kifflire > Romance > Jamilah: Mariée de force à mon ennemi.

   Chapitre 5 Mariage

Jamilah: Mariée de force à mon ennemi. Par Cxngxlese Personnages: 11283

à jour: 2021-02-05 06:19


Cxngxlese_production

•••

Deux semaines étaient passées depuis.

Je vivais toujours ma vie normalement.

Mais pas plus normal qu'avant parce que monsieur Karim est de retour en fait.

Je l'apercois partout.

Et quand je dis partout, c'est vraiment partout.

Et à chaque fois qu'on se voit, il doit toujours me sourire, comme si on était même pote.

L'autre jour j'étais dans ma gova et dès que je l'ai vu sortir d'une rue j'ai filée comme une malade, crari je me croyais dans fast and furious.

Laissez tomber.

Le mec il a dû se dire que j'étais déjà folle.

Hakeem, je n'ai plus aucune nouvelle de lui depuis.

Vraiment rien, il a disparu de la circulation.

Après le mariage ils sont tous rentrés chez eux.

Aya est repartie avec son mari à Rouen.

Jeneba chez elle avec son mari.

Mes tantes, mes cousines et mes cousins, d'autres sont en Suisse ou encore en Belgique.

Il ne restait plus que Amine et moi.

La maison était si triste et silencieuse.

Aujourd'hui j'ai passée la journée avec les filles.

Je rentrais chez moi tranquillement, puis j'arrive dans le salon.

Maman- ah la voilà.

Mais qu'est-ce qui se passe là?

J'entre et je vois la daronne, tonton Wafo et sa femme, tonton Assad, un monsieur, une madame et, Karim.

Je me suis frotté les yeux en mode "peut être que c'était mon imagination vu que je l'apercevais déjà partout mais pas jusqu'à chez moi".

Mais je suis vite revenue à la raison vu qu'il était assis dans mon salon.

- euh bonjour.

...- bonjour.

Maman- viens t'asseoir chérie.

-pourquoi? Qu'est-ce qui se passe?

Je m'asseois sur le canapé à côté de ma mère.

Je comprenais pas trop pourquoi ils étaient tous là, avec un air sérieux en plus.

Tonton Assad- bon maintenant que les concernés sont présent on va pouvoir commencer. Jamilah ma fille voici monsieur et madame Ben Salah, ce sont les parents du petit Karim.

Petit serait trop dire. Il est grand on dirait une femme.

- oui. Et?

Tonton Wafo- tu peux laisser parlé tes aînés?

- en chuchotant qu'il ne commence pas à me saouler lui là.

Maman- Jamilah *regard mal*

Elle m'a très mal regardée, je suis restée tranquille.

Tonton Assad- donc s'ils sont ici aujourd'hui c'est pour une proposition de mariage.

- mariage? Qui va se marier? Ma mère?

Celle-ci m'a donné une tape derrière la tête.

Tonton Wafo- toi.

Morte de rire.

- Et si je refuse?

Tonton Wafo- Qui t'as dis qu'on demande ton avis? Tu vas te marier un point c'est tout.

- vous me faites rire einh. Vous sortez de je ne sais où pour venir marier les enfants des gens?

Tonton Wafo- ne commences pas à faire ta désirée.

- excusez moi. Donc toi tonton Wafo, tu laisses tes propres filles pour me donner un prétendant à moi?

Je rigole.

- même comme ça, tu ne pouvais pas chercher quelqu'un d'autre.

Tonton Wafo- non. Karim est le seul fils de mon ami Aziz ici présent, il est déjà en âge de se marier et on a pensé à toi.

- comme quoi je suis devenue une bonne fille à marier du jour au lendemain. Vous me faites vraiment rire.

Ils me font rire eux.

Je regardais ma mère, elle ne parlait pas, elle avait l'air perturbé.

Je me faisais du soucis pour elle, parce que, connaissant ces deux là, ils ont dû lui dire des trucs pour la rendre mal à l'aise.

Tonton Assad- on représente ton feu père aujourd'hui devant eux.

- pourquoi vous ne voulez pas laisser mon père en paix où il est?

Je soupire fortement.

- De toute façon je m'étais déjà mise dans la tête que j'aurais ce genre de mariage vu que la dernière fois vous avez insistés sur ça. Je savais que vous n'alliez pas lâcher l'affaire, mais là, vous rêvez.

Je regarde Karim.

- je sais pas, cherchez moi quelqu'un d'autre. Pas lui.

Tonton Wafo- Pourquoi pas lui? Il a quoi que les autres n'ont pas?

Tonton Assad- Wafo doucement avec l'enfant.

Ma tête n'arrêtait pas de chauffer.

C'était quoi ce bourbier?

C'est pour ça qu'il est revenu lui?

Me foutre la misère?

Je l'ai regardée na kanda.

Son visage était neutre.

Tonton Assad- écoutes Jamilah, c'est déjà fixé, ton mariage sera dans un mois.

- MAIS POURQUOI?

Tonton Wafo- baisses d'un ton. On a déjà pris la décision, tu n'as pas ton mot à dire.

J'ai commencée à voir flou, j'avais tellement le seum.

- mais vous êtes qui en fait? Vous n'avez aucun droit sur moi je vous rappelle.

Tonton Wafo-on a tout les droits ma fille.

Je l'ai mal regardée.

- prenez votre sac à patate et sortez d'ici.

Je suis allée rester dans ma chambre, en les laissant là-bas.

J'entendais juste comment les tons se haussaient.

Mes mains étaient tellement moites, j'avais chaud, je me suis assise sur mon lit et j'ai placée ma tête entre mes mains.

Quelques minutes plus tard, ça a toqué à ma porte.

Je n'ai pas répondu, mais ça a insisté.

- entrez.

La porte s'est ouverte et il a accédé à ma chambre.

Je soupire.

- tu veux quoi?

Karim- je croyais que t'allais être plus enthousiaste que ça.

Il est venu s'asseoir sur mon lit.

- il y'a une chaise là-bas.

Karim- m'en fous.

- tu ne peux pas sortir de ma vie une bonne fois pour toute?

Karim- impossible. Quand j'entre dans la vie d'une personne, impossible d'y ressortir.

J'emets un bruit de bouche.

Karim- ce mariage, j'y suis pour rien.

- ouais c'est ça.

Karim- je t'assure. En fait ton oncle je sais pas qui là, à une dette envers mon père. Et pour rembourser sa dette, mon père lui a demandé une fille que je marierai.

- et pourquoi je dois te croire?

Karim- parce que je dis la vérité, ça va me servir à quoi de mentir? En fin de compte, tu ne sers qu'à ça, être un objet de remboursement. 'Fin, tu ne sers à rien.

- si t'es venu pour m'insulter, ce serait mieux pour toi de

sortir.

Il a rigolé en se levant.

Karim- tu veux savoir pourquoi je suis revenu? D'un côté, c'est pour toi.

Il a souris narquoisement avant de sortir.

Ma tête s'est mise à chauffer de plus belle.

Je me suis couchée sur le lit en mode étoile.

D'un côté tonton Wafo et sa dette.

De l'autre, Karim qui revient pour moi.

Mais déjà, pourquoi il revient pour moi?

Qu'ils en soient sûr, je ne me marierai pas.

Ça a toqué à la porte une nouvelle fois.

...- je peux entrer?

- allez-y.

C'était la mère de Karim.

Mère de Karim- je ne te dérange pas j'espère?

- non non, ne vous inquiétez pas. Asseyez vous svp.

Elle s'est assise sur mon lit à côté de moi.

Mère de Karim- bon, je suis vraiment désolée pour ce qui se passe, la tournure des choses et tout. On avait pas pensé que ça se passerait comme ça. Ce n'était pas une bonne approche hélas.

- ce n'est pas du tout de votre faute, c'est juste que, c'etait trop brusque pour moi.

Mère de Karim: ton oncle m'avait dit que tu serais d'accord pour ce mariage, c'est pour celà qu'on est venu en parler aujourd'hui. Ne t'inquiète pas, si t'es pas prête on va pas non plus te forcer.

Ça y est elle avait commencé à me faire de la peine, vu aussi la tête qu'elle faisait.

Elle était, triste.

Conscience- ne succombes pas.

Mère de Karim- Karim est mon seul garçon et j'ai aussi 2 filles. Je cherche juste une bonne fille pour lui.

- ah je vois. Écoutez, j'en suis sûre et certaine même, que vous trouverez une bonne fille pour lui. Mais pas moi.

Conscience- j'aime mieux ça.

- je ne peux pas me marier avec lui, vraiment désolée.

Mère de Karim- ce n'est pas grave, je te comprends. Merci de m'avoir accorder de ton temps en tout cas. Je vais m'en aller maintenant ma fille.

- d'accord, je vous raccompagne.

Je l'ai raccompagnée jusqu'en bas de l'immeuble.

Personne n'a parlé, Karim ne faisait que me regarder.

Ensuite, sa mère m'a fais un aurevoir avec un signe de la main.

Je suis retournée dans la maison direction la chambre de la darone.

Elle était couché sur son lit.

- Maman.

Elle a levée son regard vers moi et m'a regardé.

Maman- ton oncle là, c'est un fou einh.

- il a encore dit quoi celui-là?

Maman- il me mettait des coups de pression pour que je te pousse à accepter la demande de mariage.

- n'importe quoi.

Maman- il est malade, il me prend pour qui?

Je me suis couchée à côté d'elle et je l'ai juste serrée très fort dans mes bras.

Maman- t'as acceptée la demande?

- noon.

Maman- d'accord.

On est encore restée discuter pendant un moment.

À la fin je me suis endormie dans ses bras.

___

Je me réveille et la daronne n'était pas là.

Je vais d'abord faire ma toilette ensuite je descends au salon et je vois Amine

- elle est où la daronne?

Amine- bonjour. Oui je vais bien et toi?

Je l'ai mal regardé.

Amine- ranges tes yeux de sorcière.

- pourquoi tant d'agressivité? Elle est où maman?

Amine- Tu fatigues avec tes questions là. Elle est parti chez Ma'a Claudia. Où est-ce que t'as dormi toi?

- avec la daronne. Comme tu n'es jamais là au bon moment, t'as raté un truc hier.

Amine- vas-y racontes.

Je lui ai raconté ce qui s'est passé hier.

Amine- t'es sérieuse?

- tu crois la daronne elle m'aurait laissée dormir avec elle pour rien?

Amine- donc lui il laisse ses moches filles là, pour te marier toi? Et l'histoire de dette là, je ne comprends pas très bien la chose.

Il était très vénère, calme mais vénère.

- tu vas où Amine?

Amine- demander des explications. Toi tu restes ici.

- d'accord.

Il est directement sorti après.

Comme j'étais toute seule, j'ai appelée les filles pour qu'elles viennent.

Pendant ce temps moi j'ai fais la vaisselle, et j'ai pris mon petit déjeuner.

Quelques minutes plustard elles sont enfin arrivées.

- vous avez pris toute une éternité à venir.

Jaya- ça va ma foufoune?

En fait- j'en peux plus d'elle.

- m'appelles pas ta foufoune.

Layanah- Est-ce quelle a une face à foufoune?

- wesh vous êtes sérieuse là?Arrêtez.

J'ai très vite pris un air sérieux.

- je dois vous dire un truc.

Layanah- oh c'est pas bon là, tema l'air sérieux.

Jaya- c'est quoi t'es enceinte?

Layanah- tu as la diarrhée ?

Jaya- tu fais encore pipi au lit?

Mais ces filles n'ont zero serieusité ma parole.

- wesh soyez un peu sérieuses dans votre vie.

Jaya- dis nous tout.

- je vais me marier.

Elles m'ont regardées, silencieusement.

- je suis très sérieuse.

Layanah- dis moi tu serais pas tomber par hasard? Tu t'es cognée? en me touchant la tête.

- je rigole. Mais, y'a un truc qui s'est passé hier.

Je leur ai raconté.

Jaya- nooon. C'est pas possible.

Layanah- et sa mère qui faisait la miskina.

- mais elle m'a fait de la peine aussi.

Jaya- tes oncles là ne m'ont jamais inspirés.

- ils inspirent qui d'abord?

Layanah- tu vois pas la tête de l'autre là, Tonton wafo.

On a rigolé.

Ensuite on a passé un bon moment à se raconter nos vies.

On a ensuite fait la cuisine et on en a profité pour appeler Aya et Jeneba en vidéo conférence.

Je leur ai tout raconté par rapport à tonton Wafo et son ramassis de connerie.

Elles étaient choquées et dégoûtés en même temps.

La nuit tombée, je suis allée raccompagner les filles.

En rentrant, j'avais l'impression que quelqu'un me suivait.

je me retourne pour voir mais il n'yavait personne.

Je continue donc ma route, mais j'ai toujours cette impression.

Donc je me retourne à nouveau et y'avait toujours personne.

Je n'aime pas les trucs qui font flipper comme ça.

je me retourne encore pour continuer ma route quand mon téléphone sonne.

C'était un numéro inconnu.

JAMILAH.

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages