img Adieu, mon amour irrésistible  /  Chapitre 2 Le malaise  | 0.23%
Télécharger l'appli
Historique
Chapitre 2 Le malaise
Nombre de mots : 2094    |    Mis à jour : 08/02/2022

Le point de vue de Scarlett :

« Autre chose ? », ai-je demandé, incrédule.

« Nous devons nous lever tôt pour voir Rita demain », a répondu froidement Charles.

« D'accord. »

J'étais confuse. Je ne pouvais pas m'empêcher de me demander s'il était revenu juste pour marquer un point.

« Je dormirai ici ce soir », a-t-il ajouté.

Je suis revenue à moi à l'instant où j'ai entendu ce qu'il avait dit. L'idée de lui demander s'il était vraiment de mise qu'il reste ici m'est venue à l'esprit, mais j'ai décidé de ravaler mes paroles à la place.

« J'ai peur que tu t'endormes trop à cause du décalage horaire », a-t-il expliqué. Il a dû constater la surprise sur mon visage.

« Oh. Très bien. Je vais nettoyer la chambre d'amis maintenant. »

À peine avais-je fini de parler que je me suis retournée et que je me suis dirigée vers ma valise, prête à partir avec elle.

Mais à ce moment-là, Charles s'est approché de moi et m'a bloqué le passage.

« Pourquoi est-ce que tu m'évites ? »

J'ai replongé mon regard dans ses yeux froids et lui ai rappelé : « Je ne fais que suivre tes ordres. C'est toi qui m'as demandé, il y a trois ans, de garder mes distances avec toi. »

À peine ai-je prononcé ces mots qu'il s'est lentement dirigé vers moi, une pointe de colère dans le regard.

« Tu restes ici. »

Ses mots m'ont fait perdre ma prise sur ma valise, la faisant tomber au sol. Il s'est alors rapproché, et mon cœur a commencé à battre de plus en plus vite...

À ma grande surprise, il est passé devant moi et s'est assis sur le canapé. Là, il a déboutonné sa chemise et s'est mis à l'aise.

« Je vais dormir sur le canapé », a-t-il dit platement.

Je n'ai pas pu m'empêcher de me frapper la tête et de me gronder pour avoir été imaginative. Une pensée cochonne venait de me traverser l'esprit ! Sans ajouter un mot, j'ai ramassé ma valise et l'ai mise de côté.

Tournant le dos à Charles, je l'ai entendu enlever ses vêtements et ouvrir l'armoire pour en prendre de nouveaux. Un moment plus tard, il est enfin entré dans la salle de bain.

Trois années s'étaient écoulées depuis notre mariage. L'homme de mes rêves, mon mari légal, était à présent à quelques mètres de moi. Quoiqu'il soit dans la salle de bain, son odeur flottait toujours dans l'air. Il sentait si bon, et j'avais des papillons dans l'estomac.

Je me suis dirigée vers le chevet du lit et me suis allongée. Je me suis couchée sur le côté, le corps recroquevillé, et j'ai écouté le bruit de l'eau qui coulait de la salle de bain.

Quand le bruit s'est enfin arrêté, j'ai rapidement fermé les yeux en faisant semblant de profondément dormir. J'ai également ralenti ma respiration, pour qu'il ne remarque pas que je faisais semblant de dormir.

Il y avait tellement de chambres d'amis. Pourquoi a-t-il insisté pour partager la même chambre que moi ? Sans doute parce que nous ne nous étions pas vus depuis trois ans. Quoi qu'il en soit, cet homme était de plus en plus imprévisible.

Pendant un long moment, un silence assourdissant a envahi l'air. J'ai secrètement ouvert les yeux pour regarder Charles. Il était allongé sur le canapé, me faisant dos. Lorsque je regardais sa silhouette, mon corps s'est finalement détendu. Je savais que rien ne se passerait ce soir. Malgré tout, je ne pouvais m'empêcher d'être déçue au fond de moi.

******

Le lendemain matin à mon réveil, Charles était déjà parti. En regardant l'heure sur mon téléphone, mes yeux se sont écarquillés sous le choc. Il était déjà dix heures !

J'ai sauté du lit et me suis lavée le plus rapidement possible. Lorsque je suis sortie de la chambre, j'ai vu Charles en train de lire un livre sur le canapé du salon.

« Pourquoi tu ne m'as pas réveillée ? ! », ai-je demandé, ma voix légèrement plus forte sous l'effet de la panique.

« Je l'ai fait. En fait, j'ai failli t'asperger d'eau froide juste pour te réveiller. » En parlant, Charles n'a même pas quitté le livre des yeux. Il n'y avait aucune émotion dans son ton non plus.

« Je suis désolée. J'étais un peu fatiguée hier. Allons-y maintenant », ai-je dit maladroitement en baissant les yeux vers le sol. Il semblait que j'avais dormi profondément la nuit dernière.

« Mange quelque chose d'abord. »

« Quoi ? Alors Ri- »

« Il n'y a pas besoin de se presser. Nous nous retrouverons plus tard au déjeuner. »

Ses mots m'ont surprise. N'avait-il pas dit que je devais me lever tôt ? Avais-je mal entendu ? Peut-être avait-il dit cela uniquement pour me taquiner.

De toute manière, j'ai fait ce qu'on m'avait dit. J'ai pris un petit déjeuner léger et je l'ai pressé de partir ensuite. Ce n'était pas parce que j'avais hâte de voir Rita. C'est juste que je voulais en finir le plus vite possible.

Je suis restée silencieuse sur le chemin du restaurant. Charles n'a pas dit un mot non plus. Cela faisait trois ans que nous étions mariés. Mais pour diverses raisons, nous étions comme des étrangers l'un pour l'autre. Pour aggraver la situation, j'étais en train d'accompagner mon mari pour voir sa fiancée.

La voiture s'est immobilisée au Rainbow Dream, un restaurant trois étoiles Michelin. Ce restaurant était le plus luxueux de la ville. Pour dire vrai, je n'étais jamais venue ici auparavant. Même depuis que j'étais devenue Mme Moore, Charles ne m'avait jamais emmenée dans cet endroit.

Dès notre entrée dans le restaurant, un serveur s'est approché et nous a salués. « M. Moore, Mlle Lively vous attend au deuxième étage. » À en juger par l'accueil du serveur, il semblait que Charles était un habitué des lieux.

Sans un mot, j'ai suivi Charles dans l'ascenseur.

« Souris quand tu vois Rita et ne fais pas la tête », a dit froidement Charles.

J'ai forcé un sourire et l'ai rassuré : « Je le ferai. »

« Scarlett, ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vues ! » Dès que Charles et moi sommes entrés dans le salon privé, Rita nous a accueillis avec un large sourire. Il semblait qu'elle n'avait pas vieilli après toutes ces années. Elle aurait dû dépenser une fortune pour conserver son visage juvénile. Impressionnant, son visage était exactement comme dans les films. Elle ne ressemblait en rien à une patiente qui aurait été malade depuis longtemps.

« Ça fait longtemps », lui ai-je répondu avec un doux sourire.

« Tu t'es remise du décalage horaire ? Je craignais que tu ne puisses pas te lever le matin aujourd'hui, alors j'ai fixé l'heure à midi. »

« Oui, merci. J'ai très bien dormi la nuit dernière. C'est ma ville natale, après tout. »

« Tu as beaucoup souffert ces trois dernières années. C'est entièrement de ma faute. C'est une bonne chose que Charles soit là. Je me sens tellement mieux maintenant que par le passé. » Rita a toussé dès qu'elle a fini de parler. Charles lui a tendu un verre d'eau, comme si c'était son devoir.

Il semblait que devant Rita, la glace de son corps avait fondu et qu'il était devenu une personne complètement différente en un instant. L'attitude qu'il avait envers Rita était différente de celle envers moi.

Le menu était un steak. Charles a minutieusement découpé le steak dans l'assiette de Rita. Il était rare de le voir comme ça, si doux et attentionné.

« Je vais bien. Ne t'en fais pas. Je m'en sors très bien. En fait, je viens d'obtenir mon diplôme. » En souriant à Rita, je me débattais avec le steak à l'aide du couteau et de la fourchette.

« Tu es restée en France pendant trois ans. Tu as un petit ami ? On va passer notre lune de miel en France pendant le Festival de Cannes cette année. »

Un petit ami ? En tant qu'une Mme Moore dévouée, je n'avais jamais envisagé la possibilité de sortir avec un autre homme alors que j'étais encore mariée. Pour une raison ou une autre, j'avais encore une lueur d'espoir pour Charles.

« Euh... Oui effectivement. J'ai rencontré un homme là-bas. Il est artiste. » J'ai aussitôt pensé à un type que je pourrais lui présenter. Comme l'avait dit Charles la veille, je devais rassurer Rita.

Je l'ai vu du coin de l'œil. Il découpait le steak. Il s'est raidi pendant une seconde.

« Tu as des photos de lui ? », a demandé Rita avec curiosité.

Sa curiosité m'a prise au dépourvu. J'ai regardé Charles en espérant qu'il m'aiderait. Malheureusement, il ne m'a même pas regardée.

« Eh bien, nous sommes sortis que deux trois fois, je n'ai pas enregistré sa photo sur mon téléphone », ai-je raisonné avant de continuer à couper mon steak.

« Est-ce qu'il a un compte Facebook ? Peut-être qu'il y poste des photos. Je veux le voir », a insisté Rita. Il semblait qu'elle n'avait pas l'intention de laisser tomber le sujet tant qu'elle n'aurait pas vu l'homme elle-même.

« Laisse-moi vérifier. » Tout en parlant, j'ai sorti mon téléphone pour trouver un camarade de classe que je pouvais faire passer pour mon rencard imaginaire. La première personne qui m'est venue à l'esprit était Pierre. Lui et moi entretenions une bonne relation, donc mon plan pouvait fonctionner. En consultant sa page Facebook, j'ai immédiatement vu une photo de lui devant la Tour Eiffel. Il avait de longs cheveux personnalisés et un visage jeune et séduisant. Pierre et Charles étaient diamétralement opposés. Le premier était artistique et allait dans le sens du courant, tandis que le second était froid et réservé. J'ai tendu mon téléphone à Rita avec la photo de Pierre affichée à l'écran.

Ses yeux ont rayonné de bonheur en voyant la photo. « Oh là là ! Il a l'air d'un Parisien artistique et insouciant. Je suis si ravie pour toi, Scarlett. De toute manière, Charles et moi... Je suis désolée. » Elle a alors montré la photo à Charles.

Il l'a juste regardée pendant une seconde. « Vous deux êtes parfaitement assortis », a-t-il froidement remarqué.

Rita m'a finalement rendu mon téléphone. « Viendra-t-il en Amérique pour te rendre visite ? », a-t-elle demandé avec enthousiasme.

« Il est toujours en Europe. Il organise un vernissage à Lyon. Mais il viendra ici le mois prochain pour établir sa carrière », ai-je menti. Tout ce qui sortait de ma bouche était uniquement de la fiction. Mais cela n'avait pas d'importance. La plus importante chose pour moi en ce moment était de rassurer Rita. D'ailleurs, je ne la reverrais peut-être pas après avoir signé l'accord de divorce. Autrement, je devrais réfléchir à comment faire venir Pierre ici.

« Est-ce que tu l'aimes ? », a demandé Rita, ses yeux pétillant d'impatience.

J'étais stupéfaite.

« Bien sûr. » J'ai fait de mon mieux pour rester calme et posée, pour éviter qu'elle ne voie la vérité en moi.

« C'est super ! Charles, il semble que nous n'ayons pas du tout besoin de nous inquiéter pour Scarlett. Souhaitons du bonheur à Scarlett ! » Rita a levé son verre avec enthousiasme.

Charles a également levé le sien.

« Scarlett, promets-moi que tu seras heureuse. » Rita m'a regardée dans les yeux en parlant. Mais là, je savais très bien que tout cela n'était qu'une farce. Sous son masque de douceur se cachait un cœur méchant et laid.

« Bien sûr. Vous deux aussi. »

En signe de promesse, nous avons bu le vin dans nos verres.

Quand j'ai posé mon verre, mes mains ont soudainement tremblé. En plus de cela, j'ai eu mal au ventre. Je souhaitais que ce repas se termine rapidement. Je ne voulais plus voir cette hypocrite.

« Désolée, je dois utiliser les toilettes. » Je me suis excusée, n'en pouvant plus. Je voulais sortir et respirer l'air frais pour apaiser le malaise dans mon estomac.

Lorsque je suis revenue à la table quelques instants plus tard, Charles était déjà en train d'aider Rita à enfiler son manteau.

« Rita ne se sent pas bien. Je vais la raccompagner chez elle. Plus tard, je vais— »

« Ce n'est pas grave. Je peux rentrer toute seule », ai-je rassuré.

J'ai regardé, impuissante, Charles sortir du restaurant avec Rita dans les bras. Soudain, les muscles tendus de tout mon corps se sont relâchés.

Précédent              Suivant
img
Table des matières
Chapitre 1 Rentrée pour le divorce Chapitre 2 Le malaise Chapitre 3 Les visiteurs imprévus Chapitre 4 Un homme cupide Chapitre 5 La femme magnifique Chapitre 6 Un tigre édenté Chapitre 7 Je vais déménager Chapitre 8 Les droits en tant qu'époux
Chapitre 9 Avoir des sentiments pour elle sans le savoir
Chapitre 10 Dîner ensemble
Chapitre 11 La pension alimentaire
Chapitre 12 Dormir dans le même lit
Chapitre 13 Obtenir le certificat de mariage
Chapitre 14 Une nuit sans sommeil
Chapitre 15 Le baiser
Chapitre 16 Poser un lapin
Chapitre 17 Devoir faire des compromis
Chapitre 18 Avoir de la fièvre
Chapitre 19 Le scandale
Chapitre 20 L'alcool
Chapitre 21 L'évanouissement
Chapitre 22 Faire semblant d'être en couple
Chapitre 23 J'étais dans tous mes états
Chapitre 24 Tu veux passer la nuit ici
Chapitre 25 Je ne l'aime plus
Chapitre 26 La robe de mariée
Chapitre 27 La bénédiction
Chapitre 28 L'ivresse
Chapitre 29 Ce qui s'est passé la nuit dernière
Chapitre 30 Mon prix
Chapitre 31 Tu n'as pas de prix
Chapitre 32 Agir comme une mégère
Chapitre 33 C'est toi
Chapitre 34 L'application de la pommade
Chapitre 35 Avis sur l'état critique
Chapitre 36 Christine s'est évanouie
Chapitre 37 Je ne signerai pas
Chapitre 38 Achat des fleurs
Chapitre 39 Je ne te déteste pas
Chapitre 40 Être éclaboussée de peinture
Chapitre 41 Faire le petit-déjeuner
Chapitre 42 La vérité
Chapitre 43 La fessée
Chapitre 44 La scène chaleureuse
Chapitre 45 Problèmes sexuels
Chapitre 46 Peut-être qu'il ne veut pas divorcer
Chapitre 47 La Révélation
Chapitre 48 Les photos
Chapitre 49 Le gâteau
Chapitre 50 Tomber malade
Chapitre 51 Hors de contrôle
Chapitre 52 Rêve ou réalité
Chapitre 53 Elle m'appartient
Chapitre 54 Sa dissimulation
Chapitre 55 Nourris-moi
Chapitre 56 Fiable
Chapitre 57 Pas en bon termes
Chapitre 58 Fête pour le travail
Chapitre 59 Je suis désolé
Chapitre 60 Rumeurs
Chapitre 61 Papa gâteau
Chapitre 62 Partie de tennis
Chapitre 63 Confession
Chapitre 64 Parrainage
Chapitre 65 Protéger
Chapitre 66 L'épouse de mon petit-fils
Chapitre 67 Une relation ambiguë
Chapitre 68 Le procès
Chapitre 69 Rencontre
Chapitre 70 Immergée dans son baiser
Chapitre 71 Plaquée contre le lit
Chapitre 72 Les nouvelles
Chapitre 73 Le diamant
Chapitre 74 Essai de la robe de mariée
Chapitre 75 La remarque de son numéro
Chapitre 76 L'achat de la maison
Chapitre 77 Séduction
Chapitre 78 Divorce
Chapitre 79 Charles était ivre
Chapitre 80 Nouvelles inattendues
Chapitre 81 L'omniprésente Rita
Chapitre 82 Rita est enceinte
Chapitre 83 Dispute
Chapitre 84 Amnésie
Chapitre 85 Fièvre
Chapitre 86 Amertume
Chapitre 87 L'appel de Nate
Chapitre 88 Interrogatoire
Chapitre 89 Un coup monté
Chapitre 90 Sauveur
Chapitre 91 Annonce
Chapitre 92 Deux invités inattendus
Chapitre 93 Accident de voiture
Chapitre 94 La visite
Chapitre 95 Garantie
Chapitre 96 Le jeu entre les deux camps
Chapitre 97 La bague
Chapitre 98 Une farce
Chapitre 99 L'interrogatoire des aînés
Chapitre 100 Passer la nuit dans la maison des Moore
img
  /  9
img
img
img
img