Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / Amour sans pareil
Amour sans pareil

Amour sans pareil

4.9
249 Chapitres
161.8K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Quand sa vie est coincée dans une impasse, elle l'a rencontré, le PDG autoritaire. Pour sauver son oncle, elle a signé le contrat de mariage selon lequel elle serait sa femme mais le jour où elle donnerait naissance à son enfant, ils divorceraient. Cependant, l'histoire a pris un cours différent lorsqu'ils avaient le temps de se connaître.

Chapitre 1 Honte à toi

« Libérée délivrée! Vous ne me verrez jamais pleurer! » Anne Mo était allongée dans la baignoire, les yeux fermés. Elle appliquait un masque sur son visage en chantant une chanson. C'était si bien d'être seule à la maison.

Après avoir chanté, elle a enlevé le masque, puis elle s'est levée de la baignoire pour se sécher le corps avec une serviette propre. Elle a ensuite appliqué la lotion sur son corps avec soin.

Elle en avait fini avec sa petite routine beauté nocturne et était prête à dormir. Elle était seule à la maison et pouvait dormir dans le grand lit comme elle l'entendait.

Anne était de bonne humeur en ouvrant la porte de la salle de bain, nue. Cependant, elle a été surprise par ce qu'elle a vu.

« George? Tu... », a marmonné Anne en bégayant. Ses yeux s'écarquillaient sous le choc, fixant l'homme qui était assis tranquillement sur le canapé.

George Liang a haussé les sourcils quand il a entendu sa question. Ses yeux se posaient alors sur le corps nu d'Anne.

« Oh, chérie, un si gros cadeau. Je suis vraiment flatté », a dit George d'une voix rauque avant de se lever du canapé pour s'approcher d'elle pas à pas.

« Hé, hé, hé! Tu n'es pas en voyage d'affaires? Pourquoi es-tu soudainement de retour? » Anne avait tellement peur qu'elle a réculé. « George, tu es un homme d'affaires. Tu dois accorder plus d'importance à l'honnêteté. Aujourd'hui nous sommes mercredi. C'est mercredi! »

George s'approchait toujours d'elle. Anne ne pouvait plus reculer. N'ayant pas le choix, elle s'appuyait simplement contre le mur, fixant George avec horreur. Puis elle s'est couvert la poitrine avec ses mains.

George regardait Anne de haut en bas, la scrutant de la tête aux pieds avec ses yeux perçants. Cela la faisait trembler de peur.

Ensuite, il lui a demandé d'une voix rauque tout en la fixant dans ses yeux : « Est-ce que tu as peur de moi? »

Anne se disait dans sa tête : « Des conneries! » Après leur nuit de noces, elle n'a pas pu se lever pendant trois jours. Elle a même dû appliquer une pommade pendant un mois. « Si tu étais moi, est-ce que tu auras peur? N'importe qui aurait peur! », s'est-elle juré intérieurement.

Haineuse, Anne a serré les dents. Ses yeux ne quittaient pas les siens quand elle lui a lancé : « Oui, un peu. »

George pressait ses lèvres en fixant son joli visage pendant un long moment. Il est ensuite entré dans la salle de bain sans dire un mot.

Anne a poussé un soupir de soulagement lorsqu'elle a entendu la porte de la salle de bain se refermer. Elle s'est alors précipitée vers le placard à toute allure. Alors, elle a sorti son pyjama avant de l'enfiler.

Elle ne voulait pas être seule avec George, alors pendant qu'il prenait une douche, elle a pris son sèche-cheveux. Après cela, elle essuyait ses cheveux à la hâte avant de sauter sur le lit. Elle a ensuite tiré la couette pour se couvrir.

« Dors, Anne. Il ne pourrait rien faire quand tu dors », se disait-elle.

Cependant, elle a sous-estimé l'érotisme de George.

Même si elle s'était endormie, George la réveillait toujours sans pitié.

À moitié endormie, Anne a ouvert les yeux. Et la première chose qu'elle a vue était le beau visage de George.

Elle a attrapé la couette qu'il avait retirée afin de couvrir sa poitrine, et lui a rappelé à nouveau : « Aujourd'hui, c'est mercredi. Tu m'avais dit que nous n'aurions des relations sexuelles que les mardis, jeudis et samedis. »

« Il est déjà minuit passé, donc on est jeudi maintenant », a dit George à voix basse avec un regard vide.

Anne a levé inconsciemment les yeux pour regarder l'horloge murale. En effet, il était 12 h 30.

Enragée, elle a le visage rougi. Elle a perdu sa langue pendant un moment. Elle s'est explosée par la suite : « Tu enfreins la règle! »

« Comment peux-tu dire cela? », a demandé calmement George, déboutonnant lentement son pyjama.

« Dans ce cas, je ne pourrai pas dormir tous les soirs », s'est plainte Anne. Ses yeux s'écarquillaient de peur et elle avait l'air triste après y avoir réfléchi attentivement.

« Lorsque tu as signé l'accord, il n'est pas indiqué que je ne pouvais pas coucher avec toi aux petites heures, n'est-ce pas? Alors, quelle règle ai-je enfreint? Quoi qu'il en soit, tu as dimanche pour toi toute seule », a dit George, l'air sérieux.

« Bon sang! », a-t-elle maudit dans son esprit, toute enragée.

Le regardant, elle a crié en serrant les dents : « George Liang, espèce de vieil homme! Honte à toi! »

Lorsqu'il a entendu ces mots, le visage de George s'assombrissait. Il tirait la couette loin d'elle. Ensuite, il a pressé son corps contre le sien.

« Vieil homme, hein? Voyons voir », a murmuré George à son oreille avec colère en serrant les dents et en la pressant fort sur le lit.

Anne savait que quoi qu'il arrive, elle souffrirait encore à la fin. Alors cette fois, elle ne voulait plus retenir sa colère.

« Bien sûr que tu es un vieil homme! Tu as presque quarante ans. Tu penses pouvoir le nier en montrant ta force au lit? Prendre trop d'aphrodisiaque va nuire ta force. De plus, il a des effets secondaires. Bientôt, tu pourras devenir impuissant ou mettre ta vie en danger. Arrêter de faire ça. Prends soin de ta vie, d'accord? »

Anne était timide et n'osait pas parler à haute voix parce qu'elle avait peur d'avoir des ennuis. Mais cette fois, George l'a enervée qu'elle lui a crié dessus.

Quand elle s'est arrêtée, elle a jeté un coup d'œil à George. Elle a pensé : « Oh, mon Dieu! Le voilà, furieux. Il semble que j'ai frappé le clou sur sa tête, et mes mots l'ont blessé. »

En tant que femme bienveillante, Anne s'est sentie désolée pour George quand elle a remarqué qu'il n'avait rien dit pendant un moment. Alors maladroitement, elle a essayé de le calmer : « En fait, tu n'es pas trop vieux. Ne disent-ils pas que la vie commence à quarante ans? Tu resteras un homme avec beaucoup de potentiel maintenant. Pourtant, on ne peut pas défier les lois de la nature. Nous sommes tous pareils. Fais-y face. Après tout, tu as déjà été jeune et traversé beaucoup de choses. Tu étais déjà au collège alors que je n'étais pas encore née, non? Personne ne peut échapper à la vieillesse. Alors, calme-toi et profite de ton temps. N'es-tu pas d'accord? »

L'expression sur le visage de George ne pouvait pas être plus terrible. Il a fixé le joli visage d'Anne en hurlant de colère : « Quand j'étais au collège, tu n'étais pas encore née? Tu es sûre? Anne Mo, quel âge penses-tu que j'ai? »

Anne était intimidée par son regard brûlant de colère. Elle a dit avec précaution : « Eh bien, tu as dix ans de plus que moi. »

Cela ne faisait que rendre George encore plus furieux. Il a pressé ses lèvres contre son visage, ainsi, serré les dents en disant : « Tu as vingt-quatre ans et j'ai trente-trois ans. Comment puis-je avoir dix ans de plus que toi? Sais-tu compter? Les mathématiques ont-elles été enseignées par un professeur d'éducation physique? »

Les yeux d'Anne s'est écarquillés. Elle était sur le point de s'exploser, mais George l'a embrassée passionnément.

« Hmm... », a protesté Anne en agitant violemment ses membres. George lui a chuchoté à l'oreille : « Je te laisserai voir si ma force peut défier les lois de la nature. »

Comme George était imposant! Eh bien, en plus d'être le PDG du Groupe C, il était un homme de parole. Anne subirait donc sans aucun doute une fin tragique.

Elle a dû payer cher pour son impulsivité.

Elle ne pouvait s'empêcher d'avoir des regrets. Elle pensait : « Humph! Ils disent qu'il ne faut pas céder face au pouvoir. Ce n'était pas vrai! » Il s'est avéré que lorsque l'adversaire était vraiment puissant, il fallait céder.

Le lendemain, Anne avait des cernes sous les yeux. Elle ne s'est levée du lit que lorsque le réveil a sonné pour la dernière fois. Après s'être lavé le visage et rincé sa bouche, elle s'est habillée pour travailler.

Seules les femmes pouvaient comprendre la douleur du manque de sommeil. Peu importe le nombre de lotions qu'elle essayait d'utiliser, cela ne pouvait pas couvrir ses cernes.

Anne se sentait encore plus découragée lorsqu'elle a vu comment George a pris son petit-déjeuner. Il était de bonne humeur.

Elle se sentait tellement battue. « Bon sang! C'était lui qui a exercé tant de force. Mais pourquoi est-ce moi qui ai souffert?

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY