Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Moderne / Une nuit inoubliable : le dilemme de Camila
Une nuit inoubliable : le dilemme de Camila

Une nuit inoubliable : le dilemme de Camila

5.0
1 Chap./Jour
488 Chapitres
3.5M Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

C'était un grand jour pour Camila. Elle avait hâte d'épouser son beau mari. Malheureusement, il l'a abandonnée devant l'autel. Il n'est jamais apparu tout au long de la cérémonie. Elle est devenue la risée de tous les invités. Dans une crise de rage, elle est allée coucher avec un inconnu la nuit de ses noces. C'était censé être une aventure d'un soir. À sa grande surprise, l'homme a refusé de la laisser tranquille. Il la poursuivait sans cesse comme si elle avait volé son cœur cette nuit-là. Camila ne savait pas quoi faire. Devrait-elle lui donner une chance ? Ou juste rester loin des hommes ?

Protagoniste:

Camila Haynes et Isaac Johnston

Chapitre 1 La chose la plus audacieuse

C'était le jour du mariage de Camila Haynes. Malheureusement pour elle, son futur conjoint n'était nullement en vue.

Elle s'est sentie complètement humiliée. Camila ne voulait pas endurer une telle insulte !

Mais que pouvait-elle faire ?

Elle était toujours contrôlée par d'autres personnes, depuis sa naissance, dans tous les aspects de sa vie. Bien entendu, cela incluait son mariage.

Cette union était imposée à Camila par son père, un homme gouverné par sa cupidité.

Son grand-père était le chauffeur de Robin Johnston, le patriarche de la puissante famille Johnston. Par un regrettable coup de malchance, ils avaient eu un terrible accident, où le grand-père de Camila était mort pour sauver Robin.

Au cours des derniers mois, la petite entreprise dirigée par sa famille avait accumulé des dettes massives de toutes parts. L'entreprise était au bord de la faillite. Malgré cela, son père, rusé, avait refusé de demander de l'aide à la famille Johnston, sachant que cela signifierait le remboursement de la dette que celle-ci avait envers la famille Haynes. À la place, il avait élaboré un plan pour que le petit-fils de Robin, Isaac Johnston, se marie avec Camila.

Vu la richesse de la famille Johnston, ils donneraient sans aucun doute une forte somme d'argent en échange de la main de Camila.

De plus, ils pourraient enfin établir un lien plus solide avec la famille Johnston, un lien assuré par la loi.

Bien sûr, la famille Johnston ne pouvait pas se permettre de refuser cette proposition, sous peine de perdre la face d'une manière ou d'une autre.

Isaac avait choisi d'exprimer son mécontentement en ne se montrant pas au mariage, au cours duquel personne d'autre que les membres des deux familles n'était présent. Il avait également interdit à Camila de porter le nom de famille des Johnston ou de se présenter en tant que sa femme.

Pendant tout ce temps, du début à la fin, personne n'avait pris la peine de demander l'avis de Camila.

À présent, elle était debout, le dos droit. Ses cils frémissaient légèrement, mais son regard était déterminé. Elle ne voulait pas se laisser humilier.

Mais que devait-elle faire ? Elle réfléchissait encore à la manière de s'en sortir lorsqu'elle a reçu un message d'une de ses collègues.

La femme a demandé à Camila de la remplacer pour la nuit.

Camila n'a pas hésité. Elle est sortie de la chambre et a hélé un taxi pour se rendre à l'hôpital.

Quelques instants plus tard, elle était dans la permanence de l'hôpital, en train de vérifier les dossiers des patients, sa robe de mariée remplacée par une blouse blanche.

Avec un grand bruit, la porte a été soudainement ouverte de l'extérieur et s'est heurtée au mur.

Avant que Camila ait pu lever les yeux pour voir ce qui se passait, la porte avait été refermée avec fracas. Elle a entendu le déclic de l'interrupteur, et la pièce est devenue sombre.

Un frisson lui a parcouru l'échine.

« Qui est là... »

Le reste de sa phrase est resté dans sa gorge lorsqu'on l'a pressée sur le bureau. Un tas de dossiers s'est écrasé au sol au moment même où elle a senti le tranchant froid et acéré d'un couteau pressé contre son cou. « Tais-toi ! », a chuchoté férocement son assaillant.

Camila pouvait à peine distinguer le visage de l'homme, mais ses yeux se détachaient. Ils scintillaient dans la faible lumière, son regard était plein de vigilance.

Une odeur métallique familière flottait dans l'air autour d'eux, ce qui lui laissait penser que cet homme était blessé.

Grâce aux années de formation et d'expérience en tant que médecin, Camila était capable de garder la tête froide.

Elle arquait lentement l'une de ses jambes, prévoyant d'attaquer l'homme avec son genou. Mais il a tout de suite compris ce qu'elle voulait faire. Dès qu'il l'a sentie bouger, il lui a serré les jambes avec force et l'a plaquée contre le bureau avec ses cuisses puissantes.

Tout à coup, ils ont entendu des bruits de pas dans le couloir. Ces pas se dirigeaient tout droit vers la permanence.

« Vite, je l'ai vu venir par là ! »

Il suffisait de crier à l'aide pour que ces gens débarquent dans la pièce.

Désespéré, l'homme a baissé la tête pour couvrir la bouche de Camila.

En se débattant, elle a été surprise de constater qu'il ne voulait que la faire taire, sans aucune envie de la blesser.

Les pensées de Camila bouillonnaient.

À ce moment-là, celui qui se trouvait de l'autre côté de la porte avait attrapé la poignée.

Décidée, Camila a rapproché l'homme et enroulé ses bras autour de son cou. Cette fois, c'était elle qui l'embrassait.

« Je peux t'aider », a-t-elle marmonné en espérant que sa peur ne se voyait pas.

L'homme a dégluti bruyamment. Il lui a fallu une seconde pour prendre sa décision, puis elle a senti dans son oreille la respiration irrégulière de ce dernier. « J'en assumerai la responsabilité. » Il avait une voix grave et magnétique.

Mais on aurait dit qu'il n'avait pas compris. Elle n'a voulu que faire du théâtre. Il n'avait pas à assumer la responsabilité de quoi que ce soit.

À la seconde suivante, la porte s'est à nouveau ouverte.

Camila et l'homme se sont immédiatement embrassés. Elle a même laissé échapper un long gémissement sensuel, comme ceux qu'elle entendait dans les vidéos pornographiques. Malgré sa situation critique, l'homme a constaté que son corps réagissait au son.

Il aurait pu s'y laisser aller si les gens à la porte n'avaient pas parlé.

« Bon sang ! C'est un couple qui fait l'amour. Ils sont vraiment en train de le faire à l'hôpital. Que c'est excitant ! »

La lumière du couloir a filtré dans la pièce, dévoilant le couple enchevêtré. Le corps de l'homme était pressé contre celui de la femme, cachant ainsi son visage aux yeux indiscrets des intrus.

« Ce n'est certainement pas Isaac. Ce bâtard est gravement blessé. Peu importe à quel point une femme est séduisante, je doute qu'il ait la force de lui faire quoi que ce soit. »

« Mais mec, cette femme émet de sacrés sons, hein ? »

« Tais-toi et avance ! Il faut qu'on retrouve Isaac au plus vite, sinon on pourrait perdre la tête ! »

On pouvait distinguer un bruissement et un claquement de pieds lorsque les hommes s'éloignaient précipitamment, laissant la porte se remettre en place avec un déclic.

L'homme savait que ses assaillants étaient partis, mais le fait que cette femme et lui étaient maintenant seuls lui a fait perdre son sang-froid. Il a craqué, et une vague de désir inattendue l'a envahi.

Ce courant de désir n'a pas non plus épargné Camila. C'était sans doute en raison de leur proximité, de la façon intime dont ils étaient positionnés, ou encore de la soudaine poussée d'adrénaline que le côté rebelle de Camila remontait à la surface.

Jusque-là, elle avait mené une vie d'une grise monotonie, se conformant toujours aux règles et aux plans établis par d'autres pour elle.

Cette fois-ci, pour une fois, elle était prête à se faire plaisir.

Camila s'est libérée de ses inhibitions et a laissé l'homme faire ce qu'il voulait. Comme ça, elle lui a donné sa première fois dans une partie de jambes en l'air qui s'est avérée rude et douloureuse.

Lorsqu'ils ont terminé, l'homme l'a embrassée doucement sur la joue. « Je reviendrai pour toi », a-t-il murmuré, la voix encore imprégnée de l'effet de la libération. Ensuite, il est parti, aussi brusquement qu'il était venu.

Camila a mis un long moment avant de se remettre debout. Elle avait mal à la taille et au dos, sans parler de son entrejambe.

Le silence de la pièce est rompu par la sonnerie du téléphone fixe.

Camila a vite décroché. « Docteur ! », a dit une voix frénétique. « Un patient vient d'être amené au centre d'urgence. Il est gravement blessé suite à un accident de voiture. Nous avons besoin que tu lui administres un traitement immédiatement ! »

Camila s'est éclairci la gorge pour garder une voix stable. « D'accord, j'arrive dans une minute. »

Elle a raccroché et s'est dirigée vers la porte, avant de s'arrêter dans son élan. Elle s'est regardée.

Ses vêtements étaient en désordre et froissés. Il y avait une sensation gluante entre ses jambes. Camila a sursauté en se rendant compte qu'elle venait de faire l'amour avec un inconnu.

C'était la chose la plus audacieuse qu'elle n'ait jamais faite !

Mais ce n'était pas le moment de se réjouir de ses actes ou de réfléchir à leurs conséquences. Camila s'est arrangée et s'est précipitée vers le centre d'urgence.

Elle a travaillé toute la nuit.

Lorsqu'elle s'est enfin libérée, l'aube n'était pas loin. Elle est revenue à la permanence pour constater que la pièce était toujours aussi désordonnée qu'elle l'avait laissée.

Les mains de Camila se sont serrées en poings lorsque les souvenirs de la nuit précédente, il y a quelques heures à peine, ont envahi son esprit.

« Merci d'avoir assumé ma garde, Dr. Haynes. » La collègue de Camila, Debora Griffith, est entrée avec un sourire reconnaissant.

Camila s'est forcée à sourire à son tour. « Il n'y a pas de quoi. »

« Je peux m'en occuper à présent. Tu devrais rentrer te reposer. » Debora a jeté un coup d'œil aux papiers qui jonchaient le sol et a haussé les sourcils. « Qu'est-ce qui s'est passé ici ? Pourquoi toutes les choses sont-elles par terre ? »

Camila a détourné ses yeux paniqués et a dit : « Oh pardon, je les ai fait tomber par accident. Tu peux les ranger, s'il te plaît ? Je suis épuisée et je dois partir. »

Debora a trouvé la réponse de Camila bizarre, mais elle n'en a pas tenu compte. Elles se sont dit au revoir et Debora s'est mise à ramasser les objets qui jonchaient le sol.

À peine avait-elle commencé que le directeur de l'hôpital est apparu à la porte, suivi de l'assistant d'Isaac.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY