kifflire > Romance > Remède pour l'amour

   Chapitre 4 Dîner chez grand-mère

Remède pour l'amour Par Théophila Personnages: 8850

à jour: 2020-03-31 00:13


Dans le bureau du PDG du groupe SG.

Toc Toc!

« Entrez », a répondu calmement la voix d'un homme derrière la porte. C'était Malcolm, qui était en train d'étudier les documents qu'il avait en attente. La porte s'est ouverte et Sean Xiao, son assistant, est entré avec un téléphone portable en main. « M. Malcolm, j'ai Mlle Lin pour vous à l'appareil », a-t-il annoncé.

« Très bien. » Malcolm a pris son temps pour signer un des documents, puis il a levé le regard. Il a pris l'appareil d'un air sérieux en disant : « Vous pouvez disposer, Sean. »

« Oui, monsieur », a acquiescé Sean en reculant de quelques pas. Puis il a fait demi-tour avant de sortir en refermant doucement la porte derrière lui.

De ses doigts fins, Malcolm a déverrouillé le téléphone. « Oui, allô? », a-t-il répondu. -

« Malcolm! Comment vas-tu? Tu as beaucoup de travail en ce moment? Il paraît que tu es retourné directement à l'entreprise hier après ton retour de la ville Ye, sans même prendre le temps de te reposer. Tu devrais te ménager un peu! » a dit Catherine Lin d'une voix douce.

« C'est exact. As-tu autre chose à me dire? » a répondu Malcolm froidement.

« Je ne peux pas t'appeler pour rien? Je m'ennuie, tu sais. » Comme une enfant gâtée, elle a fait la moue, formant un cœur avec ses lèvres charnues.

« Je suis très occupé. Si tu n'as rien d'important à me dire, je préfère que tu ne m'appelles pas. Au revoir. »

« Attends! Donne-moi une minute! En fait, j'ai quelque chose à te dire! Quelque chose d'important! » Catherine s'est empressée de répondre.

« Très bien, je t'écoute. »

Soulagée de constater qu'il était toujours à l'appareil, Catherine a poussé un long soupir avant de continuer : « J'ai entendu dire qu'un magazine voulait t'interviewer. Est-ce que tu pourrais... » - -

« Une interview? C'est la première fois que j'en entends parler », a marmonné Malcolm, distrait par un document qu'il tenait dans sa main.

« J'ai une amie qui travaille pour ce magazine. C'est elle qui me l'a dit. Ils ont bien le droit de vouloir t'interviewer, non? » Après avoir tourné autour du pot pendant un moment, Catherine est enfin allée à l'essentiel : « Pourrais-tu dire quelques mots sur nous, pendant l'interview? » -

« Sur nous? Qu'est-ce qu'il y a à dire sur nous? Je ne sais même pas encore si je vais accepter de faire cette interview! », a dit Malcolm sans même lever les yeux de ses papiers.

« Malcolm, j'ai vingt-six ans et il est grand temps que je me marie. Tu sais que mon père t'a toujours apprécié. Pourquoi ne pas rendre publique notre relation? » Catherine était heureuse et fière d'être la fille du maire. Dans toute la ville Ye, il n'y avait sans doute personne de mieux placé pour épouser Malcolm qui, à son tour, était le candidat le plus digne de devenir le gendre du maire.

« Mlle Lin, pour l'instant, je te considère seulement comme une amie. Il est beaucoup trop tôt pour parler de mariage. » Malcolm a posé son stylo sur son bureau et s'est mis à tapoter la table avec ses ongles de manière rythmée. « De plus, je ne pense pas me marier de sitôt. » -

Catherine n'était pas surprise d'entendre cela. Elle s'attendait à ce qu'il réagisse de la sorte à une proposition si audacieuse.

« Tu es libre ce soir? Dînons ensemble », a-t-elle dit, changeant habilement de sujet.

« J'ai déjà quelque chose de prévu », a répondu Malcolm de sa voix grave.

« Quelque chose comme quoi? », a voulu savoir Catherine.

« Un dîner en famille », Malcolm a répondu sur un ton sec.

« Je peux t'accompagner? » a-t-elle poursuivi, pleine d'espoir.

« Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. » À ce stade, il était tout à fait évident que Malcolm ne voulait pas la voir.

« ... Très bien. » Catherine était une femme fière, avec un amour-propre plus grand que celui de beaucoup des femmes de son âge. Comme Malcolm s'obstinait à refuser ses avances, elle n'allait plus insister.

Le jeune homme était sur le point de raccrocher, lorsqu'une pensée l'a arrêté. « Au fait, c'était quel magazine? » -

« Mr. Fashion, qui appartient à la société Le Magazine de Divertissement », a répondu Catherine avant d'ajouter : « Et ne m'appelle plus Mlle Lin, s'il te plaît. "Catherine", ça me va très bien. »

Malcolm a haussé les sourcils et le sourire radieux de Poppi lui est venu à l'esprit.

Après avoir raccroché, il a envoyé un texto à Poppi : « On dîne chez ma grand-mè

re ce soir. »

Quand Poppi a reçu le message, Tina était en plein milieu d'un exposé sur les avantages de faire une interview avec Malcolm, lors de la réunion. En entendant la sonnerie du téléphone portable, elle s'est interrompue en prenant un air agacé. Avec un sourire forcé, elle a lancé sur un ton ironique : « On dirait que Mlle Qiu a mieux à faire que de m'écouter. » -

« Pas du tout! » a protesté Poppi, « Ce n'était qu'un message publicitaire. Je vais le supprimer. » Pendant qu'elle parlait, elle a parcouru le message rapidement avant d'y répondre par un simple « OK ».

« Très bien. Je laisse donc Mlle Qiu s'occuper de l'interview, si elle veut bien nous consacrer un peu de temps. » Tina a souri en essayant de dissimuler sa colère, mais ses yeux trahissaient son profond mépris.

En sortant de la salle de réunion, Poppi était toujours un peu surprise et agacée.

Wendy l'a suivie jusqu'à son bureau en se rongeant les ongles. « Tu es inquiète, Poppi? Tina est incroyable. Elle a fait ça juste pour t'intimider! Elle a analysé les avantages, mais Malcolm n'a même pas encore accepté de faire l'interview. C'est un projet qui risque de tomber à l'eau! Quelle femme affreuse! » - - -

« Ce n'est pas grave. Tina est sur le point de devenir la prochaine rédactrice en chef adjointe du magazine. Elle voulait juste prouver à tout le monde qu'elle est à la hauteur », Poppi a rassuré son amie en secouant la tête. « Je peux la comprendre. » -

« Poppi, tu es beaucoup trop gentille. Mais tu travailles au département de la rédaction et tu n'es pas censée organiser les interviews. Que vas-tu faire, Poppi? As-tu des idées? », a demandé Wendy, inquiète.

Poppi s'est tournée vers elle avant de lui répondre fermement : « Oui. » -

« Et c'est quoi? » Le visage de Wendy s'est illuminé. Elle avait hâte de savoir.

« Ne t'inquiète pas. Demain, quand notre chef sera rentrée, je lui demanderai de l'aide. Elle est encore de notre côté et rejettera sûrement ce genre de tâche. » Une lueur de détermination a illuminé le regard de Poppi, qui a poursuivi : « De plus, je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'interviewer M. Malcolm. J'ai un meilleur candidat en tête. » -

« Qui ça? » -

« Eh bien, c'est un secret. Je vais aller voir ma grand-mère ce soir. Donc je dois ranger mes affaires et rentrer plus tôt. Tu devrais faire de même! », a déclaré Poppi avec un sourire complice.

« Il semble que ce sera un dîner copieux! T'as de la chance! » - -

Sans rien dire de plus, Poppi a pris ses affaires et s'est dépêchée de partir. « Un dîner copieux? Pas du tout! », s'est-elle dit. La grand-mère de Malcolm n'allait jamais la laisser manger en paix. -

- Dès que Poppi avait franchi la porte de la Résidence Impériale, elle a vu la voiture de Malcolm qui était garée devant l'immeuble. Elle s'est dit qu'il devait l'attendre à l'intérieur, alors elle s'est dirigée vers l'entrée sans s'arrêter.

« Madame! », a retenti soudain la voix de Sean Xiao. Poppi s'est arrêtée juste devant la voiture. En tournant la tête, elle a vu la vitre du siège avant se baisser pour révéler le visage souriant de Sean. « Il se fait tard, venez! » -

Poppi a levé les yeux, puis elle s'est approchée du véhicule. Elle a frappé à la vitre du siège arrière en demandant : « Malcolm, tu es là? » -

Malcolm a pris quelques secondes pour la regarder en silence par la vitre teintée, puis il l'a baissée. « Monte », lui a-t-il dit calmement.

« Ahahah... » Poppi a posé son sac sur la banquette arrière avec un sourire radieux et a déclaré : « Attends-moi juste cinq minutes. La dernière fois, grand-mère m'a dit qu'elle voulait manger de la salade de concombre, alors j'en ai préparé une. Je vais monter la chercher. Attends-moi! »

Puis elle a couru à l'étage, sans laisser à Malcolm la possibilité de protester.

Ce dernier l'a suivie du regard en plissant les yeux, puis il s'est exclamé : « C'est moi ou cette femme devient de plus en plus insolente? » -

Sean s'est éclairci la gorge en toussant, ne sachant pas quoi dire.

Au bout d'un moment, Poppi est réapparue avec un gros récipient rempli de salade de concombre, puis elle est montée dans la voiture en disant : « C'est bon. On peut y aller, maintenant. »

Sean regardait son patron dans le rétroviseur, attendant ses ordres. Malcolm lui a fait un petit signe de la tête en disant : « Allons-y. »

« Très bien, M. Malcolm. »

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages