Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / Garçon dominant et fille innocente
Garçon dominant et fille innocente

Garçon dominant et fille innocente

4.8
142 Chapitres
454.3K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Que feriez-vous si vous deviez souffrir de douleurs consécutives sans en connaître la raison ? « Angéline, tu es une vraie garce. Tu ne vas nulle part ! », a-t-il dit en écarquillant les yeux et il l'a plaquée au sol. La vie était parfaite pour une adolescente innocente nommée Angéline. Elle était facile à vivre et gentille avec tout le monde. Toute sa vie a basculé lorsqu'elle a été accostée une nuit par un charmant diable incarné nommé Cédric. Quelques heures plus tard, le père d'Angéline était décédé sans lui dire au revoir. Après qu'Angéline a déménagé dans une nouvelle ville et s'est inscrite dans une nouvelle école, elle a pris un nouveau départ. Elle pensait qu'elle était enfin libre de son agresseur, mais elle avait tort. Le diable l'a traquée et l'a de nouveau emprisonnée. Malgré les cauchemars obsédants de cette horrible nuit, elle s'est convaincue de lui pardonner. Pourtant il a continué à la maltraiter et elle a finalement décidé de couper tous les liens avec lui avant de se faire brûler en enfer. Cependant, il l'a mise sous sa coupe et a refusé de la laisser partir. Avec un regard vicieux, il a demandé : « Angéline, penses-tu vraiment que tu peux m'échapper ? Haha ! Je t'attraperai même si tu t'enfuis jusqu'au bout du monde ! » « Laisse-moi partir. Tu voulais me tuer quand je t'aimais de tout mon cœur. Mais quand je ne t'aimais pas, tu me harcelais sans cesse. J'ai assez souffert ! », a-t-elle répondu craintivement. Comment Angéline va-t-elle vaincre ce diable ? Pourquoi s'est-il fait un devoir de la tourmenter ? Se pardonnerait-elle jamais la mort de son père ? Vous pouvez le découvrir dans cette histoire remplie d'amour, de douleur et de plaisir.

Chapitre 1 Le fantôme du passé

Le point de vue d'Angéline :

« T'es qui, bon sang ? Laisse-moi partir ! »

Mes cris horrifiés étaient mêlés à ses respirations lourdes.

« Hé, qu'y a-t-il ? Tu ne kiffes pas ? »

Avec mon dos contre la banquette arrière de la voiture, il a soulevé ma mini jupe. Il a ensuite pressé son corps lourd contre le mien. De sa main puissante, il a maintenu mes mains au-dessus de ma tête. Alors que j'essayais de me libérer, il a touché mes cuisses.

Des larmes chaudes coulaient sur mes joues et ma tête tambourinait. Son touché me donnait la nausée et tout mon corps tremblait. Devant mon silence, il a exercé plus de force et a impitoyablement déboutonné ma chemise.

« S'il te plaît, laisse-moi m'en aller. Ne me fais pas ça ! »

« Chut ! Sois sage. Réponds-moi, ça te plaît ? »

« S'il te plaît, je veux juste rentrer chez moi. »

« Rentrer chez toi ? Haha ! Même pas en rêve. Tu n'iras nulle part ! » Ce garçon vicieux m'a lancé un sourire mauvais avant de commencer à lécher mes tétons.

« Stop ! Ne fais pas ça. Si tu ne me libères pas tout de suite, je vais... Aaah ! »

Je me suis arrêtée de parler en plein milieu de ma phrase et j'ai crié à tue-tête. Il venait de mordre mon téton avec force.

« Si je ne stoppe pas, que feras-tu ? J'ai hâte de l'entendre. Tu ferais mieux de parler plus fort. » Sur un ton moqueur, il a pincé mon téton, ce qui a envoyé une douleur indescriptible dans mon cerveau.

« Espèce de salaud ! Je vais te faire un procès ! », ai-je rugi de toutes mes forces.

En un clin d'œil, son visage moqueur s'est assombri. Il m'a alors giflée de sa main puissante.

Je me suis immédiatement sentie étourdie, perdant un peu la notion de l'environnement.

J'ai lutté pour ouvrir les yeux. « Merde ! », ai-je marmonné avec agacement. Je faisais à nouveau ce rêve. Depuis quatre ans, cet horrible cauchemar me hantait.

Mon réveil avait sonné et j'ai tendu la main vers la table de chevet pour l'arrêter. Bâillant paresseusement, j'ai lutté pour ouvrir les yeux et j'ai regardé l'heure. J'étais presque en retard pour l'école.

En toute vitesse, je suis sortie du lit et suis allée directement à la salle de bain pour me rafraîchir. Ensuite, j'ai mis mon uniforme et j'ai filé à l'école.

Avec un sourire éclatant, je suis entrée rapidement dans le bâtiment d'enseignement. Voyant que le couloir était encore envahi d'élèves, j'ai regardé ma montre-bracelet. Malgré mon réveil tardif, je suis arrivée à l'heure. Il restait encore un quart d'heure avant le début de mon premier cours. Soupirant de soulagement, je me suis dirigée vers ma classe.

« Oh mon Dieu ! Il est si beau ! Nos yeux se sont croisés à l'instant et j'ai senti une décharge électrique dans tout mon corps ! »

« Oui ! Il a l'air si coquin quand il sourit. C'est tout à fait mon type. Bon sang ! C'est un grand morceau de gâteau crémeux. Je pourrais le manger ! »

« Woohoo ! Je suis tellement excitée ! C'est le plus bel homme que j'aie jamais vu. Je dois obtenir son numéro de téléphone sur le champ ! »

« Je viens de passer devant lui quand il était dans le hall. Mon Dieu ! On dirait un dieu grec. Son aura m'a presque étouffée. Je le veux ! »

En avançant vers ma classe, j'ai entendu des filles surexcitées parler d'un garçon. À en juger par leur conversation, j'ai pressenti qu'elles parlaient d'un nouvel élève. Avec un sourire dédaigneux, j'ai accéléré le pas.

« Je viens de le voir dans le bureau de l'administrateur. Je pense qu'il était là pour finaliser son inscription. J'ai vu son nom sur le dossier. Il s'appelle Cédric. Oh, j'adore son nom. Il est aussi beau que lui ! »

« Cédric ? » Ce nom a envoyé une onde de choc dans mon cerveau. Même si mon sommeil avait été assailli par des cauchemars sur cet horrible incident, il s'enfouissait peu à peu au plus profond de ma mémoire et j'étais sur le point d'en guérir. Cependant, ce nom a soudainement ravivé les mauvais souvenirs. Je me suis involontairement arrêtée dans mon élan.

« Oui, il s'appelle Cédric Perret », a dit la fille de manière convaincante en se tournant vers moi.

« Cé... Cé... Cédric... Perret », ai-je répété le nom en bégayant. Mon front s'est couvert de sueur et j'ai tremblé.

Ce nom me rappelait mon terrible passé.

Flash-back :

Cette ville animée n'était pas celle où je vivais avec mes parents, il y a quatre ans. Pendant mon adolescence dans mon ancien quartier, j'ai vécu quelque chose qu'aucun enfant ne méritait de subir. Ce jour-là a été la pire journée de ma vie.

C'était juste un jour normal pour moi. Après l'école, comme d'habitude, je suis passée par la ruelle isolée en rentrant chez moi. À mon insu, j'étais suivie. Alors que je fredonnais une chanson, quelqu'un a soudainement couvert mes yeux et ma bouche. On m'a ensuite traînée dans une voiture. À cette époque, j'étais jeune et innocente. Je ne savais rien du sexe. Mais je savais que c'était mal pour quelqu'un de me traîner dans sa voiture.

Lorsque ses grandes mains ont brutalement enlevé mes sous-vêtements, j'ai ressenti une humiliation sans précédent. Mes yeux se sont aussitôt mis à larmoyer et j'ai supplié et lutté avec lui. Au lieu d'écouter mes supplications, il a continué à toucher mon corps dans les endroits les plus intimes. Son toucher me donnait la chair de poule et je n'arrêtais pas de crier à tue-tête.

Peu de temps après, une éboueuse qui passait par là a entendu mes appels au secours. Elle s'est arrêtée pour me sauver.

Quelques jours plus tard, j'ai dû me rendre au tribunal pour affronter le garçon qui avait essayé de me violer. Il s'appelait Cédric Perret. Après quelques séances de tribunal, le juge l'a déclaré coupable de tentative de viol et il avait dû passer du temps en prison pour mineurs.

Lorsque la police lui a passé les menottes et l'a emmené loin du banc des accusés, il m'a adressé un sourire malicieux. Figée sur mon siège, j'ai failli fondre en larmes.

Plus tard, j'ai plongé dans une grave dépression. Pour que je commence une nouvelle vie, ma mère m'a emmenée vivre dans cette ville il y a quatre ans.

Ce déménagement m'a vraiment aidée. Après avoir été transférée dans une nouvelle école, j'ai étudié dur et j'étais maintenant la meilleure élève de ma classe. Aucun de mes nouveaux camarades de classe ne connaissait mon terrible passé.

Fin du flash-back.

Depuis son emprisonnement il y a quatre ans, je pensais que nos chemins ne se croiseraient plus jamais. Je n'avais jamais imaginé qu'il réapparaîtrait des années plus tard. Maintenant, je ne savais pas comment digérer cette nouvelle. Mon visage a pâli et mes jambes sont devenues flageolantes. Le sac que je tenais à la main est également tombé sur le sol.

Tout à coup, la cloche de l'école a sonné. Les élèves autour de moi et dans le couloir ont commencé à courir vers leurs différentes salles de classe. Alors que je me tenais raide au milieu des escaliers, mon esprit était rempli d'un enchevêtrement d'émotions et de souvenirs horribles.

« Argh ! »

Quelqu'un m'a heurtée avec son épaule alors qu'il courait dans les escaliers et je suis tombée en avant. Avant que je ne m'écrase face contre terre sur les escaliers en béton, ce qui me provoquerait une douleur incommensurable, une paire de baskets blanches est apparue devant moi. Ensuite, je suis tombée dans une étreinte chaleureuse.

L'odeur de cette personne était si familière.

L'image de cette personne a traversé mon esprit et mon corps s'est instantanément raidi. Le sang dans mes veines a également cessé de couler.

« Angéline, ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vus ! »

Même sans prendre la peine d'ouvrir les yeux, je savais qui c'était. Oui, c'était bien lui... Cédric Perret !

À ce moment-là, la voix dans ma tête a crié comme une folle : « Oh mon Dieu ! C'est lui, le violeur. Il est de retour ! »

Quelques années seulement avaient passé et je savais qu'il était censé purger sa peine à la prison pour mineurs. Maintenant qu'il était là, je me demandais pourquoi il avait été libéré si tôt.

Je me suis demandé : « Que fait-il dans cette ville et dans cette école ? Est-ce une coïncidence qu'il soit venu ici ? A-t-il engagé quelqu'un pour me surveiller pendant son temps en prison pour ensuite élaborer un plan ? Est-il ici pour me tourmenter après ce qu'il m'a fait ? »

Dans ma tête, je savais que je devais me libérer de son emprise et appeler à l'aide, mais j'avais tellement peur que je n'arrivais pas à me débattre ou à crier.

« Hé, on ne s'est pas vus depuis quatre années entières. Es-tu devenue aussi proactive ? »

Il m'a aidée à me redresser, puis a baissé les yeux vers moi. En levant lentement ma tête, j'ai vu le visage familier qui empoisonnait mon sommeil chaque nuit. Il était très différent d'il y a quatre ans. Son visage était plus anguleux, comme celui d'une parfaite sculpture grecque. Ses yeux bleus étaient aussi clairs et brillants que la mer.

Ses lèvres étaient parfaitement formées et formaient un léger sourire. Cependant, ses yeux bleus étaient remplis de haine.

« Bonjour, Cédric. Je m'appelle Claire. » Une fille s'est approchée et s'est présentée à lui.

« Bonjour », a répondu froidement Cédric sans me quitter des yeux.

La fille a rougi instantanément et s'est couvert la bouche. Elle s'est ensuite enfuie avec une expression incrédule sur le visage.

À ce moment-là, je me suis mordu les lèvres. Mon sang a coulé dans ma bouche et je l'ai goûté.

Il était très probablement réapparu pour se venger. On aurait dit qu'il voulait me faire payer de l'avoir envoyé en prison. En y pensant, des larmes chaudes ont coulé sur mes joues et tout mon corps a tremblé de façon incontrôlable. Je me savais condamnée.

« Yo, top de classe, reviens sur Terre. Nous allons être en retard. Tu veux que je te porte ? »

Avec un sourire malicieux, Cédric a pris mon sac et l'a mis dans mes bras. Il s'apprêtait à mettre son bras autour de moi.

Malgré la peur qui m'habitait, j'ai réussi à rassembler mon courage. Je l'ai repoussé de toutes mes forces et j'ai couru dans ma classe.

...

Dès qu'il est entré, le professeur l'a fait monter sur l'estrade et lui a demandé de se présenter. Il était si beau et si calme dans son uniforme blanc d'étudiant. Après avoir ajusté sa cravate, il s'est éclairci la gorge et a dit d'une voix agréable : « Bonjour, tout le monde ! Je m'appelle Cédric Perret. je connais Angéline depuis longtemps. »

Toutes les filles de ma classe ont sursauté après cette révélation. Une mer d'yeux me fixait, puis ils ont reporté leur attention sur Cédric.

« Angéline ! Tu le connais vraiment ? Vous étiez camarades de classe dans ton ancienne école ? Ou étiez-vous voisins avant ? J'ai entendu dire que Cédric vient d'une famille très riche ! Il est si beau. S'il te plaît, dis-moi quel genre de personne il est », m'a rapidement chuchoté à l'oreille Audrine, la fille pleine de vie qui était assise à côté de moi.

« Angéline ? Regarde-moi ! » Elle m'a appelée une nouvelle fois en claquant des doigts en voyant que je n'ai pas répondu immédiatement.

« Eh bien, je ne sais rien de lui », ai-je répondu froidement sans me tourner vers elle.

La haine dans les yeux, je fixais Cédric qui descendait l'estrade. Il avait toujours ce sourire diabolique. Le regard fixé sur moi, il a murmuré en silence : « Salope. »

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY