Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Milliardaire / Sous le charme du fils du milliardaire
Sous le charme du fils du milliardaire

Sous le charme du fils du milliardaire

5.0
49 Chapitres
67.7K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Tessa Erickson, une jeune femme célibataire de vingt-six ans, mène une vie épanouissante à New York où elle travaille pour une prestigieuse entreprise. Tout bascule lorsqu'elle se met en couple avec Nicolai Piercy, un playboy charismatique, fils du propriétaire de la société pour laquelle elle travaille. Malgré leur attirance mutuelle, les problèmes personnels s'accumulent au bureau et en dehors. Vont-ils réussir à surmonter les obstacles, à changer leurs sentiments l'un envers l'autre et à permettre à Tessa de tomber amoureuse du fils du milliardaire ? Plongez dans l'histoire captivante de Nick et Tessa, confrontés aux défis de la vie et de l'amour.

Chapitre 1 Épisode 1

Point de vue de Nicolai

Je me suis réveillé avec un sursaut et, à ma gauche, une vision captivante : une femme aux cheveux d'or, nue, avec des couvertures drapées sur son corps.

Je me suis redressé lentement, en serrant les dents, et j'ai passé mes mains sur mon visage avec un gémissement léger. Ma tête me faisait souffrir à cause des nombreux verres de tequila que j'avais descendus la nuit précédente.

Je me suis levé lentement, me dirigeant vers la salle de bain avec précaution pour trouver un verre et de l'Advil pour soulager mon mal de tête qui me martelait le crâne.

Je n'avais aucun souvenir d'être rentré chez moi avec cette mystérieuse blonde.

Trop de shots, trop de folie.

Après avoir avalé l'Advil, j'ai posé mes mains sur le plan de travail de l'évier, baissant la tête en fermant les yeux, sentant le poids des excès de la nuit peser sur moi.

J'ai été tiré de mon sommeil par une voix suave à côté de moi. J'ai ouvert les yeux et levé la tête pour découvrir la femme se tenant derrière moi, les couvertures enroulées autour de son corps, un air séduisant sur les lèvres.

Je me suis retourné pour la regarder sans dire un mot, captivé par sa présence.

"J'ai passé une nuit incroyable hier soir", murmura-t-elle en se mordillant la lèvre inférieure, essayant de paraître encore plus séduisante.

J'ai esquissé un faux sourire et suis passé devant elle, sentant mon cœur s'accélérer.

"Je suis vraiment désolée de vous laisser ainsi, mais je dois me rendre à une réunion dans une trentaine de minutes. Mais merci pour cette fabuleuse nuit", ajouta-t-elle d'un ton empreint de regret.

J'ai acquiescé en feignant la compréhension, ramassant ses vêtements éparpillés sur le sol et les lui tendant.

Elle m'a jeté un regard agité alors qu'elle se rhabillait rapidement, puis elle a quitté ma chambre en trombe, claquant probablement la porte en partant.

J'ai entendu un bruit sourd venant d'en bas, sans doute la porte d'entrée qu'elle avait claquée avec force.

"Je peux vous apporter quelque chose à manger, monsieur ?" demanda une voix familière dans l'embrasure de ma porte. Je me suis tourné pour voir Maxwell, mon majordome, un homme longiligne aux cheveux gris, vêtu d'un costume noir, immobile.

"Ce serait super, Max, bien sûr", ai-je répondu en esquissant un léger sourire. Je me suis dirigé vers mon armoire pour trouver une chemise à porter.

Il m'a demandé ce que je faisais habituellement, j'ai simplement acquiescé.

"Je vais le faire savoir à Fredrick", a-t-il dit en descendant les marches.

Fredrick était mon chef personnel, l'un des meilleurs de la ville. J'ai regardé l'horloge, il était huit heures moins le quart du matin.

Malgré ma gueule de bois, j'avais l'impression qu'il était beaucoup plus tôt. J'ai jeté un coup d'œil du coin de l'œil et j'ai vu mon berger allemand, Charlie, entrer dans ma chambre et s'allonger sur son lit dans un coin.

"Hé, mon pote", lui ai-je dit en lui frottant le ventre et en lui grattant derrière l'oreille.

C'est alors que j'ai entendu mon téléphone sonner, et j'ai grimacé au son de la sonnerie.

"Allô ?" ai-je dit en plissant les yeux.

"Nicolai ! Tu es en route ?" c'était mon père.

"Je suis désolé. En route pour quoi ?" ai-je dit en me grattant la tête et en baillant.

"En route pour le bureau de l'entreprise ? Tu viens de te réveiller ?" me demanda-t-il, l'air frustré.

"Oui et non. Attends, je croyais que c'était demain ?" ai-je dit, confus.

"Non, Nicolai ! Comme je te l'ai dit hier, tu devais rejoindre aujourd'hui l'équipe de Piercy and Jansen Inc. pour participer à l'organisation du festival", dit-il d'un ton plus fort.

Je suis restée assise un moment, repensant aux événements de la veille, sans me souvenir qu'il m'avait parlé de ça.

"Dépêche-toi d'aller au bureau. Je leur ai indiqué que tu serais là à 8h30."

"Te moques-tu de moi ?" m'exclamai-je en me levant, frustré.

"Rends-toi immédiatement au bureau, Nicolai !" me dit-il avant de raccrocher.

Je grommelai et lançai mon téléphone à travers la pièce sur mon lit. Puis, je me dirigeai vers ma salle de bain et entrai sous la douche - l'eau était froide, mais cela faisait du bien. Une fois sorti, je me brossai les dents et me coiffai.

En finissant de me préparer, j'attrapai une chemise blanche à manches longues et un pantalon de costume noir. Je me parfumai avec de l'eau de Cologne et descendis rapidement les escaliers de mon appartement pour me rendre à la cuisine. Je m'assis et déjeunai avec les toasts et les œufs que Fredrick avait préparés.

"Merci Fred, j'apprécie", le saluai-je d'un signe de tête, tout comme Maxwell.

"Bonne journée, monsieur", dit Max.

"De même", répondis-je en me hâtant de descendre pour rejoindre mon chauffeur.

Je montai dans ma BMW noire et pris place à l'arrière.

"Comment allez-vous aujourd'hui, M. Piercy ?" demanda Gérard, mon chauffeur.

"Je vais bien, merci", répondis-je.

"Bon à savoir. Où dois-je vous emmener aujourd'hui, monsieur ?" demanda-t-il.

"Au bureau de la société", répondis-je en regardant par la fenêtre.

"Très bien", dit-il en commençant à descendre la rue .

Je trifouillais mon téléphone en faisant défiler Twitter, c'est là que je réalisai que le nom de mon frère était un sujet tendance. Je reposai ma tête en arrière et fermai les yeux, me demandant ce qu'il avait bien pu faire cette fois-ci pour attirer autant l'attention. Je commençai à faire défiler les tweets, la plupart provenant de chroniqueurs de potins et d'autres journalistes.

Un tweet en particulier attira mon attention.

Le fils cadet du milliardaire Robert Piercy, Elias Piercy, avait été aperçu en train de se battre avec un ami de sa prétendue petite amie, le mannequin Larissa Moss, à la sortie d'un club à Manhattan.

Je pinçai les lèvres en lisant le tweet. Une part de moi n'était pas surprise. Je cliquai sur l'article pour en savoir plus.

Elias Piercy, âgé de 22 ans, a été vu pour la dernière fois lors d'une bagarre à l'extérieur d'un club de Manhattan tard dans la nuit de jeudi à vendredi. La bagarre aurait éclaté au sujet de sa prétendue petite amie, Larissa Moss, qui est apparemment mannequin.

Les deux hommes quittaient le club lorsque l'ami de Moss s'est approché de Piercy et a commencé à crier. Les témoins affirment ne pas savoir exactement pourquoi les deux hommes se sont battus, mais il semble que cela ait pu être lié au rendez-vous de Piercy pour la soirée.

Il y aurait eu des bousculades et des coups de poing avant que la sécurité du club ne les sépare, et Piercy serait parti sans que son compagnon, selon les rumeurs, ne le suive.

Je me suis passé la main sur le visage en signe d'exaspération.

J'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu le grand immeuble de neuf étages en verre argenté brillant à côté de moi.

"Merci Gérard !" Je lui ai tendu un billet de 20 et je suis sorti de la voiture.

J'ai redressé ma chemise avant de rentrer à l'intérieur.

"Bonjour M. Piercy", dit une réceptionniste d'une vingtaine d'années à la tête rouge et chaude, à l'entrée du bureau.

J'ai acquiescé en me dirigeant vers l'ascenseur et en y montant.

"Attendez ! Attendez ! Retenez l'ascenseur ! " a crié une voix alors que la porte commençait à se fermer.

J'ai rapidement mis mon pied dans l'entrebâillement de la porte qui s'est rouverte.

Une jolie fille brune se tenait devant moi.

"Merci !" dit-elle en soupirant, en se précipitant pour appuyer sur le bouton, avant de se rendre compte qu'il se trouvait au même étage.

Elle portait un chemisier blanc avec un blazer rose et une jupe crayon noire moulante qui mettait en valeur ses légères rondeurs.

J'ai souri, elle a écarté une mèche de ses cheveux bruns ondulés de ses yeux et a ajusté son sac à main sur son épaule ainsi que la pile de dossiers qu'elle tenait dans ses bras.

Elle a gardé la tête baissée pendant tout le trajet en ascenseur, même lorsque nous avons atteint le septième étage.

Je la suivais alors qu'elle entrait dans la pièce où je devais me trouver.

"Ah, M. Piercy ! Merci beaucoup de vous être joint à nous !" dit l'homme que j'avais rencontré l'autre jour.

"Daniel ? Derek ? Dev-" Je devine son nom avant qu'il ne m'interrompe.

"David, monsieur", a-t-il dit en me corrigeant.

"Ah oui, c'est vrai, désolé. David, de rien". J'ai dit en me passant une main dans les cheveux.

"Je vous en prie, suivez-moi. Je vais vous faire visiter les lieux et vous présenter à tout le monde", dit-il en ajustant ses lunettes.

Nous sommes passés devant un groupe de cabines et de bureaux en verre avec des stores. Nous sommes entrés dans une grande pièce vitrée, qui semblait être une salle de conférence.

"J'aimerais vous présenter M. Nicolai Piercy, le fils de Robert Piercy, comme la plupart d'entre vous le savent sans doute."

Point de vue de tessa

En posant mes dossiers et en levant les yeux, j'ai remarqué que le type que j'avais rencontré brièvement au bar la nuit précédente s'appelait Nicolai Piercy.

"Bien sûr", ai-je dit en retenant mon souffle.

"Qu'est-ce qui ne va pas ? demande Naomi.

"Rien", ai-je dit en croisant les bras.

Naomi m'a regardé, a froncé les sourcils et s'est assise.

"S'il vous plaît, appelez-moi Nick", a-t-il dit.

J'ai roulé des yeux.

"Nick va nous rejoindre sur ce projet pour le festival et j'aimerais que vous l'écoutiez tous et que vous lui rendiez hommage", a dit David en plaçant ses mains sur ses hanches.

Le reste de mes collègues ont tous acquiescé, tandis que je me tenais à l'arrière, pas très impressionné.

"Je n'étais pas très impressionné. Maintenant, mettons-nous au travail", dis-je.

"Erickson, Newton, venez ici", dit David. Mon estomac se retourna.

La dernière fois que David avait convoqué un employé pour lui parler, c'était pour le licencier.

Je regardai Harold qui avait l'air terrifié, sa peau déjà pâle devenant blanche comme un linge.

"J'aimerais que vous vous associez à Nick pour ce projet", déclara David. Les yeux d'Harold s'écarquillèrent, il tendit les bras sur le côté et les enroula autour de David.

Je ris. "Lâchez-moi !" ordonnai-je.

"Je suis désolé. Je vous remercie de ne pas m'avoir viré !" dit Harold en soupirant.

"Te virer ? Pourquoi le ferais-je... Peu importe. Va lui parler, montre-lui les plans du festival et quoi qu'il décide... fais-le. C'est compris ?", demanda David.

J'acquiesçai, bien que ce plan ne m'enchantât guère.

David s'éloigna tandis qu'Harold et moi nous approchions de Nick.

"Bonjour M. Piercy, je m'appelle Harold Newton et voici Tessa Erickson, nous allons travailler avec vous sur ce projet", dit Harold.

"Génial, génial. Mais d'abord, pourriez-vous faire quelque chose pour moi ?", demanda Nick.

"Super ! Pourrais-tu courir au Starbucks et me prendre un expresso glacé au caramel, et n'oublie pas de leur dire de mettre deux doses de sauce caramel au lieu d'une. Merci !" dit-il en tendant un billet de vingt à Harold et en lui tapotant l'épaule.

Harold resta perplexe, puis hocha la tête avant de s'en aller rapidement.

Je suis restée bouche bée, cela ne faisait pas cinq minutes que nous travaillions avec lui et Harold était déjà parti faire des courses pour lui.

Je me suis dit : "Très bien ! Alors, passons aux choses sérieuses. On y va ?" Il a frappé ses mains l'une contre l'autre et m'a regardé avec un regard brûlant.

J'avais envie de lui casser la figure.

Je l'ai dépassé et je suis restée debout près de la table du bureau tout en feuilletant les dossiers.

"Nous ne le ferons pas", ai-je dit, frustrée.

"Excusez-moi ?", dit-il, et je pouvais sentir son regard sur moi.

"Vous m'avez bien entendu. Je suis sûr que vous n'avez pas l'habitude de travailler, alors je vais vous simplifier la tâche. Tout ce que vous avez à faire, c'est de signer votre nom et ce sera tout pour vous", ai-je ajouté en faisant glisser un dossier vers lui.

Il contenait les documents qu'il devrait signer à la fin de ce projet pour que tout soit en ordre.

"Oh, allez... tu voulais quelque chose de Starbucks aussi, parce que si c'est le cas, il n'est pas trop tard pour ajouter ton ou-". J'ai levé la main pour le faire taire.

"Signez juste les papiers et ensuite vous pourrez partir", ai-je dit en baissant la tête, agacée.

"Excusez-moi ?", a-t-il répété.

"Ai-je bégayé ?", ai-je répondu sarcastiquement.

"Quel est votre problème ?", a-t-il demandé.

"Mon problème, ce sont les gens comme vous", ai-je répliqué. "Le genre de personnes à qui l'on donne tout dans la vie. Le genre de personnes qui n'ont pas l'habitude de travailler un jour dans leur vie", ai-je ajouté en lui lançant un regard noir.

"Qu'est-ce qui te fait penser que tu peux me parler comme ça ?", a-t-il rétorqué.

"Oh, je ne sais pas. Qu'est-ce qui te fait penser que tu peux ordonner aux gens de faire des choses pour toi, des choses que tu es parfaitement capable de faire toi-même ?", ai-je dit en posant mes mains sur la table et en me penchant en avant.

Il a penché la tête sur le côté, un regard agressif s'est formé dans ses yeux alors qu'il s'approchait de moi.

"Écoute, ma chérie, je peux te faire virer aussi vite que tu as franchi cette porte. Alors si j'étais toi, je ferais attention au pont que tu t'apprêtes à traverser", dit-il d'une voix basse et rauque.

J'ai fait un léger pas en arrière et je l'ai regardé fixement.

"Je vais donc devoir tenter ma chance, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ?", ai-je répondu avec défi.

Il me regarda, surpris, en serrant les dents. Les muscles de sa mâchoire bougeaient tandis qu'il fermait la bouche.

C'est alors qu'on a frappé à la porte, nous avons tous les deux regardé dans l'embrasure pour voir David.

"Comment ça se passe ?", a-t-il demandé, l'air plein d'espoir.

J'ai regardé Nick redresser sa chemise et se racler la gorge.

"Ça se passe très bien. Je pense que tout va s'arranger... très bien", a-t-il dit en me lançant un regard noir et en esquissant un faux sourire à David.

"Génial ! Je dois vous donner quelques informations sur le banquet à venir, alors si vous pouviez me retrouver dans mon bureau", a dit David en s'en allant.

"Bien sûr", ai-je répondu.

Nick m'a jeté un dernier regard avant de sortir et de suivre David.

J'ai pris une grande inspiration et je me suis assise sur l'une des chaises de bureau de la pièce.

J'ai appuyé mon coude sur la table et reposé ma tête dans ma main.

Comment cela allait-il se passer ?

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 49 Épisode 49   05-30 19:27
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY