Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Milliardaire / Le chantage au lit du magnat grec
Le chantage au lit du magnat grec

Le chantage au lit du magnat grec

5.0
38 Chapitres
16.2K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Karin, l'héritière livresque et mièvre, un échec dans son premier acte de défi ! Elle a essayé de reprendre le symbole de tout ce qui lui tient à cœur dans sa vie, mais l'impitoyable milliardaire Xante Rossi l'a prise en flagrant délit ! Pourquoi cette beauté timide le vole-t-elle ? Xante est intrigué. Son innocence dément la corruption que son nom de famille représente. Pour la sauver du scandale et découvrir la vérité, il lui propose ses conditions. Si Karin veut récupérer son précieux héritage, elle devra le gagner dans sa chambre à coucher !

Chapitre 1 Chapitre 1

C'est son hypothèse, plutôt que son arrogance, qui a d'abord attiré l'attention de Xante.

Le ciel hivernal de Londres était sombre et une pluie rapide avait dispersé la plupart des gens hors des trottoirs. Même s'il était midi, les voitures qui s'arrêtaient sur le parvis luxueux de son hôtel avaient leurs phares allumés et leurs essuie-glaces bruissaient furieusement. Quelques-uns ont bravé les intempéries ; leurs manteaux au-dessus de leur tête, ils revenaient en courant du déjeuner à leur travail ou à leur prochaine réunion, tandis que les Londoniens organisés ou plus chevronnés ouvraient leurs parapluies et continuaient à discuter dans leur téléphone. Seuls quelques privilégiés se sont réfugiés sur le parvis de l'hôtel de Xante Rossi à Twickenham.

Xante possédait plusieurs hôtels – ils faisaient partie de son impressionnant portefeuille – mais on le trouvait rarement lui-même debout dans leur hall, vérifiant que tout était en ordre. Il avait du personnel pour s'occuper de ces détails. Mais aujourd’hui, c’était différent. Xante avait un faible pour son établissement de Twickenham : cela lui permettait d'adonner à sa passion pour le rugby. Aujourd'hui, l'équipe de rugby d'Angleterre arrivait pour une cérémonie officielle organisée dans le but de collecter des fonds importants pour une œuvre caritative. De l'argent sérieux . La crème de la haute société assisterait ce soir à la vente aux enchères caritative qui se tiendrait à la fin du dîner et serait l'occasion pour les riches d'afficher publiquement leur richesse sous prétexte qu'elle est pour une bonne cause.

Xante aimait tous les sports, mais – ce qui est peut-être inhabituel pour un Grec – le rugby était sa passion. Il aimait le noble jeu ; le sang, la sueur et le labeur qui ont rendu le jeu formidable. La philotimie était un sentiment d'honneur si vital pour son peuple qu'elle était inscrite dans le code juridique grec, et pour Xante, le grand jeu de rugby représentait parfaitement la philotimie .

Une fois que les joueurs seraient tous ici à son hôtel, ils s'entraîneraient et voyageraient en équipe, mais pour l'instant, ils affluaient de tout le pays, et Xante en avait déjà salué plusieurs, dont le capitaine. Il était naturel qu'il veuille être ici pour accueillir personnellement l'équipe – et il était naturel, pour des raisons totalement différentes, qu'il remarque la blonde élancée arriver dans le hall. Svelte et grande, elle aurait capté et retenu l'attention de n'importe quel homme, et elle tenait maintenant celle de Xante.

C'était la façon dont elle ôtait son manteau – non pas avec arrogance, mais simplement en pensant que quelqu'un l'attraperait – qui lui disait qu'elle était bien nantie.

Il avait bien choisi son staff. Albert, son concierge en chef, se déplaça rapidement, se rendant compte que le chasseur n'avait pas remarqué sa riche aura, et il attrapa le manteau d'un mouvement impressionnant. Puis, sans un regard en arrière, la femme entra dans le hall.

C'est alors seulement qu'elle hésita.

Regardant ce qui l'entourait, ses yeux verts s'éclairant, elle parut fugitivement un peu perdue, et ce n'est qu'à ce moment-là que Xante comprit qu'elle n'était pas une invitée.

L’hôtel était pratiquement fermé. Xante avait engagé beaucoup de personnel supplémentaire pour garantir le respect de la vie privée de ses invités importants. Les supporters restaient dehors et les journalistes, même lourdement déguisés, étaient à ce moment-là poliment refoulés. Mais cette femme, apparemment sans arrangement préalable, avait renoncé à tout examen et était entrée comme si les lieux lui appartenaient.

Certaines personnes n'avaient pas besoin de passeport, Xante le savait, et cette dame semblait en faire partie.

Elle se promenait dans le hall, regardant les œuvres d'art exposées, attendant probablement de rencontrer quelqu'un. La tête de Xante était pleine de questions, ce qui signifiait qu'il avait besoin de réponses – et vite, s'il vous plaît ! C'était la marque de sa réussite.

«Cette dame.» Xante a vérifié auprès de son concierge, la seule personne sur place qui serait certainement au courant. 'Qui est-elle?'

Albert parlait à un couple, leur parlant des nombreux spectacles qui se déroulaient dans le West End, avant de se diriger rapidement vers son bureau pour vérifier la disponibilité des billets. Brillant multitâche, Albert a quand même réussi à fournir les informations requises à son patron alors que l'agent du théâtre le mettait en attente.

« Karin Wallis », dit Albert à voix basse, et Xante fronça les sourcils face à ce nom familier. Sa vie était trop chargée pour lire le who's who de Londres, Paris ou Rome, ou partout où son emploi du temps l'exigeait, et il comptait sur des personnes comme Albert pour faire le travail préparatoire à sa place.

« Est-elle célèbre ? » Le nom était familier. Le front de Xante se plissa alors qu'il essayait de le placer.

— Elle appartient à l'une des familles les plus célèbres d'Angleterre, murmura Albert.

"Ils ornent régulièrement les pages sociales."

'Et?' Xante a poussé, parce qu'Albert n'a jamais fait de potins volontaires – il a toujours voulu qu'on lui pose des questions !

« Les parents sont morts il y a quelques années. Le frère est un peu coquin, mais charmant ; la sœur cadette va au pensionnat.

« Et Karin ? » Xante en avait assez de faire sortir des informations.

« Que sais-tu d'elle ?

« Eh bien, la presse l'appelle « la reine des glaces ». » Albert eut un sourire serré. "Ils diraient que le nom fait simplement référence aux nombreux voyages de ski que la dame fait - elle vient de rentrer d'un séjour en Suisse - cependant…" Albert toussa légèrement pour montrer qu'il était mal à l'aise de discuter de telles choses et qu'il était réticent à donner des conseils à son patron ; c'était une danse qu'ils pratiquaient régulièrement.

« Continuez », l'invita Xante.

« Franchement, monsieur, vous perdriez votre temps avec elle. Personne ne se rapproche de Karin Wallis. Toujours discret, Albert mit immédiatement fin à la conversation alors que le couple se rapprochait du bureau. « Cela ne devrait plus tarder, monsieur… » Même si Xante était son patron, les invités venaient en premier – c'était la raison pour laquelle Xante l'employait, après tout.

Xante hocha la tête, se dirigeant vers la réception, où il s'enregistra auprès du responsable d'étage, lui rappelant qu'il souhaitait être informé à chaque fois qu'un membre de l'équipe arrivait.

La reine des glaces !

Comme Xante aurait aimé avoir le temps de relever le défi involontaire d'Albert aujourd'hui. Incroyablement beau et incroyablement riche, Xante Rossi n’a eu aucun mal à attirer les femmes. Élevé sur une île grecque par sa mère veuve, Xante s'était battu dur juste pour exister, récupérant de la nourriture dans les poubelles débordantes devant les restaurants où mangeaient les riches touristes, parcourant les filets de pêche à la recherche de leurs restes pourris. La mort de son père l'avait dévasté, mais en ce jour misérable, il y a toutes ces années, quelque chose d'autre s'était produit qui avait effrayé Xante, neuf ans.

Il était à la plage, attendant des nouvelles avec ses oncles, cousins et amis, tandis que sa mère était de retour à la maison, veillant, priant pour un miracle. Puis le bateau était revenu avec son sinistre chargement.

Un oncle qui pêchait avec le père de Xante lui avait annoncé la dure nouvelle, laissant le petit garçon pleurer pendant un moment avant de lui dire que maintenant il devait être fort. Le curé était allé annoncer la nouvelle à sa mère. Il ne se souvenait pas du chemin parcouru pour rentrer chez lui. Peut-être qu'ils étaient partis en voiture ; Xante ne s'en souvenait vraiment pas.

Ce dont il se souvenait cependant, c'était le choc d'entrer dans la maison et de voir sa mère habillée de noir de la tête aux pieds.

Elle n'avait qu'une vingtaine d'années, mais ce jour-là, aux yeux de Xante, elle avait vieilli de vingt ans.

Toute la couleur, tout le dynamisme ont été effacés à jamais. Ce jour fatidique, il avait perdu non seulement son père mais aussi le rire de sa mère. Comme il avait voulu le récupérer. J'avais voulu qu'elle s'habille à nouveau avec de jolies jupes fleuries et des hauts blancs en coton ; elle avait voulu que ses cheveux soient bouclés au lieu d'être cachés derrière un foulard noir ; elle avait envie qu'elle se maquille à nouveau et elle avait envie de sentir son doux parfum.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 38 Chapitre 38   05-21 14:20
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY