Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / SÉDUIT MOI SI TU Le PEUX
SÉDUIT MOI SI TU Le PEUX

SÉDUIT MOI SI TU Le PEUX

5.0
32 Chapitres
7K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Sahara Réda, une mère célibataire travaillant en tant que responsable marketing dans une grande entreprise, mène une vie dévouée à sa fille. Tout semble normal jusqu'à ce que son patron prenne sa retraite, laissant son fils, Adam Smith, prendre les rênes de l'entreprise. Adam, froid, distant, vaniteux et séducteur, change la vie de Sahara lorsqu'ils se rencontrent. Cependant, Sahara parviendra-t-elle à percer tous les secrets de son nouveau patron ?

Chapitre 1 Chapitre 1

J'arrivais à l'entreprise, j'ai laissé ma voiture, ma belle Mercedes classe A rouge dans le garage souterrain des employés et je suis allé aussi vite que mes talons de quatre pouces me le permettaient jusqu'à l'ascenseur. Je suis arrivé et Dieu merci, il était vide. Ce jour-là, elle portait un pantalon et une veste grise presque noire et un tee-shirt noir, des chaussures noires et un sac noir. Lorsque l'ascenseur a atteint le rez-de-chaussée, deux hommes d'âge moyen sont entrés.

L'ascenseur atteignait l'étage où il travaillait, qui était le numéro vingt, le dernier étage ou comme certains l'appelaient, le dernier étage, c'est là que se trouve le chef de l'entreprise.

-Bonjour Veronica- J'ai salué la secrétaire de mon patron -M. Smith est-il arrivé ?

"Non" J'ai poussé un soupir de soulagement "Pourquoi es-tu si tôt?"

-Je dois terminer une analyse que M. Smith m'a demandé aujourd'hui.

"La chance" me dit-il en entrant dans mon bureau.

J'ai laissé tomber mon sac et j'ai immédiatement allumé mon ordinateur, j'ai commencé à chercher les papiers jusqu'à ce que l'ordinateur soit prêt à fonctionner.

-Sahar, M. Smith vient d'arriver, il veut te voir- m'a dit Verónica.

-Bien.

Dieu, il n'avait pas encore fini les tests et il veut sûrement les voir maintenant, Dieu me donne la force s'il te plait. Je me levai de ma chaise et me dirigeai vers le bureau de mon patron en tremblant. Quand je suis arrivé à la porte, j'ai pris une inspiration et j'ai frappé doucement à la porte.

-Entrez- J'ai entendu une voix froide et imposante.

J'ouvris doucement la porte et la refermai derrière moi, si je bousillais au moins personne ne nous verrait, je marchai jusqu'à son bureau.

-Miss Reda, avez-vous l'analyse de marché que j'ai demandée hier ?- dit-il sans même me regarder, son regard était fixé sur l'écran de l'ordinateur.

-Monsieur, je ne les ai pas encore finis.

-Pourquoi?- dit-il cette fois en me regardant avec ces yeux noirs si intenses qu'il a, il semble qu'ils vont me transpercer.

-Hier je n'avais pas le temps et il était temps de partir et aujourd'hui je suis arrivé en avance mais il me reste encore quelque chose.

-La prochaine fois que je te demande un travail pour le lendemain, ne rentre pas chez toi tant que tu ne l'auras pas fini.

-Si señor, esto no volverá a ocurrir, solo que su padre nos decía que cuando llegaba la hora de la salida deberíamos irnos y dejar el trabajo para el día siguiente- le expliqué intentando parecer lo más calmada posible, aunque por dentro quería cortarle la Tête

"Je me fiche de ce que mon père a dit, maintenant c'est moi le patron et tu feras ce que je dis" m'a-t-il dit avec un ton légèrement plus élevé mais il n'a pas crié, il n'en avait pas besoin depuis sa voix était suffisamment profond pour terrifier quiconque.

-Oui monsieur.

-Vous avez une demi-heure pour le finir.

J'ai quitté le bureau de mon patron et je suis allé dans le mien, en ce moment, M. Smith senior me manque beaucoup, il a été très gentil pendant les deux années que j'ai travaillé ici et parfois il m'a laissé partir tôt pour aller voir ma fille. Oui, j'ai une belle fille de cinq ans, elle s'appelle Nur et elle est la meilleure chose que j'aie dans ma vie, il y a une semaine, M. Smith senior a pris sa retraite et a quitté l'entreprise en charge de son fils aîné qui, comme Je le comprends, a travaillé comme directeur à la succursale de la société à New York.

En quinze minutes, j'ai terminé l'analyse et me suis levé pour retourner au bureau de mon patron.

-Veronica, est-ce que le monsieur est occupé?

-Tu ne peux pas passer.

J'ai frappé à la porte et j'ai entendu la même réponse d'avant, j'ai dessiné un sourire sur mon visage et j'ai ouvert la porte.

-Ferme la porte- me dit-il alors que son regard était fixé sur l'écran.

-Voici les analyses, monsieur.

-S'asseoir.

Je me suis assis sur l'une des chaises devant son bureau, il tapait quelque chose sur son ordinateur. Son regard était intense et son visage de dieu était spectaculaire avec ces lèvres pleines et cette barbe, ses cheveux étaient brillants et un peu longs peignés légèrement penchés d'un côté et son corps était un poème entier.

-Miss Reda- m'a-t-il dit en me réveillant du sommeil -Montrez-moi l'analyse.

Je lui tendis le dossier avec les papiers, je les passai en revue et nous en discutâmes un moment jusqu'à ce que soudain la porte s'ouvre et qu'une grande femme aux cheveux bruns ondulés et très jolie apparut. Elle portait une robe blanche moulante et des chaussures bleues assorties à son sac.

-Adam.

-Qu'est-ce qui t'amène ici Régina ?

Je suis ici pour voir mon mari.

Wow ça devient intéressant, M. Smith a une femme.

"Qui est-elle ?", a-t-il demandé à mon patron en me pointant du doigt.

-Elle est la responsable marketing de l'entreprise.

-Eh bien, elle n'a pas l'air d'être un renard comme la précédente.

Était-elle jalouse de moi ? Je pense qu'il était temps de partir.

-Je ne vais pas te permettre de parler comme ça de mes employés, d'ailleurs qu'est-ce que ça t'importe.

Oui, il est définitivement temps d'y aller.

-Monsieur, je suis désolé pour l'interruption mais je dois aller finir mon travail.

-Oui, je t'appellerai si j'ai besoin de quoi que ce soit.

J'ai hoché la tête et quitté son bureau.

Je suis allé à mon bureau et j'ai pu entendre les cris de mon patron et de sa femme, eh bien entre mon bureau et le sien il n'y a qu'un seul mur.

Après quelques minutes, la femme de mon patron est sortie et est entrée dans mon bureau.

« Je ne sais pas comment tu peux supporter ça », me dit-il en s'asseyant sur la chaise devant ma table.

"C'est le patron, en plus il n'est pas si mal" lui ai-je menti, en fait c'était pire.

-Ouais, si ce n'était pas pour mon père je l'aurais quitté il y a longtemps, en fait je ne l'aurais pas épousé.

-Je ne veux pas m'imposer mais essaie d'être patient avec lui.

-Je t'aime bien, tu sais.

-Merci

-Comment tu t'apelles?

-Sahar.

-Pensez-vous si nous prenons un café un jour?

-Clair

-Donne moi ton numéro.

Je lui ai donné mon numéro et il est parti. Quelle pauvre chose qu'elle doit supporter, je n'ai pas beaucoup de patience.

Il était deux heures de l'après-midi, je suis sorti en courant de l'entreprise, j'ai pris ma voiture et je suis allé à l'école de ma fille, Dieu merci, ils partent à deux heures et quart et ça me laisse le temps d'y aller. J'ai garé la voiture devant la porte de l'école et je suis allé à l'intérieur pour la chercher, il y avait ma belle fille tenant la main de sa jeune femme, quand elle m'a vu, elle a lâché sa main et est venue en courant vers moi. Je la pris dans mes bras et lui fis un bisou.

"Dieu, combien tu pèses" Je l'ai laissée tomber par terre en plaisantant.

"Il s'est très bien comporté, nous avons dessiné", m'a dit la jeune femme.

"Regarde, maman, c'est le dessin que j'ai fait", a-t-elle dit en me montrant un dessin. C'était nous deux qui se tenaient par la main et j'étais vêtue d'une tenue de super-héroïne.

"J'adore ça" dis-je en l'étreignant.

Nous avons quitté l'école et nous nous sommes dirigés vers la maison de mes parents, ma mère avait déjà préparé la nourriture et avait mis la table.

-Grand-mère.

-Bonjour mon Nur- ma mère a répondu en arabe, avec mes parents Nur parle l'arabe pour que je puisse apprendre.

« Tu ne vas pas dire bonjour à grand-père ? » lui a dit mon père en faisant semblant d'être en colère, même si au fond tout le monde sait qu'elle est sa petite-fille préférée. Nur courut vers lui et il la serra dans ses bras.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 32 Chapitre 32   03-11 09:22
img
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY