img MON MARI, UN ACCRO CACHÉ À LA SEXUALITÉ  /  Chapitre 2 L'élève le plus sérieux  | 
Chapitre 2 L'élève le plus sérieux
2177    |    19/11/2022

(Toujours avec la même histoire de temps !)

Deux semaines plus tard.

___Emma___

J’ai fait déjà plus de deux semaines à New York et cette fois-ci, je peux retourner à Chicago chez mon mari. Ce dernier me manque vraiment, mais je n’ai pas le choix. König est allé à l’école et je suis seule dans son appartement. Je m’ennuie tellement, donc j’ai décidé d’appeler mon mari. Est-ce que Harry va quand même décrocher cet appel ? Je ne sais pas vraiment. J’ai pris mon téléphone pour composer son numéro et par surprise, lui-même m’appelle.

“waouh chéri, quelle coïncidence !”

“Coïncidence ? Pourquoi tu dis cela ?”

“Je viens de prendre mon téléphone pour t’appeler et subitement, toi-même tu l’as fait. Bon, maintenant, dis-moi comment tu te portes !”, lui demande-je au téléphone.

“Chérie, tu sais quoi, tout se passe très bien ici, mais moi personnellement je ne me sens pas bien. Cette distance qui nous a séparés, m’énerve honnêtement. Tu vas devoir rentrer dans cette semaine. König est assez grand maintenant pour faire sa vie toute seule à New York.”

“Je vais rentrer peut-être demain ou le lendemain. Lorsque je prendrai le vol, je te ferai signe afin que tu viennes me chercher à l’aéroport. Si possible, on va même faire l’amour dans la voiture ce jour-là. Tu me manques tellement.”

Harry a juste souri au téléphone avant de raccrocher l’appel. La manière dont il me manque, je dois certainement faire beaucoup de temps dans ses bras, le jour où on va se revoir.

Je somnole dans le sofa jusqu’à ce que je ne sache même pas que mon enfant est de retour. König a pris sa douche et a même fini de manger avant de me réveiller. Je vois qu’il s’est déja habitué à plusieurs choses nécessaires, donc il est vraiment temps pour moi de quitter New York.

“König, comment les cours se passent à l’école ?”

“Tout va bien. Seulement que les professeurs n’arrêtent pas de me dire que je suis un élève sérieux. Qu’est-ce qu’ils ont vu en moi avant de dire cela ?”

“Peut-être qu’ils ont fait une remarque.”

“Est-ce vrai que je le suis vraiment ? D’ailleurs, on vient à peine de débuter les cours aussi.”

“König, il faut savoir que tu es vraiment un enfant sérieux et intelligent.”

“Oui, c’est vrai qu’ils peuvent vite découvrir mon intelligence à travers mes efforts fournis en classe, mais pour…”, König n’a pas pu achever sa discussion et je l’ai stoppé. Il faut que je lui dise une vérité.

“Mon enfant, ce que tu ignores, est que beaucoup d’enfants qui se croient intelligents, n’aiment pas vraiment être sérieux en classe. Ils s’en foutent de leurs enseignants et d’ailleurs, ils les embêtent même. Ce n’est pas le même cas de ton côté.”

Bizarrement, König se met à rire après mon discours. Je l’ai regardé du haut vers le bas et finalement, j’ai secoué la tête. Des fois, König me fait peur à cause de son attitude. Je me demande si lui aussi va se comporter de la même façon avec le temps ou quoi ? J’ai fait une erreur, sinon je n’aurais pas dû lui raconter cette histoire. En tout cas, ce n’est rien du tout si lui aussi se comporte comme ça, puisqu’il est vraiment intelligent et cela nous suffit.

Je lui ai demandé de se reposer un peu, pourtant il a carrément refusé. Ah finalement, je n’ai pas le choix. Je suis allée me doucher rapidement afin qu’on se balade encore dans la ville. Je crois que c’est la dernière promenade avec mon enfant, puisque j’ai décidé de partir le jour suivant.

König et moi avons marché plus d’une heure de temps et finalement, il m’a dit qu’il est fatigué. Je me suis mise à me moquer de lui, car il aime bien faire la bouche seulement. Avant de quitter à la maison, il disait qu’on allait seulement marcher en se promenant. Dans tous les cas, il a fait un effort, car moi aussi je commence à sentir la fatigue.

“Tu as quoi ?”

“Maman, il faut qu’on continue le reste avec un taxi. Je suis vraiment épuisé comme un athlète qui a exercé durant toute une journée.”, me dit-il en arrêtant un taxi automatiquement.

“Est-ce que je t’ai dit qu’on va prendre le taxi ?”

“Restes seule ici, moi je m’en vais.”

“Haha !”

_ S’il vous plaît, faites vite, je n’ai pas le temps !, dit le conducteur du véhicule.

“Monsieur, vous pouvez partir. Ça m’énerve tellement si vous racontez vos histoires de temps chez moi. Maman, il faut qu’on prenne un autre taxi.”

Ce bandit n’a pas d’autre choix que de nous laisser. Il dit quelque chose dans la voiture avant de partir et moi-même j’ai su qu’il nous insulte. En tout cas, on s’en fout de ses désordres. Des fois, eux aussi aiment nous embêter comme si nous autres, on ne sait pas conduire.

Quelques minutes après, nous sommes arrivés à la plage. On se taquine en marchant au bord de la mer et c’est vraiment agréable à voir. J’aimerais bien qu’on le fasse avec mon mari, mais dommage ! Il est coincé quelque part devant son ordinateur.

König a vraiment envie de nager cette soirée, mais j’ai refusé. Nous nous sommes assis dans le sable en s’amusant toujours et tout d’un coup, mon enfant ne prête plus attention à ce que nous faisons. Ah, je vois que König est dans un autre monde. Sûrement, il se pose des questions sur ce qu’il se passe devant lui. Qu’est-ce qu’il se passe ? Ce n’est rien de grave que deux personnes de même âge peut-être, qui s’amusent amoureusement devant nous. Certainement, la manière dont ces dernières s’embrassent, a traumatisé le cerveau de mon enfant. Haha ! Je lui ai donné un coup par surprise sur le dos et il a sursauté. Immédiatement, je me suis levée pour courir et König aussi me poursuit partout en courant. Finalement, je me suis arrêtée à cause de la fatigue et König a profité pour m’attraper.

“Maman, peux-tu me dire la raison pour laquelle tu viens de me frapper ?”

“Est-ce que tu peux aussi me dire ce que tu faisais ?”

“Je ne faisais rien d’autre que regarder tout ce qu’il se passe autour de moi. Tout le monde a le droit de faire tout ce qu’ils veulent à la plage, sur ce, König aussi a le même droit de voir tout ce qu’il se passe devant lui.”

Qu’est-ce que je peux dire encore ? Rien !

J’ai faim, donc je lui ai demandé qu’on se rend dans un restaurant pour passer le reste de notre soirée là. Il a vite accepté ma demande, puisqu’il a également faim comme moi.

Le jour suivant.

___Harry___

Je m’apprête pour rentrer à la maison et mon téléphone sonne. Je n’ai même pas envie de regarder le nom qui s’est affiché sur l’écran, car je ne suis pas en mesure de parler au téléphone cette soirée. J’ai pris mon temps pour arranger quelques trucs dans mon bureau avant de prendre le téléphone. Ah, c’était ma femme qui m’appelait. Je l’ai vite rappelée afin qu’elle se fâche pas contre moi.

“Où as-tu mis ton téléphone ? Je t’ai appelé jusqu’à fatiguer, qu’est-ce que tu faisais ?”

“Arrêtes toutes ces questions inutiles et dis-moi où es-tu actuellement !”

“Arrêtes également de crier sur moi et viens me chercher à l’aéroport tout de suite !”

Oh vraiment, les femmes ! Parfois, je ris tout seul, même si je n’en ai pas envie. J’ai vite fermé la porte de mon bureau et suis parti. Je dois vite aller chercher Emma, sinon il y aura peut-être une troisième guerre entre nous. Je file à toute vitesse sur la route afin de pouvoir me rendre à l’aéroport dans peu de temps.

Quelques minutes après, je suis allé chercher ma femme. Sur la route, Emma ne fait que m’insulter, me raconter des histoires bizarrement et autres choses, pourtant moi-même je me suis tu comme un sourd. Ah oui, j’ai toujours gardé mon calme pour éviter des petites disputes entre nous. D’ailleurs, j’ai tort, donc je préfère rester muet. Ça fait sincèrement mal d’attendre quelqu’un durant un long moment, pourtant la personne même ne s’inquiète pas qu’on l’attende.

Il faut que je fasse quelque chose, sinon Emma ne va jamais arrêter de crier dans ma voiture. J’ai pris l’une de mes clés USB et me mets à jouer une musique romantique qui peut nous faire voyager. Je suis très content cette soirée, car j’ai pu calmer Emma grâce à ma stratégie. Finalement, elle ne fait que me voir d’un regard très bizarre qui me donne des doux frissons. Nous sommes arrivés à un lieu très calme et immédiatement, j’ai coupé le moteur de la voiture. On se regarde droit dans les yeux jusqu’à ce que nos bouches se mettent en contact sans nous rendre compte. Heureusement pour moi, Emma a juste porté une robe très simple et sexy qui me facilite la tâche de toucher rapidement les parties précieuses de son corps. Les deux bouts de ses seins rentrent et sortent de ma bouche sans arrêt. Ma tête est bien coincée entre les mains de ma femme et elle ne fait que la caresser. Ses gémissements me traumatisent la mémoire et me rendent encore plus excitant. J’ai légèrement plongé ma main dans son slip pour toucher la partie la plus mielleuse même. Cette fois-ci, le cri de gémissements de ma femme ne fait que s’augmenter. Waouh, le goût de ces cris ! Elle a finalement pu détacher ma tête de ses seins et se met à sucer mes lèvres d’une manière très émouvante. Mon pénis me fait très mal, car il est trop serré dans le caleçon. Je l’ai fait sortir et me suis bien positionné sur ma femme. Au même moment, elle aussi s’est précipitée pour enlever son slip. Putain de merde ! Cette fille a mis son slip sur le volant de ma voiture. Les femmes sont des espèces les plus dangereuses dans ce monde. Toutes les pièces de ma voiture sont très chères plus son slip, mais elle s’en fout de ça.

Je suis prêt à pénétrer Emma et subitement, son téléphone se met à sonner dans son sac à main. Je l’ai vite pris pour l’éteindre et à ma grande surprise, c’est König qui appelle sa mère. Oh merde !

“S’il te plaît König, rappelles ta mère après ! Elle est allée se doucher.”

“Pourquoi elle ne m’a pas informé qu’elle est bien rentrée ?”

“Ne te fâche pas mon fiston ! Bye !”

J’ai raccroché l’appel en éteignant le téléphone de ma femme au même moment. On dirait que König voulait nous empêcher cette soirée, mais le bon Dieu a refusé.

Un an plus tard.

___König___

Je suis désormais en classe de quatrième, ce qui veut dire que je ne suis plus un enfant. König a vraiment grandi à New York. Après le départ de ma mère, le jour où j’étais arrivé à New York, j’avais vraiment souffert avant de m’habituer complètement à cette magnifique ville. Les deux ans qui se sont passées, m’ont enseigné pleine de choses sur cette ville.

Depuis la classe de sixième jusqu’en quatrième, les enseignants n’arrêtent pas de me dire la même chose. Est-ce vrai que je suis un garçon sérieux ? Ils me disent cela chaque temps, pourtant moi-même je ne vois pas à quel point je suis vraiment sérieux. Hum !

Je suis prêt pour aller à l’école encore un matin et mon père m’a envoyé comme d’habitude un mail en me souhaitant une bonne journée. Je suis sorti de mon appartement pour prendre le bus scolaire pour me rendre à l’école.

Trois heures de temps après, je suis en classe avec mes camarades et le fondateur de notre école a fait son entrée. Ce dernier a l’habitude de visiter toutes ses écoles, toutes les premières semaines de chaque trimestre. Il ne fait pas non seulement une simple visite, mais aussi, il donne des cadeaux aux élèves les plus sérieux de chaque classe. Depuis la classe de sixième, c’était toujours moi qui recevais ces cadeaux, car je faisais partie de ces élèves sérieux.

Est-ce que les choses seront toujours les mêmes, vu que je ne suis plus un gamin ? Oui, j’ose croire qu’on va toujours me sélectionner, car je ne suis pas encore changé, mais c’est plutôt mon âge qui a changé.

Les choses ont été bien passées et je suis toujours sélectionné. Le fondateur m’a remis une enveloppe qui me donnera droit à mes cadeaux.

“Merci beaucoup pour votre gentillesse !”

“König, ne me remercie pas, car tu es un enfant très exceptionnel ! Je souhaite vivement avoir un garçon très sympathique comme toi, mais Dieu ne m’a donné que des filles seulement.”, me dit-il devant mes camarades.

“Tout ce que Dieu fait, est bon, donc il faut qu’on le remercie pour tout ce qu’il nous donne.”

Il m’a serré dans ses bras et est très fier de mes propos.

À suivre….

            
img
img
  /  1
img
img
img
img