Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / La Soumise de Maître Drake
La Soumise de Maître Drake

La Soumise de Maître Drake

5.0
27 Chapitres
32.4K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Il y’a de cela trois ans, j’ai dû faire un choix perdre tout ce que j’ai ou choisir un mode de vie qui ne me ressemble pas, tout cela à cause d’un homme. J’ai choisi la deuxième option, je suis devenue streapteuse. Des années plus tard, après avoir dansé presque toute nue devant des centaines d’hommes, je peux enfin quitter ce métier qui n’a jamais été pour moi. Je peux reprendre une vie normale, la vie dont mes parents ont toujours rêvé pour moi. Le dernier soir que je dois danser et dire au revoir à tous mes amis, un mystérieux client fait la demande d’une danse privée. Ma vie s’en retrouve alors chamboulée

Chapitre 1 Chapitre 1

Paméla.

Paris, FRANCE.

Ce soir, c’est le dernier, le dernier jour où j’aurais à danser, à être cette fille que je ne suis pas. J’enfile ma perruque rouge, mon corset, une culotte à paillettes, le soutien assorti et enfin des chaussures vachement hautes. Tellement haute que je me demande comment je ne me suis pas encore cassée là figure avec tellement c’est haut. Je me maquille les yeux, un maquillage foncé, dur et sévère, bien loin de celle que je suis là plus part du temps. Une dernière touche de rouge à lèvres, avec bien sûr des paillettes, on ne m’appelle pas Etoile pour rien, il faut que je brille, que je rende justice à ce nom qui m’a été attribué alors je donne souvent tout, tout ce que j’ai pour rendre fier Vince qui a été mon sauveur et pour faire plaisir aux clients.

Le club dans lequel je travaille est un club de danse, mais qui bien sûr offre aussi des suppléments. Par exemple, si vous voulez avoir un supplément, vous pouvez couchez avec un client si celui vous le demande. Moi je ne l’ai jamais fait, je danse par plaisir, je danse aussi parce que je n’ai pas eu le choix. Mais tout ça, ça s’arrête aujourd’hui, parce que je ne peux plus le supporter. J’ai horreur de tous ces regards posés sur moi, je déteste la façon dégoûtante avec laquelle tous ces pervers me regardent. Mais je déteste encore plus, de devoir mentir sur ce que je fais. J’ai quitté la Belgique, pour venir ici, après mon diplôme, Paris m’offrait une immense possibilité de reconversion, tout allait bien jusqu’à lui. Je ferme les yeux et je décide de ne pas y penser, c’est mon dernier jour et je ne veux pas le gâcher en pensant à ce qui s’est passé. Je me lève et je fais le tour de la petite loge qui demain ne sera plus la mienne. Dans deux minutes, ce sera mon tour. Je récite mon mantra, une phrase que je me répète à chaque fois.

- Donne-toi les moyens et un jour tu y arriveras.

Je sors de la pièce et je me mets juste derrière le rideau, j’attends que Chelsea finisse sa danse. Ma collègue et meilleure amie fini de danser et prend le micro, sous une slave d’applaudissements.

- Comme vous y êtes habitués chaque soir, c’est notre étoile montante qui clôture le show.

Des sifflements et des applaudissements se font entendre dans la salle.

- Sauf que cette fois, ce sera la dernière. Notre magnifique étoile va nous quitter aujourd’hui.

- Non, hurlent les hommes.

- Et oui, c’est vraiment dommage je sais, elle va énormément me manquer, parce qu’en plus d’être ma collègue, c’est aussi mon amie. Alors je vous prie de bien vouloir l’accueillir comme il se doit, ma meilleure amie, Étoile.

Je dessine un sourire sur mon visage et je me dirige sur le podium, je dépose un baiser sur la joue de Chelsea et je lui prends le micro, l’es clients se mettent à applaudir en lançant des sifflements.

- Bonsoir les gars !!!

- Étoile, Étoile, Étoile.

Je pose une main sur mes yeux et je le couvre le visage.

- Oh arrêtez, vous allez me faire rougir dis-je en posant la main sur mes yeux pour faire semblant d’être gênée. Je plaisante, continuez.

Ils éclatent de rire et moi ça me ravi. Sur scène, je suis obligée de jouer ce rôle, celui d’une femme sûre d’elle et qui sait parfaitement ce qu’elle veut. Chose qui contraste réellement avec mon véritable moi au quotidien. Je roule des hanches et j’offre un petit défilé improvisé à mon public.

- Étoile je t’aime.

- Je t’adore.

- Épouse moi.

- Tu penses que je pourrais me satisfaire d’un seul homme ? Non mon chéri, il m’en fait au moins cinq dis-je en faisant un clin d’œil au client qui a dit vouloir m’épouser.

Je regarde les hommes autour de moi et je souris, puis je reprends.

- Aujourd’hui, sera mon dernier soir et pour vous, rien que pour vous, pour vous dire au revoir, je vais donner plus que le meilleur de moi-même.

Ils se mettent à applaudir et moi, je dépose le micro. Je me mets alors en place face au mur, les lumières s’éteignent et la musique se met à retentir dans les coins du club. Say it Right de Nelly furtado. Je ferme les yeux et je me mets à bouger au rythme de la musique, les voix au sein du club cessent et tous les regards sont désormais posés sur moi.

Il est temps pour moi de briller. Je me tourne face au public, un sourire sur le visage, je donne un coup de hanche à gauche un autre à droite, je bouge au son de la musique. Je me sens invincible. Je me couche par terre de manière sensuelle et je fais mine de lécher le sol. Puis je me mets à genoux, je passe sensuellement la main sur mon corps, je presse mes seins l’un contre l’autre et je fais mine de me caresser à travers la minuscule culotte que je porte, je retire ensuite mon corset. Les billets se mettent à pleuvoir, de plus en plus nombreux.

Je me retourne et je pose mes deux pouces sur ma culotte, puis je roule des hanches. Les billets tombent encore plus, je pose les doigts sur mon soutien-gorge et je fais mine de le retirer.

Les clients se mettent à applaudir, je sais parfaitement ce qu’ils aiment ou pas, je sais comment les faire languir et les amener à verser encore plus d’argent. Je dégrafe mon soutien-gorge et le maintien sur mon torse grâce à une main. Je continue à bouger mes hanches, tout en retenant mon soutien sur ma poitrine puis je me tourne et je le laisse tomber. Je dois avouer que j’ai une belle poitrine, de très beaux atouts et que je sais comment rendre fou les hommes.

Je frotte l’un contre l’autre et je me couche par terre sur le ventre. Les hommes se mettent alors à verser de l’argent sur moi, à en glisser sur ma culotte, d’autres se permettent même de monter sur scène et de me tripoter. Je commence à avoir peur, mais heureusement pour moi, Vince est là pour me protéger. Lorsque la musique se termine, je remercie tout le monde et je me dirige dans les loges avec de l’argent plein sur le corps. Je pose tout cet argent sur la table et je pousse un soupir.

Putain !

Je n’ai jamais gagné autant d’argent en une soirée !

Ça va être un énorme tremplin pour moi, sans compter ma paie, je suis vraiment trop contente.

La porte s’ouvre sur Chelsea.

- WoW c’était chaud tout à l’heure.

- Ah bon.

- Ouais, grave on a jamais eu autant d’affluence dans le club.

- C’était pour fêter mon grand départ.

- Tu es vraiment certaine que tu veux partir ?

- Oui, dis-je en un soupir. Je veux arrêter tout ça, cette fille là sur scène et qui danse devant tous ces hommes à moitié nue, ce n’est pas moi.

- Je sais mais c’est mieux que rien, tu ne penses pas ?

- Oui, je ne pense pas. Je veux un travail que je n’aurais pas honte d’exercer, un travail qui me permet de sortir et de marcher la tête haute et non avec la œuf au ventre d’être reconnue comme Étoile, la fille qui danse quasiment nue dans un club.

- Mais …

- Non dis-je en lui prenant le bras, je veux vraiment arrêter, ce travail qu’on me propose aux États-Unis est vraiment ma seule chance.

- Je n’arrive pas à croire que nous allons avoir un océan qui va nous séparer.

- Moi aussi, tu vas beaucoup me manquer.

- Tu viens boire un dernier verre avec nous ? Avec plaisir ma cocotte ! Dis-je en claquant sur sa fesse.

Elle sourit et sort de ma loge, je prends mon manteau, mon sac et j’arrange mon rouge à lèvres. Je ne retire jamais ma perruque au club. Je pourrais être reconnue par un client. Je sors et je vais rejoindre les filles au bar, il est temps de boire à mon départ.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 27 Chapitre 27   02-11 14:38
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY