Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Aventure / Recherchée par la Mafia
Recherchée par la Mafia

Recherchée par la Mafia

5.0
24 Chapitres
7.2K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Après la mort de mon père, je suis obligé de rembourser la dette qu'il m'a laissée.... Le neveu de l'homme qui m'a enlevé est mon seul espoir. J'ai gâché ma vie pour prendre soin de mon père. Je n'avais plus que des dettes que je ne pourrais jamais payer. Lorsqu'un criminel de la mafia me kidnappe, il est clair qu'il n'a aucune intention positive pour moi... Cependant, quand je regarde un noble et courageux combattant et que je le supplie de m'aider, il m'écoute attentivement. Conor O'Shea est un homme qui a des dettes envers mon père. Cependant, il ne veut pas me blesser et me sauve de son horrible oncle. Soudain, nous sommes contraints d'être très proches et la tension entre nous augmente. Quelqu'un d'entre nous va exploser... Cependant, il ne sera pas possible de revenir en arrière. En fin de compte, je suis encore si... innocente.

Chapitre 1 Chapitre 1

EMMA

L egrone mens e lapra par en pita dis que le manse sur le quelte qua Mer, mais veille à ce que notre appartement soit propre et bien rangé. Ce n'est pas que je sois une maniaque de la propreté, mais j'aime m'assurer que tout est propre et balayé. Bien sûr, si je ne le faisais pas, ce serait un lieu crasseux.

— Tes pieds ! dis-je et mon père lève les pieds pour que je puisse passer l'aspirateur en dessous et autour de son fauteuil.

En passant, je ramasse les deux canettes de bière vides qui se trouvent sur la table d'appoint, je les range sous mon bras et je lui lance un regard sévère. Il n'est pas encore midi et il en est déjà à sa troisième bière.

Mais il fait semblant de ne pas s'en soucier et augmente le volume de la télévision. En roulant des yeux, je termine, j'éteins l'aspirateur et je jette les canettes dans la poubelle. Mon père n'a pas travaillé depuis près d'un an à cause d'une blessure, qui s'est guérie il y a environ huit mois. Mais il en profite et continue de prétendre qu'il a mal au dos. Et c'est peut-être le cas. Qui suis-je pour le dire ? Quoi qu'il en soit, c'est à moi qu'il incombe de régler les factures. En jetant un coup d'œil à la fine montre que j'ai au poignet, je me rends compte que je dois partir dans vingt minutes pour aller travailler.

En tant que caissière à l'épicerie du coin, je ne gagne pas beaucoup d'argent, mais je suis coincée dans un poste où je dois travailler à temps plein pour m'occuper du loyer, des factures et, bien sûr, de mon père. Et puis, je n'ai pas assez d'argent pour aller à la fac et obtenir un diplôme. Peut-être un jour.

Mais ce qui est bien, c'est que nous avons à peu près rattrapé les factures des services publics et des médecins depuis que mon père s'est blessé au dos. Malheureusement, c'est arrivé à la maison et non au travail, donc son travail ne couvre rien. Il a simplement été mis à pied pour une durée indéterminée, sans salaire.

C'est pourquoi tout m'est tombé dessus. Mais j'ai l'habitude. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours tenu la maison.

En me penchant, j'attrape un chiffon et une bouteille de nettoyant sous l'évier de la cuisine, puis je me redresse et j'essuie une mèche de cheveux blonds qui tombe sur mon visage. J'ai dû grandir vite car ma mère est morte alors que je n'avais que cinq ans et, depuis, mon père décline un peu plus chaque année.

Je ne peux pas être amer ou lui en vouloir parce que la vérité est qu'il aimait Elizabeth Shepherd plus que tout. Elle était, et est toujours, l'amour de sa vie. Pendant des années, il se rendait chaque jour au cimetière et s'asseyait près de sa tombe pendant une heure ou deux. Cela m'a brisé le cœur qu'il le fasse encore quinze ans après sa mort. Mais depuis qu'il s'est blessé au dos, il a arrêté de conduire.

Et il a commencé à boire de plus en plus.

J'ai l'impression qu'un petit morceau de lui meurt chaque jour et cela me rend très triste. Je ne sais plus quoi faire. J'ai dû grandir rapidement et assumer tant de responsabilités. Je n'ai peut-être que vingt et un ans, mais certains jours, j'ai l'impression d'en avoir quarante et un.

J'ai envie d'attraper les épaules de mon père, de le secouer et de lui dire que ça n'a pas été facile pour moi non plus de grandir sans mère. Mais je me sens mal et j'essaie d'assumer plus de responsabilités à la maison. Sa tristesse se transforme parfois en une profonde dépression et je m'inquiète tellement pour lui que je sors peu de la maison.

En soupirant, je vaporise le nettoyant sur la table en bois et j'essuie la poussière. Une fois que le bois éraflé brille, je passe à la vieille crédence qui trône dans ce coin depuis aussi longtemps que je me souvienne. Elle appartenait à ma mère et il y a encore du courrier qui lui est adressé dans les tiroirs.

Mon père ne supportant pas de se séparer de ce qui lui appartenait, c'est moi qui ai dû trier dans ses vêtements et ses affaires personnelles. Et ça, c'était quand j'avais dix ans. Pendant cinq ans, toutes ses affaires sont restées intactes. Et si je n'avais pas été là, elles seraient encore exactement au même endroit que le jour de sa mort.

Après avoir essuyé le dessus et le devant des tiroirs, j'en ouvre un et je fais le tour. Pour une raison que j'ignore, j'y plonge la main et en retire une pile de lettres, à la recherche de celles qui sont adressées à Elizabeth Shepherd. J'en trouve facilement une et je passe mon doigt sur le nom de ma mère.

Je comprends pourquoi nous gardons ce genre de choses, pour pouvoir continuer à la sentir et à nous souvenir d'elle, mais, en même temps, c'est tellement difficile.

Je suis triste de me dire que les souvenirs que j'ai de ma mère sont fugaces. Comme je n'avais que cinq ans lorsqu'elle est décédée après une lutte brève et intense contre le cancer, je ne me souviens pas de grand-chose. Mais il y a certains souvenirs d'elle que je garde précieusement, enfermés dans mon esprit et dans mon cœur. Nous avions les mêmes cheveux blonds, de la couleur du soleil d'été, disait mon père, et elle avait des yeux verts, alors que j'ai des yeux ambre doré, assez inhabituels. Ce que j'aime à penser est la combinaison parfaite de ses yeux verts et des yeux bruns de mon père.

Parfois, je regarde de vieilles photos d'elle et la ressemblance entre nous est frappante et un peu trou-blante. Je suis sa miniature dans presque tous les domaines et je sais que cela doit peiner mon père.

Je l'ai surpris à me regarder quelques fois et la profondeur de la tristesse dans ses yeux est écrasante.

Il doit la voir en moi et je déteste que mon apparence lui fasse de la peine.

Il n'y a rien que je puisse faire. Sauf peut-être me teindre les cheveux et si je le faisais, je sais qu'il serait contrarié.

En feuilletant le courrier, je tombe sur une simple enveloppe blanche avec le nom de mon père griffonné au recto. Jonathan Shepherd. Curieuse, je regarde où il est assis et je m'apprête à lui demander ce que c'est quand il s'ouvre une bière fraîche. Il est clair qu'il s'est saoulé aujourd'hui et que je n'obtien-drai pas de réponse claire, alors je décide de chercher par moi-même. Je glisse un doigt sous le rabat,

'y plonge la main et j'en sors un bout de papier.

Mon regard parcourt la feuille et je sursaute, la bouche ouverte sous le choc. Il est écrit que mon père doit 25 000 dollars à Nolan O'Shea.

Nolan O'Shea ? Mon cœur se fige dans ma poitrine, ses battements deviennent erratiques. Bien que le célèbre mafieux irlandais soit mort (il a été abattu il y a plus d'un an) je ne peux m'empêcher d'avoir un peu peur. Je sais que mon père n'a jamais eu les moyens de payer cette somme, ce qui signifie une chose.

Il doit encore une somme ridicule à la famille O'Shea.

Je ferme les yeux car cela signifie que je vais devoir trouver un moyen de leur rendre la monnaie de leur pièce.

- Papa ? Je me dirige vers son fauteuil miteux et je tends la lettre pour qu'il puisse la voir. Qu'est-ce que c'est ?

Il plisse ses yeux sombres puis hausse les épaules.

- Juste un peu d'argent que je devais, mais c'est réglé, alors ne t'inquiète pas.

- Comment ça, c'est réglé ? Tu l'as payé ?

- Non, bien sûr que non. Il rit et boit une gorgée de bière. Mais Nolan O'Shea a été abattu il y a quelque temps et personne n'est venu le chercher. Ne t'en fais pas, on craint rien.

D'une certaine manière, son manque d'intérêt ne me rassure pas.

- Comment tu peux devoir autant d'argent ? dis-je, les sourcils froncés. Vingt-cinq mille dollars, c'est une fortune!

Il hésite, puis pose la télécommande sur le bras de son fauteuil.

- C'était pour de bonnes intentions. Je le jure, chérie.

- Papa...

- Je voulais t'envoyer à l'université. Comme tout bon père. Et puis je me suis blessé au dos et je me suis dit que je pourrais utiliser cet argent pour payer les factures du médecin et pour vivre jusqu'à ce que j'aille mieux et que je puisse reprendre le travail.

Je croise les bras, j'ai l'impression de savoir où cette conversation va nous mener et je me sens mal.

- Je ne suis pas allée à l'université et c'est moi qui ai payé tes factures médicales.

- Je sais, chérie, mais j'ai vraiment déprimé un soir à cause de l'absence de ta mère et... Sa voix s'in-terrompt. J'ai tout gâché. Je suis allé au casino, j'ai joué et j'ai tout bu.

- Vingt-cing mille dollars? Je demande avec incrédulité. Papa, comment as-tu pu espérer rembourser une telle somme ? Et à Nolan O'Shea? Tu as de la chance qu'il n'ait pas envoyé un de ses hommes de main ici pour te casser les jambes ou quelque chose d'encore pire.

- Je sais, murmure-t-il, l'air contrit. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'il est parti et que la dette est morte avec lui.

Ses paroles ne sont pas réconfortantes et je réfléchis à la situation.

— Personne n'est jamais venu chercher cet argent ?

- Jamais. Je le jure.

— Tu es sûr ?

- Absolument, m'assure-t-il. Crois-moi, chérie, personne n'est jamais venu et je pense que c'est oublié depuis longtemps.

Peut-être qu'il a raison et que je m'inquiète pour rien. Pourtant, c'est ce que je fais : je m'inquiète. Par-fois, mon anxiété prend le dessus, car j'ai dû endosser le rôle d'adulte si tôt. Alors que d'autres jeunes de mon âge célèbrent leur vingt et unième anniversaire et sortent boire et faire la fête, je travaille quarante heures ou plus par semaine, je m'assure que l'appartement reste propre, que le diner est sur la table tous les soirs et que les factures sont payées en temps voulu.

Entre ce stress et l'inquiétude pour mon père, cela me prend tout mon temps. Je n'ai pas d'amis et je n'ai certainement pas le temps de rencontrer quelqu'un de spécial ou d'avoir des rencards. Une relation avec un homme n'est pas près d'arriver. Peut-être même jamais. Mon assiette est pleine et, malheu-reusement, un dîner et un film avec quelqu'un n'est tout simplement pas au programme. Pas avec tant de choses à faire.

Et maintenant, ça, me dis-je en appuyant deux doigts sur ma tempe. Une dette qui pèse sur nos têtes et qui est due à une infâme famille de criminels. Ma tête commence à palpiter.

— Tu t'inquiètes, dit mon père et je fronce les sourcils.

- Comment pourrais-je ne pas le faire ? C'est tellement d'argent et...

- Nolan O'Shea est mort et se trouve six pieds sous terre depuis plus d'un an. Où qu'il soit, il n'a pas besoin d'argent.

— Mais que se passera-t-il si quelqu'un décide de le chercher ? Il a de la famille et s'ils consultent son dossier, nous aurons de gros problèmes.

Mais mon père fait un geste de la main et rejette mes inquiétudes.

- Si c'était le cas, ils auraient cherché depuis longtemps. Fais-moi confiance, chérie. Ton père ne crains rien.

J'aimerais être aussi confiant que lui, mais ce n'est pas le cas. En fait, je commence à être obsédée par l'idée qu'un homme de main à l'allure effrayante va se présenter sur le pas de notre porte et exiger un paiement immédiat. Il s'agit d'une somme importante que je mettrais beaucoup de temps à rem-bourser.

Avec un soupir, je finis de nettoyer et je fais de mon mieux pour ne pas trop réfléchir et m'inquiéter de la situation. Puis j'attrape mon sac à main et j'embrasse rapidement la joue de mon père.

— Je travaille jusqu'à sept heures, lui dis-je. Et je ramènerai quelques courses à la maison. Ça te dit des spaghettis et du pain à l'ail ?

- Super, répond-il.

Je l'observe un moment avant de partir et j'essaie de ne pas être déçue par la personne qu'il est deve-nu. Je sais qu'il n'arrive pas à se remettre de la perte de ma mère et qu'il essaie vraiment. À sa ma-nière. Au moment où je me retourne, il me prend la main et la serre.

— Je ne sais pas ce que je ferais sans toi, chérie.

Je force un sourire et je lui dis au revoir. Quand il dit des choses comme ça, je me sens mal. Et si un jour je rencontre quelqu'un de spécial ? Suis-je censée demander à mon père s'il peut emménager avec nous ? Il est tellement dépendant de moi et je ne peux pas le laisser seul plus longtemps qu'une journée de travail sans craindre qu'il boive trop ou qu'il ne mange pas sainement.

Le plus souvent, j'ai l'impression d'être le parent et lui l'enfant. Mais le stress ne fait que m'angoisser et me donner mal au ventre. Je fais de mon mieux pour me calmer, j'essaie de faire le vide dans mon esprit et d'avoir des pensées zen.

Mais en marchant dans la rue de Chicago, mon esprit revient inévitablement à cette simple enveloppe blanche et à l'énorme dette qu'elle contient. Je sais qu'il prétend qu'elle est ancienne et que personne n'est jamais venu la récupérer, mais cela ne veut pas dire qu'elle est oubliée.

Nolan O'Shea a une grande famille, une femme et des enfants. Je sais qu'il y a au moins quelques fils et s'ils ont repris l'entreprise familiale, ce n'est qu'une question de temps avant que quelqu'un ne vienne frapper à notre porte pour exiger un paiement.

C'est une catastrophe.

Il y a aussi la terrible possibilité que mon père ne m'ait pas dit toute la vérité. Peut-être que quelqu'un est déjà venu chercher l'argent, mais qu'l l'a esquivé. Je n'aime pas dire ça, mais je ne pense pas que mon père aurait pu trouver une combine s'il pensait qu'il avait des ennuis.

Une fois de plus, je suppose que c'est à moi de trouver une solution. Pour au moins être un peu préparé si quelqu'un finit par réclamer la dette de mon père.

Cela signifie que je dois économiser chaque centime supplémentaire que je gagne et travailler davan-tage. Je ne suis pas sûre de pouvoir assumer un deuxième emploi, mais je note mentalement de demander à mon patron s'il peut m'accorder quelques heures de plus chaque semaine.

Pour l'instant, je croise les doigts et j'envoie une prière silencieuse pour que mon père ait raison et que je m'inquiète pour rien. Dans le meilleur des cas, sa dette envers la famille O'Shea est oubliée depuis longtemps.

Si seulement nous pouvions avoir autant de chance.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 24 Épilogue   04-29 09:11
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY