Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Aventure / L’ASSAUT DE L’ALPHA
L’ASSAUT DE L’ALPHA

L’ASSAUT DE L’ALPHA

5.0
25 Chapitres
7.6K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Dans son boulot aux urgences, Maeve a vu de tout, comme ce mec avec des balles dans la peau qui se lève de la table d'opération comme si de rien n'était. Et puis y'a ces gens qui prétendent avoir vu un loup courir à travers les portes de l'hôpital. Tout ça pendant une nuit de pleine lune. Ce que Maeve sait pas, c'est qu'elle vient de sauver la vie du chef de meute local. Griffin est un dur à cuire, et ceux qui ont essayé de le tuer vont le regretter, parce qu'il est maintenant assoiffé de vengeance. Le problème, c'est d'identifier l'ennemi. Est-ce le gang rival de l'autre côté de la rivière ou un étranger qui essaie de lui voler sa meute ? La réponse est étroitement liée au médecin qui l'a opéré. Une femme avec un parfum envoûtant... avec quelques secrets. Quel est le lien entre Maeve et la violence dont sa meute est victime ? Et qu'est-ce que cette femme séduisante va dire quand elle va réaliser qu'il est pas juste un beau gosse ?

Chapitre 1 Chapitre 1

TRAVAILLER aux urgences une nuit de pleine lune, c'était dur. Ce n'était pas juste un mythe : les gens avaient davantage tendance à faire n'importe quoi. À. Chaque. Fois.

Des attaques gratuites. Des hallucinations. Et pour une raison ou une autre, davantage de morsures de chiens.

Comme les autres employés de l'hôpital, Maeve devait prendre le service de nuit à la pleine lune une fois de temps en temps. Elle avait fait sa ronde, box après box, pour s'occuper des gens. Un couple, qui avait décidé de sceller leur amour dans le sang, avait eu besoin de points de suture parce qu'ils avaient coupé un peu trop profond. Il y avait un type qui avait fait une overdose pour la seconde fois cette nuit-là et avait refusé sa proposition d'être suivi pour son addiction. Elle avait informé trois autres personnes qu'elle ne leur prescrirait pas d'opioïde et avait récolté quelques noms d'oiseaux pour cela. Classique.

Elle laissait tout cela couler sur elle. L'addiction était quelque chose de très dur à gérer. Maeve en avait une pour le chocolat. Pas celui de merde qu'on trouvait dans la petite épicerie du coin. Elle aimait les pralines de luxe importées de Belgique. Et si Tante Flo lui rendait visite sans qu'elle se retrouve avec un délice cacaoté qui fondait sur la langue, ça pouvait la mettre de sale humeur.

Vers deux heures, avec la lune qui brillait bien fort dehors, ça commença vraiment à dégénérer alors que les bars fermaient et que les buveurs se répandaient dans les rues. La plupart rentreraient chez eux en chancelant pour dormir jusqu'à ce que ça aille mieux. Mais il y en avait toujours qui se sentaient obligés de foutre le bazar, menant une nouvelle vague de gens aux urgences. La plupart, avec des bosses et des nez cassés, étaient faciles à trier et à renvoyer chez eux. Il fallait examiner de plus prés ceux qui s'étaient pris des coups de couteau.

Il était presque quatre heures quand Maeve put enfin prendre une pause. Elle savourait un délicieux chocolat chaud avec des petits chamallows sur le dessus quand l'interphone s'alluma.

- Dr Friedman. Violet en R2.

Violet était le code pour blessure par balle. Cela était devenu une occurrence bien trop fréquente ces temps-ci, avec tous les flingues illégaux qui étaient arrivés dans la ville. L'hôpital changeait le code couleur régulièrement pour éviter que les gens qui entendaient les annonces ne se mettent à sortir leurs téléphones pour essayer de filmer un moment traumatisant.

Le tournant macabre que prenait la société inquiétait Maeve. Elle ne regrettait pas son choix de ne pas avoir eu d'enfants. Même si dernièrement elle envisageait de prendre un chat.

C'était sans doute beaucoup de responsabilités alors que tout ce qu'elle avait envie de faire en rentrant chez elle c'était se servir un verre de vin et s'affaler sur son canapé.

- Dr Friedman. Code violet en R2.

Elle soupira à ce message répété. Elle ne pouvait plus retarder le moment. Elle adressa un regard de regret à sa tasse de chocolat, paradis sucré, et revint en prendre une dernière gorgée avant de se hâter vers les salles d'opération.

Brandy Herman, infirmière, et accessoirement sa meilleure amie en dehors du travail, tenait la porte ouverte et lui fit signe :

- Là-dedans.

- Pas en R2?

Brandy secoua la tête.

- Ils ont changé la salle d'opération parce que Jarvis travaille sur les lumières.

Jarvis était leur agent de maintenance. Maeve entra dans la salle de préparation et tendit les bras pour que Brandy la drape d'une combinaison protectrice.

- Qu'est-ce qu'on sait?

- Un homme. Entre trente et quarante ans. Une fusillade depuis une voiture. Six balles, principalement dans le torse.

Maeve écouta ce résumé en enfilant des gants et passa un masque sur son visage. La semaine dernière encore, elle avait dû écouter des internes se moquer de la finesse du papier. Quels idiots, des ignorants. Ils seraient bien contents d'en avoir un pour éviter d'éternuer sur une blessure ouverte ou se prendre un jet de sang en plein visage.

La dernière partie du monologue retint l'attention de Maeve.

— Tu as dit six balles, dans le torse?

Brandy hocha la tête.

- C'est un miracle qu'il soit toujours vivant.

Ça ne durerait pas, selon toute probabilité. Mais peut-être qu'il était vraiment très chanceux.

- On lui a mis une transfusion, déjà?

— Dès qu'on saura son groupe sanguin. On a dû se retrouver avec des bandelettes de test corrompues parce que ces saletés se sont illuminées comme un sapin de Noël. On en a envoyé au labo.

- On n'a pas le temps d'attendre. Mettez-lui du O négatif.

Le groupe sanguin universel.

- On l'aurait fait si l'on en avait, grommela Brandy. Visiblement, on est en manque dans toute la ville.

Ce n'était pas une annonce très rassurante. Avec la quantité de sang qu'il avait déjà perdu et qu'il continuerait à perdre, cela voulait dire que le sauver serait presque impossible.

Challenge accepté.

Sa combinaison en place, Maeve entra pour trouver le patient déjà dévêtu, avec un drap sur le bas de son corps qui couvrait son entrejambe et ses cuisses. L'infirmière Abbott - une jeune femme qui venait d'avoir son diplôme et réclamait toujours d'une voix gaie « appelez-moi Ginnie » - était en train de tamponner délicatement son torse pour nettoyer la zone autour des nombreux trous sanguinolents.

Le moniteur branché sur lui montrait que son cœur battait avec régularité. Le manchon qu'on gonfla à son bras donnait une pression artérielle de 100/65. C'était un peu bas mais pas au point d'être dan-gereux. Étonnant, vu le sang qu'il avait dû perdre.

Brandy rapprocha le chariot où étaient posés les outils chirurgicaux dont Maeve aurait sûrement besoin.

- Prête quand tu veux.

- Pareil, intervint Ginnie en reculant de la table d'opération.

- Où est l'anesthésiste? demanda Maeve en remarquant que le spécialiste n'était pas à son poste.

- Ils en cherchent un.

Brandy n'avait pas l'air ravie en annonçant :

- Freddy s'est fait porter pâle. Encore.

- On n'a personne pour le placer sous anesthésie? demanda Maeve en haussant les sourcils.

Comment je suis censée opérer?

Personne n'avait de réponse. Elle regarda les trous à son torse.

— Je suppose que les balles ne sont pas ressorties?

- Non, répondit Brandy en secouant la tête. Elles sont toujours à l'intérieur.

Ce qui voulait dire que Maeve allait devoir les retirer à la pince. Ça allait forcément le sortir de son

évanouissement.

— Je ne peux pas l'opérer. Et s'il se réveille en plein milieu?

- Il perdra tout son sang si tu ne le fais pas, fit remarquer Brandy.

Même si les blessures ne saignaient pas tant que ça, il fallait les nettoyer et les recoudre. Mais seulement après avoir retiré les débris qui s'y trouvaient. Ce qui voulait dire aller farfouiller à l'intérieur des plaies, et peut-être les découper davantage. L'un ou l'autre le ranimerait probablement. S'il faisait un mouvement brusque alors qu'elle tenait un scalpel, elle risquait de causer de gros dégâts. Si elle ne faisait rien, il mourrait probablement.

Prise entre le marteau et l'enclume. Plutôt que de soupirer, elle se jeta dans l'action.

- Ginnie, ramène-moi de la lidocaïne, en compresse et injection.

- Oui, Docteur.

La plus jeune des deux infirmières partit en courant.

Maeve observa son patient. L'une des blessures était assez superficielle pour qu'elle voie la balle.

Facile à retirer. Elle attrapa des pinces.

- Brandy, tu le surveilles et tu me dis s'il donne des signes de réveil. Je vais commencer à retirer les corps étrangers.

C'était le mieux qu'elle pouvait faire. Avec un peu de chance, il ne reprendrait pas connaissance.

Sinon, on pouvait espérer que Ginnie reviendrait vite avec l'anesthésiant local.

D'une main ferme, elle pinça la balle qui dépassait et la retira. Le sang retenu derrière se mit à couler librement. C'était une bonne chose, car ça aiderait à nettoyer la blessure. Elle versa du désinfectant dessus pour rincer.

- Pression, ordonna-t-elle en passant à la suite.

Et maintenant? Il y avait cinq trous dans son torse, et un sixième projectile avait effleuré ses côtes et y avait laissé un profond sillon.

Maeve passa à une balle coincée entre deux côtes qu'elle aperçut après avoir versé une solution transparente pour diluer le sang. C'était incroyable qu'elle ne soit pas allée plus profond. Elle laissa tomber la balle sur un plateau métallique. La suivante s'était logée dans le muscle de son abdomen - des abdos en béton, remarqua-t-elle, c'était un mec qui faisait attention à sa forme physique. Alors qu'elle tirait la balle hors de la plaie étroite, Brandy s'exclama :

- Oh merde, il est réveillé.

En effet, ses yeux d'or pâle étaient ouverts. Il était conscient et l'observait.

Comme une biche prise dans les phares d'une voiture, Maeve se figea, le scalpel juste au-dessus du trou sanguinolent.

— Ne vous arrêtez pas pour moi.

Il parlait d'une voix basse et onctueuse qui ne laissait percevoir ni douleur ni panique. Étonnant, dans ces circonstances.

- Vous êtes réveillé.

Voilà qu'elle enfonçait des portes ouvertes.

- Très observatrice, répondit-il d'une voix traînante.

— Je suis désolée. Normalement ça n'arrive pas, mais je crains que nous n'ayons pas d'anesthésiste et votre situation est plutôt urgente.

— Combien de balles?

- Six, répondit Brandy. Cinq à l'intérieur. Enfin, deux maintenant. On en a déjà sorti trois.

— Voilà qui explique mon inconfort.

Il grimaça et commença à s'asseoir. Maeve le bloqua aussitôt de ses mains.

— Ne bougez pas. Nous n'avons pas fini d'extraire les balles.

— Alors, je vous en prie, poursuivez.

Il se laissa aller sur la table d'opération et attendit. Un instant passa avant que Maeve balbutie :

— Je ne peux pas. Vous êtes réveillé.

— Et vous avez le trac? la taquina-t-il.

- Non. J'attends que ma collègue revienne avec de la lidocaïne.

- Ce n'est pas la peine. Je peux faire sans.

C'était quelque peu présomptueux.

- C'est ce que vous pensez, mais le moindre mouvement risque de me faire déraper. Je ne peux pas prendre ce risque, dit-elle en secouant la tête.

- Faites-le, réclama-t-il doucement.

Au lieu de cela, elle se tourna vers Brandy.

- Va voir où en est Ginnie avec la lidocaïne. Elle devrait déjà être de retour.

- Je te jure, si elle est en train de flirter avec le nouvel oncologue, je la défonce, menaça Brandy en filant.

Maeve se retrouva seule avec le patient. Il la fixait toujours. Troublée, elle détourna le regard et demanda :

- Comment vous vous êtes fait tirer dessus?

- Avec un pistolet. Et, juste pour votre information, ça fait mal. Alors non, on n'attend pas. Enlevez-moi ces petites balles d'argent qui me torturent.

- Il n'y en a que pour une minute...

- Soit vous le faites maintenant, soit je m'en vais.

Une menace infondée. Elle renifla.

- Ne soyez pas mélodramatique. Nous savons tous les deux que vous ne pouvez pas.

— J'aimerais bien vous voir essayer de m'arrêter.

Elle avait envie de répliquer qu'il n'était pas en état de lutter contre quiconque. Mais elle ne voulait pas qu'il fasse d'efforts physiques, car cela risquait d'aggraver les choses.

- Si vous laissez juste quelques minutes de plus à mon infirmière, je suis sûre qu'elle est en train de revenir avec l'anesthésiant.

- Et si ce n'est pas le cas? Finissons-en. Je ne bougerai pas. Promis.

Il parvint même à lui adresser un sourire charmant.

Maeve toucha légèrement sa blessure pour prouver ses paroles. Il ne broncha pas, mais le coin de sa lèvre se souleva alors qu'il annonçait :

- Il va vous falloir faire mieux que ça, Doc.

— Si vous insistez... marmonna-t-elle.

Elle ignora son regard et se pencha. Elle incisa la chair avec précaution avant d'utiliser les pinces pour sortir la balle qui s'était enfoncée au niveau de sa clavicule. Un miracle qu'elle n'ait pas éclaté.

Il n'eut même pas un hoquet de douleur. Elle le regarda après avoir laissé tomber la balle sur le pla-

teau.

- Çava?

- Oui.

Les moniteurs lui donnaient raison. Son rythme cardiaque semblait ralentir. Il restait calme. Il devait être drogué jusqu'aux oreilles. La plupart des gens qui arrivaient aux urgences au milieu de la nuit étaient sous l'influence d'une substance ou d'une autre.

Elle passa à la dernière balle. La plus profonde. Elle avait quasiment traversé son épaule.

- Celle-ci sera plus facile à retirer par le dos. On vous retournera quand mes infirmières seront de

retour.

- C'est ça. Je vais me retourner tout seul.

Il commença à retirer les capteurs qui monitoraient ses fonctions vitales. Alors qu'il s'attaquait à la perfusion, elle posa une main par-dessus la sienne.

- Arrêtez. Ce n'est pas raisonnable. Vous avez perdu beaucoup de sang.

- Ça va. Je n'ai pas besoin de toutes ces conneries.

Il voulut tirer mais une fois de plus, elle arrêta sa main.

- Attendez. Vous allez faire n'importe quoi en tirant comme ça. Laissez-moi le faire.

Elle n'était pas enchantée de faire cela, mais elle n'avait pas vraiment le choix devant une telle obs-tination, alors elle coupa la perfusion et fit glisser l'aiguille hors de sa chair.

Dès qu'il fut libre de tout équipement médical, il roula sur le ventre. Le drap tomba et il se retrouva les fesses à l'air. Elle dut le fixer juste un peu trop longtemps, car il demanda d'une voix tranchante.

- Vous comptez finir le boulot ou bien?

Elle créa une incision au niveau de la petite bosse avec le scalpel et la dernière balle émergea, ce qui conduisit son patient à soupirer :

- Ah, c'est mieux.

- On va vous recoudre maintenant.

Elle se tourna vers le chariot à la recherche de ce qu'il lui fallait, mais quand elle lui fit face à nou-veau, il était assis.

- Qu'est-ce que vous faites? Allongez-vous.

— Pourquoi?

- Parce que je n'ai pas encore recousu vos blessures. Si vous bougez trop, vous allez perdre encore davantage de sang et ça peut vous être fatal.

Il baissa les yeux vers son corps criblé de trous, mais aucune des plaies ne saignait beaucoup.

- Ça va.

- Non, ça ne va pas. Vous avez cinq blessures par balles! Vous avez perdu beaucoup de sang.

Elle était étonnée qu'il arrive à tenir un discours cohérent.

- J'apprécie votre inquiétude, Doc, mais il faut que je me barre d'ici. Croyez-moi, c'est ce qu'il y a de mieux pour tout le monde.

— Vous avez des ennuis.

C'était une affirmation, pas une question, car ça semblait évident.

— Qu'est-ce qui vous a donné cette idée? répliqua-t-il, sarcastique.

— Si quelqu'un essaie de vous tuer, vous devriez parler aux flics.

Il renifla.

- Non, merci.

Cette réaction indiquait un manque de confiance, ou peut-être une crainte d'être lui-même arrêté.

- Si vous avez peur d'aller en prison, vous pourriez sans doute obtenir une réduction de peine en témoignant de ce qui s'est passé pour que des gens vous prennent pour cible.

Cela lui valut un regard incrédule.

- Balancer?

- Parce que c'est vraiment pire que se faire mitrailler en pleine rue?

- Écoutez, chérie...

— Je ne suis pas votre chérie. Vous pouvez m'appeler Dr Fri...

- Peu importe. Ça n'est pas vos affaires, Doc.

- Ça l'est à partir du moment où vous êtes sur ma table d'opération.

— Alors je vous la laisse.

Il fit passer ses jambes par terre. Maeve recula d'un pas avant de déclarer :

— Ceci est un avis professionnel : vous avez besoin d'être pansé correctement et gardé en observation pendant au moins vingt-quatre heures.

- Pensez ce que vous voulez, Doc. On en a fini.

Il sauta de la table d'opération et se tint debout. Il était nu et elle garda son regard sur son visage.

- Vous êtes un idiot entêté. Vous avez des trous dans le corps. Même si vous ne voulez pas de points de suture, laissez-moi au moins les couvrir. Vous n'avez pas intérêt à ce que les plaies s'in-fectent.

- Je suis plutôt solide.

Il fit un pas vers elle, sans doute parce qu'elle se tenait devant la porte.

- Vous ne pouvez pas partir. La police demandera à vous parler.

L'hôpital devait leur signaler toutes blessures par balle.

Il grimaça.

- Ouais, ben j'ai pas spécialement envie de leur faire la causette.

Elle aurait voulu protester mais elle se rendit compte à quel point ce type était costaud. Et détermi-né. Il la surplombait de sa taille et de ses muscles impressionnants.

Elle fit un pas en arrière et cogna le plateau avec ses outils qui cliqueta et faillit se renverser. Elle se tourna partiellement pour le rattraper.

Le temps qu'elle se redresse, la porte de la salle d'opération se refermait sur des fesses nues et très bien faites.

Maeve resta plantée dans la pièce vide, avec son matériel et ses draps ensanglantés. Brandy réapparut quelques minutes plus tard avec les seringues tant attendues.

— T'en as mis du temps. Qu'est-ce qui est arrivé à Ginnie?

— Aucune idée. Je ne l'ai pas vue en allant chercher la lidocaine.

Brandy jeta un coup d'œil derrière elle.

- Où est passé le patient?

- Aucune idée. Pas mon problème. Il voulait partir, et je n'allais pas m'amuser à l'arrêter.

Cela dit, elle se demandait comment Brandy avait pu manquer un grand type tout nu dans le cou-

loir.

- Attends, tu es en train de me dire qu'il s'est levé et qu'il est sorti? Avec six blessures par balle?

- Cinq, corrigea-t-elle.

L'égratignure ne comptait pas.

- Il doit être drogué. Je me demande combien de temps avant qu'il s'effondre et qu'on le retrouve sur la table d'opé.

- Plus besoin d'opérer. Les balles sont sorties et, par un coup de chance, rien de vital n'a été tou-ché. Il lui faut juste des points de suture.

Ce dont quelqu'un d'autre pouvait se charger. Elle, elle en avait fini pour aujourd'hui.

C'est à ce moment-là que Ginnie revint enfin, les mains vides, tout excitée.

- Où tu étais? la gronda Brandy.

— Desolée, j'ai eu une crampe d'estomac.

- Pendant une opération? rétorqua Maeve.

- C'était urgent.

— Tu aurais dû nous prévenir. On était en train d'opérer, dit Brandy.

- Quand j'ai eu fini, j'ai été distraite par le bazar en salle d'attente.

- Poisson rouge, marmonna Brandy et Maeve dut se retenir de rire.

Au lieu de cela, elle passa dans la salle d'à côté pour retirer sa combinaison sale et demanda :

— Qu'est-ce qui s'est passé?

- Un énorme chien a traversé les urgences avant de se barrer.

— Quelqu'un a perdu son chien de service?

C'était rare qu'ils s'échappent vu la façon dont ils étaient dressés.

— Je sais pas si c'était un chien de service. Mais je pense pas, il n'avait pas de gilet.

— Si ce n'était pas un chien de service, comment il est entré?

Les animaux n'étaient pas autorisés dans l'hôpital.

- Personne ne sait pour le moment. Mais Peabody est en panique.

C'était l'un des gestionnaires de l'hôpital.

- Il devrait moins s'inquiéter pour un clébard que d'engager un autre anesthésiste. C'est la deuxième fois en une semaine que Freddy nous lâche sans prévenir.

Freddy n'était pas le seul collègue qu'elle aimerait voir remplacé. Maeve n'était pas ravie que Gin-nie se soit barrée comme ça pendant une opération urgente. Cela aurait pu coûter la vie du patient.

Un patient qui avait disparu. Alors qu'il était à poil quand il était sorti de la salle d'opération, personne ne semblait l'avoir vu, mais tout le monde avait entendu parler du chien.

Après avoir vu la vidéo de sécurité, beaucoup de gens dirent que c'était un loup, et personne ne trouvait ça illogique qu'un loup gigantesque se balade en ville. C'était la pleine lune, alors bon.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 25 Épilogue   03-13 13:44
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY