kifflire > Romance > En attente d'une fille comme toi

   Chapitre 3 Ne t'arrête pas à mi-chemin lorsque tu m'aides !

En attente d'une fille comme toi Par PASCALE LAVIGNE Personnages: 8626

à jour: 2020-03-26 00:22


« As-tu déjà entendu parler du vieux dicton : " Quand tu poursuis Buddha, ne t'arrête pas en bon chemin. Tu pourrais tout autant le retrouver tout au long du chemin menant au Paradis "? Ça signifie que tu ne t'arrêtes pas en cours de route lorsque tu décides de faire une bonne action. Puisque tu m'as sauvé, tu devrais être responsable de moi. », a déclaré Terence d'un air naturel avant d'ajouter : « Je ne peux pas dormir comme ça. Et si je ne peux pas bien dormir, je ne me sentirai pas en forme demain. » « Ceci étant dit, puis-je avoir l'honneur d'utiliser ta salle de bain? », a-t-il finalement demandé.

Pour étayer davantage ses propos, Terence a ostensiblement reniflé son corps en sueur. Quand il a vu qu'il était recouvert de sang, il s'est senti gêné.

En tant que maniaque de la propreté, il lui serait impossible de dormir dans cet état. « Toi alors... », Carla essayait de maîtriser son agacement. Elle ne s'attendait pas à ce que cet homme puisse devenir encore plus effronté. Elle a soufflé et a fermement refusé : « Non, je n'aime pas que des inconnus utilisent ma salle de bain. Désolée. »

« Ah, tant pis. Bon d'accord. Je suppose que ça ne te dérangerai pas si je tache ton canapé. » L'homme a étendu ses jambes pour les essuyer délibérément sur le canapé immaculé. Tout ce qui lui restait alors à faire était d'attendre la réponse de Carla. Elle le regardait, n'en croyant pas ses yeux. Elle a levé les yeux au ciel, soupiré, puis s'est dirigée vers la salle de bain. En ouvrant la porte elle lui a dit : « Très bien, tu peux prendre une douche. Mais je te préviens! Ne salis rien! ».

Terence a haussé les sourcils avec un sourire rusé en se levant du canapé. Il a alors fait signe à Carla de se rapprocher.

« Viens m'aider. », a-t-il exigé.

S'étant tout juste remis de son coma et ayant des blessures encore à vif, Terence se sentait épuisé. Il n'était pas sûr de pouvoir marcher seul jusqu'à la salle de bain alors il a dû lui demander de l'aider.

Si les regards pouvaient le tuer, Terence serait mort depuis longtemps. Mais malgré tout, Carla s'est dirigée vers lui et avec appréhension, elle l'a aidé à se relever en le tenant le bras.

Terence, de son côté, avait d'autres plans. Il a ignoré sa main et a plutôt mis un bras autour de ses épaules, faisant peser tout son poids sur elle. Et c'est ainsi qu'ils ont lentement cheminé vers la salle de bain.

Habituellement, Carla n'aurait eu à faire que quelques pas pour s'y rendre. Mais cette fois, avec ce grand homme pesant sur elle, on aurait dit qu'elle déplaçait le Mont Tai. En même temps, être aussi proche d'un homme pour la première fois faisait battre son cœur plus vite.

Ils sont finalement arrivés à la salle de bain. Carla a enlevé le bras de Terence de ses épaules aussitôt qu'elle le pouvait et s'est immédiatement retournée. C'est alors qu'elle a entendu un bruit sourd.

C'était Terence qui s'était cogné au mur au moment où il avait perdu le soutien de Carla. Il se serait retrouvé au sol s'il n'avait pas heurté le mur en premier.

« Tu vas bien? », Carla s'est tournée vers lui, visiblement inquiète.

« Ça ne se voit pas? », Un sourire ironique est apparu sur le visage de Terence.

S'il s'était bien reposé, il pourrait sans aucun doute marcher seul. Mais pour l'instant, il ne pouvait rien faire.

Terence a regardé le plafond et soupiré profondément. Carla l'a aidé à s'asseoir à côté de la baignoire, puis a commencé à lui préparer un bain chaud.

« Je t'aurais laissé dehors si j'avais su que tu allais me causer tant de problèmes. J'aurais dû te laisser mourir là-bas! », se plaignait Carla. Elle l'a aidé à retirer ses vêtements sales et tachés de sang. Inévitablement, elle a touché ses muscles fermes et solides. Elle rougissait immédiatement.

Ses muscles étaient lisses et contractés, très différents des siens. Et merde, son cœur recommençait à battre plus vite.

Le voir allongé sur le canapé plus tôt lui avait déjà causé un mal de tête. Et maintenant elle devait enlever ses vêtements et le toucher. Elle essayait tant bien que mal de cacher à quel point c'était bon.

« Si tu veux me toucher davantage, pourrais-tu d'abord me laisser faire une douche? Je serai tout à toi après. », Terence la taquinait.

« De quoi tu parles? Ne sois pas si imbu de toi-mê

me. Je ne suis pas du tout intéressée par toi ou par ton corps! », a protesté Carla. Recouvrant ses esprits après ce moment d'égarement, elle a rapidement détourné le regard en sentant ses joues devenir chaudes. Elle a fui précipitamment après avoir jeté les vêtements sales dans la machine à laver.

Elle a claqué la porte, faisant un vacarme.

Dès qu'elle a atteint le salon, elle a enfoui son visage dans ses mains. « Ne sois pas si stupide! », s'est-elle sermonnée.

Sachant que Terence ne pouvait pas se débrouiller seul, Carla a décidé de rester sur le canapé. Elle pensait qu'il valait mieux attendre et l'aider quand il sortirait, au lieu d'être réveillée par cet insolent si elle s'endormait.

Environ 20 minutes plus tard, Carla a entendu des bruits provenant de la salle de bain. Elle s'est levée en bâillant, chancelante. Toujours étourdie par le sommeil ou plutôt par le manque de ce dernier, elle s'est naturellement dirigée vers la salle de bain et a ouvert la porte sans trop y penser. Elle s'est réveillée d'un seul coup. Comme si de l'eau froide avait soudainement été versée sur elle, ses sens se sont réveillés et elle a écarquillé les yeux en se rendant compte de ce qui se trouvait devant elle.

Un instant plus tard, une rougeur a commencé à se propager de ses joues au reste de son visage, y compris son cou. Brusquement, elle a claqué la porte encore plus fort qu'avant.

Terence ne s'attendait pas à ce qu'elle ouvre la porte sans avoir frappé. Inutile de préciser qu'il était complètement nu quand elle l'a vu. En se regardant dans le miroir, il a souri amèrement. C'était la première fois qu'une femme le voyait nu, mais qu'il ne pouvait rien faire. Quel dommage!

Puis il s'est couvert avec une serviette rose clair qu'il avait trouvé sur l'étagère pour ouvrir la porte.

« Ah! Ça rafraîchit! », s'est-il exclamé en marchant vers Carla.

« Où penses-tu aller? », a-t-il demandé. « Le pansement s'est mouillé. S'il te plaît, aide-moi encore à m'occuper de la blessure. » Terence a arrêté Carla qui était sur le point de s'enfuir pour se cacher dans sa chambre. Elle était tellement gênée et pourtant elle se sentait euphorique. C'était la première fois, au cours de ces vingt années de sa vie, qu'elle voyait un homme complétement nu. C'était trop pour elle. Si elle était honnête avec elle-même, elle était stupéfaite, et la seule chose à laquelle elle pensait était de quitter la pièce le plus tôt possible.

« Que fais-tu encore là? », Terence la regardait, confus. « Je ne peux pas atteindre la blessure dans mon dos. Peux-tu me faire un nouveau pansement? », lui a-t-il demandé, la faisant sursauter. Elle était tellement prise dans ses pensées qu'elle ne s'était pas rendu compte qu'il se tenait déjà derrière elle.

Elle a fermé les yeux pendant quelques secondes pour se calmer, puis s'est tournée vers lui, « Tu te moques de moi? Comment se fait-il que maintenant tu puisses marcher seul? Je ne savais pas que prendre une douche pouvait faire des miracles. »

« Comme je suis naïve! Je ne suis pas sa bonne qui doit être aux petits soins pour lui. Pourquoi devrais-je bien le traiter? », pensait-elle.

Terence a posé son bras contre le mur, à côté de la tête de Carla. Bloquée entre son corps et le mur, il a commencé à s'expliquer : « Une bonne douche me revigore toujours comme ça. De plus, j'étais juste épuisé avant, donc bien sûr je peux marcher maintenant. Ou ai-je raison de supposer que la raison pour laquelle tu te plains est que je ne t'ai pas demandé de m'aider à sortir de la douche? »

« Toi... Tu devrais avoir honte! », a dit Carla en élevant la voix.

Se mordant les lèvres, elle l'a regardé avec mépris : « Très bien, puisque tu es revigoré, fais-toi seul ton pansement. Ne m'embête pas!

Sors de là. C'est ma chambre et je vais dormir. Laisse-moi tranquille. » Elle a ajouté : « Aussi, je veux que tu partes de chez moi demain matin. Nous sommes quitte maintenant. Au revoir! ».

Elle l'a repoussé et fermé la porte.

Terence n'a pas bougé d'un pouce. Il a souri et n'a rien dit.

« Qui sait ce que demain nous réserve? », s'est-il dit.

Le lendemain, alors que Carla dormait et que Sean était supposé être en chemin pour l'école, il a hurlé depuis le salon : « Carla! Carla! Dépêche-toi! Viens dans le salon! ».

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages