Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / Le fils du gouverneur
Le fils du gouverneur

Le fils du gouverneur

5.0
25 Chapitres
7.9K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Kaabéra vient d’une famille pauvre et estime que la vie a été injuste en ce qui la concerne. Pour se venger, elle décide de voler les élèves qui sont dans son lycée mais un jour, elle s’attaque à Maëlla, une petite fille qui est en réalité la fille du gouverneur du pays. Elle la menace de ne rien dire mais pendant la remise des bulletins de fin d’année, cette dernière vient avec Ariel, son grand-frère qui est lui aussi le fils du gouverneur. Elle dénonce donc Kabéra à ce dernier et c’est comme ça qu’il va à sa rencontre pour la punir mais ce qu’il ignore, c’est que l’amour n’a pas dit son dernier mot…

Chapitre 1 Chapitre 1.

À l’époque, on m’appelait « bad girl » de part mon orgueil, l’influence que j’avais, et le manque d’émotions qu’il y avait en moi.

Ma famille était très pauvre à l’époque donc, je n’avais pas d’argent de beignets comme mes amis, je n’avais pas d’argent de poche pour m’offrir ce que toute fille devrait avoir à un certain âge.

Tout ce que j’avais, c’était mon charisme, mon orgueil et mon influence que j’avais décidé d’utiliser pour me venger de cette injustice faite par la vie.

À l’âge de seize ans, j’étais dans un lycée à Douala avec mes ami(e)s. On avait fait la sixième, la quatrième, la troisième et ensuite la seconde ensemble et on était pas prêt(e)s à nous séparer.

Un jour pendant la récréation, ils sont allés à la cantine acheter de quoi manger et comme moi je n’avais rien comme d’habitude, je me suis placée devant la fenêtre et une idée m’est passée par la tête pendant que je regardais une petite fille qui avait l’air d’être riche: elle avait un gros sac rose avec une tenue neuve et des restas sur la tête or c’était interdit. Mais bon, la corruption existe quand on a des sous.

Elle mangeait un gâteau avec un pot de yaourt et son amie qui était avec elle mangeait les sakiss (maïs + arachides grillés).

Les deux filles en question devaient avoir entre dix et onze ans. Je suis allée me placer devant elles et j’ai bloqué le passage...

— Hey, que personne ne passe!

« Je vais dire à mon père, c’est le gouverneur du pays », a dit la fille riche!

L’autre n’a rien dit.

— Ah! Moi mon père courd les chaussures au marché et ma mère est mère au foyer. Quant-à moi, je suis une putain de moins que rien! Alors ce que tu vas faire c’est que tu vas me donner ton gâteau d’accord? Puisque ton papa va t’en acheter d’autres! Et si tu dis un mot, tu vas regretter!

J’ai arraché son gâteau et je suis partie. Son amie l’a calmée et elle lui a donné un peu de maïs pour qu’elle mange.

C’est fou comment les pauvres aiment partager, contrairement aux riches qui sont avares.

Mes amis sont venus et ils m’ont vu en train de manger.

— Jessy : Donc tu avais le gâteau dans ton sac hein?

— Pas du tout! Je l’ai pris de force chez une petit boboh (riche) qui passait...

— Patrick : Tu es déjà une awacheuse (arracheuse)? Hein Kabéra?

— Chaque chose a un début... Mangez et laissez-moi tranquille!

Les jours sont passés, les semaines aussi. Je ne me limitais plus à arracher seulement la nourriture des élèves, mais je les menaçais aussi pour prendre leur argent, leurs bracelets, chaînes et colliers que je revendais une fois hors de l’établissement.

Je n’avais pas peur qu’ils me dénoncent puisque j’avais assez confiance de la terreur que je représentais.

On me disait que j’étais un « garçon manqué » à cause de mon style de vêtements et ma façon d’être dur or une fille est censée être douce.

Pendant que les filles mettaient le tenue (une robe), moi je mettais un pantalon et une chemise comme les garçons.

Les représentants me l’avaient reproché en vain mais c’était mon style, c’était moi et je ne voulais pas y remédier.

#Plusieurs_mois_plus_tard...

C’était le dernier jour de la rentrée scolaire: le le jour de la remise des bulletins. Les parents et les proches des élèves étaient là. Mon père était au travail et ma mère à l’école avec moi. Elle avait laissé mes frères et sœurs chez la voisine pour venir.

On a fini commencé remettre les bulletins des cinq meilleurs de chaque classe et j’ai remarqué que la petite fille riche dont j’avais eu l’habitude d’arracher la nourriture était parmi et j’ai commencé à la regarder, pareil pour elle puis, elle est retournée s’asseoir près d’un homme après avoir récupéré son bulletin puis, elle m’a pointée du doigt en lui parlant.

Moi j’ai baissé la tête pour ne pas qu’il me remarque car je savais ce qu’elle lui avait dit. On a remis pour les autres élèves en classe et je suis sortie vingtième sur cent élèves avec treize sur vingt. J’étais peut-être bizarre, mais j’avais un cerveau. Ma mère m’a félicitée et elle a pris mon bulletin pour rentrer avec à la maison.

Elle aimait bien se vanter avec mes notes: Ô les mères!

Moi je suis restée avec mes ami(e)s pour causer car je n’avais pas envie de vite rentrer à la maison.

J’étais en train de causer avec eux quand le copain de Jessy qui était dans un autre lycée est venu.

Elle a sauté sur lui.

— JESSY : Enfin tu es là!

— Oui Jess. Comment tu vas?

— JESSY : Je t’ai déjà dit de ne plus m’appeler Jess non?

— Je te taquinais mon amour!

Elle a souri.

Ah l’amour! Je n’avais jamais connu l’amour. Les garçons avaient peur de moi alors, personne n’osait m’approcher pourtant j’étais belle et intelligente. Mais mon comportement ne les attirait pas du tout. En tout cas ça ne me dérangeait pas.

Patrick de son côté était en train de causer avec ses « femmes » comme il avait l’habitude de les appeler. En effet, il avait plusieurs amies filles mais, pas de copine. C’était un garçon assez sérieux et réservé. Il avait décidé de se préserver pour sa future femme. L’idée de sauter de filles en filles ne passait pas dans sa tête par contre, ils pouvaient être amis avec elles sans arrières pensées.

Quant-à-moi, j’étais en train de penser à mon sort. La petite riche m’avait dénoncée chez je ne sais qui. J’avais peur que cela arrive chez les responsables du lycée car ça allait faire trop de bruits et les autres élèves à qui j’avais fait du mal allaient aussi me dénoncer et ça allait arriver chez mes parents...

Pour chasser le stress que j’avais, je me suis mise à dessiner par terre car j’aimais bien le faire et c’était ma passion. J’étais en train de dessiner un homme et une femme à l’intérieur d’un cœur. J’étais concentrée jusqu’au moment où j’ai entendu une voix dire:

— Hey toi, c’est toi qui as passé l’année à arracher le goûter de ma petite sœur?

Je n’avais pas peur des élèves mais quand j’ai entendu cette voix, j’ai su qu’il ne s’agissait pas d’un élève mais, de quelqu’un qui était là pour défendre un élève à qui j’avais fait du mal.

J’ai tout ce suite compris ce qui se passait... Mon cœur s’est mis à battre fortement et mon corps a commencé à trembler. J’ai levé la tête pour voir la personne qui avait parlé bien que je me doutais de qui c’était et là...

À suivre…

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 25 Chapitre 25.   04-24 09:01
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY