Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / Deal avec le diable
Deal avec le diable

Deal avec le diable

5.0
57 Chapitres
343.6K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Fawn Thorne est une jeune fille de dix-huit ans issue d'une famille aisée, sa vie n'est rien d'autre qu'un rêve de conte de fées devenu réalité . Elle a son prince charmant, des amis sur qui elle peut compter et des petits frères et sœurs qu'elle adore. Elle a tout ce qu'une princesse peut désirer . C'est jusqu'à ce que les vieilles habitudes de jeu de son père prennent le dessus et que la fortune familiale soit perdue dans sa cupidité, il conclut un pacte avec le diable . Sebastian King est un homme d'affaires impitoyable qui gouverne le monde , étant l'homme le plus riche de la planète , il est le célibataire le plus recherché . Non seulement connu pour sa beauté mais aussi pour son nom de famille . Il peut avoir tout ce qu'il veut en un claquement de doigts et il est horrible et manipulateu , connu pour ses manières cruelles , Il propose un marché avec un homme désespéré : Sa fille aînée en échange d'argent

Chapitre 1 Prologue

L'affaire a été conclue ❞145

.•*•.1

"En tant que devoir envers cette famille et cet héritage, tu épouseras Sebastian King et tu seras une bonne épouse obéissante pour lui" dit mon père, sans même se soucier des larmes qui coulent sur mes joues. Mon monde s'effondre sous mes propres yeux. Mon avenir a été décidé et je n'ai pas mon mot à dire sur ce qui va m'arriver. Il me vend pour de l'argent afin que cette famille ait une fortune à dépenser. Désactivant le reste du discours, mon esprit répète cette phrase encore et encore.

Le bureau qui m'apportait autrefois du réconfort me donne maintenant l'impression qu'il fait froid et sombre et que l'obscurité m'attire. Mes yeux sont rivés sur l'horrible sol en marbre, et alors que les larmes coulent sur mes joues et atterrissent doucement sur mon laboratoire, Je mords ma joue intérieure pour me taire. J'ai l'impression que l'air a été aspiré de mes poumons et que je n'ai plus de souffle pour respirer, ni la volonté de le faire. Dès que la nouvelle a pénétré dans mon cerveau, je suis devenu terne, juste engourdi et je ne pouvais plus rien ressentir.

Mon père quitte son bureau pour aller quelque part, peu m'importe où. Dès que la porte se referme, je m'effondre en sanglots. En rapprochant mes genoux de ma poitrine et en les serrant aussi fort que possible, je n'ai plus de force dans mes mains. Je laisse juste sortir les sentiments avec mes larmes et les laisse tomber sur mes joues, sans me soucier de l'apparence de mon maquillage à ce stade. La pensée que j'ai été vendu, juste comme ça, me brise, et je me sens mal aimé et juste un objet que mon père a vendu pour son propre bénéfice.

Je ne sais pas combien de temps je suis resté assis là dans le bureau sombre et j'ai pleuré, et je ne m'en souciais pas non plus. Ce n'est que lorsque la porte s'ouvre et que ma mère se précipite à l'intérieur que je romps le regard que j'ai formé avec le sol en marbre. Ma mère vient et me serre dans ses bras et me berce d'avant en arrière. Mes mains ne veulent pas bouger et je ne rends pas l'étreinte. J'entends qu'elle pleure silencieusement. "Je suis tellement désolée, mon amour, j'ai essayé d'arrêter ça" me murmure-t-elle et je sais que je peux la croire.

Bientôt, elle a commencé à me chuchoter des choses apaisantes, essayant de me calmer. Je ne l'écoute pas et ça ne marche pas non plus. A ce stade, rien ne peut me calmer. Ma vie s'est effondrée et je ne peux rien faire pour la réparer. J'ai été vendue par mon père, vendue à un homme dont tout le monde sait qu'il est le diable, c'est le diable sous forme humaine. Il possède tout, chaque entreprise, chaque entreprise, chaque personne. Il possède ce monde. Et il peut faire ce qu'il veut et s'en tirer. Il pourrait s'en tirer avec un meurtre.

Les choses qu'il a faites, mais personne ne peut rien y faire, m'effraient profondément et bientôt je serai mariée à l'homme. Non seulement ma vie a pris fin, mais mon bonheur, ma liberté et mes choix m'ont tous été dépouillés, comme s'ils n'étaient rien au départ. Être dans les bras de ma mère devrait m'aider, mais même elle sait qu'il n'y a rien à faire et qu'il n'y a aucun moyen de m'aider, pas à partir de là car l'accord a déjà été conclu et signé, mais pas par moi, mon père et mon futur mari, je frissonne à cette pensée.

La personne moyenne croirait le fait de regarder du bon côté de tout cela, croyant peut-être que c'est une bonne chose pour les deux parties. Peut-être tomber amoureux de l'homme le plus cruel qui ait marché sur la terre, et lui tomber amoureux aussi, et donc le changer pour le mieux et tout sera romantique et tout simplement merveilleux à la fin. C'est ce que dirait la personne moyenne, mais pas une seule fois je n'ai dit que j'étais moyen et que ce petit fantasme n'est rien d'autre qu'un fantasme qui ne se réalisera jamais.

L'étreinte de ma mère a réussi à me calmer au point que je ne sanglote plus comme une folle. Les larmes salées coulent toujours sur mon visage et j'ai le hoquet après mes pleurs. Je n'ai pas prononcé un mot depuis que mon père m'a parlé, ce qui ne me ressemble jamais. Je suis la fille qui ne peut pas s'arrêter de parler, les pensées dans ma tête me sortent. Maintenant, j'ai l'impression que je n'ai pas de mots, pas qu'aucune des choses que j'ai à dire n'ait d'importance pour qui que ce soit.

Tout m'a été enlevé, je n'ai plus rien à dire sur les choses qui m'arrivent à partir de maintenant et bientôt je serai la propriété de quelqu'un dont la mission de vie est de faire souffrir tout le monde et qui ne fait que sourire. Personne n'a jamais vu cet homme sourire, et les gens se demandent si le cruel homme d'affaires peut sourire. "Tout ira bien, je te le promets" murmure ma mère, la seule phrase que j'ai pu entendre de tout ce qu'elle a dit.

La porte du bureau s'ouvre en claquant lorsque mon père entre dans la pièce, pressé, choquant non seulement ma mère mais aussi moi, bien que je ne bouge pas sur mon siège. Ma mère me serre plus fort, comme si elle ne voulait pas me lâcher, et je ne veux pas non plus qu'elle me lâche de sitôt. Son visage montre de l'inquiétude et de l'anxiété, mais ses yeux contiennent du chagrin et de la colère. Il me regarde et je vois du dégoût dans ses yeux. "Rends-la présentable, il est là" C'est la seule chose qu'il dit avant de partir, et d'autres larmes coulent sur mon visage. Je suis sur le point de tomber nez à nez avec le diable.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY