Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / M’offrir à son meilleur ami
M’offrir à son meilleur ami

M’offrir à son meilleur ami

5.0
30 Chapitres
15.6K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Ce Noël, mon mari offre un cadeau non conventionnel à son meilleur ami. Moi. C’est censé durer seulement une nuit… Mais une nuit devient deux, devient nos vacances entières. Il n’y a pas de règles à part celles que nous établissons, et me partager rapproche Derek et Grayson plus qu’aucun de nous n’aurait pu l’imaginer.

Chapitre 1 Chapitre 1

Nous sommes en vacances avec Derek pour les vacances, comme nous le faisons chaque année. Une tradition dont j'ai hérité avec mon mariage avec Grayson. Chaque fois que Noël arrive, c'est une complication supplémentaire dont je n'ai pas besoin, une tentation que je connais mieux que d'envisager. C'est le meilleur ami de mon mari. Bromance ne commence pas à le couvrir. Ils sont plus proches que des frères, suffisamment proches pour que je sois parfois jaloux. Comment pourrais-je ne pas le faire quand parfois je surprend Grayson en train de le regarder comme ça ?

Je regarde par la fenêtre la montagne d’un blanc immaculé. Normalement, nous voyageons dans un endroit chaud avec une plage pendant les vacances, mais Grayson se sent nostalgique d'un « vrai » Noël avec de la neige et de la nature, donc cette année, c'est le Colorado. Lui et Derek ont passé toute la journée à skier, mais me jeter du haut d'une montagne et espérer le meilleur n'est pas mon idée du bon moment, alors je me suis emmitouflé ici dans notre cabine avec ma liseuse et assez de thé pour survivre à un siège.

Cabine.

Le descripteur est risible. Ce bâtiment, niché dans la pente, est autant une cabane que notre penthouse est un appartement. Il est équipé d'appareils haut de gamme, l'imposant plafond voûté est fait de vraies bûches et tous les meubles sont d'un chic montagnard. Ce n'est pas une station balnéaire, mais même moi, je peux admettre que c'est confortable et magnifique.

Et je n'arrive pas à me distraire.

Je regarde Grayson et Derek du coin de l'œil. Ils ne pourraient pas être plus différents. Les deux sont blancs mais c'est là que s'arrêtent les similitudes. Grayson est bâti mince, grâce à ses heures passées à courir pendant qu'il s'entraîne pour un marathon ou un autre, et il a une tête de cheveux noirs bouclés. Derek est plus volumineux avec des cheveux châtain plus clair et une barbe pleine. Chaque fois que je le regarde, le mot qui me vient à l’esprit est épais. Ajoutez à cela son penchant pour porter de la flanelle, et il ressemble à un bûcheron capable d’abattre des arbres à mains nues.

Ils se sont tous les deux douchés et se sont changés et portent ce qui passe pour des vêtements relaxants. Un jean et un pull en tricot pour Grayson. Un pantalon de détente et rien d'autre pour Derek. Comme s'il ne se souciait pas que les lignes de son corps attirent le regard d'une personne vers le bas, vers le bas, jusqu'à la légère traînée de cheveux menant de son nombril au cordon de son pantalon.

Je tourne à nouveau les yeux vers la fenêtre, mais la lumière déclinante la transforme en miroir, me renvoyant le salon. Je me vois, recroquevillé sur le canapé avec une couverture, et les hommes debout plus loin dans la cuisine.

"Emma?"

Ma peau devient chaude d’embarras, même si techniquement je n’ai rien fait de mal. "Désolé, j'errais mentalement."

Grayson arrive et se penche sur le dossier du canapé pour déposer un baiser sur ma tempe. "Aimeriez-vous prendre un verre?"

" Oui ."

Il rit devant la force de ma réponse. "Je le pensais."

Je cède à la tentation de me retourner et le regarde retourner à la cuisine. La première chose que j'ai remarquée chez lui lors de notre rencontre il y a sept ans, c'est à quel point il a joliment rempli une paire de jeans, et rien n'a beaucoup changé entre-temps. Le cul de Grayson est mordable .

Derek éclate de rire. « Tu es sûr de vouloir boire un verre ? Si Emma me regardait comme elle te regarde, je la ramènerais dans notre chambre.

« Vous ramèneriez ma femme dans votre chambre ? Grayson le demande avec douceur, et même d'ici, je peux voir ses lèvres se contracter. "Putain, Derek, dis-moi ce que tu ressens vraiment."

Derek me regarde. Je ne peux pas voir les étoiles brunes dans ses yeux noisette d'ici, mais je sais qu'elles sont là. Il sourit comme si c'était une blague, mais il y a une conscience au fond de ses yeux. Le même qui me réchauffe à l’intérieur. Nous sommes attirés l'un par l'autre. Nous le sommes depuis notre rencontre à mon mariage avec Grayson. On pourrait en plaisanter avec mon bon mari, mais il y a juste assez de vérité pour que ça pique.

J'aurais aimé avoir un verre à la main, car mon rire est un peu tendu. « Est-ce que je n'ai pas mon mot à dire ? »

"Définitivement pas." Grayson prend une bouteille de vin et verse trois verres généreux. « Tu es ma femme, ce qui signifie ma propriété. Je suis presque sûr que c'est écrit cela dans le contrat de mariage.

Je lève les yeux au ciel. Il peut livrer ses blagues assez sèchement pour que quelqu'un qui ne le connaît pas les prenne au pied de la lettre, mais ce sont des blagues. Des blagues vraiment terribles. "Je savais que j'aurais dû lire les petits caractères."

"Ta perte, mon amour." Il retourne sur le canapé avec deux verres de vin et s'assoit à côté de moi. « Tu es sûr que tu ne veux pas venir skier demain ? Nous pouvons vous emmener sur la colline des lapins.

J'étouffe un peu de déception que nous soyons passés de la conversation à me faire passer. C'est juste une plaisanterie. Grayson et moi devenons bizarres dans la chambre, mais ajouter une autre personne est un fantasme que nous n'avons jamais réellement réalisé. Si jamais nous empruntions cette voie, le faire avec son meilleur ami serait une très mauvaise idée.

Parce que je ne suis pas le seul à être attiré par Derek.

Je bois une gorgée de vin et essaie de sourire. «Je vais prendre une passe. Il y a une chaise très confortable près de la cheminée avec mon nom dessus et une demi-douzaine de livres sur lesquels travailler pendant mes vacances. Sans parler des cinquante autres qui ne sont pas lus sur ma liseuse. J'ai toujours l'intention d'arrêter d'en acheter de nouveaux jusqu'à ce que mes lectures rattrapent mes achats, mais cela n'arrive jamais.

Derek se laisse tomber sur la chaise en face de nous. Il devrait vraiment mettre une chemise. C'est extrêmement distrayant de voir ses muscles bouger sous sa peau alors qu'il s'assoit en avant et en arrière. L’homme est toute une énergie agitée, et l’a toujours été.

Il me surprend en train de regarder et glisse sa propre lecture sur mon corps. Je prends soudainement conscience de la façon dont mes leggings noirs s'accrochent et du fait que je n'ai pas pris la peine de mettre un soutien-gorge sous mon pull ample. Derek sourit. "Vous êtes presque un couple assorti."

Je regarde du pull de Grayson au mien. Ils sont tous les deux gris, même si le mien est clair et le sien foncé. "Cela arrive après avoir été marié pendant une petite éternité."

"Sept ans l'été dernier." Derek sirote son vin en nous regardant avec ses yeux de sorcier. "La démangeaison de sept ans est une chose réelle."

Je ris nerveusement. "Droite. Comme si vous le saviez avec toutes les relations à long terme que vous entretenez. Depuis que je le connais, je n'ai rencontré aucun autre significatif, même si je sais qu'il y a eu une dispersion de petits amis et de petites amies parce que Grayson me l'a dit.

« Nous ne parlons pas de mes relations. Nous parlons du vôtre. Il se penche en avant, expression intentionnelle. « Comment pimentez-vous les choses ces jours-ci ?

Sa volonté d'ignorer toutes les subtilités sociales est quelque chose que j'aime et que je déteste chez Derek dans des mesures égales. Je ne peux pas compter sur lui pour renoncer à poser des questions qu'aucune personne polie ne poserait. Lui et Grayson sont trop proches, trop disposés à partager des choses. Ni l’un ni l’autre ne sont particulièrement doués pour les limites.

Je fais très attention à ne pas regarder Grayson. "Notre vie sexuelle va bien." Mieux que bien, vraiment. Même après tout ce temps, nous ne nous lassons pas les uns des autres. Au moins quelques jours par semaine, il s'arrête pendant sa pause déjeuner et nous baisons comme deux jeunes mariés excités. Nous nous rencontrons dans les bars et faisons semblant d'être des étrangers et baisons dans la salle de bain, sur le parking, dans la voiture elle-même. Les jeux deviennent de plus en plus élaborés au fil du temps.

"Très bien," répète lentement Derek. Il jette un coup d'œil à Grayson, et je ne manque pas de remarquer qu'il donne à mon mari la même attention approfondie qu'il m'a donnée. "Ça a l'air déprimant comme l'enfer."

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 30 Chapitre 30   06-11 14:07
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY