kifflire > Moderne > Ma femme est d'une beauté froide

   Chapitre 1 Les retrouvailles

Ma femme est d'une beauté froide Par Z. BABINEAUX Personnages: 10781

à jour: 2020-03-30 00:03


FX International Group, une entreprise leader de la ville S dans plusieurs secteurs : des chaînes hôtelières, de l'industrie de la construction, de grands magasins, des entreprises de divertissement et même des parcs d'attractions, etc. Les populations qui vivaient à la ville S ne connaissaient peut-être pas leur maire, mais ils ont sûrement entendu parler du jeune chef de la famille Mu, qui était l'une des élites commerciales les plus convoitées. Edward Mu était non seulement un homme prospère et riche, mais il était aussi un homme absolument fascinant qui avait l'air plus beau que la plupart des femmes. Cela semblait irréel, mais il fallait le voir pour y croire. De plus, il était si intelligent qu'il pouvait vaincre ses concurrents sans qu'ils s'en rendent compte. Les gens l'ont qualifié de « play-boy » parce qu'il faisait souvent la une dans les tabloïds avec ses détails croustillants. Peu de gens connaissaient sa vie, mais on disait que Paula Lin était l'une de ses préférées.

La réception du groupe FX International était somptueusement meublée avec des statues historiques, du marbre incrusté coloré et un plafond en bronze doré. À ce moment précis, une colonelle avec un garçon de cinq ans était à la réception. Elle était assez chic, l'air froide et sérieuse. Elle a insisté à rencontrer le PDG tandis qu'elle n'avait pas de rendez-vous, la réceptionniste ne savait pas quoi faire car cela était contre le règlement de la société. Par contre, cette femme travaillait pour l'armée, la réceptionniste avait peur de l'offenser. Sans pouvoir la convaincre, la réceptionniste a finalement appelé la secrétaire du PDG, qui se trouvait au 88e étage, pour obtenir de l'aide.

« Monsieur Qiao, il y a une colonelle qui veut voir notre boss. Allons-nous la laisser entrer? ». La réceptionniste a-t-elle dit. .

« Quoi? Un colonel? » Isai Qiao a été surpris d'entendre la question de la réceptionniste. « Je sais que le patron a beaucoup de copines. Mais depuis quand a-t-il une petite amie qui travaille pour l'armée? Oh mon Dieu, de quoi s'agit-il encore cette fois? Il est vraiment difficile d'être son assistant. Pourquoi devrais-je être responsable à la fois du travail quotidien et de la vie privée de mon boss? » Isai se plaignait silencieusement. Mais il devait encore résoudre le problème, alors il est entré dans le bureau du PDG pour lui demander.

« Boss, il y a une colonelle qui veut vous voir de toute urgence, mais elle n'a pas de rendez-vous. Voulez-vous la voir ou non? » Isai a eu un sourire malicieux et ses yeux ont brillé de joie. Il a toujours aimé voir les problèmes de son boss avec les femmes.

« Une colonelle? » Edward Mu a légèrement levé la tête des papiers qu'il lisait. Il n'arrivait pas à se souvenir d'une colonelle de son passé. « A-t-elle dit pourquoi elle est venue? » En disant cela, il s'est concentré à nouveau sur ses papiers.

« Elle n'a rien dit, mais elle veut vous voir de toute urgence. » Isai a souri à son patron de manière maligne.

« Ah bon? Si elle a tant de confiance que je vais la voir, je suis curieux de savoir de qu'il s'agit. Laisse-la venir. » Edward Mu a commencé à être curieux de cette femme.

En ce moment, Rocío Ouyang, la colonelle, était en fait un peu nerveuse mais essayait de se calmer. Elle ne savait pas si Edward se souvenait encore d'elle ou non, puisque 6 ans s'étaient écoulés. Elle se frottait nerveusement les paumes de mains en attendant la réponse d'Edward. Elle n'oublierait jamais les paroles qu'Edward lui avait lancés lors de leur nuit de noce.

« Ne pense pas qu'en m'épousant tu m'auras. Tu es juste ma femme comme indiquée sur ce morceau de papier. Mon cœur et mon amour ne t'appartiendront jamais. Tu m'as drogué pour coucher avec moi. Comment as-tu osé? Je promets que je ne laisserai plus jamais une telle chose se produire! » a dit l'homme avec rage.

Puis il était parti en claquant la porte. Rocío Ouyang se sentait complètement perdue et honteuse à l'époque, car elle ne se rappelait pas avoir donné de drogue. Comment pouvait-elle droguer un homme juste pour avoir des relations sexuelles? Elle se souvenait seulement de s'endormir nue dans ses bras, le corps endolori. Et une fois elle s'est réveillée, l'homme l'a accusée de choses qu'elle ignorait, ce qui a rendu Rocío plus confuse.

Ce qui s'est passé cette nuit-là était trop flou pour elle. Elle se rappelait seulement que ce soir-là, elle avait chaud et se sentait tellement faible qu'elle ne pouvait pas bouger un pouce. Peut-être qu'elle avait été droguée aussi. Au cours des 6 dernières années, Rocío a entendu parler d'Edward tous les jours, surtout ses détails croustillants avec telle ou telle femme.

Malgré tout cela, elle ne l'a jamais cherché. Elle comprenait bien qu'elle n'était que sa femme de pure forme, et lui, peut-être il l'avait déjà oubliée. Elle ne le chercherait pas si une situation inattendue comme celle-ci ne s'était pas produite. Après tout, tous les deux ont été victimes d'un mariage motivé par l'intérêts des familles, leur retrouvailles ne seraient qu'un autre rappel de ce fait cruel.

« Maman, tu m'as fait mal. » Le petit garçon interrompait les pensées de sa mère alors qu'il tentait de sortir de l'emprise de la main de sa mère. Rocío était plongée dans ses profondes pensées.

« Désolée, Julio. J'était un peu emballée. » Rocío s'est accroupie pour regarder le

visage du garçon et s'excuser. Ce petit garçon était son fils. Elle n'avait jamais pensé qu'elle pourrait tomber enceinte après cette nuit. À l'époque, elle ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise nouvelle, mais après toutes ces années, elle avait été contente d'avoir un fils qui lui tenait compagnie. Julio était la vie de Rocío et elle ne saurait quoi faire si jamais elle le perdait.

« Ne t'inquiète pas, je vais bien, maman. Qu'est-ce qui ne va pas? Est-ce mon père? Il refuse de nous voir? » A demandé Julio d'une voix douce, quand il a regardé sa maman avec des yeux qui brillaient.

« Non, chérie, ton père est un peu occupé, alors attendons un instant ici. D'accord? ». Elle a expliqué patiemment. Rocío ne cachait rien à son fils concernant son père. Bien que Julio ait toujours demandé pourquoi son père ne vivait pas avec eux, il n'a jamais demandé à sa mère de le chercher.

« Madame, notre boss vous attend dans son bureau. » La réceptionniste l'a saluée avec respect. Quand elle a vu le garçon qui était à côté de Rocío, elle eu l'impression de le connaître, mais ne se souvenait pas de l'avoir déjà vu.

« OK, merci! » Rocío a répondu poliment. Puis elle se retournait doucement. Elle avait l'air sérieuse dans sa tenue de l'armée, mais il lui avait également donné un charme spécial.

En fait, elle pouvait à peine contenir sa joie. Au cours des 6 dernières années, elle a tenté à plusieurs reprises de ne pas s'énerver sur cette relation. Cependant, elle ne pouvait plus se contenir maintenant qu'elle allait rencontrer son mari.

Le staff était habitué à voir des actrices dans le bureau, mais jamais une colonelle. Raison pour laquelle, Rocío était le centre d'attention de tout le monde.

« Par ici s'il vous plaît. » Le secrétaire d'Edward était avec elle. De toute évidence, Rocío était nerveuse, de petites gouttes de sueur ont commencé à apparaître sur son front. Elle a serré fermement ses mains tout en tenant la main de son fils. Julio a ressenti les émotions de sa mère, il n'a rien dit bien qu'il ait eu mal à sa petite main, parce qu'il partageait le même sentiment que sa mère. Il n'était pas sûr que son père, l'homme qu'il a toujours vu sur Internet, l'aimerait ou non.

Le secrétaire a frappé à la porte et une voix masculine a répondu : « Entrez. » Au début, Rocío avait cru qu'elle allait paniquer quand elle entendrait cette voix familière. Mais à sa grande surprise, elle était incroyablement calme, mais faisait toujours de son mieux pour ne pas paraître intimidée par l'homme devant elle. Edward la regardait avec un air sérieux. À ses yeux, Rocío avait l'air raide et pâle, mais c'était définitivement une femme charmante.

« Désolée de te déranger, mais je n'ai pas trouvé de meilleurs solutions. S'il te plait pourrais-tu garder mon fils pendant 3 mois. Je viendrai le récupérer dès que ma mission sera terminée. » A dit Rocío prudemment, prononçant ces mots directement sans le regarder.

« Un instant, qui es-tu? Et de quoi parles-tu? Est-ce que nous nous connaissons? » Edward Mu était tellement confus et curieux de savoir pourquoi il devait s'occuper d'un petit garçon qu'il ne connaissait même pas. Cette femme a commencé à parler le moment elle a mis son pied dans le bureau, il n'avait même pas eu le temps de bien voir son visage.

Bien que Rocío ne s'attende vraiment pas à ce qu'il se souvienne d'elle, mais le fait qu'il ne la reconnaissait pas était toujours blessant. Finalement elle a pu contrôler sa déception et lui a sorti un certificat de mariage.

« Je pourrai répondre à tes question, mais pour le moment, je suis vraiment pressée. » A-t-elle expliqué. Avant son départ, son téléphone portable a sonné, qui a par hasard justifié qu'elle était vraiment occupée.

Elle a décroché rapidement le téléphone. « Bonjour, Marco. Je sais. J'arrive. Vous pouvez les contacter pour repérer leur position. » Elle a raccroché. Sa manière de parler était aussi limpide et calme que son tempérament.

Edward s'est figé un instant. « C'est du jamais-vu. Jamais une femme l'a ignoré. Jamais une femme qui pouvait résister à son charme. » Edward était davantage intrigué.

« Julio, je dois y aller maintenant. S'il te plait sois sage et ne donne pas des ennuis à ton père. » Rocío frottait doucement le visage de son fils. Si la baby-sitter qui gardait son fils n'avait pas démissionné au moment où elle devait partir pour une mission militaire et qu'elle ne pouvait pas trouver une autre baby-sitter de confiance en si peu de temps, Rocío n'aurait jamais laissé son fils chez son père.

Julio a regardé sa maman et voulait lui dire quelque chose pour la réconforter. « Maman, ne t'inquiète pas! Je serai sage. » Il a répondu avec un doux sourire. Mais Julio préparait quelque chose. Il avait déjà fait un plan pour enseigner à son père comment être un bon mari.

Après avoir dit au revoir à son fils. Rocío s'en allait rapidement sans même écouter ce qu'Edward avait à dire. Edward était encore un peu perdu et il n'en revenait toujours pas que le garçon était son fils. Il a regardé ensuite le certificat de mariage sur la table.

« Rocío Ouyang, » a-t-il marmonné. C'était la femme avec qui il était marié depuis six ans. Pendant ces années, elle n'avait jamais participé à sa vie, mais maintenant elle est apparue et repartie comme un souffle de vent, laissant un enfant dans son bureau.

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages