Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / Bloquée entre amour et trahison
Bloquée entre amour et trahison

Bloquée entre amour et trahison

3.0
22 Chapitres
414 Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Calée entre amour et trahison....que faire ? Le cœur a bien ces raisons que la raison ignore dit-on. Il était mon destiné, j'étais sa destinée..

Chapitre 1 Chapitre 01

“Je suis calée : Entre amour & trahison’’

Episode 01 :

“Ils disent de suivre ton cœur, mais si ton cœur est en mille morceaux quel morceau vas-tu suivre ?”

J'ai pris une grande décision aujourd'hui tu sais. Ce texte t'es destiné, et même si je sais que tu ne le liras jamais, sache que maintenant c'est terminé, je vais t'oublier. J'ai trop souffert à cause de toi, à cause de tes promesses non tenues, à cause de tes réponses à mes sms que je n'ai jamais reçues. Tu m'as rayé de ta vie aussi vite que j'y suis arrivée, et quoi que j'ai pu faire cela n'a rien changé ! Je n'étais qu'un jeu, un amusement, une fille de passage pour toi. Oui, j'ai encore du mal à le digérer parce que moi je t'aimais, et je t'aime même encore. Mais j'ai décidé de dire stop à tout ça, de m'amuser, de profiter : après tout je n'ai qu'une seule vie. Moi aussi je veux pouvoir penser à toi en ne ressentant rien, moi aussi je veux pouvoir dire que tu n'étais absolument rien pour moi. Ça sonnerait vraiment faux, ça ne serait qu'un gros mensonge mais je n'en ai que faire maintenant.

Cela fait beaucoup trop de temps que je pleure sur mon sort, que j'espère des choses qui n'arriveront jamais. Je mérite mieux que ça, je mérite mieux que toi. Quelqu'un qui a ignoré toutes mes alertes, et qui a esquivé tout l'amour que j'avais à donner, ne me mérite pas. Trouve toi une autre fille, aucune ne t'aimera comme moi, personne ne pourra t'accorder autant de chances que j'ai pu t'en offrir. Tu me semblais le plus inoffensif, le mieux de tous ; mais en fait tu étais le pire ; j'aurai dû me méfier. Mais comme une idiote je suis tombée face à toi ; ouais, j'ai perdu la partie! Le point positif dans tout ça c'est qu'au moins tu pourras te vanter devant tes potes d'avoir bousillé, écrasé le cœur de quelqu'un. J'ai été tellement naïve. Surement parce que malgré tout, j'arrive encore à croire aux deuxièmes chances, que les gens peuvent changer et devenir meilleur. Toutes les filles se disent au fond d'elles que le garçon idéal existe, qu'il nous écoute, qu'il soit intelligent, beau, parfait. Quelle connerie de croire encore à ce genre de bêtises qui ne fait que créer de faux espoirs en nous. Ton prénom est désormais classé dans le dossier "banalité" de mon cerveau. Je t'oublierai, je te remplacerai, ton stupide prénom n'aura bientôt plus sa place dans mon cœur et dans mon esprit. Je t'ai rayé des choses importantes de ma vie. On se reverra ; j'en suis certaine ! Mais ce sera toi qui souffriras pour moi cette fois, tu peux me croire. Au pire, tu m'aimeras et moi je brûlerai ton cœur. « Donnant donnant », je ne ferai que me venger de ce que tu m'as infligé. Désormais je ne crois plus en toi, je ne crois plus en nous. C’est fini entre nous Yvan Tristan Lebou ! Je te déteste !!! Va au diable !

J'hésite d’appuyer sur la touche "envoyer" mais je dois le faire. Je suis consciente de ce que me coûterait ce long message. Il ne va plus m’adresser la parole. Suis-je vraiment prête à renoncer a MON Tristan ? Mon homme, mon meilleur ami, mon confident ??? Mais quand je repense à ce qu’il a osé me dire hier j’ai des frissons et je me dis qu’il est vraiment temps de tourner cette maudite page une fois pour toute. Ca sert à quoi vraiment d'être dans une relation où nous ne sommes pas heureux ? dans une relation où chaque fois tu as l’impression de te donner à 200% alors que l’homme ne fait rien et quand bien même tu le lui rappelles, il s’irrigue en victime et se met à te sermonner ? J’ai toujours supporté les caprices, et toutes les infidélités de Tristan mais cette fois je ne peux plus vivre avec. Il arrive des moments dans la vie où il faut surpasser ses sentiments et penser à son mérite. Je pense que je mérite mieux. J’ai caché en moi ce malaise, affichant un masque de sourire, croyant que les années sauront me faire oublier tout ce que j’ai enduré avec Yvan Tristan. Je lui ai tendu la main à plusieurs reprises me disant dans mon cœur qu’il finira par changer…

Je me suis dis que l'amour qui nous a liés était assez grand et assez fort pour effacer tous les faux pas et tout recommencer, ou peut être tout reprendre comme si de rien n’était. Même avec toutes mes blessures profondes j’ai essayé d'être non pas la fille parfaite, mais une petite amie exemplaire essayant à chaque fois de ne pas lui infliger les reflets du mal qui me rongeait tout au fond.

Que même dans mes colères ou dans ses mots blessants, qui me faisaient souffrir, je gardais toujours un calme légendaire. Et lui, de son côté, il ne bougeait pas mais, cherchait plutôt à se défendre.

Et après ces années, je ne peux pas nier que j’ai peur, que le temps n’a pu ni effacer ni atténuer, la blessure qui refait surface chaque fois où j’essaye de l’étouffer. Et même avec tout l’amour que j’ai en moi, l’amour que je n’ai pas pu oublier, comme je n’ai pas pu effacer les moments qui me faisaient mal, même avec tout cet amour j’ai encore peur. Peur de le perdre et pourtant il se fiche pas mal de moi.

Il y a des choses qu’on ne peut pas effacer, surtout au moment où on ne devait pas y songer. Des choses qui surgissent de nulle part, qui envahissent la pensée comme une avalanche destructrice qui balaie tout dans sa trajectoire ne laissant ni beau ni laid. Et Tristan est juste l’une de ces choses.

Trop c’est trop ! Qu’il sorte de ma vie à tout jamais. Je prends une bonne bouffée d’air ; j’inspire et j’expire et j’appuie sur « envoyer le message ». Une fois fait, je sais désormais que c’est fini entre nous.

Pourquoi ai-je pris cette décision de lui annoncer que je le quittais ? Parce que hier alors que je me suis sacrifiée pour lui organiser une fête surprise pour ses 30 ans, monsieur s’est plutôt pointé avec une autre femme. Et le comble : C’est qu’il m’a toujours dit que cette fille était juste une collègue et pourtant il se foutait bien de ma gueule. J’ai tout fait pour Tristan, depuis cinq ans maintenant que je le connais… Je me suis toujours sacrifiée pour l’honorer et lui faire plaisir mais apparemment ce n’est pas assez suffisant pour qu’il ferme sa braguette. Depuis trois mois je planifiais cet "incroyable anniversaire". Tous ses amis étaient au courant. J’ai tout fait sans lui demander un seul radis : De la location de la salle en passant par les services traiteurs, le DJ et même son costume… Et pour me remercier, il se pointe à la fête avec cette fille de Lupita. Il m’a humiliée devant tout le monde et ce qui me choque encore plus c’est que Monsieur me présente comme excuse en me racontant que "de toute façon il m’avait déjà dit que sa famille ne voulait pas de moi parce qu’ils me trouvent VIELLE". Moi ? Nana, vieille ?? lol. Ça me fait même rigoler… Mais bref ainsi va la vie !

Mon téléphone sonne et c’est Marie Noëlle, ma copine. Elle était là hier et m’a vue sortir de la fête en sanglots

Dring -dring- dring

Je n’ai pas envie de décrocher parce que j’ai déjà des prémonitions de ce dont elle veut me parler : « Nana , je suis désolée, mais je t’avais prévenu... Blablabla » Je ne suis vraiment pas d’humeur. Mais c’est Marie Noëlle. Si je ne décroche pas elle va appeler pendant toute la journée.

-Allo ?

- Oui Marie N

- Nana ça va?

- Oui je vais bien et toi ?

- ça va bien aussi. Tu fais quoi ?

- j'étais entrain d'écrire un long message à Yvan

-Wow !!!? Pour lui dire quoi encore ma chérie ? Il a été très clair hier envers toi, en venant avec une autre à une fête que tu as planifiée depuis des mois. Ma chérie, ce gars est l’incarnation même du mépris donc ne pleure plus ma puce ; il ne te mérite pas.

-Tu sais quoi ? Je ne veux plus parler de lui ma puce. Je vais essayer de dormir car je n’ai pas fermé l'œil de toute la nuit.

Je raccroche avec elle et j’essaye de me coucher. J’ai eu une soirée assez tendue et j’ai vraiment besoin de me reposer.

Vous vous demandez certainement qui suis-je pour venir vous raconter ma vie ici sans même me présenter ?

Je me nomme Nana-chou mais on m’appelle plus souvent Nana. Je suis une jeune fille Camerounaise de 30 ans sans enfants. Physiquement je suis très grande, mince et bio. Je ne me maquille pas et je ne mets pas de cheveux de morts sur ma tête. Je suis l'aînée d’une famille de cinq enfants. Nous sommes trois filles et deux garçons. Mes parents sont décédés quand j’avais 16 ans et je suis devenue la maman de la maison. J’ai dû abandonner mes études pour prendre soin de mes cadets. Mes deux parents sont décédés dans un accident de voiture alors que ma mère était enceinte de ma dernière petite sœur. Les médecins ont pu sauver seulement l’enfant mais mes parents non. Ma petite sœur est donc née avant l’heure et a fait deux mois dans une couveuse et j’ai dû prendre la relève après. Je ne suis vraiment pas allée loin dans les études ; j’ai juste mon Brevet d’Etude Primaire et Secondaire.

Cette année là après l’obtention de mon brevet, un cousin éloigné de ma mère m’avait donné une somme de 500 milles Francs pour me lancer dans les affaires. J’ai dû commencer le grand commerce. Je voyageais dans le sud du pays pour acheter des grandes quantités de concombres, poissons fumés, viandes boucanées…Etc. Et je revendais en détails. Les soirs, je faisais du « poisson braisé » en bordure de route. Heureusement pour nous, mes parents ont laissé une petite maison de deux chambres au quartier Cité-Verte de Yaoundé donc on n’a pas de problème de loyer.

Au village aussi, Papa avait construit une petite maison et laissé des plantations, des bananeraies,… etc. Je profite des vacances scolaires pour y prendre soins et continuer les travaux que mon papa avait entamés. Il avait aussi à son actif, une petite porcherie que ma grand-mère « gère ». Notre Père était un très grand débrouillard. Nous avons grandi ainsi dans les travaux champêtres, l’agriculture et l'élevage. Quand mes frères et sœurs auront finis les études, je vais me lancer dans l’agriculture. Pour l’instant ils sont encore très jeunes et je me dois d’assurer qu’ils aient tous des licences et des masters et après je ferais ma vie.

Revenons à ma vie amoureuse. Je n’ai connu qu'un seul homme dans ma vie : Yvan Tristan. Oui je suis une fille de 30 ans mais avec un seul homme dans mon carnet d’adresse.

J’ai rencontré Yvan lorsque je faisais « le poisson braisé » devant son école. L’ENAM (Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature) qui est une école très renommée du Pays et tous les fils de « … » y fréquentent.

J’avais 24ans à l'époque quand nous nous sommes connus. Il achetait constamment mon poisson, ses amis et lui. C’est ainsi que nous avons sympathisé et sommes devenus des amis… Puis après, lors de sa sortie d'école il m’a demandé de faire à manger pour sa soutenance car il n’aimait pas les services traiteurs. Il m’a payé et j'ai fait son buffet. Chose faite, ses parents ont apprécié ma nourriture et m’ont demandé si je voulais être leur cuisinière… Le salaire était vraiment très convainquant. Comment pouvait-on dire non à 120 mille/mois juste pour cuisiner ? Ça me sortait des routes tous les soirs et des voyages dans le Sud chaque mois.

Je pouvais dès lors avoir un travail décent qui ne demandait pas trop d’efforts. Alors j’ai accepté et ça m’a encore plus rapproché de Tristan. On se voyait tous les jours avant qu’il ne parte en France pour faire une formation de six mois. Tout a vraiment pris un sens lorsqu’il est revenu de la France. L'année de nos 25 ans : c’est le jour où j’ai connu l’homme pour la première fois… J’ai baissé la garde et nous l’avons fait. Depuis ce jour-là, je suis devenue sa femme comme il aimait bien le dire. Mais seulement on ne sortait jamais ensemble devant les gens. Les seules personnes qui savaient qu’on entretenait une relation sont ses amis proches rien d’autre même sa petite soeur n’y savait rien ! Et pourtant je l’ai soutenu (...)

Quand il est revenu de France, son papa n'était plus ministre il a du chômer et traîner un bon moment à la maison avant de trouver son boulot… et durant tout ce temps, c’est moi qui l'aidais. Je l’ai soutenu moralement et aussi financièrement. Je l’ai aidé à prendre son propre appartement, j’ai meublé sa maison et décoré tout. J'étais sa bonne à tout faire. Lorsqu’il organisait ses soirées, c'est moi qui faisais le ménage, la cuisine, le rangement et tout. Et pourtant j’ai quatre bouches chez moi dont je m’occupe aussi. Tristan ne m’a jamais rien offert (…), si oui un petit bracelet qu’il a m’a offert pour mes 28 ans.

En 5 ans il est venu chez moi deux ou trois fois. Il ne connait même pas les prénoms des mes frères. Et lorsqu’ils ont des manifestations chez eux, il ne va jamais avec moi car selon lui il ne faut pas que sa mère sache qu’on sort ensemble elle risquerait de me virer et il ne veut pas que je perde mon boulot (...)

Tous les jours il me dit qu’il m’aime, (Enfin il me disait qu’il m’aimait…) qu'il veut faire sa vie avec moi mais je ne vois rien de tout cela.

J’ai juste l’impression qu’il se fout de moi. Je n’ai pas beaucoup d’amis, si oui quelques cousines et ma copine Marie Noëlle. Je vis comme une grand-mère. Pire encore, quand Tristan a commencé son boulot de cadre je suis devenue sa petite boniche : celle qui doit s’assurer qu'il mange le soir quand il rentre et que ses vêtements soient propres et ses costumes bien repassés le matin et quand je pense juste une seconde que l'année dernière ce salopard m’a demandé d'emménager avec lui et de laisser mes petits frères se débrouiller… Pff.

Mais malgré tout ça, j'étais toujours là. Je refusais de voir la vérité en face. Et pourtant tout porte à croire que ce gars ne m’a jamais aimé. Plusieurs fois je l’ai surpris et pris en flagrant de lit avec des femmes chez lui mais il a toujours nié et chaque fois que je voulais partir, il revenait toujours me supplier de ne pas le laisser tomber et tout bêtement je retombais dans son piège...

Mais après la scène d’hier je me sens tellement mal que je me pose mille et une questions : "Comment j’ai pu avoir les yeux fermés depuis tout ce temps et pourtant j’avais toutes les pièces de puzzle devant moi ?" Mais j’ai choisi le « bad boy » qui me fait souffrir. C'est à croire que nous les filles nous préférons souffrir à cause des mauvais garçons mais comment reconnaître un bad boy ? : je crois avoir ma petite idée déjà :

- Il ne nous offre pas d’amour mais on veut le rendre amoureux ;

- On veut faire mieux que les filles de son passé qui n’ont pas réussi à le faire changer ;

- On veut qu’il craque pour nous ;

- On pense qu’avec nous ce sera différent (…)

Quand on pense ainsi, qu’on est dans cette bataille, c’est qu’on est face à un mauvais garçon !

Ça ne se reconnaît pas au premier abord, parce qu’un mec n’est pas forcément bad boy dès le début, ou au contraire il l’est mais ne le sera pas avec nous : c’est selon ce que l’on ressent en le fréquentant que l’on peut savoir. En général vous avez tendance à vous accrochez à un espoir, pourvu qu’il change et qu’il se rende compte à quel point vous l’aimez. Mais cette situation vous fait surtout agir à contre-courant en vous montrant encore plus dépendante de lui, en favorisant davantage des sentiments et en étant en permanence en demande. C’est simple, tout ce qu’il ne faut pas faire avec ce type de mecs, sinon… et bien vous tombez dedans !…

Ce que Tristan m’a montré hier, mince !!! Mais je finirais par me relever. Il a osé me jeter en pleine figure que sa famille dit que je suis vieille et qu’il m’avait prévenu depuis le début mais j’ai insisté et je le suppliais. J’ai quitté une fête que j’avais moi même organisé.

« Ding dong… » C’est la sonnette, ça doit être ma copine Marie Noëlle qui est là, me suis-je dit. Je me lève et vais ouvrir la porte. C’est bel et bien elle. Je la fais entrer dans le salon et nous nous dirigions vers ma chambre. Elle prit place sur le lit et on se mit à causer.

- Alors comme tu te sens ? me demande-t-elle

- Je vais bien, lui répondis-je.

- Okay. C’est l’essentiel en tout cas. Tu as les nouvelles de Tristan ?

- Non ! je lui ai envoyé un mail cet après midi pour lui dire que c’est fini entre nous.

- Et ?

- Et rien ma chérie… Il ne m’a pas répondu et pourtant ça marque bien " lu".

- Laisse tomber Nana. Ce gars, il ne t’aime pas ! Regarde comment il te traite depuis cinq ans, tu aurais même déjà trouvé un homme et un vrai mieux que lui depuis.

- Tu as raison mais je l’aime tellement que je me demande si je vais pouvoir l’oublier…

- Tu dois absolument l’oublier.

- Je vais essayer Michou.

-Tiens, Habille-toi et allons manger.

- On va où ?

- Au Wengué

- D’accord, donne-moi quelques minutes je me prépare…

Je saute rapidement à la douche et je me verse l’eau ensuite j’enfile une robe sans manche en couleurs et une jolie sandale ouverte. Je me parfume légèrement et je suis prête. On emprunte un taxi et direction le restaurant le Wengué.Une fois sur place, Michou et moi prenons place et passons nos commandes. Elle commande une cuisse de ‘poulet braisé’ avec des frites de plantains pendant que moi je prends du ‘porc braisé’ avec des frites de pommes accompagné d’un bon vin blanc.

On entame donc notre repas en parlant de tout et de rien. Michou de son vrai nom Marie Noëlle est une amie d’enfance, on habite le même quartier depuis toujours. Elle est professeur d’Espagnol au Collège Ebanda de Yaoundé. C’est une fille assez calme et très gentille. On a vraiment jamais eu d’embrouilles elle et moi. J’ai toujours été là pour elle et vice versa. Elle est comme une sœur pour moi. On a fait nos 400 coups ensemble. Je ne lui cache rien et on se dit pratiquement tout, je l’aime comme une sœur.

Jusque là, le dîner se passait bien… Sauf que je sens une main se poser sur mon épaule et en levant ma tête, qui vois-je ? Yvan Tristan.

- Tu fais quoi ici ? me demande-t-il arrogamment.

Non mais il se prend pour qui ? Non seulement il m'humilie à une fête que j’ai organisée pour lui. Je lui envoie un message auquel il ne répond pas et il ose venir me demander ce que je fais ici ???

- "Je n’ai pas de compte à te rendre Monsieur !" lui répondis-je… en buvant mon verre de vin.

- Et depuis quand tu me parles avec autant de mépris ? Rajoute-t-il.

La colère de Michou commençait à monter et je sais qu’elle n’a jamais aimé Tristan. Pour elle Tristan m’a toujours utilisé (…)

- Tu peux nous laisser finir notre dîner s’il te plait ? Renchérit Michou.

- Toi tu la fermes quand je parle à ma femme !! Lui répond Tristan.

- Ta quoi ? ah-ah-ah-ah vraiment hein Tris-machin-truc tu as ta chance que tu as affaire à une fille bien élevée parce que si c'était moi je t’aurai déjà versé ce plat de frites sur le visage. Rajoute-t-elle

Il tire ma main et se met à me trainer hors du restaurant

- C’est toi qui demande à tes vilaines copines de me manquer de respect devant les gens ?

- Lâche-moi s’il te plait !

- Je ne te lâche point.

Il me tire hors du restaurant et ouvre la portière arrière de sa voiture et me demande de monter.

Michou sort du restaurant et vient me remettre mon téléphone que j’avais oublié sur la table dedans.

- T’es sérieuse là Nana ? Tu vas où Nana ? Après tout ce que ce garçon t’a fait hier devant tout le monde ? tu es vraiment sa bonne à tout faire toi.Tu me déçois Nana Pfff...

Elle tourne le dos et me laisse là.

Pendant que j’arrange ma robe , j'aperçois Lupita la fameuse collègue de Yvan Tristan, celle qui était sa cavalière hier à la fête. Elle sort du restaurant et Yvan lui ouvre la portière de devant et me demande de monter à l’arrière.

Michou se retourne pour voir ma réaction…

- Tu demandes à qui de monter derrière ? Lui demandai-je.

- A toi! me répond Lupita après m'avoir dévisagée.

J'avoue qu'elle est super bien habillée "chique"

- Je ne t’ai pas sonné toi ! Lui dis-je. Tu demandes à qui de monter derrière Yvan ?

- Monte s’il te plait. On dépose Lupita et on va s’expliquer toi et moi à la maison…

Je monte donc sur le siège arrière dans la voiture de "Mon supposé chéri".

Je sais que vous allez me juger et me traiter de tous les petits noms d’oiseaux mais j’aime ce gars. C’est comme s’il m’a fait quelque chose. Yvan Tristan Lebou c’est mon mal et mon bien. Je n’arrive pas à lui RESISTER !!! Que faire ? aidez-moi s’il vous plaît…"Je suis calée" ça ne me laisse pas

Bienvenue à tous dans les aventures de Nana

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 22 Chapitre 22   09-20 16:17
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY