Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / À sa merci
À sa merci

À sa merci

4.9
64 Chapitres
349K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

"Ils m'ont tout pris. Ma maison, ma famille, ma vie... mais surtout, ma liberté." Braelyn Bellamy avait toute sa vie planifiée devant elle, seulement pour qu'elle passe entre ses doigts. Après avoir vu ceux qu'elle aimait se faire tuer, sa liberté lui a été volée. Seulement pour lui, Nicholas Coveney, l'un des plus grands chefs de la mafia au monde, l'avait achetée.

Chapitre 1 Où suis-je

Ténèbres. C'est tout ce qu'il y a. Même si je le voulais, je ne serais pas en mesure de trouver une source de lumière pour le moment, tout n'est que pure obscurité. Le fait que je ne sois pas seul dans cette grande pièce sombre ne me fait pas peur. C'est plutôt le contraire, car si je suis seul, cela signifie seulement qu'il reste moins de 20 minutes avant que ce soit mon tour. C'est le temps qu'il y a entre chaque prise en charge, 20 minutes.

Je ne serais peut-être même pas la derniere à sortir. Peut-être que la prochaine fois que la porte s'ouvrira, quelqu'un s'approchera de moi, accrochant la laisse à mon col au lieu de la fille à côté de moi. La pensée est terrible puisque je ne sais pas ce qu'il y a derrière cette porte. Est-ce qu'ils nous tuent ? Nous aident-ils ? Nous nourrissent-ils ? Cette dernière question fait gronder mon estomac de douleur. J'ai vu 63 filles partir, si mon cerveau fonctionne correctement c'est environ 20 heures sans nourriture.

Toutes les 5 fois que la porte s'ouvre, ils versent de l'eau dans nos bouches. Mais cela fait tout de même environ 2 heures entre chaque petit verre. Le fait que je ne me sois pas encore évanoui me dépasse. Une bonne chose est que l'air de cette pièce continue d'entrer par les bouches d'aération. Alors malgré le fait qu'il y ait plus d'une centaine de filles ici, l'air est bon. Essayer de rester optimiste...

Avant que je m'en rende compte, la porte s'ouvre avec un bruit sourd, raclant le sol en béton. Le grand homme tout en noir rentre à nouveau, entortillant la laisse de cuir autour de sa main. Il nous scrute toutes les filles alors que les lumières s'allument. Son visage est plâtré d'amusement alors qu'il regarde toutes les filles assises en tas, ne portant que de pauvres excuses de sous-vêtements.

Je suis ses yeux alors qu'ils s'arrêtent sur une fille qui semble avoir environ 14 ans, seulement une pauvre enfant. Ses yeux de biche sont d'un bleu glacial et ses longs cheveux noirs tombent sur ses épaules, couvrant sa poitrine. Elle a eu des poches sous les yeux, probablement à cause des pleurs. Son visage tombe alors qu'il fait un pas vers elle.

"Oh, qu'est-ce que je veux faire de toi." Il marmonne en faisant un pas vers elle. Elle recule de panique alors qu'il se rapproche d'elle. Elle glapit de douleur alors qu'il attrape son poignet, étroitement, des gémissements aigus quittant sa bouche alors qu'il la tire plus près. Il regarde son poignet et inspecte le bracelet blanc, celui qui ressemble à celui que j'ai mis.

"Une vierge... peut-être que je devrais te prendre ta vertu devant toutes ces filles. Nous n'obtiendrons pas autant d'argent de toi si je le fais, mais je pourrais juste leur dire comment tu étais sur moi . Qu'est-ce que tu en dis ? Hein, Chérie ? Il dit et se penche pour l'embrasser, lui faisant détourner la tête. Elle se tord et se retourne dans ses bras, essayant de s'éloigner.97

Sa mâchoire se serre alors qu'elle essaie de se dégager de ses bras, malheureusement sans succès. Il lève la main, prêt à la gifler. Personne ne dit rien, tout le monde regarde avec de grands yeux, la bouche grande ouverte. Qu'est-ce qui ne va pas avec tout le monde, qu'est-ce qui ne va pas avec moi...

Elle laisse échapper un cri strident de douleur alors qu'il la gifle violemment sur la joue, la laissant tomber sur le sol froid. Ses mains essaient presque de se cramponner au sol alors qu'il attrape sa taille et la tire vers lui. Il tire son pied en arrière, il va lui donner un coup de pied...

Elle laisse échapper un gémissement effrayé alors que son pied se dirige vers son petit corps. Il frappe son estomac avec une grande force, la faisant crier fort. Il laisse échapper un grognement sonore et se rapproche d'elle, tirant à nouveau son pied en arrière. Pas d'arrêt!

Magic et Martavion étaient des meilleurs amis à peu près inséparables. Ils étaient complètement opposés, mais vous savez ce qu'ils disent, les opposés s'attirent. ! Oui c'est un remake de BESTFR...

"Arrête ! Tu lui as assez fait mal !" Ma bouche me trahit, mes yeux s'écarquillent d'incrédulité. Est-ce que je viens de dire que... les mots se sont échappés de ma bouche avant même que je puisse y réfléchir. Toutes les têtes dans la pièce se tournent vers moi. Y compris l'homme en colère debout au milieu de la pièce, une fille effrayée en pleurs allongée devant lui.

"Quoi!" Il crie fort et commence à marcher vers moi. Je déglutis et le regarde alors que je suis assis sur le sol en béton froid. Je jette un coup d'œil derrière le grand homme pour voir la fille ramper vers les filles à côté d'elle. Tous les yeux sur moi maintenant. "As-tu dit quelque chose, espèce de salope !" Il me crache au visage, un épais filet de salive coulant le long de ma joue. Je lève la main pour l'essuyer, l'essuyant sur le sol. Il me fixe comme s'il voulait me tuer sur-le-champ, ce qu'il fait très probablement.

"J'ai dit... tu lui as assez fait mal." Je lui réponds tranquillement. Quelque chose comme un grognement sort de la bouche de l'homme alors qu'il attrape le bout de la laisse. Est-ce qu'il va m'emmener ? Une petite étincelle de peur mêlée d'espoir me traverse. Emmène moi loin d'ici.

Lorsque la laisse en cuir dur frappe mon dos avec force, je hurle de douleur. La sensation de brûlure me fait mal dans tout le dos, palpitant dans tous les nerfs de ma colonne vertébrale. Un autre cri s'échappe alors qu'il me frappe à nouveau, juste en face du premier. Des larmes s'échappent de mes yeux alors que je fixe le sol, essayant de ne pas faire trop de bruit. La seule chose sur laquelle je peux me concentrer est la sensation de picotement dans mon dos et comment l'arrêter.

Je jette un coup d'œil aux filles assises dans la partie opposée de la pièce, leurs visages trempés de tristesse et de choc. Mes yeux se tournent rapidement vers la fille que ma stupide bouche a sauvée. Ses joues sont encore rouges d'avoir pleuré, elle me regarde me faire fouetter. Lorsque la laisse me touche à nouveau le dos, la fille grimace, couvrant sa bouche d'une main tremblante.

Il m'a frappé trois fois maintenant. La douleur palpite à travers moi alors que je le regarde à nouveau. Il a toujours ce froncement de sourcils dégoûtant sur le visage alors qu'il lève la laisse une fois de plus. Cette fois, il n'a pas l'occasion de me frapper avec.

« Isaac ! Assez ! Une grande femme vêtue d'une jupe crayon bleu marine et d'un chemisier blanc s'exclame en entrant dans la pièce. L'homme au-dessus de moi soupire et laisse lentement tomber sa main. Il se tourne vers elle d'un air agacé, ce qui durcit un peu son regard. "Tu as eu une chance de plus de montrer que tu étais digne d'être collectionné. Maintenant je réalise que tu n'as pas le cou pour le faire sans blesser quelqu'un." Vous pourriez dire ça.

Il soupire une fois de plus et regarde ses pieds, presque comme s'il avait honte. Est-elle sa mère ? Non, trop jeune... soeur ? Peut-être.

"Lâchez la fille et amenez-la dans mon studio." La grande dame soupire et se retourne. Ses talons claquent alors qu'elle marche dans le long couloir gris. Lorsque sa silhouette est hors de vue, je regarde à nouveau l'homme, Isaac. Il me regarde avec des yeux plissés. La panique m'inonde alors que je le regarde saisir à nouveau la laisse.

"En haut!" Il grogne. Je me remets sur mes pieds et essaie de couvrir mon corps découvert avec mes bras. Il tend la main et attache la laisse au grand collier que je porte. Avant que je puisse me préparer à marcher, il tire sur la laisse, faisant de longs pas hors de la pièce. Mon dos me pique lorsque je bouge, un peu de liquide coule le long de sa courbe.

Une fois que nous sommes sortis de la pièce, il siffle une fois, faisant sortir en courant un jeune garçon maigre d'une pièce à côté de la pièce pleine de filles, son visage fatigué n'osant pas me regarder. Il court jusqu'à la lourde porte et la referme, la verrouillant. Je détourne la tête du garçon, regardant le grand dos de l'homme qui marche devant moi.

Il me conduit à travers le couloir de béton gris, recouvert de toutes sortes de peintures monochromes, jusqu'à ce que nous atteignions une grande porte blanche. Il y a 3 portes identiques un peu plus loin dans le couloir. Je me demande ce qu'il y a derrière eux, j'espère ma liberté.

Alors qu'il ouvre la porte, je vois une grande pièce toute blanche. Il est rempli de tonnes d'équipements de coiffage ?

Il y a un grand lit de massage au milieu de la pièce, auquel est attaché un panier rempli de bandes de cire et de rasoirs. Il existe plusieurs types de savons pour le corps et de gommages dans tous les parfums différents sur une étagère au mur. Je regarde à droite où il y a une grande douche en verre remplie de différents shampooings et revitalisants.

Contre le mur à côté, il y a un immense bureau avec des tonnes de maquillage. Des barres à friser et des fers à lisser sont suspendus à un crochet au mur. Au-dessus se trouve une étagère avec toutes sortes de teintures capillaires et de tiges de curling permanentes.

À l'autre bout de la pièce, il y a un de ces grands sèche-cheveux sur pied avec un gros fauteuil moelleux en dessous. Mes yeux parcourent tous les outils pour les ongles et se dirigent directement vers le dressing gigantesque rempli de tonnes de robes. Qu'est-ce que c'est que ça ? Un relooking de super modèle : devenu rouge ?

« Oh, tu es là ! Incroyable. Merci, Isaac, tu peux partir. Je me tourne à nouveau vers la même voix et vois la grande dame qui se tient là. Ses cheveux roux ondulés reposent magnifiquement sur son épaule, ses yeux bruns scintillent dans la lumière vive. Elle est vraiment belle...

Isaac quitte la pièce. Lorsque la porte se ferme, un déclic retentit, probablement le verrouillage de la porte. La belle dame me regarde à nouveau et commence à se diriger vers moi. Je recule d'un pas à contrecœur, n'osant pas être près d'elle. Elle a évidemment d'autres idées, car elle continue de pousser vers moi.

"Comment t'appelles-tu chéri?" Elle me demande en examinant mon corps, d'accord, c'est un peu inconfortable. Et avec un peu, je veux dire beaucoup. J'ouvre la bouche pour répondre, mais pour une raison quelconque, j'ai du mal à me souvenir de mon nom. Elle me regarde, attendant, alors que je fronce les sourcils. Cela me frappe finalement et je lui réponds avec ma petite voix craquante, essayant de rester inexpressif.

« Braelyn.

Son large sourire me fait presque sourire. Elle est incroyablement gentille avec moi, à un point où ça me déconcerte. Elle n'est pas bonne, elle nous aurait aidés les filles là-dedans si elle l'était. Même si elle ne fait rien, elle laisse faire. C'est aussi mauvais que de le faire elle-même.

"Vous pouvez me demander n'importe quoi et j'essaierai de répondre honnêtement à toutes vos questions." dit-elle en attrapant légèrement ma main. Je me force à lui sourire et j'acquiesce, la faisant sourire en retour et tendant la main pour me libérer. Elle est définitivement beaucoup plus gentille qu'Isaac. Non pas que ce soit difficile à réaliser.

Elle me tire vers la table de massage et me pousse à m'asseoir, je le fais. Je regarde à nouveau autour de moi, examinant tout une fois de plus.

"Qu'est-ce que tu vas me faire ?" Je lui demande prudemment, je ne veux pas demander quelque chose que je ne suis pas censé demander. Elle se détourne du bureau tout maquillé et me sourit. Elle s'appuie contre le bureau alors qu'elle me regarde, m'inspectant minutieusement. Cela me met mal à l'aise lorsque je me déplace sur la table.

"Je vais te rendre présentable pour tous les acheteurs." Elle dit simplement. Acheteurs ? Attends, veut-elle dire qu'ils vont me vendre ? Non! Certainement pas! Mes mains tremblent alors que je m'agrippe au bord de la table.

"Tu vas me vendre ?" je lui demande effrayée. Elle me sourit. Qu'est-ce qui vous fait sourire ! Ce n'est pas drôle ! Tu me vends à un autre humain. Je ne suis pas un vieux canapé dans une vente de garage !

"Ce n'est pas aussi mauvais que tu le penses. Fais ce que ton maître te dit et ils te traiteront bien. Ou du moins la plupart d'entre eux le feront." Elle explique. Pas aussi mauvais que je le pense ? Oh non parce que tu n'es certainement pas en train de me vendre à une personne au hasard. "J'ai moi-même été vendu. Mon maître m'a mal traité au début. Mais une fois que vous vous soumettez à lui, tout ira bien." Dit-elle gaiement, comme si ça allait m'aider à me détendre. Une fois que j'ai soumis? Qu'est-ce qu'elle veut dire par là ? Je vais être esclave ?

Maître? C'est comme ça que je vais devoir l'appeler ? Mon maître. Je mets ma tête dans mes mains tremblantes et tente de calmer ma respiration. Je veux rentrer à la maison... pas que je sache où je suis... ou si j'ai encore une maison.

"Où suis-je?" je lui demande alors qu'elle se dirige vers moi. Elle me pousse légèrement pour que je m'allonge sur le dos sur la table de massage, totalement exposé pour elle, ou j'ai encore mes sous-vêtements. Mon dos me pique lorsque je m'appuie contre le tissu en peluche. Ma peau se soulève alors qu'elle m'inspecte, l'inconfort me faisant trembler. Je veux juste rentrer à la maison.

"Virginie occidentale." dit-elle en prenant une liste de contrôle. Mon cœur se serre tandis que mes yeux s'écarquillent. MAIS JE VIS À SAN FRANCISCO ! Comment diable ai-je atterri ici !?

Les souvenirs de cette nuit me reviennent comme un tsunami, chassant mon souffle de mes poumons. Je m'empresse de les repousser car je ne veux pas les revivre... du tout. Les cheveux se dressent sur tout mon corps alors que j'ai des images dans ma tête... du sang, tellement de sang. J'avale l'épaisse boule dans ma gorge alors que je me concentre sur la situation dans laquelle je me trouve en ce moment.

"Nous ferons l'épilation au laser extrême sur vous. Cela garantira que les poils de votre corps ne repousseront jamais. Cela piquera un peu, alors vous êtes prêt." Elle déclare et commence soudainement à rouler la table dans une grande pièce sombre avec des tonnes de machines effrayantes. Cela ressemble à une chambre de torture de film d'horreur Sci-Fi. Je peux supporter un peu de douleur après ces coups de fouet. Je devrais probablement lui en parler, pour les nettoyer.

Pour l'instant, je suis allongé ici, inspectant toutes les machines avant qu'elle ne commence le traitement de retrait. Mes mains sont menottées à la table, au cas où j'essaierais de m'enfuir. Je ne le ferai pas, vu que je ne connais pas cet endroit. Je courrais très probablement dans une pièce remplie de gens en colère, ce qui entraînerait ma mort immédiate. Si je reste analytique et pose les bonnes questions, j'ai plus de chances de sortir d'ici en un seul morceau. C'est ce que mes parents auraient voulu.

Le bruit des machines qui se mettent en marche me fait attirer mon attention vers elle. Elle m'envoie un sourire compatissant en déplaçant la tête de la machine vers mes jambes, laissant le gros laser claquer contre ma peau. Bon ça fait vraiment très mal. J'ai l'impression que quelqu'un prend un chalumeau sur ma peau. Je ne peux pas faire ça !

"ARRÊT!" Je crie encore et encore, mais elle ne bouge pas un muscle. La douleur me traverse par vagues. Je pense que je vais m'évanouir. Les choses se brouillent devant moi, éteignant toutes les lumières. Le son du claquement du laser me plonge dans le sommeil.

Encore une fois... l'obscurité...

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY