img Les exigences d'un milliardaire impuissant  /  Chapitre 33 Tu aurais dû m’arrêter  | 66.00%
Télécharger l'appli
Historique
Chapitre 33 Tu aurais dû m’arrêter
Nombre de mots : 3572    |    Mis à jour : 19/10/2021

Dans la voiture, Roméo ne parlait pas du tout, il manipulait son téléphone seulement sans jeter même un seul coup d’œil à Athèna. Il lui en veut beaucoup trop car elle se fait trop de mal sans le savoir et de plus c’est comme si elle s’en fout de sa grossesse et lui en tant que père, il sait bien qu’un enfant, c’est le bonheur, un réconfort. Athéna le fixe sans comprendre comment il a pu savoir qu’elle était chez Jorik.

- Roméo ?

- …

- Roméo ?

- …

- Je sais que tu m’en veux, mais Jorik n’est pas un homme méchant, il m’en veut parce que je ne lui avais pas dit toute la vérité.

- Tu dois savoir qu’une personne qui t’aime vraiment, te connait mieux que toi-même. Il devait savoir que tu ne le trompes pas. Rien qu’en te regardant, toute personne peut sentir ton amour pour lui. La seule chose dont je t’en veux est le fait que tu ne cherches même pas à prendre soin de ta grossesse. Tu ne penses qu’à tes sentiments.

- Tu ne sais absolument rien. Je suis enceinte, j’ai des envies.

- Tu pouvais me demander tout ce que tu veux.

- J’ai envie des choses qui se passent seulement dans les couples.

- Je te dis que tu peux tout me demander.

- Donc tu accepteras de me faire l’amour ?

Roméo avale sa salive de travers et enleve sa cravate. Il ne savait pas que ce sont des envies bizarres du genre qu’elle avait.

- Ne reste pas silencieux, tu accepterais ?, demande de nouveau Athéna

- Non

- Voilà ! Et de plus il est mon mari, tu dois le comprendre. Merci pour tout ce que tu as fait pour moi, mais n’oublie pas que je suis libre de faire ce que je veux de mon bébé.

- Ok. Arrête la voiture, crie Roméo sur son chauffeur

- Monsieur, c’est fait.

- Athéna, sors ! dit-il très en colère

Très en colère, elle sort de la voiture, claque la porte et se met à marcher toute seule sur la voie. Roméo n’a même pas bronché et a juste dit à son chauffeur de continuer la route seulement. Athéna parlait seule et elle réalise que seulement hyper tard qu’elle est sur une voie qui lui est totalement inconnue et très isolée : quartier des solitaires. Elle marche pendant très longtemps pour enfin trouver une petite maison à sa gauche, presque une porcherie on aurait dit que c’était abandonné depuis des années. Elle s’approche et remarque qu’il y’avait une famille qui y vit. Elle se sent tout d’un coup chanceuse car sans Roméo, sa vie aurait été pareille car elle n'a informé personne de ce qui lui arrive actuellement. Elle met alors son égo de côté et téléphone.

- Donc tu es vraiment parti en me laissant seule dans un endroit inconnu ?, dit-elle à son interlocuteur

- Tu es très énervante quand tu parles de Jorik tout le temps comme si toi-même tu n’a pas de vie. L’amour c’est bien, mais n’exagère pas non plus car si toutes les femmes amoureuses agissaient comme toi, le monde allait devenir très niais et ennuyant, dit Roméo

- Dis en même temps que tu me trouves niaise

- Je …

- Je ne savais pas que tu me voyais si inutile que ça, dit-elle

- Dis moi ce que tu veux franchement je ne suis pas d’humeur,dit Roméo

- Euh tu peux venir me chercher, se plaint t-elle

- Avance juste un peu, je ne suis pas loin, confirme t-il

Elle était vraiment étonnée car c’est ce qui veut dire qu’il la surveillait en quelque sorte.

- Donc tu m’attendais ? Et si j’étais mort en cours de route ? Et si j’avais fait un accident ?lui crie-t-elle au téléphone

Elle n’avait même pas fini qu’il lui raccroche au nez. Elle ne l’avait jamais senti si énervé comme ça et décide de continuer sa marche lentement et pas à pas. À seulement 30m, elle voit Roméo debout sans voiture d’où c’était la déception totale.

- Mais où est ta voiture ?, demande t-elle agacée

- J’ai téléphoné au docteur et il a dit que marcher même si c’est pendant toute une journée te fera du bien car tu as fait des semaines sans vraiment bouger. Je voulais venir te donner l’information dans ta chambre et j’ai remarqué que tu n’y étais pas. Pas trop difficile à deviner que tu voulais rejoindre Jorik et je savais pertinemment que les choses ne se passeront pas comme prévu d’où j’étais venu te chercher, dit-il en serrant les doigts

- Je suis vraiment désolée de te donner du fil à retords, dit-elle sérieusement en s’approchant plus de lui

- Même quand tu es sérieuse, on aurait dit un enfant de 2 ans, dit-il tout bas

- Je sais que je suis très belle, se complimente-t-elle

- Grincheuse oui !, dit-il

Elle boude et il ne la regarde même pas et continue la marche. Elle était obligée de le suivre ainsi. Ils avaient fait plus de deux heures sur la voie et ils sont finalement tombés sur la grande voie plein de monde. Les passantes les regardaient à tour de rôle ou plutôt dire qu’elles sont emportées par le charme de Roméo. Athéna se sentait très petite et en ce moment, elle s’est souvenue que c’était la même chose même avec Jorik. Elle fixait le sol et du moment que Roméo était devant elle, il ne le savait pas du tout.

Elle continuait jusqu’à ce qu’une inconnue vienne lui entrer dedans. C’est son bruit aiguë qui a fait tourner la tête de Roméo qui voit qu’elle est au sol. Il s’approche très inquiet d’elle et la prend dans ses bras.

- Tu vas bien j’espère ?, dit-il en vérifiant son corps

- Elle irait forcément bien face à ce corps d’Apollon auquel elle est collée,dit la femme qui l’avait poussé

Elle était habillé en robe en cuir, pas belle, mais plutôt sexy. Avec un talon bien haut et les lèvres sous forme de cœur. Elle aurait pu être appelée la femme de rêve par n’importe quel homme normal, mais pour Roméo, c’est juste une femme en chaleur qui cherche des moyens pour se faire remarquer.

- Hum…fut la seule réponse d’Athéna qui avait un peu mal au ventre sur le coup.

Roméo est sûr qu’elle a poussé Athéna par exprès et pour confirmer sa pensée, il alimente la discussion.

- Vous ne pouvez pas vous excuser simplement et prendre votre chemin, dit-il en tenant fermement Athéna comme un bébé.

- Si c’est pour contempler un bel homme comme vous sur la voie, je n’hésiterai pas à la pousser à nouveau, dit-elle sans vergogne

Roméo ferme ses poings. Elle a la chance d’être une femme sinon il lui aurait donné une nouvelle gueule. Il décide alors de continuer la marche avec Athéna dans ses bras en laissant la femme.

- Je veux descendre ! La douleur est déjà partie,dit Athèna qui s’agitait

Sans riposter, il la pose au sol et croyait qu’elle voulait simplement marcher, mais à sa grande surprise, elle s’était retournée encore. Il fait pareil aussi, mais son regard tombe sur la même femme qui avait poussé Athèna. Elle n’avait pas du tout bougé au contraire, elle regardait les fesses de Roméo telle une perverse.

- Si vous finissez de regarder les fesses de mon mari, informez-moi, j’ai tout le temps. Si vous voulez, il peut vous rajouter les siennes car à ce que je vois, vous êtes très amie à la levrette. dit Athéna en croisant les bras

- Quelle impolitesse ! Je donne mes doigts à couper que cet homme ne peut pas être votre mari, crie-t-elle

- Criez doucement, on aurait dit que vous êtes en pleine jouissance, genre mes mots vous excitent ?,dit calmement Athéna

- Je…Je…dit la femme qui ne savait plus quoi dire

- Tu veux jouir ?,crie Athéna et tout les passants se retournent pour regarder la femme

Très rouge de colère, elle s’avance pour gifler Athéna et cette dernière la retient avec justesse.

- Apprenez à ne pas vous agiter comme un spermatozoïde, ce n’est pas bon pour votre santé, dit Athéna qui lui lâche la main et part rejoindre Roméo.

La femme ne pouvait plus bouger car les mots d’Athéna résonnaient dans sa tête. Roméo quant à lui n’était pas trop étonné car c’est « Athéna » quand même.

- Tu m’as appelé ton mari !,lui chuchote t-il à l’oreille

- Je ne sais pas si tu peux comprendre ce que ça fait de marcher avec quelqu’un et voir le regard des gens posé sur lui. C’était gênante, dit-elle enfin

- Je suis vraiment désolé. C’est de ma faute. Je n’aurai pas dû te laisser derrière.

- Ne t’en fais pas.

- Et si je te portais jusqu’à la maison pour me faire pardonner ?, propose-t-il

- Non, ce n’est pas du tout nécessaire.

- Nous avons 3h de marche encore. En route !

- 3h ? Euh la proposition est toujours d’actualité ?

- Oui, dit-il en souriant enfin.

C’est en souriant qu’il l’a mise au dos et Athéna était super contente du fait qu’ils s’entendent à nouveau bien.

Du côté de Jorik, après la venue de Roméo, est hors de lui. Après leur départ, il était rentré dans la maison en oubliant Maria dans la voiture. Il était allé directement vers son petit bar et voulait boire. À peine il prend sa bouteille de whisky qu’il sait souvenu de la dernière fois qu’il avait très bu et a failli faire des bêtises. Il referme en même temps la bouteille et passe un appel.

- Je veux que tu me fasses des enquêtes sur Roméo. Je crois que j’ai négligé certains détails de sa vie. Cherche aussi n’importe où que tu veux, son vrai lien avec Athéna. Vérifie même si c’est dans toutes les caméras de la ville, leurs sorties ensemble dans les restaurants et toutes autres informations même si c’est dans ma propre maison d'avant son départ. dit-il à son interlocuteur

- Ok monsieur, c’est comme si c’était fait, répond l’interlocuteur qui raccroche juste après.

Il n’était pas du tout dans son assiette et Maria ayant remarqué qu’il n’allait pas sortir la chercher, elle le fait d’elle-même en allant le rejoindre.

- Tu m’as abandonné dans la voiture, dit-elle

- Excuse-moi et fais comme chez toi. J’ai vraiment la tête en l’air.

- Si tu veux nous pouvons boire le boisson ensemble, du moment que nous resterons ensemble, il faut en profiter, dit-elle

Jorik la regarde pendant un long moment et remue la tête.

- Pourquoi tu me regardes ainsi ? dit Maria

- Pour rien, je pensais à une chose. Je crois que je dois aller me coucher un peu, dit-il en se levant car il est déjà 20h en ce moment

Sans lui souhaiter une bonne nuit, il part dans sa chambre. Maria est très surprise car depuis qu’il a vu sa femme, il n’a plus son temps or il est pourtant un homme très généreux et doux. Elle ne connait pas du tout la maison, mais au lieu de demander où loger à une employée, elle veut jouer à la reine des lieux. Elle monte les escaliers et trouve des noms inscrits sur les deux premières chambres : Jorik au premier couloir à droite et Athèna à gauche avec une clé au poignée.

Sans gêne, elle part ouvrir la chambre d’Athéna au lieu d’avancer et choisir une chambre sans marque. Elle touche à tout les affaires restantes d’Athéna qui si trouvait et sourit de joie. Elle n'a même pas fait une heure avant de se coucher complètement.

Vers 3h, elle dormait profondément quand tout d’un coup, elle se sentait brutalement secouée. Elle se leva en sursaut et trouve un Jorik très énervé dans sa chambre.

- Qu’est-ce que tu fais dans sa chambre ? Pourquoi tu te couches sur son lit ? crie-t-il

- Euh en fait je ne savais pas où dormir,ment-elle

- Maria je t’apprécie beaucoup, mais que ça soit sa chambre ou ma chambre, n’y mets jamais les pieds. Elle est et restera toujours ma femme.

- Tu réalises au moins qu’actuellement, elle est enceinte d’un autre ? Tu réalises qu’un autre homme lui donnait du plaisir non ? Un autre la prenait dans toutes les positions possibles et il jouissait en elle comme jamais. Elle avait un orgasme intense juste avec un autre. Tu réalises tout ça ? Moi je suis seule, toi aussi tu l’es et je suis une femme différente et spéciale, tu l’avais bien remarqué quand tu venais me voir à l’hôpital non ? Malgré ton impuissance, je resterai avec toi et jamais je ne t’abandonnerai, dit-elle pour qu’il soit énervé et l’accepte, elle

Jorik était hors de lui, sa respiration devenait irrégulière. Il se sentait impuissant. Il veut prouver à Athèna que lui aussi peut enceinter : il veut prouver qu’il valait la peine. À un moment, il a respiré un bon coup pour ne pas commettre l’irréparable. Il s’est subitement calmé et s’est approché de Maria de plus près.

- Je lui prouverai que je vaux le coup, mais toi je ne m’attendais pas à ça venant de toi. Si tu n’es pas encore morte, c’est grâce à elle. Tu ferais mieux de calmer tes ardeurs et revenir sur terre Maria, dit-il calmement.

- Et si je guérissais ton cœur ?

- Tu ne peux pas le faire, car tu es une femme facile.

- N’oublie pas que tu as passé tout le temps nécessaire sous mes chevilles, dit-elle très sûr d’elle

- Tu sais Maria, je cherchais un échappatoire…

Jorik n’a même pas fini de parler que son téléphone se met à sonner. Il sort pour décrocher.

- Monsieur, Roméo n’est pas un homme aussi simple qu’il le faisait croire. Il est très puissant, mais je n’ai pu trouver aucunes informations sur lui et Athéna. C’est comme si ils n’avaient jamais été ensemble,dit l’interlocuteur

- Il a sûrement effacé toutes les informations.

- Non monsieur, ce n’est pas ça. C’est seulement récemment que les gens ont commencé à les voir ensemble.

- Ils le font peut-être dans ma maison.

- Je ne crois pas car personne ne les a vu ensemble que les jours que vous ne restez plus à la maison. Il paraît aussi qu’un de vos employés avait remarqué un inconnu passé à travers votre passage secret à l’aide de Roméo. L’homme avait l’air d’un docteur. Bizarrement en ce moment, Athéna ne sortait presque jamais de sa chambre. La conclusion est simple : elle était souffrante, c’est la grossesse.

- C’est-à-dire ?, demande Jorik qui est totalement embrouillé

- Il y’a des possibilités qu’ils ne soient jamais sortis ensemble.

- Quoi ? Elle a dit que c’est sa grossesse à lui

- Elle aurait pu vous mentir, c’est une possibilité.

- Qui est donc le responsable de sa grossesse ?,crie Jorik en serrant fort son téléphone

- À vous de le savoir elle est votre femme, dit l’interlocuteur qui raccroche juste après

Jorik sort directement de la maison, il s’arrache les cheveux car il ne comprenait plus rien. Il tourne en rond, hors de lui comme à son habitude quand il perd le contrôle. Il remonte dans la chambre d’Athéna ey trouve toujours Maria. Il la traîne hors de la chambre et l’amène au salon.

- Je t’ai aidé alors tu me dois le respect. Par ta faute je crois que j’ai fait la plus grosse erreur de ma vie,lui dit-il en soulevant son menton

Il lui caresse les joues et lui touche sensuellement le visage. Maria se sentait déjà emportée dans une autre dimension. Elle ne savait pas qu’un homme impuissant pouvait aussi bien caresser. Elle tremblait de désir pour qu’il la touche de partout, encore plus. Elle était en sueur, mais Jorik retire sa main, pour la laisser seule avec son envie qui est déjà au-delà de la normale.

- Pourquoi tu fais ça ? Reviens, crie-t-elle en rage

- Tu dois rester sage. Tu crois peut-être que je suis mieux que mon frère, mais détrompe toi. Lui et moi ne sommes peut-être pas du même sang, mais quand on se sent utilisés, envahis, nous perdons le contrôle. La seule différence est que lui il viole, mais moi je tue. À toi de voir maintenant entre moi et mon frère qui est mieux. Je sors et à mon retour, je ne veux plus te voir ici.

Maria avale difficilement sa salive, elle a peur de la mort. Elle a vraiment peur car Jorik riait en parlant.

Pendant ce temps, Athéna et Roméo sont déjà arrivés à la maison, mais Mathias n’y était pas, il était chez sa grand-mère.

Roméo pose délicatement Athéna au sol. Elle vient rester devant lui pour le remercier de lui avoir excusé et de l’avoir mise au dos. Il ne fait que la fixer et elle continuait toujours de bavarder, ce qui l’amuse aussi. Il n’a jamais vu dans sa vie une femme autant aimer parler sans arrêt. Il s’approche d’elle et elle se tait. Il lui pose délicatement les mains sur les cheveux et elle ferme les yeux.

- Tu as encore peur de moi quand je m’approche de toi ? Je veux que tu me le prouves avec un geste., dit-il

Avant qu’elle ne puisse demander de qu’elle genre de preuve il parle, il l’a déjà tiré contre lui et l’a embrassé comme si sa vie en dépendait. Athéna voulait le repousser, mais son baiser était si sincère, si amoureux et elle aussi le serre encore plus contre elle. Et c’est parti pour un baiser sans fin. Roméo la prend, la pose sur le divan et commence par lui caresser les cuisses une chose est sûre : elle avait envie de lui. Roméo voulait aller plus loin, mais il s’est souvenu qu’elle ne lui appartenait pas et il s’est détaché d’elle. Il remet ses boutons et lui tourne le dos.

- Tu aurais dû m’arrêter. Je m’excuse car je n’aurais pas dû le faire,dit Roméo le dos toujours tourné

- Hum…, était la seule réponse d’Athéna encore en ce moment

À peine Roméo veut partir dans sa chambre que quelqu’un sonne à la porte. Il jette un coup d’œil dehors et voit la voiture de Jorik. Il se retourne pour dire à Athéna.

- Il est venu te chercher, dit-il et puis part dans sa chambre pour s’enfermer.

Athéna est juste assise sur le divan et ne savait quoi faire encore moins dire. Une chose est sûre : elle n’a plus le cœur à sa place. Elle fixe seulement la porte et Jorik grâce à l’aide des employés est entré dans la maison. À peine il a mis pied au salon qu’il voit Athéna assise sur le divan toute seule. Il s’approche très honteux d’elle.

- Athéna !

- …

- Je sais que tu m’en veux, mais je ne savais pas où j’en étais, dit-il toujours debout

- Viens t’asseoir, je vais te chercher de l’eau, dit-elle seulement

- Euh ok.

Athéna se rend en premier lieu dans la chambre de Roméo. Il était couché, peut-être même qu’il faisait semblant d’être endormi. Elle rentre et part s’assoit à côté de son lit. Elle le couvre bien et puis souffle un bon coup et sort après. Elle se dirige maintenant vers la cuisine pour chercher de l’eau à Jorik qui l’attend toujours au salon et descend peu de temps après.

- Je ne sais vraiment quoi te dire…

- Dis ce que tu as à dire…

- Pourquoi tu m’avais menti ?

- Par rapport à quoi ?

- Ta grossesse. Il n’est pas le responsable, alors dis-moi la vérité

- Vrai, il n’est pas le père.

- Donc ?

- Quoi ?

Il voulait demander qui était le vrai père, mais au même moment Mathias rentre dans la maison en courant et se jette dans les bras d’Athéna.

- Bonne arrivée, petit mignon, dit Athéna qui lui caresse la tête

- Bonsoir. Papa est à la maison ?

- Oui, il est dans sa chambre. Pourquoi ton corps est si chaud ? Attends je vais bien vérifier ton corps.

Elle vérifie le corps de l’enfant en lui enlevant ses vêtements. Jorik suit tout du regard. Il se demande qui peut être cet enfant et pourquoi Athéna s’inquiète autant pour lui. Il a des milliers de questions dans sa tête.

- Roméo ! Mathias vient d’arriver, mais son corps est chaud !Je crois qu’il est souffrant. crie Athéna qui a presque oublié que Jorik était présent.

En un rien de temps, Roméo descend et vérifie le corps de son enfant.

- Ne t’en fais pas. Il est juste resté un peu sous le soleil. Dit-il

Il ignore Jorik, prend son enfant et remonte les escaliers en laissant Athéna .

- Cet enfant...commence par dire Jorik

- C’est son fils.

- Euh ok alors maintenant dis moi qui est le responsable de ta grossesse ?

- Si, je dois t’y répondre, crois-moi, si je te dis que tu ne m’as jamais aimé car si tel était le cas, tu aurais dû croire en moi, en mon amour et ma sincérité envers toi.

- Je veux juste la vérité.

- Tu es le père de ce bébé qui grandit en moi

—— Chapitre bloqué ——
Télécharger l'appli pour lire la suite
Précédent              Suivant
img
Table des matières
Chapitre 1 Je suis occupée Chapitre 2 Elle ne cède pas Chapitre 3 La demande en mariage Chapitre 4 Où dormirai je Chapitre 5 Elle te donne autant de chaleur que ça Chapitre 6 Dégage devant moi
Chapitre 7 Elle est dingo
Chapitre 8 Un putain de jalousie l’anime
Chapitre 9 Même endormi, il délire
Chapitre 10 L'exception à la règle
Chapitre 11 Je suis vierge
Chapitre 12 Quand Athéna est sérieuse
Chapitre 13 Quand les liens se renforcent
Chapitre 14 Ma belle mère
Chapitre 15 Le client insolent
Chapitre 16 Il a peut-être des couilles
Chapitre 17 Une famille de psychopathes
Chapitre 18 Je ne suis pas mariée en tant que telle
Chapitre 19 Au nom de la vérité
Chapitre 20 Le commencement des problèmes
Chapitre 21 Ton corps est mon temple
Chapitre 22 La tristesse derrière le masque
Chapitre 23 Athéna ! Athéna !
Chapitre 24 Tu voulais du sexe
Chapitre 25 OÙ EST ATHÉNA
Chapitre 26 Mourir ou vivre
Chapitre 27 À relire!!!
Chapitre 28 Quand l'intelligence domine...
Chapitre 29 Elle voulait que sa douleur diminue
Chapitre 30 C’est à cause de madame
Chapitre 31 Donc le bébé est encore en vie
Chapitre 32 Tu deviens mon adversaire.
Chapitre 33 Tu aurais dû m’arrêter
Chapitre 34 La demande d'Athéna
Chapitre 35 Ne te justifie pas
Chapitre 36 Madame Bianca
Chapitre 37 Les problèmes commencent
Chapitre 38 Maintenant vous le saviez.
Chapitre 39 La décision de Roméo
Chapitre 40 Elles doivent vivre ensemble
Chapitre 41 Lui!!!
Chapitre 42 Clarisse et son fils.
Chapitre 43 La petite amie de Roméo
Chapitre 44 Travis, cuisinier
Chapitre 45 Roméo
Chapitre 46 Que cache Clarisse
Chapitre 47 Athèna et la danse, une histoire d'amour
Chapitre 48 Roméo aux bouts des limites
Chapitre 49 L'accouchement d'Athéna
Chapitre 50 Quand la sympathie prend le dessus
img
  /  1
img
img
img
img