Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / La Passion Interdite
La Passion Interdite

La Passion Interdite

5.0
550 Chapitres
46.1K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

"Je vais te baiser si fort que tu l'oublieras complètement." Natalia désire son beau-père depuis très longtemps après le décès de sa mère. Soudain, son beau-père se fiance à une autre femme tandis que son jeune frère découvre le secret de Natalia... Elle essaie de cacher sa liaison avec son cousin par alliance à son garde du corps passionné...

Chapitre 1 Mon petit secret

**Cette histoire ne contient PAS d'inceste. Tous les intérêts amoureux masculins ne sont PAS liés par le sang au protagoniste féminin**

"Ah Ah Ahh ! ... Edward, s'il te plaît, arrête... nous... ah... ne pouvons pas faire ça... ahh", haletai-je entre deux baisers alors que la langue de mon oncle par alliance envahissait ma bouche, virevoltant contre ma propre langue qu'il suçait doucement avec passion.

"Je ne t'ai pas dit de m'appeler "Professeur" quand nous sommes au travail ?" répondit-il d'un ton moqueur avant de continuer à souiller ma bouche. Mon corps se figea sous le choc de ce qui se passait tandis que mes mains se crispèrent sur sa blouse blanche. J'essayai de détacher mes lèvres de son baiser, mais ses mains chaudes et larges poussèrent l'arrière de ma tête, dirigeant mes lèvres humides vers ses lèvres affamées et sa langue en quête, une fois de plus.

"Je te donnerai tellement de plaisir que tu oublieras tout de Lucien...", gloussa-t-il à mon oreille en chuchotant de sa voix profonde et séduisante.

"Ah... s'il te plaît", une autre série de gémissements s'échappa involontairement de mes lèvres à ma propre surprise. Je perdais le contrôle de mon esprit et de mon corps lorsque ses grandes mains viriles se glissèrent lentement à l'intérieur de ma blouse et touchèrent mon sein gauche, le massant intensément. La sensation me fit sursauter, et je commençai à sentir une soudaine poussée de chaleur et d'adhésivité sortir d'entre mes jambes.

Non, je réagis à lui si vite et si fort. Comme s'il pouvait sentir mon excitation, son corps maigre me coinça, poussant mon dos contre sa table de travail, puis il coinça sa jambe gauche entre mes cuisses. J'essayai de le supplier d'arrêter, mais les seuls sons que je pus produire, étaient des gémissements sensuels mêlés à ma respiration difficile. Mon oncle par alliance caressait maintenant mes deux seins par-dessus mes vêtements.

"Non... arrête... je ne peux pas..." je gémis et haletai alors que sa langue léchait lentement les lobes de mes oreilles, puis les suçait en faisant des bruits de succion humides. La sensation était si intense que j'ouvris grand les yeux pour voir son beau visage et ses yeux brûlants de désir pour moi qui me regardaient. Ses yeux verts, ses cheveux bruns, son beau nez droit, ses lèvres enjouées et son corps maigre et légèrement musclé ressemblèrent tellement à l'homme que j'aimai et que je désirai secrètement... mon beau-père.

Il m'embrassa à nouveau profondément, enfonçant sa langue dans ma bouche. Notre salive mélangée s'écoulait de mes lèvres à chaque fois qu'il changeait l'angle de notre baiser. Gémissant entre nos baisers, je pouvais sentir sa cuisse pressée contre mon passage secret palpitant.

"Tu frottes ta chatte contre ma jambe", taquina Edward.

Mon corps entier s'immobilisa à ses mots. Je me sentis immédiatement gênée en réalisant à quel point je perdis le contrôle face à cet homme. Pendant mon choc, ses mains déchirèrent rapidement le devant de mon chemisier et écartèrent mon soutien-gorge pour révéler mes seins nus. Je sentis la température froide du laboratoire sur ma peau nue et mes mamelons durcirent instantanément. Le froid fut momentané car il recouvrit rapidement mon sein gauche de sa main chaude et mon mamelon droit de sa bouche chaude.

"Non... s'il te plaît !" je criai d'une voix si tendue que j'eus du mal à la reconnaître comme étant la mienne, alors que je sentais sa langue chaude lécher rapidement mon téton dur. Dans le même temps, mon autre sein était pressé et frotté durement à plusieurs reprises. Mes mains étaient dans ses cheveux alors qu'il continuait à sucer plus fort mon mamelon dur et gonflé. Plus il suçait fort, plus je gémissais et sentais ma chatte vibrer et se contracter. Je perdis le contrôle du plaisir et je commençai à frotter ma chatte plus fort et plus vite contre sa cuisse pour obtenir un soulagement temporaire.

"Tu es toute mouillée ici... Je suppose que ton oncle coquin t'a tellement excitée, hein ?" me chuchota-t-il astucieusement à l'oreille en poussant ses doigts au centre de mon entrejambe, le frottant à travers la dentelle de mon sous-vêtement.

"Tu as complètement trempé ta culotte. Tu as joui juste parce que je t'ai sucé les seins ?" demanda Edward avant de glousser doucement.

Soudain, ma jupe fut relevée et pendit librement autour de ma taille. Puis je sentis l'air froid contre ma chatte humide et chaude qui était maintenant entièrement exposée. Il fit descendre mes sous-vêtements le long de mes jambes et les enleva d'un seul coup. Sans tissu pour retenir l'humidité à l'intérieur de moi, je sentis mes jus d'amour se déverser lentement de mes lèvres intimes sur mes cuisses, me faisant réaliser à quel point j'étais humide tout ce temps.

"Arrête.. quelqu'un pourrait entrer..." Je murmurai la seule excuse que je trouvai pour qu'il arrêtât.

"Alors, je suppose que tu ferais mieux de baisser le ton de ces bruits obscènes que tu faisais... " répondit-il en enfonçant son majeur dans mon trou d'amour d'un seul mouvement profond et rapide. Je criai de plaisir, mes jambes pouvant à peine supporter mon poids et je m'appuyai sur la table pour me soutenir. Des bruits humides envahirent tout le bureau de mon oncle tandis qu'il faisait entrer et sortir son doigt en moi avant de se lover en moi pour explorer la paroi supérieure de ma grotte, à la recherche de mon point le plus agréable.

"C'est là que tu aimes ça ?" me demanda-t-il d'une voix rauque et séduisante tandis que son doigt appuyait sur mon point G. Je me sentais de plus en plus mouillée alors qu'il continuait à stimuler ce point. Je ne pouvais pas supporter le plaisir qui se développait dans ma chatte et je commençai à frotter fort contre sa main en gémissant bruyamment d'abandon.

Des bruits de frottement humide résonnèrent dans toute la pièce, se mélangeant à nos gémissements haletants et passionnés. Sentant que je voulais plus, il poussa un autre doigt à l'intérieur de moi et commença à pousser encore plus fort et plus vite sous différents angles.

"Ta chatte suce mes doigts... tu es une vraie salope. J'ai hâte de te baiser à fond", gémit-il dans mes oreilles tout en me doigtant fortement, puis il commença à sucer mes tétons en érection. Son autre main pinçait mon clitoris gonflé et dur, rendant la douce douleur entre mes jambes insupportable pour moi ; et je le sentais approcher... mon orgasme.

"Tu trembles tellement à l'intérieur... tu vas bientôt jouir, n'est-ce pas ?" me demanda-t-il tout en suçant mes tétons avec des bruits de succion moqueurs. Je ne pouvais pas lui répondre même si je le voulais. Mon esprit était vide et engourdi par le plaisir qu'il me donnait, et mon corps bougeait maintenant tout seul, guidé par l'instinct animal et la luxure. Je me penchai en arrière et j'enroulai mes jambes autour de ses hanches tout en remontant ma chatte pour la frotter en rythme contre ses doigts tandis qu'il intensifiait le mouvement de va-et-vient.

Mes bras s'enroulèrent autour de son cou, poussant sa tête pour un baiser sauvage et profond avec nos langues chaudes et je criai mon orgasme dans sa bouche alors que ma libération me frappait durement. J'arquai mon dos contre son corps et ses doigts qui étaient encore profondément enfoncés dans mon trou, puis je serrai mes jambes autour de ses hanches en attirant tout son corps contre moi. La dernière sensation dont je me souvins, avant que mon esprit ne s'éteignît complètement, fut la bouffée de liquide chaud libéré des profondeurs de ma chatte.

"Réveille-toi, Natalia... nous n'avons pas encore fini", dit Edward près de mon oreille.

Je ne savais pas si c'était sa voix ou la sensation de mon entrée d'amour soudainement étirée qui me ramena à mes sens. Il me souleva pour m'asseoir sur sa table de travail et je le sentis...

Grosse, chaude et dure comme elle pompa dans ma grotte. Sa bite gigantesque plongeait dans mon trou tandis que ses mains tenaient mes jambes grandes ouvertes pour lui donner accès à mon noyau interne.

"Tu es toujours aussi serrée ici, même après avoir joui si fort... Je suppose que mes doigts n'étaient pas suffisants pour ta chatte affamée..." dit Edward de sa voix épaisse de désir.

Il se retourna pour retirer sa queue de mon corps avant de l'enfoncer à fond dans ma chatte frémissante. C'était à la fois douloureux et agréable car les parois de ma chatte s'adaptaient à sa taille et à sa forme.

"Ne serre pas trop fort autour de moi, je suis sur le point de bouger... garde tes jambes ouvertes pour moi", ordonna Edward.

Comme si j'étais liée par la magie de son commandement, je tenais mes jambes grandes ouvertes pour lui tandis qu'il entrait et sortait rapidement et durement de ma chatte trempée.

**Poussée Poussée Poussée Poussée**

Il commença à pomper plus fort et plus profond à chaque fois. Sa grosse bite frottait mes parois internes et frappait mon utérus profondément à chaque poussée. Tout comme sa bite s'enfonçait profondément en moi, sa langue s'enfonçait profondément dans ma bouche pour contenir mes cris de plaisirs alors que je gémissais passionnément dans sa bouche.

Oh père, s'il te plaît, pardonne-moi pour cela. Son visage et sa carrure, si semblables à ceux de mon beau-père, m'excitaient tellement. Edward me hissa en position assise pour me pénétrer encore plus profondément et, bientôt, il gémissait follement et pompait sauvagement en moi sans arrêt. J'eus l'impression que tout mon corps était réduit en bouillie dans ses bras et, à chaque coup de queue en moi, je me rapprochais de l'orgasme.

"Je suis ... va ... va ..." je haletai et j'enroulai mes jambes autour de ses hanches, poussant ma chatte encore plus près de la base de sa bite.

"Jouis... jouissons ensemble, Natalia !" Il souffla fort dans mon oreille et prit mon corps dans ses bras en soulevant mon cul de la table et en poussant mon cul à se frotter plus fort et plus rapidement contre ses hanches tandis qu'il pompait sauvagement sa bite dans mon trou de plaisir. Je serrai mes jambes autour de ses hanches et ma chatte autour de sa queue une dernière fois avant de crier sauvagement alors que mon orgasme me frappait à nouveau. Il vissa sa bite en moi une dernière fois, sa bite et ses couilles se contractèrent, envoyant sa semence chaude au fond de ma chatte.

**Sonnerie Sonnerie Sonnerie**

"Salut, Lucien. Oui, nous terminons le travail maintenant. Je vais déposer ta fille dans quelques minutes... Non, je ne pense pas pouvoir rester pour le dîner. D'accord, à bientôt".

"Comme tu l'as entendu, ton père veut que tu rentres maintenant. Tu ferais mieux de t'habiller pour que je puisse te ramener à la maison. Je ne voudrais pas faire attendre mon cher frère trop longtemps pour dîner avec sa fille adorée, n'est-ce pas ? Descends à la voiture quand tu auras fini", taquina Edward.

J'étais encore épuisée par notre séance torride lorsque je sentis sa queue glisser hors de moi, suivie par le mélange de nos sucs d'amour qui se déversait de mon ouverture sur mes jambes et sur le sol. C'est alors que je réalisai que c'était la première fois de ma vie que je faisais l'amour à l'état brut et que la semence d'un homme était enfouie en moi. L'odeur de notre sexe flottait lourdement dans la pièce, ainsi que le silence tandis qu'Edward s'habillait et partait sans dire un mot de plus.

Je m'habillai aussi vite que je pouvais dans mon état de confusion et je pris mon sac avant de sortir de son bureau et me diriger vers le parking où il attendait.

Qu'est-ce que je fis ? Comment pus-je perdre tout mon contrôle et me livrer comme ça à mon oncle ? Ce que je fis, était si mauvais, immoral et dégoûtant... penser à mon père et le désirer pendant que je laissais mon oncle me baiser sans raison dans son bureau... mais attends... comment le savait-il ?

Des sueurs froides coulèrent le long de ma colonne vertébrale quand je réalisai qu'il connaissait mon vilain secret. Il connaissait mon amour et mon désir ardent pour mon beau-père. Edward, il était au courant de mon amour interdit pour son frère aîné...

Je décrochai mon téléphone portable et je vis un message de mon cousin par alliance, Zak.

"Comment s'est passée la première semaine de ton stage chez l'oncle Edward ? Ça me manque de t'avoir dans mes bras. Fais-moi savoir si tu es libre ce soir... Je t'aime toujours"

A suivre...

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY