kifflire > Moderne > Heureux ensemble

   Chapitre 1 Une rencontre occasionnelle

Heureux ensemble Par PASCALE LAVIGNE Personnages: 9290

à jour: 2020-03-26 00:02


Rongée d'ennui, Rachel Ruan prenait son visage dans ses mains. En regardant Fannie Ruan faire ses valises, la tête relevée, elle a soupiré. C'était tout ce qu'elle pouvait faire.

« Pour quoi ce soupir? Qu'est-ce qui ne va pas chez toi? C'est pour ton intérêt que je fais tout ça ». Fannie a soigneusement pris les bougies et les « billets funéraires » et les a tous mis dans un sac. Puis elle s'est retournée pour regarder sa fille.

Ayant constaté que sa mère était prête, Rachel a baissé la tête et, à contre-coeur, elle est allé préparer ses affaires. Toute en marmonant, elle a fourré son téléphone portable et le chargeur dans son sac brun. Elles avaient l'intention de retourner dans leur ville natale où elles devaient passer au moins deux jours. Mais Rachel ne voulait pas y retourner.

La mère et la fille ont pris un autobus. Et puis, il y avait un bout de chemin à marcher. Il avait plu hier soir, donc la route était assez mouillée. À ce moment-là, il était plus dangereux de traverser les montagnes. Bien que Rachel n'ait voulu pas retourner dans son pays natal, elle a pris le sac de sa mère et l'a aidée par le bras.

« Ma fille, je suis désolée. Maman n'arrive pas à trouver une autre solution. Tiens, toutes tes histoires d'amour sur le campus et tes rendez-vous à l'aveuglette n'ont pas une fin heureuse. Tu ne sais pas à quel point ça me gêne quand je rencontre mes amis, chaque fois que je vois quelqu'un que je connais, je dois baisser la tête pour qu'il ne me reconnaisse pas, c'est vraiment embarrassant ».

Chaque fois que Fannie pensait aux histoires d'amour de sa fille, elle poussait un grand soupir. Il y a toujours des ragots embarrassants dans son dos.

« Hé! Regardez, c'est la mère de la porte-malheur! » On peut toujours entendre des commérages comme ça.

Au cours de ces deux dernières années, Rachel avait eu plusieurs rendez-vous arrangés avec des hommes. Certains de ces hommes s'avérait être des âmes soeurs idéales. Cependant, à chaque fois que la relation de Rachel avec eux se développait, quelque chose de mal leur arrivait. Deux d'entre eux sont décédés dans des accidents de circulation, deux autres l'avaient trompée à deux reprises. Pauvre Rachel! Soit dit en passant, deux autres avaient contracté des graves maladies juste avant leur mariage.

Même s'il est normal que des telles coïncidences se produisent dans la vie, ces dernières semblaient être trop pour Rachel.

Après tous ces malheurs, personne n'osait se faire ami de Rachel car tout le monde avait peur de s'attirer des ennuis.

« Maman, arrête, s'il te plaît! Dans la société que nous vivons maintenant, passer quelques rendez-vous à l'aveugle est une chose très normale, n'en parlons pas trop s'il te plaît! En plus, dans ce monde, toutes les heures, toutes les minutes, voire toutes les secondes, des gens meurent des suites d'un accident de voiture ou d'une maladie. Personne ne saurait prétendre que c'est de ma faute ».

Pourtant, aux yeux de Rachel, par toutes ces coïncidences, la vie lui dévoilait progressivement la face cachée de son destin. Toutefois, elle croyait pouvoir trouver un jour l'homme parfait pour elle.

Tirant un regard sur Rachel, Fannie a pris le sac de sa main et lui a dit : « Chérie, si tu ne fais pas quelque chose pour expulser la malchance, je pourrais aussi être bientôt maudite par toi ».

En bavardant, toutes les deux se sont dirigées vers leur ancienne maison.

Derrière sa mère, Rachel a haussé les épaules. Quand elles ont traversé la rue, un bruit de voiture s'est fait entendre. Rachel s'est retournée et a aperçu une luxueuse Maybach noire qui se dirigeait vers des maisons situées au-delà de celle où elles se rendaient.

« Oh, richesse! » Se dit-elle, « comment conduit-il une voiture si luxueuse sur cette route boueuse sans se soucier de la salir? N'avez-vous pas vraiment peur de tomber dans la boue sans pouvoir en sortir? » En grognant, elle a jeté un coup d'oeil sur ses chaussures. Elles étaient complètement couvertes de boues. Elle s'est retournée et a suivi de nouveau sa mère.

XH était un petit village avec plus de 300 ans d'histoire. Il y avait des nombreux vieux bâtiments en parfaits état, en particulier le vieux temple. Le vieux temple était très bien préservé et était toujours rempli de pèlerins. L'encens brûlant dans le temple n'avait pas été éteint jusqu'à nos jours.

« Monsieur Rong, pourriez-vous vous dépêcher, s'il vous plaît? La Dame attend dehors depuis un certain temps. Elle a dit que 9 heures était le moment idéal pour offrir de l'encens ».

Devant un miroir en bronze antique, un homme réparait sa chemise. Il a jeté un

regard froid au majordome, les sourcils froncés, signe qu'il s'impatientait cruellement.

Il s'est retourné et lui a jeté un coup d'œil. Ses yeux sombres ressemblaient au ciel étoilé et son tempérament autorité était intimidant. En voyant ses yeux, le majordome s'est tû immédiatement.

« Je n'aime pas cette cravate. Donne-m'en une autre ». Après l'avoir dit, il a ôté sa cravate et l'a jetée en l'air.

Réagissant rapidement, le majordome a attrapé la cravate dans les airs avant qu'elle n'atteigne le sol. Il s'est retourné pour apporter ponctuellement une autre cravate à Monsieur Rong.

« Cette ceinture ne va pas avec mes vêtements. Donne-m'en une autre ». Comme il l'a dit, il a enlevé la ceinture noir qu'il avait aux hanches et l'a également jetée par terre.

Le majordome s'est dépêché d'attrapper la ceinture.

Rong avait, pour ainsi dire, comme passe-temps, l'habitude de jeter les objets.

Chaque fois qu'il voyait quelque chose qu'il n'aimait pas, il le jetait sans scrupule. Ainsi, tous ceux qui travaillaient à ses côtés, les secrétaires et les assistants ou même le majordome avaient une agilité de colombe. De façon exagérée, ils étaient capables même d'attrapper avec deux doigts une mouche en plein vol.

De l'autre côté de la porte, la mère de Rong était éperdument impatiente d'attendre son fils. Elle a frappé à la porte avec anxiété, exhortant son fils à se dépêcher.

« Hiram s'il te plait, aujourd'hui est un jour très important. La cérémonie annuelle de vénération des ancêtres concerne le sort de toute la famille Rong. S'il te plaît, prend les choses au sérieux pour une fois! »

Hiram, regardant dans le miroire en bronze, acquiesçait avec satisfaction de son image, il a pris son téléphone portable sur l'ancienne table en bois et a marché vers la porte.

Le majordome a poussé finalement un soupir de soulagement et s'est empressé à lui ouvrir la porte. Joanna Fang, la mère d'Iram attendait anxieusement à l'extérieur.

En ce moment même, Fannie et Rachel étaient sorties de leur maison, qui se trouvait tout juste devant la majestueuse demeure de la famille Rong, et se sont dirigées vers le vieux temple.

En marchant le long de la route, Fannie a rappelé sa fille les rites et les pratiques du vieux temple. Fannie était inquiète que Rachel puisse offenser le dieu et rester célibataire toute sa vie.

Rachel a roulé les yeux. Chaque fois qu'elle venait au temple, sa mère lui disait toujours les mêmes mots. « Ma chère Fannie, tu as tout faux. Je suis ta fille. Je sais tout ce que tu te dis par coeur ». Je suis ta fille, pas ta grand-mère. Je sais tout ce que tu te dis par coeur ».

Fannie était déjà habituée aux comportements de sa fille, elle riait et la regardait sérieusement. Elle l'a un peu tirée sur ses vêtements et a dit : « Je ne fais que te le rappeler ».

Quelques minutes plus tard, elles ont atteint leur destination. Elles sont entrées toutes les deux dans le vieux temple et ont marché directement dans le hall arrière. Il y avait une règle spéciale et exclusive pour les habitants du village XH, différente de celle des visiteurs. « Allez, prends ces choses, ne regarde pas les choses que tu ne devrais pas voir, souviens-toi de ce que je t'ai dit ».

A rappelé Fannie avec inquiétude, avant de remettre les objets à sa fille. C'était une tradition au village XH. Les gens devaient apporter des hommages et des bougies à l'ancien temple et pratiquer le culte sincère afin que leurs souhaits soient réalisés.

« Je le sais déjà! » Rachel a pris les objets et est entrée dans le hall principal du temple. Dès qu'elle était à l'intérieur, les bruits ont disparu et le temple est devenu silencieux.

De l'autre côté, les Rong était la famille la plus riche du village XH. De ce fait, ils avaient offert beaucoup d'argents pour la restauration du vieux temple. Ils jouissaient donc d'une faveur spéciale au sein du village. Les plaques commémoratives des ancêtres de la famille Rong ont été disposées avec respect dans une salle à côté de la salle de prière bouddhiste. Ils se sont baignés dans les bénédictions du Bouddha.

« Hiram, tu es le chef de la famille Rong maintenant. Tu devrais présider la cérémonie en personne », a dit la mère de Hiram, en regardant fièrement son fils.

S'il fallait dire ce que Hiram détestait le plus, c'était bien la prière. Il ne croyait pas en dieu. Il ne croyait qu'en lui-même.

Bien qu'il détestait le culte des ancêtres, il ne pouvait pas montrer sa véritable attitude devant sa mère. N'ayant pas d'autre choix, il a saisi le panier de sa mère, s'est retourné et s'est dirigé vers la salle des ancêtres.

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages