Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / ESCLAVE SEXUEL : CRIME D’AMOUR
ESCLAVE SEXUEL : CRIME D’AMOUR

ESCLAVE SEXUEL : CRIME D’AMOUR

5.0
60 Chapitres
14.1K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Tout le monde a tendance à dépasser ses souvenirs d'enfance en devenant adulte, mais pas Trinity. Les fils Ivanov sont la mémoire vivante qui respire et marche vers sa terreur et contre ses plus grands désirs dont elle a désespérément besoin mais se renie elle-même ; elle pense qu'elle peut leur échapper mais non. Ils l'ont revendiquée, désirée, obsédée par elle avant même qu'elle ne le sache et ils l'auront parce qu'elle est à eux. Et la triste vérité qu'elle sait, c'est qu'ils lui appartiennent.

Chapitre 1 Chapitre 1

"Montre-moi tes sous-vêtements." Vadim n'a jamais été du genre à poser des questions. Je veux refuser mais le regard sur son visage me fait dire putain. Rougissant, les doigts se dirigent vers la fente de ma robe pour lui donner ce qu'il veut mais Andrei m'arrête presque immédiatement.

"Lentement." dit Andreï. Fixant mon regard sur son sourire malicieux.

Étirer ma jambe plus loin qui a la fente; avec audace, mes yeux se sont exercés sur leur regard passionné alors que j'accrochais lentement mes pouces à ma culotte en la tirant vers le bas…. Lentement. Comment ils le veulent.

"Cul en l'air, face cachée." Tremblant, j'ai accepté de grimper sur le lit en tombant en position de tirer mon cul haut dans les airs devenant plus humide à la deuxième audition de pas se rapprochant en léchant mes lèvres.

Vadim respire dans mon cou en entendant les rires sombres d'Andrei. "Quand nous en aurons fini avec vous, vous souhaiterez ne pas avoir supplié d'être baisé." Oh mon Dieu!

01

« Alors, dis-moi, que fais-tu dans la vie ?

L'ambiance du restaurant chic me coupe littéralement le souffle, manquant presque la question posée à moi, les yeux traînant à travers la salle confortable éclairée par des candélabres avec un cadre raffiné pour le dîner alors que la musique classique douce joue en arrière-plan. La flûte de champagne tenue seulement par le bout de mes doigts caressant son bord sur ma lèvre rouge tachetée et brillante clairement absorbée par le paysage. Cela ressemble à quelque chose hors du cadre titanesque de la salle à manger; mais beaucoup plus spacieux, moderne si je peux ajouter.

Absolument à couper le souffle.

Clignotant, faisant tournoyer le liquide en regardant pendant qu'il fait des millions de bulles dans le verre de champagne, puis en sirotant ; laissant son goût exotique titiller mes papilles avant de poser le verre en regardant l'homme en face de moi avec un doux sourire.

"Je suis une strip-teaseuse."

S'arrêtant, regardant le couple assis en face de nous parler à voix basse. L'amour clairement épris des deux partenaires qui parle avec animation.

Souriant. « Vous savez, ces filles qui dansent sur des poteaux en lingerie légère pour des hommes surpayés, parfois des femmes. Oui, j'ai des ivrognes occasionnels ou des joyeux garçons prêts à dépenser l'argent de papa pour plus qu'une danse, mais la meilleure partie est que cela rapporte; comme des pluies de billets d'un dollar donc je ne me plains pas. Doux, non ? »

Rencontrer les yeux de mon rendez-vous stupéfait dont les lèvres sont grandes ouvertes créant la forme parfaite dans la vision de mon esprit trop sarcastique. Imaginer comme il a joué l'image vivante de mes pensées encore et encore. Ce sera un désastre total riant dans ma tête. Un petit rire s'échappe que je ne pus m'empêcher de faire apparaître un regard douteux sur le beau visage de mon rendez-vous.

Au lieu de cela, je dis. "Je travaille pour l'entreprise de mon oncle." Ce qui, très franchement, c'est techniquement la vérité. L'homme avec qui je travaille s'appelle Oncle. Disons que ça paye bien donc rien à redire. "Assez parlé de moi, qui est Michael Monroe?" Évitant d'autres questions éventuellement posées à moi.

Ses lèvres se courbent en un sourire espiègle coupant un morceau de steak juteux en prenant une bouchée. "Je suis le directeur financier de Synergy Corporation. J'ai une maison à Milton que je visite rarement, probablement une ou deux fois par an. En ce moment, je suis dans ma suite penthouse à Buckhead et je veux apprendre à te connaître davantage, Trinity. Il termine en sirotant son vin en me regardant droit dans les yeux bien qu'intense, allant droit au but.

Soupirant, il continue. "Pas d'ambiances étrangères ou de détournement de mes questions. Je veux savoir qui tu es Trinity, d'où tu viens. Tes parents. Rencontrez éventuellement votre oncle et visitez votre maison. Vous emmener en vacances, peu importe ce qui vous rend heureux. Je veux être à toi et pourtant… » Il s'arrête en regardant longuement au loin. « Il semble que vous me fuyiez. À chaque fois. Proche, mais loin. » De beaux yeux de jade me regardent alors que je lui rends son émotion, laissant tout ce qu'il vient de dire s'enfoncer dans mon cerveau muet.

Stupide, parce que, pourquoi diable est-ce que je ne sors pas avec ce gars en premier lieu ? Emploi stable, belle carrière, père de famille, intelligent, bon sens de l'humour, beau garçon ; et il n'y en a qu'un, pas deux.

Eux! Encore‼ Pourquoi est-ce que je ne peux pas oublier ces deux-là ?

Mais comment pourrais-je ? Ils étaient ma plus grande terreur et pourtant mon plus grand désir. Chaque nuit, je ferme les yeux pour dormir, je vois les yeux verts d'Andrei me regarder intensément alors qu'il plane au-dessus de moi avec son sourire fou qui réussit toujours à envoyer des frissons sur ma chair sensible. Juste avant de baisser la tête pour m'embrasser avec une passion fébrile qui me fait gémir à pleins poumons alors que ses doigts travaillent dans ma chatte. Ou, est-ce Vadim que je n'arrive pas à sortir de mon esprit chaque fois que j'allume la pomme de douche. Rêver de la façon dont j'étais claqué encore et encore contre le mur alors qu'il me baise dans l'oubli sachant qu'Andrei se penche sur la porte en regardant son frère baiser la lumière du jour hors de ma chatte très bien conscient qu'il aime le spectacle autant qu'il veut participer.

Je suis vraiment condamné. Pouah!

T, arrête ou tu auras sûrement besoin de changer de culotte.

Michael. Michael. Pense à Michael, idiot.

Ce monsieur beau, doux et gentil qui vous emmène dîner, qui semble être l'homme parfait de vos rêves. Maman l'adorerait si elle était vivante ; même maintenant qu'elle est partie, je suis certain qu'elle me sourira. Oubliez-les et concentrez-vous sur Michael, T.

Me donnant le discours d'encouragement le plus honorable connu de l'humanité et ma putain de chatte parce qu'elle finit par me trahir avec les pensées des fils Ivanov. À vrai dire, où puis-je trouver un livre sur la façon de contrôler votre chatte avant qu'elle ne vous ruine ?

Là encore, Michael est le genre de gars qui est le rêve de toutes les femmes. Loin de ma ligue par rapport à aucun nom, aucun statut, aucune fortune riche qui m'attend, un orphelin et pour résumer tout cela. Une putain de strip-teaseuse avec un certificat de la Ivy League. Brown aura honte de moi, merde, j'ai même honte de la femme que je suis devenue.

Pas le temps pour les petits regrets, T.

C'est notre deuxième rendez-vous et rien, juste rien. Pas même une étincelle. Je pense que j'ai besoin d'aide si clairement mon cerveau refuse l'homme de mes rêves qui m'est servi sur un plateau d'or.

En effet, je dois être stupide.

Il continue pendant que je réfléchis aux nombreuses raisons pour lesquelles je ne sors pas avec lui en les masquant avec une empathie feinte sur mon visage. « Pour vous, cela semble précipité, mais pour moi ; Je veux juste être avec toi et ça ne marche pas pour moi. Cela fait à peine des semaines que nous parlons et je sais que je te veux dans ma vie. Chaque fois que je souhaite te voir, tu continues à me repousser et ensuite tu refuses d'aller à un rendez-vous avec moi.

"Tu ne m'aimes pas ou quoi?" Le beau blond aux yeux de jade me regarde le regarder. Soupirs.

Respirer profondément. "Michael. Ce n'est pas ça… » Sa main droite se lève lentement en signe de défaite, coupant les prochains mots qui sortiront de mes lèvres. La culpabilité me rongeait en regardant le bel espoir dans ses yeux s'évanouir.

"Je sais je sais. Vous n'êtes pas prêt pour cette trop belle blonde géorgienne sexy dont je vous dis qu'elle est la plus recherchée neuf fois de suite sur la liste Forbes des grands hommes et un modèle de page de couverture Versace pour le magazine 2021. » Dire fièrement avec un clin d'œil rêveur me faisant éclater de fous rires réglant l'air tendu.

"Tu es fou." Souriant.

"Alors j'ai entendu." Graisser son steak avec une sauce crémeuse en prenant une bouchée pendant que je faisais de même en appréciant la bonté sucrée et salée. Soudain, il s'éclaircit la gorge en s'essuyant les lèvres avec une serviette en trempant sa main dans la poche de son smoking pour en sortir une boîte noire. "J'ai quelque chose pour toi."

Poussant la boîte mince à côté de ma main sur la table. Haletant en voyant la marque. "Michael, tu n'aurais pas dû." S'étouffer sur un sanglot.

"Non, des reprises." Secouant la tête avec dédain en regardant mes yeux larmoyants. Il dit. "Joyeux anniversaire, Trinité." Souriant, posant son coude sur la table.

Une seule larme a coulé suivie d'une autre et d'une autre jusqu'à ce que je commence à sangloter de manière incontrôlable en caressant la boîte-cadeau qui me ramène dans le passé quand ma mère était vivante et que j'étais autrefois une fille heureuse. Elle ne manque jamais de me surprendre chaque année avec un cadeau différent et de délicieuses cuisines car elle a toujours aimé cuisiner et mon enthousiasme était grand quand il s'agissait de ses délices.

Reniflant, un sourire triste se pose sur mon visage en ramassant la serviette pour sécher mes yeux humides ne voulant pas gâcher mon maquillage avant de regarder Michael avec une véritable gratitude. C'était juste un moment d'émotion pour moi. Elle me manque tellement que les souvenirs me font monter les larmes aux yeux.

Perdre un être cher est la leçon la plus difficile de la vie d'une personne ; soit vous vous effondrez, soit vous refoulez l'émotion refoulée jusqu'à ce que cela devienne écrasant pour le cœur, fermant tout le monde, y compris vous-même. Il suffit d'un miracle pour guérir. En effet, la plupart des super héros ne portent pas de cape.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 60 Chapitre 60   03-27 09:12
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY