kifflire > Milliardaires > À couper le souffle

   Chapitre 3 Le professeur obstiné.

À couper le souffle Par LAURE PARRIS Personnages: 10814

à jour: 2020-03-26 00:23


« Debbie ! Debbie ! » une voix légère n'arrêtait pas d'appeler Debbie pendant qu'elle somnolait. Refusant de se réveiller, elle sentait sa manche se faire constamment tirer, mais plus elle l'ignorait, plus la voix et la pression étaient fortes. Elle a finalement abandonnée et s'est réveillée.

Bien qu'il était clair qu'elle était encore à moitié endormie, elle a tourné la tête vers Kristina. « Kristina... Tu ferais mieux d'avoir une bonne raison pour me réveiller... »

Ce qu'elle a vu comme réponse de la part de Kristina était son doigt pointé vers un endroit. Debbie a tourné son regard et a vu Marc absolument exaspéré debout sur l'estrade.

Le simple fait de voir le long visage de Marc était à son avis semblable à être éclaboussé d'eau glacée. 'Oh merde !' luttant pour récupérer ses esprits, Debbie a violemment secoué la tête puis s'est redressée.

Marc, le professeur qui se tenait devant elle, était considéré comme l'un des professeurs les plus obstinés de l'université. Debbie a alors sorti son manuel de son sac, l'a ouvert à la page appropriée et a lancé un regard glacial à quiconque osait rire.

Presque immédiatement, ses camarades de classe ont redirigé leur attention vers l'avant, faisant semblant de ne pas avoir réalisé ce qui s'était passé. Une fois la situation résolue, le professeur Marc a repris son cours.

'Oh mon Dieu, il a l'air tellement en colère...' Debbie a plongé ses mains dans ses cheveux avec regret. 'Je vais certainement échouer à son exam... '

Personne n'a essayé de se moquer d'elle. Tout le monde dans la salle, ainsi que dans toute l'université, savait que Debbie avait un passé très mystérieux.

Pire encore, elle était une étudiante scandaleuse car elle affrontait constamment les autres, fréquentait les bars et sautait les cours. Bref, elle avait fait bien des choses que l'université considérait comme inacceptables.

Au sein de l'Université de Cité Y, le règlement stipulait que les étudiants n'étaient pas autorisés à se teindre les cheveux de n'importe quelle couleur, à vernir leurs ongles ou à porter des bijoux extravagants sur le campus.

Cependant, Debbie ne s'en souciait pas : elle avait de longs cheveux teints couleur lilas et des ongles vernis couleur rouge vineux. Les professeurs de l'université étaient trop terrifiés pour la réprimander.

Il était surprenant qu'elle n'ait pas encore été expulsée de l'université. La raison en était qu'elle venait d'une famille puissante.

« Debbie Nian, » a dit froidement Marc, « explique ce qu'est la finance, s'il te plaît. » Le professeur connaissait bien les antécédents de Debbie. Emmett Zhong, l'assistant de Carlos, était en contact étroit avec Marc à l'université. Même Carlos lui-même était un ancien élève de Marc. En tant qu'enseignant responsable, Marc savait qu'il devait intervenir car il n'aurait pas permis à ses élèves, en particulier à Debbie, de se soumettre à ses vices.

Faisant semblant de regarder son livre, Debbie a donné un coup de pied au siège devant elle. Celui qui était assis sur la rangée de devant n'était autre que le délégué de classe, un étudiant qui n'obtenait que d'excellentes notes, Dixon Shu.

Avec ce signal, Dixon Shu a su ce qu'avait voulu dire Debbie et a rapidement tourné les pages du livre jusqu'à la page où la réponse était écrite, puis l'a glissé sur son côté gauche pour qu'elle puisse la voir.

Un sourire satisfait était gravé sur le visage de Debbie lorsque ses yeux ont pu visualiser la définition. Beaucoup la regardaient, puisque sa beauté était publiquement reconnue.

Elle possédait les traits que chaque fille désirait, une peau parfaite et claire, une paire de grands yeux innocents, un nez avec un beau profil et des lèvres rouges et douces.

Bien que le visage de Debbie était naturel et sans maquillage, son profil était toujours éthéré. Sans oublier que sa paire de longues jambes fines était un délice que tous les garçons admiraient.

Si seulement ses résultats scolaires étaient meilleurs, cela cadrerait parfaitement avec le titre de "Miss Université".

« D'accord, voyons voir... » Debbie s'est levée et a cligné des yeux en commençant à lire le livre de Dixon Shu. « La finance est un terme large qui décrit deux activités connexes: l'étude de la façon dont l'argent est distribué efficacement et... » »

En tant qu'enseignant expérimenté, Marc a réalisé la combine de Debbie, ce qui l'a scandalisé. « Ça suffit ! » la voix de Marc a explosé dans toute la salle et a effrayé toute la classe.

Les élèves ont vu comment leur professeur qui avait gardé toute sa colère sous contrôle pouvait la relâcher avec indignation.

Tout le monde avait peur et était vissé sur son siège, sauf Debbie, qui souriait à Marc et a demandé: « Professeur Dou, ma réponse est-elle mauvaise ? »

Alors, Marc a commencé à rougir de colère et Debbie n'a pu s'empêcher de regretter ce qu'elle avait fait et a commencé à lui demander pardon. « Monsieur Dou, ne vous fâchez pas contre moi. J'apprendrai la réponse par cœur avant la fin du cours ! » a promis Debbie. Elle craignait quand même certaines personnes et ce professeur était l'une d'entre elles, car elle savait que Carlos était l'un de ses anciens élèves.

En entendant les mots de Debbie, Marc s'est calmé et la couleur rouge a commencé à s'estomper de son visage. Dans son opinion, Debbie était une fille intelligente. Si elle se concentrait

uniquement sur les études, elle pourrait être une excellente étudiante. Mais en tant que professeur, il ne pouvait plus tolérer ses actions insolentes. 'Tu n'aimes pas étudier ? Bien ! Tu as échoué à de nombreux examens ? Bien !' Puis Marc a lancé un regard à Debbie. 'Mais je ne te laisserai pas échouer dans ma classe !' s'est-il juré.

« Si tu oses t'endormir à nouveau dans ma classe, Jeremias Han, Kristina Lin et Karen Zheng, les trois iront se tenir sous le drapeau ! » a annoncé Marc. « Tu as compris ? » Les trois personnes qu'il a nommées se sont plaintes dans l'incrédulité devant la déclaration de leur professeur.

'Pourquoi sommes-nous ceux qui souffrent alors que c'est Debbie qui a commis une faute...' ont-ils tous pensé de la même façon.

Marc a pris cette décision parce qu'il savait que Debbie était fidèle à ses amis. Faire du mal aux autres pour son propre bénéfice allait au-delà de ce que Debbie pouvait tolérer. C'était l'une des qualités que Marc trouvait dans son attitude.

Jetant un regard impérieux à son professeur Marc, Debbie a juré au fin fond de son esprit 'Mais pourquoi ? Tu es une espèce de petit... ! '

Debbie a levé la tête et a répondu avec confiance: « Compris, monsieur Dou. Vous ne me verrez plus m'endormir dans votre classe. » Debbie s'est rassise à sa place, a pris son stylo et a commencé à écrire dans le cahier qu'elle avait. Un regard de satisfaction apparaissait sur le visage de Marc, il pensait qu'elle prenait des notes, alors qu'en réalité, elle gribouillait.

Lorsque la sonnerie a retenti, Marc a prononcé ses derniers mots avant de rassembler ses affaires, et finalement, a quitté la pièce.

Les cours ont officiellement pris fin.

Au moment où Marc est parti, plusieurs garçons et filles se sont rassemblés autour de Debbie et ont commencé à exprimer leurs plaintes concernant leur professeur.

« Hé, Boss. C'est quoi le problème avec le professeur Dou ? » a demandé Jeremias. La frustration était écrite sur son visage. 'Pourquoi diable a-t-il choisi de nous punir à la place de Debbie ? C'est un homme étrange.' a-t-il pensé.

Avec une taille de 2 mètres 10, Jeremias était l'un des étudiants les plus grands de toute l'université. De plus, il était l'un des amis les plus proches de Debbie et un garçon généreux.

« Debbie, je t'en prie, ne te rendors pas dans la classe du professeur Dou... » s'est plainte Kristina en serrant le bras de Debbie et en agissant avec charme. « Je t'en prie... » L'autre amie de Debbie, Karen, avait de longs cheveux bouclés et un petit corps, mais elle était toujours pleine de charme.

« Debbie, en tant que Miss Dortoir 3301, je ne peux pas me permettre de perdre la face en public comme ça, d'accord ? » a déclaré Karen, qui s'était proclamée la plus belle fille du dortoir.

Pendant cette période, l'humeur de Debbie était mauvaise à cause de toute l'affaire du divorce et du baiser entre elle et Carlos. Le bruit qui l'entourait avait commencé à l'irriter, alors elle a pris son livre et l'a claqué contre le bureau, le son net du coup sur la table a résonné dans toute la pièce, laissant tout le monde sous le choc.

Tout le monde dans la pièce savait que s'ils regardaient en arrière, ils gèleraient en sentant le regard froid de Debbie se poser sur eux, alors ils se sont tous tus.

Sentant la tension de plus en plus forte dans l'air, Karen a parlé dans l'espoir de soulager l'atmosphère. « Hé, je viens de me rappeler qu'aujourd'hui il y a une grande promotion à la Plaza Internacional Shining ! Qui veux venir ? »

S'étant levée puis se dirigeant vers Karen, Debbie lui a fait un sourire éblouissant et a dit: « Je veux ! » 'Cela vient probablement du rouge à lèvres qu'elle a toujours voulu avoir...' Karen roulait des yeux avec espièglerie.

Comme elles étaient des amis proches, Karen et Debbie se connaissaient comme la paume de leurs mains.

Debbie se battait et se saoulait beaucoup; c'était un trait surprenant qu'elle ait été si intéressée par les rouges à lèvres. Elle ne s'inquiétait jamais des vêtements qu'elle portait puisque qu'elle était toujours habillée de manière décontractée. Cependant, elle était inarrêtable dans son intérêt pour la collecte des rouges à lèvres.

À la Plaza Internacional Shining.

Le groupe s'est réuni et a finalement atteint le centre commercial, dont l'intérieur débordait de tant de beauté. C'était l'un des plus beaux endroits à visiter dans cette ville.

Il se composait d'un groupe de sept bâtiments, nommés d'après les étoiles qui formaient la constellation de la Grande Ourse.

Les noms des bâtiments étaient Dubhe, Merak, Phecda, Megrez, Alioth, Mizar et Akaid.

Au sommet de chaque bâtiment, il y avait plusieurs lumières et lorsque la nuit tombait, les lumières s'allumaient de telle sorte que, si vous aviez une vue aérienne, vous pouviez voir comment elles formaient la constellation de la Grande Ourse. C'était certainement un spectacle impressionnant.

La conception de l'éclairage interne ressemblait a un ciel couvert de diamants, donnant l'impression aux visiteurs de marcher dans une mer d'étoiles. Il n'était pas étonnant que les gens soient tombés amoureux d'un tel complexe commercial, enveloppé dans une atmosphère unique avec la Grande Ourse. Par conséquent, c'était un lieu de rencontre célèbre où les gens de tout âges se réunissaient avec leurs amis pour observer de près les étoiles.

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages