Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Milliardaire / Tomber sous le charme du PDG froid
Tomber sous le charme du PDG froid

Tomber sous le charme du PDG froid

5.0
9 Chapitres
818 Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Sam Anderson, PDG de la société Anderson, est un homme dur, direct et sérieux qui ne parle que le langage des affaires. Violet est une jeune fille enjouée, maladroite et timide qui décroche un emploi à la société Anderson. Peu importe à quel point Sam essaie de l'éviter, il ne peut s'empêcher d'être attiré par elle. Mais Violet pourra-t-elle lui enseigner le langage de l'amour ou tout cela se terminera-t-il par un chagrin d'amour ?

Chapitre 1 Un entretien inoubliable

Épisode 1

Je suis nerveuse. Je sais que je ne devrais pas l'être, mais je le suis. Je viens d'obtenir un entretien à la Corporation Anderson, la plus grande entreprise d'Australie. J'ai beaucoup lu sur cette entreprise. Elle est littéralement mentionnée dans tous les magazines, journaux et chaînes de télévision. Sam Anderson, le PDG de la Corporation Anderson, est également partout. Toutes les filles le veulent et tous les gars veulent être comme lui. Pour aggraver les choses, c'est lui qui va me faire passer l'entretien aujourd'hui. C'est génial, exactement ce dont j'avais besoin. Il semble tellement intimidant.

Je regarde mes vêtements. Un haut en coton avec un cardigan noir et une jupe bleu marine avec des collants bleu marine. Je n'obtiendrai pas cet entretien en ayant cette allure. Je fixe le chemisier blanc et la veste noire de tailleur et la jupe que ma mère m'a envoyés. Je ne peux pas porter ça, et ces escarpins noirs qu'elle a envoyés. Je vais trébucher avant même d'arriver à l'entretien. Je me regarde dans le miroir, pas de plis.

"D'accord", je dis.

"Je peux le faire."

Je saisis mes clés sur le plan de travail de la cuisine et je me dirige vers les escaliers pour descendre au parking. Je respire profondément. J'ai vraiment besoin de ce travail, je suis en retard sur le loyer et je peux à peine payer mes autres factures. Parlons de la nourriture, j'ai mangé du beurre de cacahuète et du pain depuis les deux dernières semaines.

Je gare ma voiture de l'autre côté de la rue de la Corporation Anderson. Je prends mon dossier et mon sac. Ce bâtiment est énorme. Je ne pensais pas que ce serait le cas. En fait, il faudra inventer un tout nouveau mot pour la taille du bâtiment, car "énorme" est un euphémisme. Je tape nerveusement mes mains contre ma jambe.

"Des pas lents et réguliers, Violet", je me dis.

L'entretien commence dans trente minutes. Peut-être que si je marche lentement, je n'aurai pas à voir Sam si tôt.

J'entre dans le bâtiment et la réceptionniste me dirige vers le douzième étage avant de me regarder de haut en bas et de pouffer de rire. Je regarde mes vêtements. S'il te plaît, ne me dis pas qu'il y a une tache.

Je me dirige vers l'ascenseur et j'appuie sur le douze. Deux hommes entrent avec des costumes d'affaires et une femme avec une jupe étroite et une blouse. Comment ça s'appelle déjà ? Je pense que c'est une jupe crayon. Je ne suis pas sûre. Peut-être que j'aurais dû porter la tenue que maman m'a envoyée. Je prends une profonde inspiration. Les hommes me regardent et sourient. J'essaie de sourire en retour, mais je suis presque certaine de faire une drôle de tête à la place. La femme me fixe puis quitte l'ascenseur au sixième étage. Peut-être que c'est mes cheveux. Mon dieu, et si un pigeon avait fait ses besoins sur mes cheveux. Je touche mes cheveux plusieurs fois pour vérifier et m'assurer qu'ils vont bien, mais les deux hommes en costume me regardent avec inquiétude. Je laisse tomber mes mains le long de mon corps. Je respire profondément. Il n'y a aucune chance que j'obtienne ce poste.

J'arrive au douzième étage et la femme à la réception, vêtue d'une jupe et d'une veste grises serrées avec une chemise boutonnée blanche, me demande de m'asseoir sur les canapés à droite jusqu'à ce qu'on appelle mon nom. Je jette un coup d'œil aux autres personnes. Il y a quatorze autres personnes ici. Toutes habillées en costumes et avec une allure professionnelle, et moi avec mon cardigan. Bien que ce soit tout ce qu'il y a dans ma garde-robe.

Je tape ma jambe contre le carrelage et tout le monde se tourne immédiatement vers moi. Je regarde ma jupe et joue avec son coin. Je suis nerveuse. Ces gens ont l'air professionnels. Je viens tout juste d'obtenir un diplôme en commerce. Je suis sûre que ces personnes sont plus instruites et qualifiées que moi.

"Vous pouvez y aller maintenant", me conseille la réceptionniste.

Je me dirige vers la porte où il est écrit "Sam Anderson, PDG". Je prends une profonde inspiration, c'est parti. Je frappe à la porte trois fois.

Les deux réceptionnistes se mettent à rire. "Pas besoin de frapper, entrez directement."

Super, je ne suis même pas encore dans la pièce et je suis déjà embarrassée. Je pose ma main sur la poignée et je la tourne. J'entre et je referme la porte, mais je n'ose pas avancer davantage. Je me tiens près de la porte, et là, à son bureau, Sam Anderson tape sur son ordinateur sans même me prêter attention.

"Asseyez-vous, mademoiselle Jones", dit-il sans lever les yeux.

Je regarde autour de moi pour voir s'il parle à quelqu'un d'autre, mais je suis la seule présente dans la pièce. Il a bien dit mademoiselle Jones. Bon, je suppose que c'est moi. Je me dirige lentement vers son bureau, prenant mon temps pour ce qui m'attend. Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé que c'était une bonne idée de postuler pour un emploi ici. Une fois arrivée au bureau, je m'assois sur la chaise. Rien ne joue en ma faveur, car le grincement de la chaise attire son attention. Il relève les yeux et me remarque pour la première fois.

"Vous êtes ici pour le poste d'assistante personnelle ?", demande-t-il.

"Euh... oui", réponds-je.

"Intéressant."

Il saisit un document derrière son bureau sur lequel mon nom est clairement inscrit. J'essaie de ne pas réagir.

"Il est indiqué ici que vous avez un baccalauréat en commerce, est-ce exact ?"

Je hoche la tête. "C'est exact."

"Et vous êtes sûre de vouloir faire cela, le poste d'assistante personnelle ?", demande-t-il.

"Oui... euh... Ce serait un honneur de travailler dans votre entreprise."

"Oui, je suis sûr que ça le serait."

Il referme le dossier et s'appuie en arrière sur sa chaise. Il ne l'a même pas regardé pendant plus de deux minutes. Peut-être que mes qualifications ne sont pas suffisantes. Après tout, il est le numéro un des affaires dans le monde. Je tapote mes doigts contre ma jambe. Il semble le remarquer et sourit.

"Stressée, mademoiselle Jones", dit-il en souriant.

"Quoi... non... non... pas du tout."

Je me raclai la gorge et regardai mes doigts. J'arrêtai de les tapoter et les posai doucement sur mes genoux.

"Alors, que faites-vous actuellement comme travail, mademoiselle Jones ?"

"Je... euh... je travaille dans un café en semaine et le week-end, je suis serveuse dans un restaurant."

"Intéressant. Pourquoi deux emplois ?" demande-t-il.

"Je dois payer le loyer", dis-je doucement. Tellement doucement que je suis sûre qu'il n'a pas entendu.

"C'est impressionnant."

"Impressionnant ?", je demande.

"Oui, mademoiselle Jones, impressionnant. Voulez-vous que je vous l'épelle ?" demande-t-il.

"Non, ça va... je pense."

Son sourire s'élargit, j'essaie de détourner le regard mais je n'y arrive pas. Il est beaucoup plus séduisant en vrai que dans les magazines et tout ça.

"Puis-je vous poser une question ?" dis-je.

Il se penche en avant. "Allez-y."

"Je n'obtiendrai pas ce poste, n'est-ce pas ? Je suis sûre qu'il y a des personnes bien plus qualifiées que moi ici pour ce poste."

"Qui a dit que vous n'obtiendriez pas ce poste ?" dit-il en me fixant dans les yeux. "Oui, il peut y avoir des personnes plus qualifiées ici pour ce poste, mais je choisirai celle qui m'intéresse le plus. Le succès de la Corporation Anderson ne repose pas sur qui est le plus qualifié, mais sur qui le mérite le plus."

Je prends une profonde inspiration. Est-ce que cela signifie que j'ai obtenu le poste ? Que veut-il dire exactement ? Je penche légèrement sur ma chaise, discrètement. Il lève les sourcils. Mon Dieu, je transpire.

"Vous savez bien ce que ce poste implique, n'est-ce pas ?"

Je tape nerveusement mes jambes jusqu'à ce que je remarque qu'il me fixe. "Euh..."

"Ça consiste à faciliter mon travail."

"Oui, je sais", dis-je.

J'ai l'impression de vouloir m'enfoncer la tête plusieurs fois sur le bureau. Je suis tellement embarrassée, j'espère qu'il ne remarque pas la rougeur qui a teinté mes joues.

"Est-ce que vous vous mettez nerveuse rapidement, mademoiselle Jones ?"

"Euh, quoi... Non, pas du tout", dis-je en essayant de former une phrase correcte.

"Je commence à penser que je vous mets mal à l'aise."

Je ne sais pas comment réagir à cela. Je garde la tête baissée, mais je sens son regard sur moi. Il se lève de sa chaise et vient se placer devant le bureau, s'appuyant dessus. Il est vraiment proche maintenant.

"Alors dites-moi. Que faites-vous pendant votre temps libre ?" demande-t-il.

Je continue de regarder vers le bas même si je sais qu'il me regarde.

"Je n'ai presque pas de temps libre, mais quand j'en ai, j'aime me blottir avec un bon livre."

"Une lectrice, intéressant."

Je lève les yeux et je le vois fixer mes vêtements. Je savais que j'aurais dû porter autre chose. Qui porte un cardigan pour un entretien, et ma jupe ample, ça ressemble à quelque chose que je portais au lycée.

"C'est un choix vestimentaire fascinant. Habituellement, les gens ne portent pas ce genre de tenue dans mon bureau."

Je déglutis .

"En réalité, je n'ai rien d'autre à porter. Ma garde-robe se compose d'à peine 10 pièces de vêtements et elles se ressemblent toutes pratiquement."

Dès que je l'ai dit, j'aurais souhaité pouvoir revenir en arrière. Est-ce que je viens vraiment de lui dire ça ? Comme s'il se souciait de ce qu'il y a dans ma garde-robe.

"Mais... euh, bon si j'obtiens ce poste, je m'habillerai de manière plus appropriée", dis-je en essayant de rectifier ce que j'ai dit, mais cela sonne encore plus stupide maintenant que je l'ai dit.

Il sourit. "En réalité, j'aime bien. C'est très différent", dit-il avec un sourire narquois, "et très unique."

Je place mes mains sur mes joues pour cacher le rougissement qui monte.

"C'est tout pour aujourd'hui, quelqu'un vous appellera si vous obtenez le poste."

Je hoche la tête. Il ne m'a même pas interrogée correctement. Je n'ai aucune chance d'obtenir ce poste. Alors que je me lève pour partir, mon sac à main heurte le vase sur la table et le fait tomber, le brisant complètement. Qu'ai-je fait ?

"Je suis tellement désolée... Je... je... pardon... vraiment désolée."

Je ne l'ai pas seulement cassé. Pourquoi, oh pourquoi ? Les choses mauvaises m'arrivent toujours.

Je me penche pour nettoyer les débris. Soudain, je sens une main sur mon épaule. Il attrape ma main et me relève.

"C'est bon, je vais faire nettoyer ça", dit-il d'une voix calme.

J'ai tellement envie de pleurer. Je me retourne et marche aussi vite que possible vers la porte et l'ascenseur. Une fois à l'intérieur, je laisse mes larmes couler naturellement. J'ai cassé un vase. Le vase de Sam Anderson. Je suis fichue.

Lorsque l'ascenseur s'ouvre au rez-de-chaussée, je sors en courant aussi vite que possible et percute la table devant moi, faisant tomber un autre vase. Pourquoi cet bureau a-t-il autant de vases ? La dame à la réception s'approche de moi.

"Madame, ça va ?"

Je fais un signe de tête. "C'était un accident, je ne l'ai vraiment pas fait exprès."

Du coin de l'œil, je remarque Sam s'approcher de moi. Comment diable est-il arrivé ici si vite ?

"Ça va, mademoiselle Jones ?" demande-t-il.

Mes joues rougissent. Il le remarque et sourit, mais ne dit rien.

"Je ne l'ai vraiment pas fait exprès. C'est le deuxième vase que je casse en moins de dix minutes."

"Ce n'est qu'un vase. Je suis juste content que vous alliez bien."

Les larmes coulent sur mon visage et je ne peux les arrêter. Cela ne fait qu'empirer les choses. Je n'obtiendrai jamais le poste maintenant.

"Envoyez-moi la facture et je les paierai", dis-je.

Il sourit. "Ne soyez pas ridicule, ce n'est qu'un vase. Mais vous, vous n'avez pas l'air en forme."

Il saisit mon bras et nous dirige vers l'ascenseur. Je ne sais pas ce qu'il a en tête.

"Je ne peux pas sortir de là. Je ne veux pas que quelqu'un me voie pleurer."

"C'est exactement pour cela que je vous emmène dans mon bureau, vous pourrez rester là-bas jusqu'à ce que vous vous calmiez, personne ne vous verra."

Une fois dans son bureau, il m'assoit sur le canapé et me tend de l'eau.

"Buvez, cela vous aidera à vous détendre."

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY