kifflire > Milliardaires > Prise au piège par le PDG

   Chapitre 6 Tout ce dont tu as besoin, c'est moi

Prise au piège par le PDG Par LAURE PARRIS Personnages: 7720

à jour: 2020-03-31 00:27


« Je t'écoute. », a dit Jorge en s'asseyant sur le canapé à côté du lit.

« D'abord, tu n'as pas le droit de me toucher sans ma permission. » En réalité, si elle n'avait pas été piégée, elle n'aurait jamais eu des relations sexuelles avec un inconnu.

Jorge a hoché la tête.

« Deuxièmement, tu n'as pas le droit d'amener d'autres femmes à la maison! »

Jorge a acquiescé de nouveau.

« Troisièmement, dès qu'on sort de la maison, on doit faire semblant de ne pas se connaître. »

Jorge a continué à hoché la tête, mais il semblait qu'elle n'avait pas précisé le délai de ces conditions...

« Alors je vais t'expliquer maintenant ce que je veux dans la vie conjugale : je veux un mode de vie modeste, et surtout je préfère rester discrète vis-à-vis nos fréquentations respectives. »

« Affaire conclue! »

Après s'être habillée des vêtements préparés par Jorge, Lola a été emmenée directement à la maison de Circo, un quartier chic.

Quand ils sont entrés dans le chalet, Lola a senti une odeur alléchante. La femme de chambre, Mme Du, est sortie de la cuisine.

« Monsieur, le dîner sera bientôt prêt. » « Madame, votre chambre est au premier étage, la porte du milieu à droite. Tout est propre maintenant. » Madame Du a servi la famille Si pendant une dizaine d'années. Cette fois-ci, Jorge est venu dans la péninsule pour développer ses projets commerciaux. Il avait prévu d'y rester pour une période indéterminée. Par conséquent, le père de Jorge a envoyé Mme Du depuis les États-Unis. Sa mission était de s'occuper de Jorge.

Jorge l'a appelée ce matin pour lui demander de préparer une chambre.

« Merci beaucoup, j'espère que je ne vais pas vous causer d'ennuis. », le teint de Lola était si pâle, Mme Du s'est inquiétée pour elle.

« Vous êtes la bienvenue, Madame, vous pouvez aller visiter la chambre à l'étage, mais n'oubliez pas de descendre pour dîner. » « Quelle fille aimable! Ils font un super couple. », a pensé Mme Du.

Jorge a monté les escaliers, Lola l'a suivi docilement.

Jorge s'est arrêté devant une pièce et a ouvert la porte : « Voilà ta chambre. Mais c'est temporaire. Notre villa dans le quartier de la fontaine 8 est presque finalisée. Dès que les travaux seront terminés, nous y emménagerons. »

... « Mais est-ce vrai? Le quartier de la fontaine 8? Le quartier dans lequel se situent seulement 8 villas? » Lola avait entendu parler de ce quartier des plus riches, plus luxueux et plus élégant que le quartier de son ancienne maison et celui de cette maison-là. Un mystérieux investisseur aurait dépensé des dizaines de milliards pour ce projet. Chaque villa couvrait une superficie de plus de mille mètres carrés, sans compter le jardin et la piscine...

Bien que Lola ait eu une vie aisée auparavant, le train de vie de la famille Si était beaucoup plus luxueux.

La chambre mesurait 80 mètres carrés, meublée d'un lit double de 3 mètres de large, avec un ensemble de draps 4 pièces de couleur rose. Un tapis en laine blanche sur le sol, du papier peint blanc avec des motifs, une commode, une armoire, un bureau d'ordinateur et un fauteuil, ils étaient tous de couleur blanche.

À droite de la pièce se trouvait une salle de bain décorée en marron clair : une baignoire ronde, avec des coquillages incrustés sur les parois externes.

Un rideau de douche étanche de la même couleur était accroché à côté de la baignoire, les serviettes de bain étaient suspendues sur des étagères.

Sur les deux côtés du robinet, des produits d'hygiène féminine remplissaient les espaces.

La salle de bain et le salon étaient reliés par un balcon de 20 mètres carrés, meublé de deux poufs blancs et d'une petite table ronde blanche.

Lola admirait beaucoup la décoration de bon goût de cette chambre. Sa propre chambre à la maison était luxueuse et élégante, mais celle-ci était encore plus exqu

ise et sophistiquée.

De plus, cette pièce était déjà largement assez bonne pour quelqu'un comme elle, qui avait perdu sa propre maison et devait dépendre des autres pour subvenir à ses besoins.

« Pour l'instant, tu dois te contenter de cette pièce, mais nous déménagerons bientôt. » Lola s'est jetée sur le lit, et Jorge l'a fixée d'un regard profond.

« Je ne me plains pas, cette chambre me va très bien. Après tout, je n'ai plus rien maintenant, non? » Elle a murmuré, pour répondre à Jorge, aussi pour se rappeler son statut.

Soudain, Jorge lui a sauté dessus. L'action soudaine a fait sursauter Lola.

Leurs deux visages étaient si proche, et leurs corps étaient collés.

« A partir de maintenant, tout ce dont tu as besoin, c'est moi. » Lola était enivrée par ce roucoulement affectueux, et son cœur palpitait d'émotion. Elle a mis ses mains contre la poitrine de Jorge, mais elle n'a même pas penser à résister davantage.

Les yeux profonds et mystérieux de Jorge, comme des tourbillons qui l'attiraient vers le tréfonds, l'entraînaient dans une exploration sans fin.

Il a baissé la tête, tandis qu'elle a fermé les yeux. Le parfum de Lola a ensorcelé Jorge.

Au bout d'un moment, un bruit étouffé a retenti dans la pièce. Lola, aux joues rosâtre, a poussé Jorge sur le côté, et puis elle s'est levée rapidement.

Jorge ne pouvait pas croire que cette femme ait l'audace de lui donner un coup sur la tête.

« Stupide femme! Tu vas le regretter! » L'air rancunier et féroce, Jorge a quitté le lit, il a tiré Lola par le poignet pour la pousser à nouveau sur le lit.

« Tu m'as séduit en premier! » Lola, mi-timide mi-hargneuse, a repoussé Jorge.

Intéressant! « Je vais te manger jusqu'au bout. » Il a dit cette phrase au ton plat, comme s'il parlait de la météo.

Lola a pris un oreiller pour le placer devant elle, « Jorge, je ne vais pas t'épouser, tu as trop d'expérience! »

« Tu es un Casanova! » « Tu m'avais promis de ne pas me toucher. » S'il ne tenait pas sa promesse, s'il la forçait à chaque fois, qu'est-ce qu'elle ferait?

L'art de la séduction, c'était inné chez lui. Ainsi, Jorge ne se prenait pas pour un Casanova. Si ses amis savaient que quelqu'un le décrivait avec ce terme, ils seraient sans aucun doute extrêmement surpris.

« Ce n'est pas à toi de décider. Personne n'était capable de me résister! » Jorge a sauté du lit, défroissé gracieusement ses vêtements, enfin il s'est dirigé vers la porte. « Si tu arrives en retard dans la salle à manger, tu n'auras plus rien à te mettre sous la dent. »

De mauvaise humeur, Lola a regardé le dos de Jorge, avant de le suivre dans les escaliers.

Quand ils sont descendus, Mme Du avait déjà commencé à servir le dîner. Lola s'est dépêchée de se laver les mains, elle était sur le point d'aller dans la cuisine pour aider Mme Du.

« Madame, ce n'est pas la peine. Je peux m'en occuper. Reposez-vous. » Madame Du aimait bien Lola, elle la trouvait gentille et bien éduquée.

« Mais je veux vous aider. Je n'ai rien à faire à cet instant. Et puis, ne m'appelez pas madame, vous pouvez m'appeler Lola! » « Maintenant que je vis aux crochets de quelqu'un d'autre, je dois établir une bonne relation avec eux, sinon, ma vie sera peut-être difficile.

Il faut se méfier des apparences, les gens pourraient être sournois. » A partir de maintenant, elle ne devrait plus faire trop facilement confiance aux autres.

Jorge a pris place à table, il observait Lola qui assistait Madame Du avec ferveur dans la cuisine. Il était heureux de voir cela, car il n'appréciait guère les femmes orgueilleuses et vaniteuses.

Le dîner copieux comptait quatre plats et une soupe : des côtelettes de porc, des pousses de bambou cuites sur le grill, du tofu au jus de tomate, du turbot cuit à la vapeur, de la soupe aux champignons et de la bouillie de riz.

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages