img Cœur de Bad Boys 3 "Tara"  /  Chapitre 1 CDBB3 (Tara) Dylan  | 
img
Cœur de Bad Boys 3 "Tara"
img img img
Chapitre 1 CDBB3 (Tara) Dylan
1668    |    15/08/2021

Tyler

Cela fait deux heures que nous nous sommes endormis lorsque j'entends des bruits dans le couloir malgré qu'il n'y a pas de raison de s'inquiéter, je passe la main sous mon oreiller pour attraper mon arme par précaution.

Cinq minutes passent dans le silence avant que la porte de notre chambre s'ouvre d'un coup et j'attrape mon flingue tout en poussant Tara sans délicatesse à côté du lit.

Les balles fusent, je riposte et je me mets parterre à côté du lit rejoignant Tara tout en lui baissant la tête.

- C'est quoi ce bordel ?! Crie Tara totalement apeurée.

- Couche toi ! Lui crié-je.

Que font les hommes de mon père ici ?! Personne ne savait qu'on partait !

Comment ont-ils su et pourquoi me tire-t-il dessus ?! Mon père aurait-il décidé de me tuer aussi alors ?!

- Tyler ! Ton père est furieux ! Tu dois revenir avec nous ! Crie l'un d'eux.

- Vous avez de drôle de manière de me convaincre. Crié-je. Vous essayez plutôt de me buter là !

- C'est toi qui avais ton arme pointée sur nous ! On a fait que de se défendre ! Sors et suis-nous ! Tara n'a qu'à rester là !

Je regarde Tara apeurée, elle me tient le pantalon en me faisant signe de ne pas bouger.

Je ne sais pas quoi faire, je ne veux pas qu'elle et notre enfant soient blessés. Je pèse le pour et le contre et je lui tends mon flingue tandis qu'elle me regarde confuse.

- Non. Me supplie-t-elle.

Je l'embrasse sur ses lèvres, celles-ci tremblent tellement tout comme les miennes et je lui caresse les cheveux tout en posant mon autre main sur son ventre tendrement.

- Nous serons bientôt réunis, je vous le promets.

Tara pleure maintenant et je lui enlève sa main qui me tient et je me lève.

- Je vous suis mais laissez Tara tranquille ! M'exclamé-je.

Les quatre hommes se firent un signe de la tête et rangèrent leurs armes.

Je les suis en jetant un dernier coup d'œil à Tara qui me supplie du regard de ne pas partir.

Arrivé dans le couloir, là près de l'ascenseur, je l'aperçois : Mon père, cet enfoiré !

Toujours sur son trente et un comme si ça change la pourriture qu'il est qi me lance un regard plein de dégoût autant que j'en ai pour lui.

- Rentrons ! Fait-il à ses hommes en montant dans l'ascenseur.

Tout se passe vite, Tara apparaît d'un coup devant l'ascenseur armé de mon flingue tirant sur les derniers qui rentrent dans l'ascenseur.

Je fonce vers elle en voyant les autres ressortir leurs armes quand mon père tire deux coups en direction de Tara.

La première balle frôle mon torse, la deuxième siffle dans mes oreilles.

Je relève la tête, Tara gît sous moi pleine de sang au visage.

Mon cœur s'arrête sur le coup et ma colère explose.

Je la secoue dans tous les sens en hurlant, ses yeux ne s'ouvrent pas, sa respiration... Sa respiration est presque nulle !

Des gens sortent de leur chambre en hurlant en voyant la scène et quelque chose de dure me tape sur la tempe avant que ce soit le silence.

Dylan

Je conduis mon Audi GT noire dans les rues sombres de Los Angeles, je ne sais pas où je vais mais j'ai vraiment besoin d'air.

Qu'est-ce qu'elle a dans la tête pour qu'elle ne me dise rien ?!

Elle m'a juste envoyé un texto pour dire qu'ils partaient.

Elle sait ce qui va arriver alors pourquoi faire ça ?!

Pourquoi s'enfuir alors que nous sommes ici et que nous sommes sa seule famille ?!

Mon téléphone n'arrête pas de sonner mais je ne veux pas répondre ce n'est pas elle.

Je remets le son de la musique plus fort et je roule.

Je n'ai plus rien à perdre, elle ne reviendra pas ; ma petite sœur ne reviendra pas.

Sept heures du matin, je rentre l'Audi dans l'allée où j'aperçois tout le monde sur la terrasse et ils accourent quand je me gare.

Je les regarde tous débraillés dans des états pas possibles, mais qu'est-ce qu'ils ont ?

Isabella saute dans mes bras dès que je sors de la voiture, elle est en larme, elle crie je ne comprends rien.

Les autres se sont arrêtés à deux mètres de nous, la mine déconfite, les yeux gonflés tous regardent le sol pas un ne me regarder en face.

- Bordel ! Mais qu'est-ce qui se passe ? Hurlé-je alors que Isabella se recule de moi.

Edward s'avance plus près. Ses yeux bruns sont d'habitude si inexpressifs mais là, ils sont entrain de pleurer.

Il pose ses deux mains sur mes épaules et les serre avant de me dire :

- Tara…

Je le regarde droit dans les yeux.

- De quoi Tara ? Demandé-je paniqué.

Edward resserre ses mains plus forts et continue.

- Elle es

t dans le coma….

La colère et la peur m'envahit, j'hésite un moment puis mon corps réagit à ce qu'il vient de dire et la rage prend le dessus.

Je repousse Edward de toute mes forces, malgré sa corpulence il lâche prise. Min Ho essaye de me retenir mais d'un coup de poing je l'envoie à travers la haie. Connor me saute dessus et me plaque au sol avec l'aide d'Edward.

- Calme-toi Dylan !!!

Je les entends crier mais la fureur étouffe leurs paroles.

Pas Tara non pas elle ! ils ne peuvent pas lui avoir fait ça et lui où était-il ?!

Pourquoi ne les a-t-il pas défendus ? Il l'avait promis !

Je savais que son père ne les laisserait jamais faire !

Je savais qu'elle souffrirait encore et que jamais elle ne pourrait vivre tranquille avec lui tant que son père s'y opposerait.

Je sens une main me frôler le visage, Isabella est à côté de moi essayant de retenir ses larmes pendant que les autres desserrent l'emprise qu'ils ont sur moi.

Je m'assois dans la pelouse, j'ai la tête en feu.

Edward et Min Ho me relèvent pour m'amener dans la villa où je tombe raide sur le divan sous le choc de la nouvelle…

Tara

Cela fait une semaine que je suis réveillée et je commence enfin à marcher avec une tribune mais je n'ai toujours pas retrouvé la mémoire. D'après les médecins c'est du au choc, ça devrait me revenir avec le temps.

Si j'ai bien compris du peu qu'on m'a dit je m'appelle Tara Stones, j'ai dix-sept ans et je vis à Los Angeles.

Mise à part ça, on ne m'en a pas dit plus et vu que je suis en Italie, je n'ai encore vu personne.

J'ai beau réfléchir, je ne me souviens de rien. Mais surtout pourquoi suis-je en Italie ?

Et pourquoi on n'a pas retrouvé un seul de mes papiers ni mon portable sur moi ?

Je me perds dans mes pensées quand des bruits de pas lourds courant dans le couloir me réveillent de mes pensées.

- Tara !

Un mec s'avance vers moi du fond du couloir tout essoufflé et me fait des signes tout sourire. Je reste appuyée sur ma tribune comme une idiote en le dévisageant : « C'est qui ça ? »

Il doit faire un mètre quatre-vingts et paraît bien bâti, il a les cheveux mi long blond coiffé en arrière et des magnifiques yeux bleus.

Il est vêtu d'un jeans noir, d'un t-shirt noir et d'une veste en cuir noire...

À croire qu'il va à un enterrement celui-là me dis-je.

Sans que j'aie le temps de dire quelque chose, il m'enlace dans ses bras, Je voudrais le repousser mais je n'en ai de toute façon pas la force dans mon état et vu sa carrure.

Je ne sais pas pourquoi d'un coup, j'ai l'impression d'être enfin relaxée.

Ses bras m'entourent et ma tête se trouve sur son torse où je peux entendre son cœur battre à tout rompt, le souffle de sa respiration est saccadé et coupé à chaque resserrement de ses bras sur moi.

Qui est-il ?

Il relâche son étreinte et s'essuie les yeux avant de plonger ses grands yeux bleus dans les miens tout inquiet.

- Donc, c'est vrai...

Son regard est triste mais aussi je sens une pointe de furieux émaner de lui alors qu'il me regarde de haut en bas tout en posant ses mains sur mes épaules.

Je sens un frisson me parcourir tandis qu'il arrête son regard sur mon ventre pendant un long moment et je vois à nouveau les larmes montées dans ses magnifiques yeux.

Il détourne son regard quand il remarque que je le fixe, respire un bon coup avant de me faire faire demi-tour et me ramener dans ma chambre.

Il m'aide à me remettre sur mon lit et s'assoit à côté de moi en me tenant la main sans un mot.

J'ai beau essayé de savoir qui il est et à quoi il pense, je n'y arrive pas, mais qui est-il ?

Est-ce mon mec ? Si oui et ben j'ai de bons goûts !

Je continue à le dévisager alors qu'il reste là à regarder nos mains sans rien dire le regard perdu.

J'aimerais lui poser des questions mais j'ai peur.... De quoi je ne sais pas.

Une impression m'a traversée l'esprit me disant de me méfier de lui mais pourquoi ?

Il relève enfin ses yeux bleus sur moi mais d'un air interrogateur comme s'il avait entendu mes pensées.

- Tu as certainement des questions à me poser. Finit-il par dire. Mais je ne peux répondre à tous.

Je le regarde pleine d'interrogation. Pourquoi ne pourrait-il pas me répondre si nous sommes si proches ou alors nous ne le sommes pas ?

Sans m'en rendre compte, j'ai enlevé ma main de la sienne et à voir comment il me regarde, je dois avoir une drôle de tête en me posant ces questions car son regard est devenu maussade et triste.

            
img
img
  /  2
img
img
img
img