kifflire > Moderne > Jumeaux adorables : adonnez-vous à l'amour de papa

   Chapitre 2 Que ce serait super si elle était ma mère

Jumeaux adorables : adonnez-vous à l'amour de papa Par Rhéane Personnages: 6675

à jour: 2020-03-27 00:12


Nancy était maintenant reconnue comme une pédiatre de talent demandée par de grands hôpitaux à travers le pays.

Quoi que se soit passé, elle n'a pas pu s'empêcher de retourner dans son pays natal.

« Nancy! », une voix familière l'a appelée dans la foule.

« Doris, tu es arrivée tôt! » Elle reconnaîtrait cette voix n'importe où. Nancy est allée serrer sa meilleure amie dans ses bras. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas vu Doris He.

Doris levant les yeux au ciel et a dit : « Bien sûr je suis arrivée en avance, je suis ta meilleure amie, j'ai demandé un jour de congé le moment où j'avais appris ton retour! ».

Nancy a sincèrement souri, « Merci! ».

Pendant les cinq dernières années où elle vivais des moments difficiles, Doris a toujours été là pour elle, pour l'écouter et l'aider.

« De rien, mon chère amie, allons-y » Accrochée au bras de Nancy, Doris s'est dirigée vers son Volkswagen Beetle d'occasion.

« Mademoiselle, pourriez-vous me donner des sous pour acheter de quoi manger? J'ai faim », une petite main sale a saisi le bout de la chemise de Nancy pendant qu'elles parlaient, elle s'est arrêtée, a baissé les yeux pour trouver que c'était un garçon en haillon qui cherchait quelques pièces de monnaie.

Elle a ressenti une douleur aiguë dans son cœur, il avait l'air d'avoir le même âge que son propre fils qu'elle n'avait jamais la chance de voir.

« Où sont tes parents? », a-t-elle demandé en s'accroupissant pour le regarder.

Le garçon a secoué la tête.

« Nancy, tu es trop gentille. Maintenant il y a plein de parents qui font mendier leurs enfants à leur place, tu ne sais pas? Ne sois pas dupée par son apparence », l'a avertie Doris.

« Mais non! Je ne suis pas comme eux! » Le garçon a trépigné de frustration, en lançant un regard colérique vers Doris.

Personne n'a pu dire non à un garçon aussi mignon.

« Je n'ai pas de maman ni de papa, mademoiselle », a-t-il dit en regardant Nancy, et en lui tirant le bras. Il a continué à lui demandé : « S'il vous plaît, pourriez-vous m'offrir à manger? ».

« D'accord », Nancy était toujours tendre avec les enfants.

« Tu traites toujours les autres par la façon la plus gentille, n'est-ce pas? », son amie a grogné en secouant la tête. Doris n'a jamais fait confiance à ces gens, encore moins après avoir vu toutes les astuces qu'ils utilisaient.

Le petit garçon lui a fait une grimace en réponse.

« C'est juste un repas, Doris », a retorqué Nancy, tenant la main du petit garçon avec affection, et a demandé : « Comment tu t'appelles? ».

« Je m'appelle Bobby », a-t-il pensé pendant un moment avant de parler, car il ne pouvait pas lui dire son nom complet parce qu'il était recherché par sa famille. Son nom était même dans les nouvelle.

« C'est un joli nom », a répondu Nancy en ébouriffant les cheveux du garçon.

« Vous vous appelez donc Nancy, mademoiselle? », a-t-il demandé.

« Comme tu le sais? » Doris l'a interrompue juste avant que Nancy puisse répondre.

« Quelle question de bête, je viens de vous entendre l'appeler », a répondu Bobby.

« Quoi... Écoute bien, je suis la personne la plus intelligente de ce pays, et peut-être du monde, viens, rapproche-toi pour que je puisse te botter les fesses! ». Doris a levé un pied, comme si elle était sur le point de lui donner un coup.

Tout de suite, Bobby s'est caché derrière Nancy et a tiré la langue à Doris.

Pendant qu'ils s'amusaient, un écran du centre commercial a émis une annonce. « Bobby Fu, jeune maître de la famille Fu, a disparu depuis douze heures, voici sa photo, si vous le voyiez, appellez le numéro ci-dessous, en retour, vous recevriez des millions en espèces », a-t-on lu.

« Qu'est-ce que c'est à l'écran? » Doris a froncé les sourcils, essayant de se concentrer. Cependant, le garçon lui a crié dessus avant qu'elle ne puisse avoir un bon aperçu des nouvelles, « Vous aimez le tofu puant, n'est-ce pas? ». .

« Quoi? » Doris s'est tournée vers lui, les poings sur les hanches, en perdant tout intérêt pour ce qu'il y avait sur l'écran.

« Et bien, j'ai entendu dire que les gens ronde aiment manger du tofu puant, et vous êtes très ronde, donc je suppose que vous devez en manger beaucoup », a dit le jeune garçon en regardant secrètement l'écran. Il a vu que l'avis de recherche avait disparu et, heureusement, elles ne l'ont pas vu.

« Petit garnement! Je suis ronde parce que... parce que... Et bien, ce n'est pas à cause du tofu! », Doris était gênée.

Elle avait toujours été potelée, et c'était vraiment parce qu'elle était gourmande, elle aimait aussi le tofu puant, mais elle ne l'admettrait jamais devant ce gamin!

Nancy a souri, en plaisantant : « Et bien, il a raison sur ce point, tu en manges depuis des années! ».

Doris, les bras croisés, a grogné : « Tu viens de le rencontrer et tu restes déjà de son côté, tu le traites comme s'il était ton propre enfant. »

« N'importe quoi! », Nancy a ri, en évitant le regard des autres. Elle évitait ce sujet depuis des années et en parlait seulement quand Doris le mentionnait. Elle s'est tournée vers le petit garçon et lui a demandé : « Dis-moi, qu'est-ce que tu voudrais manger. »

« Des ormeaux... Du porridge aux ormeaux, du homard australien... et... » C'était les seuls plats que Bobby connaissait quand il était chez lui. Comme il avait faim maintenant, ces plats lui manquaient.

Avant qu'il ne puisse finir, Doris l'a interrompu : « Petit, tu plaisantes? Des ormeaux? Du homard? Tu nous prends pour qui? Les Rothschild? Écoute bien, tu n'auras que du pain vapeur ou du pain fourré, rien de plus! ».

« Merci, le pain est aussi acceptable. » Il n'a jamais pensé à quel point il était difficile de mendier, et maintenant qu'il avait enfin trouvé quelqu'un d'aussi gentil que Nancy, il ne voulait pas la laisser partir.

De plus, il ne connaissait pas la différence entre un pain fourré et des ormaux, pour lui c'était que de la nourriture. Comme un enfant privilégié, il ne comprenait pas le concept du prix.

« T'inquiète, je peux t'offrir du porridge d'ormeaux et du homard australien, ce sont aussi mes plats préférés », a dit Nancy en souriant.

« Vraiment? » Les yeux de ce petit garçon se sont illuminés. Il souhaitait que cette jeune femme avec une voix si douce soit sa mère.

Le ciel s'assombrissait progressivement et, bien que c'était l'été, l'atmosphère chez les Fu était glacial.

À l'intérieur, Angelina Huang était dans le salon, en faisant les cent pas. « Charles, ne vas-tu rien dire? », a-t-elle dit, avec désespoir et nervosité. « Que lui est-il arrivé? Penses-tu qu'il aurait été kidnappé et vendu par des trafiquants? ».

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages