Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Histoire / Sœurs de sang
Sœurs de sang

Sœurs de sang

5.0
21 Chapitres
5K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Rien n'est plus fort que les liens de sang.

Chapitre 1 Sœurs de sang

Monique : tu ne seras rien. Regardes-toi !

Moi (pleurant) : pourquoi je ne peux pas être comme les autres filles de mon âge ?

Monique : tu es moche, qui peut te regarder.

Moi (essuyant mes larmes) : ce n’est pas vrai, je ne suis pas moche.

Monique : bon c’est vrai, tu n’es pas moche. Mais tu n’es pas loin de l’être.

Moi : ce n’est pas vrai, tu mens !

Monique (se rapprochant de moi) : personne ne voudra t’épouser plus tard. En, plus tu es noir.

Moi : je vais avoir un mari, tu mens !

Lorsque j’entends le bruit de la porte je fonce sur maman.

Moi (pleurant) : maman Monique n’arrête pas de se moquer de moi.

Elle : je suis fatiguée ma chérie.

Moi (essuyant mes larmes) : mais maman, Monique n’est pas gentille avec moi.

Ma mère (enlevant ses chaussures) : qu’est-ce qu’elle t’a dit ?

Avant même que je ne puisse dire quoi que ce soit Monique rentre dans la pièce.

Elle (croisant ses bras) : je veux qu’elle sache déjà qu’elle n’est pas très belle et que plus tard elle aura du mal pour trouver un mari.

Maman (me tirant vers elle) : c’est tout ce qu’elle t’a dit ?

Moi : tout ? Maman ce n’est pas gentil !

Maman : elle blague ma chérie.

Elle se lève me tire avec elle et ensemble on va dans sa chambre. Dans sa chambre elle prend le temps qu’il faut pour me calmer.

Lorsqu’elle termine elle me demande de ranger ses chaussures et elle sort de la chambre.

Lorsque je termine avec ses chaussures je sors de la chambre. Je suis encore dans le couloir quand je l’entends gronder Monique :

Elle : il faut que tu arrêtes de lui dire ça. C’est vrai mais alors ? Je ne veux plus entendre parler de ça.

Monique : pardon.

C’est quoi ? Vrai ? Qu’est-ce qui est vrai ? Je ne suis pas belle ? Je ne vais pas avoir un mari plus tard ?

Ce que je viens d’entendre me fait terriblement mal au cœur.

Je vais dans la chambre que je partage avec Monique (ma grande sœur) et je vais sur le lit. Je m’allonge et je pleure un bon coup.

Monique me dit tout le temps des méchancetés.

Elle me dit tout le temps que les hommes préfèrent les filles qui ont son teint. Elle dit qu’ils n’aiment pas les filles de teint noir.

Je crois qu’elle a raison, en même temps tout le monde me dit à l’école que je ne ressemble à rien.

Mais peut-être que je vais devenir plus jolie en grandissant non ?

Ou alors peut-être que j’espère beaucoup ? J’ai à peine 10 ans, peut-être qu’avec le temps les choses vont s’améliorer non ?

- FIN SYNOPSIS -

Moi : je ne crois pas à ces sondages.

Felix : et pourtant tu devrais.

Moi : Felix tu dois te bouger !

Lui : je ne fais que ça jusqu’à présent.

Moi (tournant dans la pièce) : ce n’est pas assez.

Lui : tu veux que je fasse quoi de plus, je fais tout ce qui est en mon possible.

Moi (continuant de tourner) : et ce n’est toujours pas suffisant.

Lui : ce que tu fais me fait stresser.

Je m’arrête et je vais près de lui.

Moi (me mettant devant lui) : il nous faut un débat !

Lui : le débat de la présidentielle est dans quelques jours.

Moi : je sais, mais il te faut un avec ceux qui n’ont aucune chance de gagner.

Lui : quel est l’intérêt. On sait tous qu’ils ne vont pas gagner.

Moi (essayant de le convaincre) : l’intérêt ? Grâce à ce débat tes ambitions ne feront que confirmer les raisons pour lesquelles ces hommes-là n’iront pas au second tour. Tu dois miser sur ça avant le débat du second tour.

Lui (réfléchissant) : oui mais on a mieux à faire.

Moi : je me charge des équipes des provinces. Tu dois juste m’écouter Felix. Tu sais que je sais de quoi je parle.

Il fait le tour de mon bureau avant de poursuivre avec :

Lui : dans tous les cas ça va prendre au moins deux jours pour mettre ça en place. Le temps de lancer une demande.

Moi : je me charge de tout !

Je vais près de lui et j’arrange sa cravate.

Lui (passant ses mains sur mon visage) : toi ça va ?

Moi : ça ira mieux quand tu vas finir avec ces imposteurs !

Lui (souriant) : j’y vais !

Moi (le regardant partir) : je me charge de tout !

Lui (avant de sortir du bureau) : je te fais confiance.

Je le laisse sortir de la pièce et je souffle un bon coup.

J’ai à peine le temps de lever ma tête que mon téléphone sonne.

Moi : allô ?

Le chargé de communication de Felix : c’est bon, le discours a été retravaillé.

Moi : je veux être en copie des mails.

Lui : ok madame.

Moi : Demain 14h mise au point ici au siège.

Lui : bonne fin de journée madame.

Moi : merci.

Je raccroche et je vais dans la salle de rediffusion.

Lorsque je rentre dans la pièce je vois qu’ils se bougent tous.

Moi (montrant du doigt un écran) : Alphonse, je veux la vidéo du dernier meeting.

Il prend une clé usb et vient avec près de moi.

Moi (regardant les personnes qui sont dans la salle) : attention à tous ceux qui rentrent ici.

Lui : on fait attention madame.

Moi : j’espère.

Je prends la clé usb et je retourne dans mon bureau.

Je visualise la vidéo en prenant des notes.

Il est 19h quand je termine avec mon rapport.

Après chaque meeting je regarde les points que Felix doit retravailler. On travaille beaucoup sur son image. Il est dans le Top 3 des candidats qui ont le plus de chance.

Je passe deux coups de fil avant de quitter les lieux.

25 minutes plus tard je suis à la maison.

Je vais prendre ma douche, je mets un jean et une chemise et je vais à la salle à manger.

Je trouve la gouvernante qui vérifie ce qu’il y a sur la table.

Moi : monsieur est là ?

Avant même qu’elle ne puisse répondre il apparaît dans la pièce.

Lui : je suis à l’heure.

Moi (regardant l’heure sur la montre du mur) : quel exploit !

Elle sort et nous laisse à deux.

Lui (inquiet) : il faut que tu te ménages.

Moi : pour l’instant tu es ma priorité.

Lui : tu suis toujours ton traitement.

Moi : oui.

Je l’aide à se servir avant de me servir.

Moi : plus que quelques jours.

Lui : j’espère que tout va bien se passer.

Moi (déposant ma main sur la sienne) : tu me fais confiance ou pas ?

Lui (serrant ma main) : je te fais confiance.

Moi : ok, maintenant mangeons.

J’affiche un sourire pour le rassurer et on commence à manger.

Lorsqu’on termine on va dans la chambre.

Lui : je suis épuisé.

Moi : il est 21h, tu as le temps de te reposer.

Il se dirige vers la douche pour je suppose prendre sa douche.

Pendant qu’il prend sa douche je consulte mes mails et je fais une to-do list des choses que je dois absolument faire demain avant 12h.

15 minutes plus tard il sort de la douche en pyjama et vient me retrouver sur le lit.

Lui (fermant mon ordi) : tu dois également te reposer.

Moi (déposant l’ordi sur le chevet) : tu n’as pas tort.

J’arrête la lumière (laissant la veilleuse) et je dépose ma tête sur son torse.

Lui (caressant mon visage) : je sais que je ne te suis pas assez reconnaissant mais merci pour tout.

Moi : je sais que tu l’es au fond, c’est le plus important.

Lui (déposant un bisou sur mon front) : j’ai hâte que tout ça finisse.

Moi (petit sourire) : tellement.

Je me redresse et j’arrête la veilleuse.

Il est 5h lorsque j’ouvre les yeux et que je quitte le lit.

Je vais prendre ma douche, me brosser les dents et je m’habille.

Je porte un jean, une chemise de campagne blanche, je mets des baskets, je me parfume et je sors de la pièce.

Je vais dans le salon privé histoire de bosser pendant une heure de temps.

À 6h30 je m’apprête à quitter les lieux quand je le croise aux escaliers.

Lui : bonjour.

Moi : bonjour, on se voit devant.

Lui : ok, j’ai un rendez-vous ici dans 20 minutes. Je te suis juste après.

Il se rapproche et je lui fais un bisou avant de partir.

Lorsque j’arrive au siège je ne vois que la sécurité.

Eux (en cœur) : bonjour madame.

Moi : bonjour !

Je trace dans mon bureau et je me fais un café.

Patricia BIAM, épouse de Felix BIAM candidat à la présidentielle. J’ai fait science politique pendant mes années universitaires avant de me reconvertir en business woman (choix personnel).

J’ai rejoint l’équipe de campagne de mon mari parce que je pense être à même de le guider.

Presque tout passe par moi (oui, presque tout). Je n’ai jamais vraiment fait de la politique mais je connais plus d’une chose.

Felix et moi sommes ensemble depuis 15 ans (j’avais 25 ans et lui 35 à notre mariage).

Mon âge surprend beaucoup de personnes, disons que je suis loin de faire mes 40 ans. Selon les dire, je parais plus jeune, ce que je trouve flatteur pour une femme qui ne se laisse pas vieillir.

J’ai toujours su que Felix avait pour ambition de finir président.

Il fait de la politique depuis 12 ans maintenant. J’ai toujours été à ses côtés. J’ai toujours eu une place importante dans sa carrière politique.

Felix et moi n’avons jusqu’à présent aucun enfant ensemble.

Il a de son côté un enfant avec une autre femme. Il a eu cet enfant avant notre mariage alors cela n’a jamais été un vrai problème.

Toc Toc

Moi : oui ?

La personne : c’est important madame.

Moi : vas-y !

Il rentre et me montre une interview sur internet.

Moi : cette femme parle trop ! Il va falloir fermer sa bouche ! Je veux son adresse.

Il m’écrit son adresse sur un post-it et dispose.

Je suis sur mon ordi quand Felix entre dans mon bureau.

Moi (levant les yeux) : …

Lui : elle joue à quoi ?

Moi : je viens de prendre son adresse, je vais chez elle.

Lui : ok.

Moi : prends le temps de lire chacune de mes notes. Je ne vais pas revenir avant 14h.

Lui : je pense toujours que c’est une grosse perte de temps ce débat.

Moi : tu verras de toi-même. J’ai rarement tort et tu le sais.

Je le laisse dans mon bureau et je quitte les lieux.

Je n’ai pas son contact personnel. Je n’ai plus de ses nouvelles depuis des lustres. Je sais qu’elle cherche à rentrer en contact avec moi, chose que je ne veux pas.

Après 30 minutes de route je suis chez elle.

Je trouve le portail ouvert.

Je rentre et je crie son prénom.

Elle : ooh c’est qui ?

Lorsqu’elle sort de la maison, elle est surprise de me voir chez elle.

Elle : qu’est-ce que tu fais chez moi ?

Moi : je suis là pour deux choses Monique. 1 je ne vais pas te tendre ma main. 2 si j’apprends encore que tu utilises la candidature de Felix pour te faire de l’argent tu ne vas pas me reconnaitre.

Elle (rigolant) : ah donc pour te voir chez moi il fallait que je parle de Felix.

Moi : je te mets au défi.

Je regarde l’état de sa maison avant de continuer :

Moi : déjà que là tu n’as rien. Crois-moi tu vas manger la terre !

Elle (souriant) : pourquoi tu te fâches ? Est-ce que j’ai tort ? Ton mari est incapable de gérer ce pays alors qu’il ne peut pas prendre soin de sa propre belle famille. Et toi ? Tu penses vraiment que tu seras première dame ? Tu me fais même rire à te prendre au sérieux.

Moi : tu me fais rire Monique. Tu penses vraiment que Felix va encore te tendre sa main ? Il t’a aidé et qu’est-ce que tu as fait ?

Elle : c’est ce que tu appelles aider ?

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY