img Le prince artificiel  /  Chapitre 6 Rêve et réalité  | 25.00%
Télécharger l'appli
Historique
Chapitre 6 Rêve et réalité
Nombre de mots : 1503    |    Mis à jour : 31/05/2021

Malgré sa douleur et sa peur, Mira se força à lever les yeux vers son bourreau pour lui montrer la rage qu'elle ressentait face à ses actes.

— Lâchez-moi ! Vous êtes un monstre !

— C'est évident. Répondit le géant avec ironie.

— Vous ne vous attaquez qu’à des gens que vous savez à coup sûr pouvoir vaincre.

— Et c'est si facile avec toi.

— Ce n'est pas parce que vous m’avez sauvé la vie que vous avez le droit de me persécuter.

— Je ne me suis jamais soucié de ce genre de moral. Toute ma vie, j'ai toujours fait ce que je désirais. Et plus encore.

Je n'en doute pas un instant, pensa Mira. Mais dès qu'il dit cela, un sang sombre, rugissant et étrangement odorant sortit de ses yeux et coula avec une lenteur déchirante. À cause de cela, et malgré sa haine, Mira ressentit une étrange compassion pour son ennemi.

— Pourquoi êtes-vous blessée ?

Le géant leva les sourcils, ne revenant pas de cette question empathique, malgré le danger dans lequel elle se trouvait et dont il en était la principale cause.

— Parce que tu t'inquiètes pour moi maintenant ?

— Et je me méprise pour cela, croyez-le bien. Alors au moins, ayez le respect de répondre.

Mais le monstre, à ce moment-là, ne sut plus que penser, et l'expression de son visage changea. Il était parfaitement conscient de ce qu’il était, de sa vraie nature ainsi que de la profondeur de sa magie, par conséquent de la grandeur et de l'horreur de son destin. Puis cette jeune magicienne, qui semblait si fragile, mais qui a quand même trouvé la force de le défier, et même de compatir à sa douleur le blessa et toucha un côté de lui dont il avait été certain de n’avoir jamais possédé.

— Si seulement tu savais, finit-il par réagir.

— Si vous me le disiez, je le saurais.

Mais tout ce qu'il fit, c’était secouer la tête moqueuse et en signe de résignation.

— Non, même si je te le dis, tu ne comprendras pas.

— Tout comme je ne comprendrais sans doute jamais ce que vous me faites.

La magicienne sentit instinctivement le changement qui s’est opéré en son bourreau, et put parler plus librement.

Puis une tempête de fumée rouge s’éleva des horizons invisibles, les enveloppa rapidement avec une violence terrifiante et balaya le rêve intense.

— Non!

Alors Mira rouvrit brutalement les yeux. Elle réussit à se réveiller. Sa respiration était saccadée, son cœur battait très fort et des sueurs froides coulaient sur tout son corps. Et puis lentement, elle comprit que son cauchemar ne pouvait la suivre jusque dans la réalité. Du moins, c’est ce qu’elle s’efforça de se persuader, et elle poussa un long soupir de soulagement. Elle retrouva peu à peu ses sens, passant une main tremblante dans ses cheveux brûlants..

— Un terrible cauchemar, n’est-ce-pas?

En entendant cette voix, bien que désormais familière, Mira se redressa et poussa un petit cri de terreur.

Et il était là, son étrange sauveteur, assis non loin d'elle, appuyé contre un mur humide gris cendre. C'était une grotte qui semblait assez inquiétante. Mais l'écoulement de l'eau était heureusement apaisant.

— Vous m’avez fait une peur bleue !

— Je n'en avais pas l'intention, Mira.

Mais d'après la façon dont il la regardait, il était évident que c'était son intention.

— Je vous crois sur parole.

— Je t’en remercie.

Mira soupira, se levant avec difficulté.

— Tout mon corps me fait mal… ! Se plaignit-elle presque comiquement.

— Probablement les conséquences de ton aventure et de ton rêve.

— Que savez-vous de mes rêves ? Releva la jeune femme, immédiatement sur ses gardes, et rougissant jusqu’à devenir aussi brûlante que sa longue chevelure.

— Je les connais tant que j’ai fini par en faire partie.

Mira fronça les sourcils, choquée.

— Comment ? Ne me dites pas qu'en plus de cette insupportable arrogance, vous avez aussi la capacité de lire les rêves des gens ! Je rêve ou vos talents sont vraiment illimités !

— Ton admiration pour mes merveilleux et innombrables dons, bien qu'à contrecœur, me touche profondément, crois-moi. Mais cette fois, j'ai le regret de te dire que je n'ai pas ce don, pas dans mon état actuel en tout cas. Cependant, pour ce qui est d’être au courant de ma présence, probablement très forte, dans tes mauvais rêves, tu viens toi-même de me le confirmer.

Réalisant que son bourreau avait joué d’elle pour découvrir la vérité, Mira esquissa un geste ennuyeux de la main.

— C'est très malin de votre part, étranger. Et laissez-moi ajouter que vous étiez un bourreau géant dans mes cauchemars, vindicatif et moqueur, prêt à m'écraser dans sa grande main froide et calleuse.

— Alors, ai-je réussi à atteindre mon objectif ?

Mira le regardait intensément.

— Vous aviez toutes les chances de le faire.

— Mais ?

— Mais à la fin, c'est vous qui avez été condamnée.

Un court silence suivit ces mots, puis un sourire qu’elle ne sut de quelle manière interpréter réapparut sur le visage du jeune guerrier.

— Quelle satisfaction cela a dû être pour toi.

Elle se souvint de cette déchirure soudaine et terrible qui l'avait saisie à la vue de sa destruction, mais décida de n’en souffler mot de cette profonde empathie qu'elle avait ressentie pour lui et qu’elle ressentait encore, pour ne pas ajouter à la satisfaction de son être. Sa vanité était déjà par trop écrasante.

— Vous aviez raison.

En regardant autour d'elle, Mira remarqua qu'ils étaient dans une pièce, ou une sorte de grotte, vaste et très froide. Un plafond haut et cristallin dominait l'endroit de sa présence lourde et brillante

— Puis-je connaître le nom de cet endroit. Ou est-ce encore un secret que vous devez garder à tout prix afin de protéger le souverain et le peuple ?

— Non, je peux parfaitement te le révéler. Ç'aurait été stupide de garder cela en secret. C'est une grotte.

Mira hurla une nouvelle fois de frustration.

— Ça, j'avais compris !

— Peut-être, mais autant te le dire. Ton intelligence semble être cruellement réduite.

— Vous..........

— Prends une grande respiration. L’interrompit-il, le regard soudain incisif.

— Merci beaucoup. Mais il est ironique d'entendre ce genre de conseil de la part de la personne qui est à l'origine de mon malheureux état.

— Heureux d'être aussi intelligent. Et pour répondre à tes autres questions soi-disant pertinentes, nous allons rester dans cette grotte pendant quelques heures jusqu'à ce que le chaos se calme.

— Et que devrions-nous faire jusqu'à ce que ce cela se produise, s’il vous plaît ?

Voyant la lueur ironique qui brilla dans les yeux étranges de son inconnu, Mira regretta sa question ambiguë.

— Très ambiguë.

Elle était bouleversée par sa capacité à lire dans ses pensées.

— Tu es de celle qui comprends parfaitement qu’il est très dangereux pour une femme de poser ce genre de question, surtout dans ce genre de circonstances, à moins qu'elle ne soit prête à se soumettre aux choses folles qui s'ensuivraient. Ne fut-ce par ailleurs pas la principale raison de ta venue ici !

Mira savait qu'elle avait mérité ces pics, mais elle était trop fière pour l'admettre. Pour cacher son embarras, elle prit à nouveau le chemin de l'ironie.

— Et vous maîtrisez certainement ce genre d’affaire puisque ces folies nécessaires sont justement votre domaine de prédilection.

— Bien sûr qu'elles le sont. Tu en es pleinement consciente puisque tu m’as vu au travail. Ou plutôt senti. Un être comme moi est capable de faire des merveilles dans ce domaine. Profondément.

— Whoua ! Je sais. Mais aussi des horreurs. Précisa-t-elle, le cœur battant à tout rompre.

— Qu’importe ? C'est juste une certitude.

— C'est tout simplement ...

— Mais toi, par contre, ... l’interrompit-il, lui faisant bien comprendre ce qu’il avait l’intention de lui dire.

— Je vous en prie, épargnez-moi vos moqueries et votre fausse sollicitude.

Un léger sourire vague apparut sur ses lèvres cruelles.

— On ne peut pas dire que ce soient les tropiques ici, Mira s'empressa de faire remarquer pour tenter d'échapper à l'enchantement sans fin que cet être étrange, si fier et pourtant si sûr et infiniment seul, exerçait sur elle, et ce, depuis le premier instant.

— Oui, tu as raison. Mais j'aime cet endroit. Nota-t-il avec simplicité.

— Pourquoi ne suis-je pas du tout surpris ?

Pour la première fois, ils rirent ensemble.

Mira pensait que son cœur allait exploser en feu d'artifice en pensant à la joie que lui procuraient quelques secondes de complicité avec lui. Finalement, elle fut capable de se l'avouer, ainsi que tout ce qui était en lui, tout ce qui pouvait sûrement faire partie de lui, lui apportait une grande joie, quelles que soient les blessures qui devraient l'accompagner et dont la majorité serait inévitablement causée par lui-même.

Une autre explosion se produisit soudainement, secouant les murs de leur abri de fortune.

—— Chapitre bloqué ——
Télécharger l'appli pour lire la suite
Précédent              Suivant
img
img
img