Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Romance / Le mariage contractuel : Son épouse désignée
Le mariage contractuel : Son épouse désignée

Le mariage contractuel : Son épouse désignée

5.0
125 Chapitres
79K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Ses lèvres le touchaient, le taquinaient et le cajolaient et il sentait son contact dans chaque cellule et chaque os. Douce et souple, son corps était autour de lui. Partout. Elle était partout. Il avait faim de plus, mais il ne pouvait pas briser cette douceur. Timide et timide, elle s’embrassait comme elle-même. Tous si innocents, mais incroyablement passionnés. Le baiser était doux, mais aussi enflammé. Et il ne pouvait plus aider. Il en voulait plus. Il la repoussa doucement et son dos heurta le mur et il se pressa contre son corps incroyable. “Ah.”Pensa-t-il. “Puis-je vraiment rester à l’écart après ça?” “Je ne peux pas.” Pensa-t-elle. “Je vais te donner un logement et je te paierai, tout ce que tu as à faire c’est de faire semblant d’être ma femme pendant un an, en échange. C’est aussi simple que ça.” Ou est-ce? Avec un contrat, leur accord est déposé, signé et scellé avec un baiser. Enfin, Alexandra aura une maison, aura quelqu’un pour la soutenir dans la lutte pour récupérer ce qui lui appartient légalement. Logan aura la revanche qu’il veut contre son ex-petite amie, Stacy. Jouer avec les questions de cœur est tout simplement dangereux. Vous pourriez toucher le jackpot ou vous serez profondément dans le chagrin. Tout dépend des cartes qui vous ont été distribuées. Et ils s’en rendront compte tous les deux assez tôt, lorsque leur cœur prendra le dessus sur leur cerveau. ____________________________________________ Un mec, une fille, un contrat et une tension sexuelle grésillante qui se prépare entre eux. Est-il possible pour eux d’en sortir avec zéro victime?

Chapitre 1 01

01

1. Des hommes étranges et des Propositions Étranges

(Alexandra)

Se sentant vraiment fatiguée, Alexandra ferma les yeux en posant sa tête martelante sur le banc où elle était assise. Elle frotta doucement de petits cercles sur sa tempe pour soulager le mal de tête qui se levait, mais il semblait que le mal de tête était inévitable.

Un soupir mélancolique quitta ses lèvres alors qu’elle s’imaginait dans son matelas mousseux, dans sa chambre climatisée, mais cette chambre n’était plus qu’un lointain souvenir. Comme elle aurait aimé ne pas avoir tout pris pour acquis quand elle vivait dans le cocon sûr de la protection de son papa. Maintenant… Elle était là, errante et perdue. Assis dans la rue, souhaitant au moins un bol de soupe.

Comme si son estomac entendait ses pensées, il laissa échapper un gémissement et elle pouvait le sentir, cent monstres affamés gémissant de l’intérieur de son estomac.

J’ai vraiment besoin de trouver un autre travail. Pensa-t-elle alors que des larmes coulaient sur ses joues rouges. Les coups de soleil pourraient vous faire ça, tout comme la faim.

Elle se souvint de ce qui s’était passé le matin. C’était la deuxième fois qu’elle se faisait virer de son travail. Toute sa vie, elle avait vécu une vie bien isolée, loin du monde extérieur qui pouvait manger quelqu’un comme elle en une seule gorgée.

“Mais… Je ne l’ai pas fait.” Son patron la regardait comme si elle était une voleuse ordinaire. Oui, elle avait faim, mais elle ne pourrait jamais voler le dur labeur d’une autre personne.

“Alors qu’est-ce que c’est? Je pensais que tu étais une gentille fille et à quel point j’avais tort!”Dit – il en jetant son sac par terre. “Perdez-vous. Si jamais je te revois ici, j’appellerai les flics.”

Humiliée et embarrassée, elle leva les yeux vers la grande fille debout devant elle, les mains sur les hanches, l’air même pas un peu coupable.

Alex savait que c’était elle qui l’avait fait.

“C’est Arie… “

“Ssh, pas un mot. J’allais vous promouvoir au devoir de cuisine et vous… “

Alors maintenant, Alex savait pourquoi la femme qu’elle avait considérée comme une amie l’avait fait. Alex était nouvelle, mais elle était aussi parfaite dans ce qu’elle faisait. C’était de la jalousie. Dieu, le devoir de cuisine inclut d’aider le cuisinier, et ce n’était en rien glamour, comparé à faire la vaisselle, mais…

“Je sais que tu l’as fait, Arielle. Mais, je suis assez femme pour partir et ne pas retirer votre repas du lendemain de votre table.”Elle lui a dit quand elle est partie, et pendant un moment, Arielle avait l’air coupable, mais ensuite elle a haussé les épaules et est entrée alors qu’Alex sortait, la tête haute.

Alex eut un sourire narquois. Quelle drôle de vie. Il y a quelques mois à peine, elle avait vécu dans un manoir, une sorte de princesse, et comme elle le souhaitait, tout apparaissait devant elle. Et puis un jour, alors qu’elle était à l’aise de savoir que son père serait toujours là pour elle, toujours donnant et aimant, toujours protégeant, il était parti.

Et partie, était aussi son filet de sécurité.

Avec sa mort, sont venus mille mensonges qui avaient été enterrés. Des milliers de masques décollés pour montrer de vrais visages. Le gentil sourire qu’ils lui avaient donné est maintenant devenu faux et rempli de soif de sang. Ils voulaient ce qui était à elle.

À ce moment-là, Alex avait tout perdu. Ce n’était rien d’autre qu’un mauvais jeu du destin.

Les associés et actionnaires de son père ont inventé des mensonges farfelus. Dettes. Comptes créditeurs. Déclaration de perte. Faillite.

Elle savait que tout cela n’était qu’un mensonge, mais elle était impuissante alors qu’elle les regardait liquider tous les biens appartenant à l’entreprise et les ajouter à leur solde bancaire et après un mois, ils ont relancé les projets préférés de son père sous un nom différent, sans elle.

Ce dernier mois a été un marathon sauvage pour elle, elle a couru et couru, mais elle n’a pas pu trouver sa destination. Elle logeait dans un petit motel, mais tous les jours, cela devenait difficile avec les regards qu’elle recevait de la clientèle du motel miteux. Cela faisait que ses cheveux au cou se tenaient droits. Et la réceptionniste du motel, un homme d’âge moyen l’a avertie un jour avec un air inquiet sur son visage. “Ce n’est vraiment pas un endroit où vivre, seul, et tu as l’air d’une gentille fille. Tu dois trouver un autre endroit pour rester. Cet endroit n’est pas un bon endroit.”

Il lui avait alors donné une serrure supplémentaire et lui avait dit de verrouiller en toute sécurité avant d’aller se coucher.

Mon Dieu. Elle voulait juste un moyen de sortir de tout ça. Elle voulait un endroit sûr pour rester même s’il n’y avait pas de matelas mousseux.

Elle ouvrit les yeux et réalisa qu’il était presque midi et qu’elle s’était assoupie sur le banc. Son estomac lui criait maintenant dessus et elle lui serra le ventre avec une grimace.

Ça fait mal.

Elle ouvrit son sac à main et trouva un billet de 50 dollars que son patron lui avait donné avant de la jeter dehors. Au moins, il ne l’a pas laissée partir les mains vides.

Est-ce que ces 50 ans lui ont suffi pour vivre toute sa vie?

Elle est entrée dans un petit restaurant au bord de la route, se demandant comment arrêter l’hélicoptère dans son estomac avec des frites au doigt. Mais il fallait le faire.

“Café moka, un pain perdu et un hamburger, s’il vous plait.”

Plus. Plus. Son estomac a supplié. Elle a refusé de céder à cela.

(Logan)

Logan regarda la femme assise en face de lui, complètement sans voix pour la première fois de sa vie. L’a-t-elle juste fait… Tu viens de dire non?

Il n’en croyait même pas ses oreilles. “Quoi? L’as-tu fait?”

“Oui, je l’ai fait.”

Ses yeux bleus brillaient comme ceux d’un serpent et son sourire était vicieux.

“Stacie, viens. Réfléchis-y.”

“J’y ai réfléchi, Logan et la réponse évidente est Non.”Elle haussa les épaules et ses cheveux blonds duveteux tombèrent sur son épaule en une vague. Il aimait ses cheveux. C’était la seule chose douce à propos de Stacie.

“Tu es stupide et insensé.”Il lui a dit, pour ce qui semblait être plus que la centième fois. Ses lèvres tremblaient d’irritation pure.

“Je ne le suis pas.”

Ce n’était pas le rejet qui le mettait en colère, c’était qu’il avait gâché une année de sa précieuse vie avec cette femme et qu’elle était là, le rejetant. L’anneau dans sa main ressemblait à un fer chaud.

Et ce qui irritait le plus était… Elle avait jeté une clé dans ses plans et il détestait quiconque s’en mêlait. Selon son plan de vie presque rédigé, c’était le bon moment pour se marier. Il avait 27 ans, pas trop jeune pour être assombri par un mauvais jugement though bien que cette femme en face de lui commençait à ressembler de plus en plus à un très mauvais jugement and et pas trop vieux pour profiter correctement d’une femme et d’enfants two deux enfants, cela viendrait plus tard dans le plan.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 125 125   10-12 10:07
img
1 Chapitre 1 01
02/10/2023
2 Chapitre 2 02
02/10/2023
3 Chapitre 3 03
02/10/2023
4 Chapitre 4 04
02/10/2023
5 Chapitre 5 05
02/10/2023
6 Chapitre 6 06
02/10/2023
7 Chapitre 7 07
02/10/2023
8 Chapitre 8 08
02/10/2023
9 Chapitre 9 09
02/10/2023
10 Chapitre 10 10
02/10/2023
11 Chapitre 11 11
11/10/2023
12 Chapitre 12 12
11/10/2023
13 Chapitre 13 13
11/10/2023
14 Chapitre 14 14
11/10/2023
15 Chapitre 15 15
11/10/2023
16 Chapitre 16 16
11/10/2023
17 Chapitre 17 17
11/10/2023
18 Chapitre 18 18
11/10/2023
19 Chapitre 19 19
11/10/2023
20 Chapitre 20 20
11/10/2023
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY