Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Loup-garou / Loup-garou enragé au cœur tendre
 Loup-garou enragé au cœur tendre

Loup-garou enragé au cœur tendre

5.0
77 Chapitres
937 Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Ne pas ressentir la douleur peut sembler être le paradis… mais c’est un enfer. Après avoir enduré plus d’un an d’emprisonnement et d’expérimentation, Ash est enfin libre, mais pas indemne. Incapable de ressentir du plaisir ou de la douleur, et sans aucun souvenir de sa vie avant son épreuve, il est à la merci de son sauveur : un loup-garou alpha qui promet de protéger Ash quoi qu’il arrive. Drew est beau, attentionné et gentil, mais il n’est peut-être pas tout ce qu’il semble être, et il souffre lui-même des effets néfastes de son emprisonnement plus bref. Lorsqu’il a fait irruption dans la cellule d’Ash, trempé de sang après avoir mis en pièces leurs tortionnaires, Ash l’a regardé dans les yeux et n’a rien vu d’autre que la sécurité. Mais il est dangereux. Et s’il ne peut pas se contrôler, Ash pourrait subir un sort pire que celui auquel il a échappé…

Chapitre 1 Chapitre 1

Nous sommes sortis

Pendant ce qui m'a semblé des semaines, j'ai dérivé. Des mains me déplaçaient et réorganisaient mes membres souples, des voix résonnaient dans mon esprit creux. Je me suis allongé sur quelque chose de doux, un changement par rapport à avant – du moins je le pensais.

Parfois, je me sentais un peu plus chaud ou un peu plus frais. Mais rien de mal.

Même dans mon état de conscience partielle, cela me paraissait étrange. Très étrange, en fait. Parce que je savais que j'avais été blessé. Blessé, au moins, et cela aurait dû inclure l'autre sens du mot blessure, n'est-ce pas ? J'avais des bandages. J'avais conscience de les faire changer : déballés, pommade, à nouveau emballés.

Mais je ne pouvais rien ressentir d'autre que le simple fait d'être horizontal ou la sensation du toucher contre l'air sur ma peau.

Ils me feraient du mal. Encore et encore, ils me faisaient du mal… jusqu'à ce que ça ne me fasse plus mal. Et ça avait été pire.

Mais il m’a fallu beaucoup de temps pour commencer à m’en souvenir.

Les souvenirs sont revenus avec ma capacité à recommencer à utiliser mon propre corps.

J'avais été en prison. Pas du genre officiel, avec un gardien, des procédures légales et du temps passé dans la cour à soulever des poids. J'avais une cellule, un mince coussin au sol, un lavabo et des toilettes. Une fente haute dans une fenêtre découpée dans un épais mur de béton sans aucun espoir de véritable lumière du soleil entrant à travers elle, et encore moins de tentative de fuite dans l'autre sens.

Lorsqu'ils m'avaient sorti de la cellule, j'avais été traîné dans un laboratoire.

Et ils me feraient du mal. Jusqu'à ce que ça cesse de faire mal.

Plus tard, des semaines ou des mois de tourments plus intermittents plus tard, la porte de la cellule s'était ouverte, arrachée de ses gonds par une énorme créature aux yeux brillants et aux crocs et griffes monstrueux. Il tenait d'un bras un homme nu, inconscient, drapé sur son épaule, des ruisseaux de sang frais coulant le long des griffes de l'autre main et éclaboussant son visage.

Et, chose effrayante, il y avait aussi du sang sur ses crocs.

Quelqu'un d'autre entra dans la cellule une fois que la porte heurta le mur, rejetée d'un seul mouvement du bras massif de la créature comme s'il s'agissait d'un morceau de bois de balsa et non d'acier renforcé. Celui-ci était également couvert de sang, ainsi que de crocs et de griffes, mais pas aussi terrifiants que ceux de la créature. Lorsqu'il m'a soulevé du matelas, il a soigneusement écarté les griffes, sans même me blesser, enroulant ses bras forts autour de moi si doucement que j'aurais pu pleurer.

Eh bien, j'ai pleuré. Mais j'en avais fait beaucoup pendant le temps que j'avais passé dans cette cellule, dans cet endroit, dans le laboratoire à l'étage où ils me faisaient mal jusqu'à ce qu'ils n'en puissent plus.

Ils en avaient été ravis, ce qui m'a complètement dérouté. Pourquoi les gens qui avaient déployé tant d’efforts pour me faire souffrir seraient-ils si heureux lorsqu’ils ont échoué ? Quand ils m'ont coupé le bras et que le sang a coulé, j'ai cligné des yeux, ne comprenant pas pourquoi je ne pouvais plus le sentir.

Ce souvenir m’a frappé suffisamment fort pour que mes yeux finissent par s’ouvrir. Lumière brûlante et aveuglante, et j'ai haleté, je me suis débattu et j'ai grimacé pour m'en éloigner, et il y avait des mains sur moi…

"C'est bon! Je te promets que tout va bien, je ne te ferai pas de mal, tu es en sécurité, je te promets… »

La voix, grave et un peu rauque, s'est coupée alors que j'ouvrais à nouveau les yeux et que je regardais droit dans les siens.

Celui qui était entré dans ma cellule. Celui qui m'avait soulevé de ce matelas, sur l'épaule duquel j'avais appuyé ma tête alors que je m'évanouissais à cause du choc, de la perte de sang et de tout ce que mes tortionnaires m'avaient fait.

Il avait les yeux marron foncé, presque noirs.

Le reste de son visage était à peine enregistré. Ces yeux… Je me souviens les avoir regardés un instant avant de perdre connaissance.

Ces yeux signifiaient que j'étais en sécurité. Qu'il ne pouvait pas me mentir.

Je me laissai tomber contre la douceur sur laquelle j'étais allongé, haletant, le regardant.

Ses mains reposaient toujours sur mes épaules, là où il me tenait, essayant de me maintenir immobile alors que je paniquais.

Ma gorge ressemblait à du papier de verre. "D'accord", ai-je dit – ou j'ai essayé de le faire. Il en sortit une râpe rauque et incohérente.

"Merde," dit-il. "Eau. Vous avez besoin d’eau. Il m'a laissé partir et s'est levé. En sortant du lit, j'ai réalisé. Tout clignotait de manière intermittente autour de moi, comme si j'avais une lumière stroboscopique dans mon cerveau.

Lit. Une chambre. Clignez des yeux, vacillez. Mes doigts se contractèrent, ce qui me parut important après ne pas avoir bougé mon propre corps pendant… peut-être longtemps.

Les couleurs ont commencé à apparaître sur moi maintenant que ma vision s'était adaptée à la lumière réelle. Des murs gris pâle avec un paysage vibrant accroché, des arbres et une rivière et un ciel rouge et violet.

Et, honnêtement envers Dieu, la lumière du soleil jaune coule sur tout cela comme du miel.

Les larmes me piquèrent le coin des yeux et ma vision se brouilla, s'éclaircissant au bout d'un moment.

Le visage renfrogné de mon sauveteur est réapparu devant moi, et maintenant il ressemblait à un vrai visage et non à une aquarelle sur les yeux. Nez large, lèvres fermes et os forts et masculins, le tout parfaitement disposé et surmonté d'une tête de lit brun foncé brillant. J'avais été sauvé de ma cellule par un type qui avait sa place sur la couverture d'un magazine. Cela n'aurait pas dû avoir d'importance, mais cela ajoutait à l'irréalité de tout ce qui m'entourait et de tout ce qui se passait dans ma tête.

« Dans quelle mesure souffrez-vous ? » » demanda-t-il en tendant un verre d'eau. J'ai essayé de m'asseoir et j'ai échoué. « Putain, tu ne peux pas répondre à ça de toute façon, ta gorge est trop sèche. Désolé, je suis un idiot.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 77 Épilogue   05-28 11:00
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY