kifflire > Moderne > Jumeaux adorables : adonnez-vous à l'amour de papa

   Chapitre 6 Une question compliquée

Jumeaux adorables : adonnez-vous à l'amour de papa Par Rhéane Personnages: 6462

à jour: 2020-03-28 00:22


Il devait d'être d'accord? Qui d'autre au monde oserait menacer Charles de manière aussi flagrante sauf son propre fils?

C'était drôle, son propre fils, qui était élevé par lui, préférait une femme qu'il avait rencontrée la veille. C'était totalement un échec pour Charles!

Tôt ce matin-là, alors qu'il dormait profondément, il a soudain ressenti une démangeaison. Quand il a ouvert les yeux, il a vu le petit garçon le chatouiller avec un brin de cheveux de Nancy.

« Papa, lève-toi et fais à manger », a murmuré Bobby quand il a vu Charles se réveiller.

Faire à manger? Lui? Son fils a perdu la tête!

Il savait quoi faire après qu'un repas soit servi, mais pas avant, et quand il était sur le point de refuser, le garçon lui a dit : «Si tu ne le fais pas, je ne rentrerai pas à notre maison avec toi. Réfléchis bien. »

Tel père, tel fils, ce garçon était rusé! Craignant que son fils ne s'enfuît à nouveau s'il n'était pas d'accord, Charles a acquiescé à contrecœur.

« D'accord, je vais cuisiner », a-t-il répondu.

« Tu es super papa », a déclaré Bobby avec satisfaction, puis il a continué, « Papa, ne trouves-tu pas que maman est belle? ».

Les cheveux de Nancy tombaient sur l'oreiller pendant qu'elle dormait, son visage était délicat, ses longs cils ressemblaient aux ailes d'un papillon et un léger sourire transparaissait sur ses lèvres, elle devait faire un beau rêve.

Cette femme... Elle était très jolie, d'une beauté naturelle et agréable, il y avait quelque chose de très attirant chez elle.

Charles s'est léché les lèvres.

« Papa, tu dois faire confiance à ton fils, fais d'elle ma maman, d'accord? », le garçon a souri et a doucement embrassé Nancy.

« Cesse les enfantillages! », Charles a grogné doucement, mais son cœur battait la chamade. Alors, il s'est levé et est allé dans la cuisine pour éviter cette conversation. Quand il venait de cuisiner les omelettes, il s'est retourné et a vu la femme debout derrière lui, « Oh, vous êtes déjà réveillée », a dit maladroitement Charles.

« Bonjour, messieurs », a-t-elle plaisanté.

« Bonjour, avez-vous bien dormi la nuit dernière? », a demandé Charles.

« Et bien... oui », a-t-elle répondu, en fait elle ne pouvait pas bien dormir avec un homme inconnu à ses côtés. Elle n'a pas pu trouver le sommeil qu'à l'aube.

« Maman, essaie les omelettes que mon papa a préparées, ils sont délicieux, essaie-le », l'a encouragée le garçon, tenant une assiette au milieu d'eux, ne voulant pas être ignoré.

« Merci Bobby », Nancy a pris un morceau pour goûter, mais c'était tellement salé qu'elle a dû le recracher.

« Est-ce que ça a le goût si mauvais? », a demandé Charles mal à l'aise.

« Non, ça va. Quoi qu'il en soit, ne vous inquiétez pas. Je vais vous préparer le petit déjeuner, que préférez-vous, la cuisine occidentale ou chinoise? » À vrai dire, ces omelettes étaient immangeables, mais elle ne voulait pas l'offenser.

Charles a ramassé l'assiette et a jeté le reste à la poubelle.

« Oh quel dommage! », Bobby a secoué la tête et a soupiré. « Papa est moins intelligent qu'il semble, et s'il fait peur à maman? », a-t-il pensé. .

« Maman, mon papa est très gentil, il est grognon parce qu'il est déçu

de sa première cuisine, peux-tu lui pardonner? », a-t-il demandé gentiment.

« Ça va aller, mon ange, va avec lui, je vais rapidement préparer ton petit déjeuner », elle a ouvert le frigo et a remarqué que l'hôpital ne lui fournissait pas beaucoup de nourriture en avance. Il y avait des œufs, du pain, du bœuf et des légumes et aussi de la morue.

Elle a cuisiné du porridge, des légumes et de la morue à la vapeur. « Il est temps de manger, les garçons », s'est-elle exclamée délicatement en posant les assiettes sur la table.

Cette simple phrase a réjoui le cœur de Charles, comme s'il était à la maison.

C'était peut-être pour ça que Bobby l'aimait tant, elle était différente de ces femmes qui se pavanaient toujours devant lui, prêtes à... lui donner leur corps.

« Wow », a crié le petit garçon, « Maman cuisine vraiment bien. N'est-ce pas, papa? ».

« Oui », a répondu son père.

La jeune femme a mis le porridge devant le garçon quand il a refroidi, « ne mange pas trop vite. »

« D'accord, merci maman », a-t-il acquiescé docilement.

Chaque fois qu'il l'appelait « maman », Charles fronçait les sourcils et Nancy rougissait.

Le petit garçon a fini son assiette rapidement.

« Maman, j'en veux encore », a-t-il dit en léchant la miette de ses lèvres.

« Bobby, ne m'appelle plus "maman". Je veux encore trouver un petit ami un jour, tu ne peux pas m'embarrasser comme ça, tu comprends? », a-t-elle expliqué en lui servant encore.

« Non », le garçon a secoué la tête.

« Quoi? Je n'ai aucun problème à ce que mon fils vous appelle comme ça. Pourqois c'est un problème pour vous? », a demandé soudainement Charles, qui mangeait tranquillement la tête baissée.

Quoi? Que voulait-il dire? Pourquoi étaient-ils si déraisonnables? Il semblait qu'elle devait tout accepter qu'elle le veuille ou non.

Elle a souri : « Monsieur, même si je m'en fiche, que dirait votre femme? ».

« Je n'ai pas de femme », a-t-il répondu.

Nancy a regardé le petit garçon avec surprise, était-il le fils illégitime de cet homme?

« Maman, ma grand-mère m'a dit que j'ai poussé comme un arbre, Jay a dit que je suis un cadeau d'une boutique, et papa a dit que ma maman est morte après l'accouchement. Dis-moi, qui m'a vraiment mis au monde? » Bobby a regardé Nancy avec des yeux sérieux et pleins d'espoir.

Il était intelligent, il savait qu'il était né d'une mère, mais il ne pouvait pas accepter ce que son père lui avait dit. Comment sa maman a-t-elle pu mourir après avoir accouché? Il ne le croyait pas pour une seule seconde!

Embarrassée, Nancy a toussé, « Bobby, bien sûr que tu as mère, elle doit t'aimer beaucoup et elle te surveille peu importe où elle est... ».

Si sa mère avait été vraiment morte... Elle se sentais très désolée pour ce petit garçon.

Nancy avait la gorge noué pendant un instant.

« Je ne veux pas qu'elle me regarde, c'est une mauvaise maman qui m'a abandonné, je veux juste une bonne maman comme toi », Bobby a boudé et a embrassé Nancy sur la joue.

Charles n'a rien dit. Il savait qu'il devait trop à son fils. Bobby était né avec un seul but, acquérir les parts du groupe TS, mais il était indéniable qu'il était l'enfant gâté de toute la famille Fu.

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages