon temple
Chapitre 22 La tristesse derrière le masque
Chapitre 23 Athéna ! Athéna !
Chapitre 24 Tu voulais du sexe
Chapitre 25 OÙ EST ATHÉNA
Chapitre 26 Mourir ou vivre
Chapitre 27 À relire!!!
Chapitre 28 Quand l'intelligence domine...
Chapitre 29 Elle voulait que sa douleur diminue
Chapitre 30 C’est à cause de madame
Chapitre 31 Donc le bébé est encore en vie
Chapitre 32 Tu deviens mon adversaire.
Chapitre 33 Tu aurais dû m’arrêter
Chapitre 34 La demande d'Athéna
Chapitre 35 Ne te justifie pas
Chapitre 36 Madame Bianca
Chapitre 37 Les problèmes commencent
Chapitre 38 Maintenant vous le saviez.
Chapitre 39 La décision de Roméo
Chapitre 40 Elles doivent vivre ensemble
Chapitre 41 Lui!!!
Chapitre 42 Clarisse et son fils.
Chapitre 43 La petite amie de Roméo
Chapitre 44 Travis, cuisinier
Chapitre 45 Roméo
Chapitre 46 Que cache Clarisse
Chapitre 47 Athèna et la danse, une histoire d'amour
Chapitre 48 Roméo aux bouts des limites
Chapitre 49 L'accouchement d'Athéna
Chapitre 50 Quand la sympathie prend le dessus
img
  /  1
img
img
img
img