Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / LA REMPLAÇANTE
LA REMPLAÇANTE

LA REMPLAÇANTE

5.0
36 Chapitres
16.7K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Sa douce emprise dans mes cheveux me fait fermer les yeux, car une intuition m'assaille, une certitude que ses prochaines paroles vont me terrasser. Dans un murmure, il dévoile son verdict. - Retiens-le bien, Dolce, je ne t'aimerai jamais. Tout ce que je cherche en toi, c'est l'écho de sa présence, l'essence de cette femme que j'ai perdue. --- Jaden est un homme brisé par la perte sa femme lors de l'accouchement de leur fils. Chaque regard vers son fils est un rappel poignant de celle qu'il a perdue, une douleur si profonde qu'elle menace de le consumer. Lors d'un changement de route inattendu, une apparition inattendue lui donne une lueur d'espoir. Il aperçoit une femme dont la ressemblance frappante avec sa défunte épouse le laisse stupéfait et désespéré. Obsédé par son image, il est déterminé à l'avoir dans sa vie, coûte que coûte. Dolce, pour sa part, est une femme aux abois. Le seul parent qui lui reste, son frère bien-aimé, lutte contre le cancer. Il y a de l'espoir, mais ce dernier nécessite un prix élevé - une somme d'argent qu'elle peine à rassembler malgré son travail inlassable jour et nuit. Quand leurs chemins se croisent, c'est un choc violent. Jaden voit en Dolce un substitut pour la femme qu'il a perdue, et Dolce voit en lui un moyen de sauver son frère. Dans cette danse désespérée de désir et de nécessité, l'amour peut-il trouver une place ?

Chapitre 1 Prologue 1. Dolce

La pluie tombe sur le pare-brise avec une régularité presque apaisante. Je fixe le déluge à travers le verre, chaque goutte formant et déformant le paysage urbain qui défile. Mon chauffeur, avec la concentration stoïque du vétéran qu'il est, manœuvre prudemment notre voiture sur la route glissante.

- Je suis désolé, monsieur Hawthorne, s'excuse-t-il en jetant un coup d'œil anxieux dans le rétroviseur. La route habituelle est fermée. Nous devrons prendre un itinéraire différent aujourd'hui.

J'hôche la tête, à peine conscient de ses mots. Mon esprit est ailleurs, coincé dans un passé que je ne peux ni échapper ni accepter. La douleur de la perte est toujours aussi vive que le jour où elle est survenue.

C'est alors que je la vois. Là, sur le trottoir, une femme marche seule sous la pluie. La vue de son dos, de ses cheveux trempés collés contre sa nuque, me fait manquer un battement de cœur. Elle a la même stature, la même démarche qu'elle...

- Arrêtez la voiture, ordonné-je d'une voix rauque. Mon chauffeur obéit sans poser de question, tirant sur le frein et faisant crier les pneus sur le bitume mouillé.

J'ouvre la porte et sors dans la pluie, chaque goutte d'eau froide me rappelant douloureusement à la réalité. Je me dirige vers elle, mon cœur battant avec une intensité que je n'ai pas ressentie depuis des mois.

Elle se retourne lorsque j'approche, ses yeux écarquillés de surprise. Mon souffle se bloque. C'est elle, ou du moins, elle lui ressemble tellement. Les mêmes yeux, le même visage, mais une âme différente.

Elle n'est pas elle, et pourtant, en cet instant, elle est tout ce que je désire.

__________ 1. Dolce __________

La pluie tombe en fines gouttelettes contre mon parapluie, la cacophonie constante apaise mes pensées agitées. Chaque pas que je fais résonne sur le trottoir mouillé, mon esprit est ailleurs, perdu dans les soucis et la peine.

Mon frère, mon seul parent restant, est dans un lit d'hôpital, luttant contre le cancer. Chaque jour est un combat, chaque nouvelle est un mélange d'espoir et de désespoir. La responsabilité repose lourdement sur mes épaules, mais je n'ai pas d'autre choix que de continuer.

Mon travail de serveuse ne rapporte pas beaucoup. Les pourboires sont rares, les clients souvent ingrats. Les factures médicales s'accumulent, et malgré mes efforts, je ne peux pas suivre.

Pourtant, je dois continuer. Pour mon frère. Pour moi.

Je serre plus fort mon parapluie, sentant l'eau froide s'infiltrer à travers les coutures de ma veste, mouillant mes cheveux. Je ne cherche pas à m'abriter. La pluie est une distraction, une brève évasion de la réalité.

Une voiture s'arrête à côté de moi, m'arrache à mes pensées. Un homme sort, son visage masqué par la capuche de son manteau. Il s'approche, sa démarche déterminée malgré le déluge.

Mon cœur bat plus vite. Qui est cet homme ? Pourquoi s'est-il arrêté ? Dois-je courir, crier ? Avant même de pouvoir réfléchir à une éventuelle action, il est devant moi.

Il retire sa capuche, dévoilant un visage dur mais pas inamical. Ses yeux me fixent, une intensité inquiétante dans son regard.

- Excusez-moi, dit-il, sa voix rauque s'élevant au-dessus du bruit de la pluie. Je suis désolé de vous avoir arrêtée, mais... vous ressemblez à quelqu'un que je connais.

Je reste figée, surprise et confuse. Je hoche la tête, resserrant ma prise sur mon parapluie.

- Je suis désolée, je ne vous connais pas", réponds-je, mon cœur bat toujours fort dans ma poitrine. Je dois y aller.

Et je m'éloigne, laissant l'homme seul sous la pluie. Je ne sais pas qui il est, ni pourquoi il m'a arrêtée. Tout ce que je sais, c'est que j'ai déjà assez de problèmes sans m'impliquer avec des inconnus.

Je prends une grande inspiration et reprends ma marche, laissant derrière moi l'étranger et son regard intense. Les gouttes de pluie martèlent contre mon parapluie, créant un rythme hypnotisant qui apaise un peu ma nervosité. Je me répète que ce n'est rien, un simple incident de la rue. Néanmoins, son visage et ses mots restent gravés dans mon esprit.

Je continue à marcher, mes pensées tournent autour de mon frère, de sa maladie et de notre lutte constante. Le poids sur mes épaules semble devenir de plus en plus lourd à chaque pas que je fais. L'hôpital n'est plus très loin. Je vais y passer la nuit, comme chaque nuit, à veiller sur lui, à prier pour qu'il ait une chance de s'en sortir.

Je passe devant des boutiques fermées, leurs enseignes lumineuses ternes et sans vie sous la pluie battante. Elles semblent si déconnectées de la réalité que je vis, des factures médicales qui s'empilent et du fardeau que je porte. J'ai l'impression d'être dans deux mondes à la fois - l'un rempli de lumière et de vie, et l'autre plongé dans l'obscurité et l'incertitude.

Ma vie quotidienne est une bataille constante. Le réveil tôt le matin, les longues heures de travail, les courses pour l'hôpital, les nuits blanches à veiller sur mon frère - chaque jour est un défi à surmonter. Mais je n'ai pas le choix. Je dois continuer, pour lui, pour moi.

J'arrive enfin à l'hôpital, un bâtiment imposant aux murs gris. Les lumières à l'intérieur brillent d'un éclat triste, éclairant les couloirs stériles et silencieux. Mon cœur se serre alors que je franchis les portes, me préparant à une autre nuit de veille.

Je salue les infirmières, échange quelques mots avec le médecin de service, puis me rends dans la chambre de mon frère. Il est allongé sur le lit, les yeux fermés, sa respiration est faible mais régulière. Je m'assois à côté de lui, prenant sa main dans la mienne. Je suis épuisée, mais je ne peux pas me permettre de baisser ma garde. Pas maintenant.

Alors que je m'installe pour la nuit, je repense à l'étranger sous la pluie. Qui était-il ? Pourquoi m'a-t-il arrêtée ?

J'essaie de chasser ces pensées de mon esprit, me concentrant sur la réalité qui m'entoure. Mon regard se pose sur le visage paisible de mon frère. Son teint pâle contraste fortement avec les draps blancs de l'hôpital. Son souffle régulier est le seul bruit qui remplit la pièce, une mélodie qui apporte un certain réconfort à mon cœur lourd.

- Luca... murmure-je, serrant doucement sa main entre les miennes.

Il cligne lentement des yeux, se réveillant de son sommeil lourd de médicaments. Un sourire fatigué se dessine sur son visage alors qu'il tourne la tête vers moi.

- Dolce, répond-il d'une voix faible, ses yeux brillent d'une affection profonde.

Je lui souris en retour, ma main libre caressant doucement ses cheveux ébouriffés. Malgré sa situation, Luca reste le frère aimant que j'ai toujours connu. Il est une source constante d'espoir et de force pour moi, même dans les moments les plus difficiles.

- Comment tu te sens aujourd'hui ? lui demande-je doucement, faisant de mon mieux pour garder ma voix stable.

Il hausse les épaules légèrement, un geste simple qui semble lui coûter beaucoup d'effort. Ça va, ne t'inquiète pas pour moi.

Son optimisme inébranlable me touche toujours, même si je sais qu'il souffre beaucoup plus qu'il ne le laisse paraître. Je hoche la tête, essayant d'absorber un peu de sa force.

- Et toi ? demande-t-il soudain, sa voix teintée d'inquiétude. Tu as l'air épuisée, Dolce.

Je le rassure d'un sourire, tout en essayant de dissimuler ma fatigue.

- Je vais bien, Luca. Ne t'inquiète pas pour moi.

Nous continuons à parler pendant un certain temps, échangeant des histoires et des rires. Luca m'encourage toujours à partager des détails sur ma journée, insistant sur le fait que cela l'aide à se sentir connecté au monde extérieur. Ce soir, je raconte l'histoire de l'homme dans la pluie. Luca écoute avec une attention silencieuse, ses yeux scrutant mon visage pour la moindre réaction.

- Au moins, quelque chose de différent s'est passé aujourd'hui, dit-il avec un petit sourire.

Je ris doucement, acquiesçant.

- Oui, c'est vrai.

Notre conversation continue tard dans la nuit, notre lien se renforçant malgré la maladie qui nous sépare. Alors que je finis par m'endormir sur la chaise à côté de son lit, je ne peux pas m'empêcher de repenser à l'étranger sous la pluie. Son visage, ses paroles, tout me revient avec une clarté étonnante. Les détails de notre brève rencontre sont gravés dans mon esprit, malgré la brume de fatigue qui enveloppe mes pensées.

J'essaie de me rappeler la manière dont il m'a regardée. Ses yeux étaient pleins de quelque chose que je ne peux pas définir - un mélange de surprise, de tristesse et de... désir? Non, ce ne peut pas être ça. Pourquoi un homme comme lui désirerait-il quelqu'un comme moi? Et pourtant, son regard intense avait semblé si personnel, si chargé d'émotions, que je ne peux pas l'ignorer.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 36 Épilogue   11-29 07:23
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY