Accueil Genre Classement Gratuit
Atelier d'écriture
Télécharger l'appli hot
Accueil / Loup-garou / MON PETIT COMPAGNON
MON PETIT COMPAGNON

MON PETIT COMPAGNON

5.0
44 Chapitres
35.2K Vues
Lire maintenant

Résumé

Table des matières

Je rigole en regardant James échouer dans son entraînement. "Tu vas faire un grand Alpha en faisant ça ! Je le taquine James roule des yeux. "Comme si tu pouvais faire mieux !" Je souris et je descends de ma chaise. Je me dirige vers la partie du parcours où il est coincé et je le fais avec facilité. "Et c'est pour ça que je vais être le meilleur Bêta ! Je me vante. James me tire la langue et je ris. Je le regarde terminer le cours avant qu'il ne s'approche de moi. "Alors, ma petite Bêta, ça te dirait un peu de désert ?" James sourit. Je ris et nous retournons en courant à la maison de la meute où l'on servait des gâteaux en guise de dessert. James et moi avons sauté le dîner. "Quand je serai Alpha, on aura du gâteau au dessert tous les soirs. James me chuchote en prenant sa part. Je ris en prenant ma propre part. "Quel genre de gâteau ?" "Des différents chaque jour !" dit James en s'approchant de la table. Je monte sur la chaise à côté de lui. "Ils sont inséparables. J'entends ma mère dire à l'autre bout de la table. "Ne serait-ce pas merveilleux s'ils étaient ensemble ? dit la mère de James, la Luna. "Oh, c'est vrai." dit ma mère. "C'est quoi un compagnon ?" Je demande innocemment. "Oui, maman, c'est quoi un compagnon ? demande James. "Un compagnon, c'est..." Luna commence, mais elle est interrompue par un cri. "Des voyous !" Ma mère siffle après le cri. Tout se passe ensuite dans le flou. James me prend la main et court avec moi jusqu'à sa chambre, en me serrant contre lui. C'est alors que quelqu'un entre. Il est grand, il est nu et ses yeux sont d'un noir pur. Il commence à s'approcher quand la mère de James sort de nulle part. L'homme est rapide, et d'un seul geste, il tue la mère de James. James et moi crions. Nous nous serrons l'un contre l'autre. Puis l'Alpha entre dans la pièce. "Tu es responsable de sa mort !" Il hurle vers James, voyant la mère de Jame à terre. "C'est toi qui as fait ça ! Si elle n'avait pas essayé de te protéger, elle serait encore en vie !" L'Alpha est sans pitié, il tue le voyou puis s'approche de James et l'arrache à mon emprise. "JAMES ! Je hurle en tendant les bras. L'Alpha secoue James, le frappe, le tabasse avant que James ne soit tout mou. Puis quelque chose le fait sortir de ses gonds. "Non... James... Qu'est-ce que j'ai fait, James ?" L'Alpha murmure. "James ? Je m'approche de lui. "James, tu peux te réveiller maintenant". Je murmure, les larmes aux yeux. "Blaire... Il ne se réveille pas." L'alpha dit doucement. "Qu'est-ce que tu veux dire ? Qu'est-ce que tu veux dire ?" Je demande, terrifiée par lui. Terrifiée par ce qu'il a fait à James, et s'il me le fait à moi ? "Blaire, écoute-moi. Je veux que tu coures. Je veux que tu cours aussi vite que tu le peux. Dès que tu peux te transformer, transforme-toi. Je veux que tu t'éloignes le plus possible d'ici. J'ai besoin que tu partes et que tu ne reviennes jamais. Oublie-moi, James, tes parents et les voyous. Quitte Blaire. Maintenant." dit l'Alpha. Je n'ai aucun problème à courir. Ce faisant, je passe devant des cadavres. Des membres de la meute, tous morts. Un voyou ici et là. Mais ma famille... Je passe devant ma mère et mon père, tous deux étendus sur le sol. La seule chose qui m'empêche de m'arrêter et d'aller les voir est une voix dans ma tête qui me dit de courir. Je continue à avancer. Je passe devant un groupe d'hommes. L'un d'entre eux rit et me dit de me laisser partir, affirmant que je serai amusant à traquer quand je serai plus vieux. Je continue à courir et à courir. Sans jamais me retourner vers mon sac. Mon sac mort.

Chapitre 1 CHAPITRE 01

Le point de vue de Blaire

Je me réveille d'un autre terrible cauchemar. Un autre cauchemar à propos de cette nuit-là. La nuit où j'ai perdu tout et tout le monde. Dix ans se sont écoulés depuis et je ne m'en suis pas remis.

Je soupire et me lève, je n'ai pas mangé depuis un moment et je sens que ça commence à me peser. Il fallait que je chasse quelque chose et que je l'attrape cette fois. Je suis vraiment un mauvais chasseur, même si je le fais depuis dix ans. C'est tellement difficile.

Je m'étire avant de partir à la recherche de quelque chose. J'aperçois l'odeur d'un lapin et je me dirige vers lui.

Je le trouve et commence lentement à le traquer, mais il m'entend et se met à courir. Je grogne et me lance à sa poursuite, me poussant aussi vite que possible. Mais je le perds apparemment aussi vite que je l'ai trouvé.

Je gémis en m'asseyant.

C'est alors que j'entends quelque chose d'autre. Je penche la tête vers le son pour voir d'autres loups. De gros loups mâles. Presque instantanément, je me mets à courir, à courir loin d'eux.

Je ne peux pas me faire attraper. Je ne peux pas ! Je pousse un glapissement quand l'un d'eux saute, m'envoyant au sol. J'essaie de me débattre, mais le loup dressé laisse une marque sur mon flanc, ce qui me fait gémir.

Non... Non. Je ne peux pas ! Et si... Je ferme les yeux, attendant qu'ils me tuent. Mais ils ne le font pas. Au lieu de cela, quelqu'un parle.

"Shift". Ils grognent. J'ouvre les yeux et regarde un homme en short. Un corps bien charpenté et des cheveux roux.

J'ai du mal à me remettre en place, je ne l'avais pas fait depuis si longtemps. Quand j'y parviens, j'ai le souffle coupé en voyant à quel point mon corps humain se sent faible. L'homme s'approche et je me recroqueville, mais tout ce qu'il fait, c'est me donner une chemise. Deux autres restent sous leur forme de loup. J'enfile la chemise et me lève sur des jambes tremblantes. Je fais un pas. D'accord... Je m'en sors. Je fais un autre pas, mais je m'écroule.

Le type me rattrape, marmonnant quelque chose que je n'arrive pas à saisir. J'essaie de le repousser, mais il roule des yeux et me soulève à la manière d'une mariée. Je panique, je ne vois pas l'alpha ! Pas l'alpha.

Je lutte pour me dégager de son emprise, mon cœur s'emballe. Les alphas tuent leurs propres enfants ! Ce sont les pires loups que l'on puisse trouver !

L'homme me met dans une cellule et la ferme à clé, me laissant là. Je ferme les yeux et je murmure "pas l'alpha" encore et encore. Je ferais n'importe quoi tant que je n'ai pas à le voir.

Quelqu'un entre et je crie, je commence à pleurer. Pas l'Alpha ! N'importe qui d'autre que l'Alpha.

Je me tiens la tête en tirant sur mes cheveux. La personne sort et je me calme un peu, mais elle revient et je crie à nouveau. Je veux juste être seule !

"Faites descendre l'Alpha". dit l'un d'eux.

"NON !" Je hurle. "Pas l'Alpha. Je murmure. "Pas l'Alpha." Je ferme les yeux et tente de me retenir.

Je vais bien... Je vais m'en sortir.

C'est du moins ce que j'espère.

Le point de vue de Darren

Alpha, nous avons un voyou sur notre territoire. Un membre de la meute en patrouille me relie. Petite louve blanche.

Emmenez-la dans les cellules. Ne la laissez pas s'échapper. Je grogne. Stupides voyous. D'habitude, je m'en occupe moi-même, tout de suite. Mais aujourd'hui, je n'étais pas d'humeur.

Mon père n'arrêtait pas de me dire que je devais prendre Ali comme Luna. Mais je refusais à chaque fois parce que je devais trouver mon compagnon. Mais peu à peu, je perdais espoir. Personne dans ma meute n'était mon compagnon, personne dans les meutes voisines ne l'était non plus, j'ai vraiment cherché. J'ai vraiment cherché.

Je soupire et me passe une main dans les cheveux. Je savais qu'elle était là, mais où ? Ali entre dans mon bureau et je gémis mentalement. Mon regard froid se pose sur elle.

"Je me demandais si tu voulais aller courir ou quelque chose comme ça". La blonde sourit. Ali est belle, gentille et ferait une excellente Luna. Mais elle n'est pas ma compagne, je ne peux pas l'accepter. D'ailleurs, elle aurait un compagnon à elle, là-bas.

"Ali, pas maintenant, je grogne. Mon père était en train de me harceler à ton sujet. J'ajoute mentalement.

"Eh bien... Je voulais juste te dire que j'ai trouvé mon compagnon. Il est dans une autre meute. J'ai eu besoin d'une permission pour changer de meute". Ali dit doucement.

"Félicitations Ali. Je suis vraiment heureux pour toi." Bon, c'est un mensonge, mon air impassible n'a fait qu'ajouter à cela. "Tu as la permission". Je dis simplement.

"Merci Alpha. Elle incline la tête en signe de respect avant de quitter la pièce.

Le voyou est dans les cellules, Alpha. Mon Beta, Erik, fait le lien. Elle devient un peu folle. Elle n'arrête pas de marmonner que ce n'est pas l'Alpha.

Qu'est-ce que ça veut dire ? ", dis-je en claquant la porte. Erik était mon seul véritable ami. Lui et mon troisième, Wesley.

Je ne sais pas, mais elle ne veut pas parler. Quand nous partons, elle dit qu'elle n'est pas l'Alpha, mais dès que nous réapparaissons, elle ne parle plus, elle devient silencieuse. Il faut que le médecin de la meute vienne ici, quand on l'a eue, elle s'est battue. Erik répond, quelque chose dans sa voix me fait penser qu'il aime ce voyou. Blah, maudits voyous.

Je descends bientôt. Appelez le médecin de la meute pour qu'il s'occupe de ses blessures'. Je dis, en essayant de finir quelques papiers.

Je signe enfin le dernier endroit avant de me lever du bureau.

Darren, nous avons un problème. Liens Erik.

Quoi ? Je grogne.

Le médecin de la meute a dit qu'elle avait des crises de panique, à chaque fois que quelqu'un entre dans la cellule, elle se met à brailler et à crier. Je ne sais pas, elle n'a pas l'air d'être un voyou comme les autres". répond Erik.

Je descends maintenant. Je marmonne un "maudits voyous" sous ma respiration en marchant vers la prison de la meute.

C'est alors que l'odeur me frappe le nez. La vanille est la plus forte, comme une sorte de vanille naturelle. J'accélère de cette façon, le parfum... Je sais ce que ça veut dire. Je sais exactement ce que ça veut dire.

Je me dirige vers la cellule où se trouve le voyou, le médecin de la meute, Calder et Erik sont là. Lilian, la compagne d'Erik, est également présente. Ils observent tous la fille à l'intérieur.

Je tourne mon regard vers l'endroit d'où proviennent les odeurs. C'est le voyou. Sa peau, bien que couverte de terre, est pâle, comme si la couche de terre la protégeait du soleil. Ses cheveux bruns emmêlés forment un nid sur sa tête et ses grands yeux bleus effrayants me regardent.

La panique qu'elle ressent me fait grimacer, elle se presse du mieux qu'elle peut dans un coin, les larmes commençant à couler follement le long de ses joues. J'ouvre la cellule et m'approche d'elle tandis qu'elle tente désespérément de s'enfuir.

Tout doucement, je la soulève par les épaules pour qu'elle se tienne debout. "A moi". Je murmure, enfouissant mon visage dans le creux de son cou.

Son corps tremble de peur, je jure que je le sens. En plus de la douleur, c'est là que je vois le sang. Tout le long de ses petites figures, il y a une coupure. Sans doute une marque de griffes. La chemise qu'on lui a donnée doit être celle d'un membre de la meute et elle n'avait pas de pantalon. Bien que la chemise couvre beaucoup de choses, je ne peux m'empêcher de grogner. Personne ne devrait la voir dans cet état. Personne d'autre que moi.

"Erik va chercher ses vêtements, Calder la soigne. Je craque, furieux qu'ils ne l'aient pas déjà fait.

Continuer
img Voir plus de commentaires sur notre appli
Mis à jour : Chapitre 44 44 FIN   06-12 09:18
img
15 Chapitre 15 15
09/06/2023
16 Chapitre 16 16
09/06/2023
17 Chapitre 17 17
09/06/2023
18 Chapitre 18 18
09/06/2023
19 Chapitre 19 19
09/06/2023
20 Chapitre 20 20
09/06/2023
Télécharger l'appli
icon APP STORE
icon GOOGLE PLAY