img Captive d'un mafieux  /  Chapitre 3 Piégé  | 
Chapitre 3 Piégé
1572    |    05/10/2022

Non non ça ne pouvait pas être vrai. Je rêve oui c'est sûr j'suis entrain de rêver et dans peu de temps, je vais me réveiller. Je lève les yeux vers lui et je vois qu'il est sérieux. Je jette un œil à Chloé bah la demoiselle tire tranquillement sa cigarette comme si rien n'était. Le petit groupe de filles au loin me lance des regards compatissant comme pour me dire que c'est vrai....non....

Moi : vous faites erreur sur la personne...moi j'suis là pour du travail, un vrai en tant que touriste.

Il éclate de rire, et a gorge déployée enfaite.

Radolf : oui ma grande, tu vas bien faire du tourisme mais sexuelle ! A-t-elle oublié de dire ce mot ? C'est très Vilain Chloé !

Celle-ci rigole simplement avec d'écraser sa cigarette. C'est donc vrai... elle m'a menti , elle m'a fait croire que j'aurai un bon travail alors qu'il s'agit de la prostitution.... elle m'a manipuler depuis le début et moi , comme une idiote je l'ai crû . Je l'ai fait confiance.... J'ai quitté mon pays...mon père et surtout ma sœur malade... pour ça ?

Radolf : bon assez plaisanter, Toi là !

Dit-il en désignant une des filles du groupe. Elle s'approche tout doucement.

Radolf : emmène la nouvelle dans votre dortoir, habille là bien si tu vois ce que je veux dire.

La jeune fille hoche la tête et s'approche de moi.

Chloé : je commence à devenir une pro , fait attention Radolf je pourrais prendre ta place.

En plus elle se vante.... je vais lui montrer moi !

J'enlève mon bras de la fille et cours vers Chloé, je la plaque au sol et lui donne des gifles et des coups.

Moi : SORCIÈRE, JE VAIS TE TUER !!!

Je lui inflige des gifles bien appliqué. Elle me tire les cheveux en se débattant mais n'y arrive pas.

Chloé : BON SANG, FAITE QUELQUES CHOSES ENLEVER CETTE FOLLE DE LÀ !!! se débat-elle

C'est alors que des mains viennent me saisir, me détachant d'elle.

Moi : LAISSER MOI JE VAIS LA TUER !! LACHEZ MOI PUTAIN !!!

je me débats mais les deux hommes semblent insensible à mes cris

Chloé se lève maladroitement et se tient le nez endoloris. Elle saignait, au moins je l'ai laissé un cadeau.

Chloé : salope !!! Tu vas me le payer, sache qu'on ne s'en prend pas à plus forte que soit.

Moi : ordonne qu'on me lâche et je serai curieuse de voir ce que tu vas me faire !!

Chloé : patience, ton tour viendra.... Dit-elle avec un sourire malsain.

Radolf : ça suffit, emmené là dans la cellule de correction, elle n'est pas chez elle ici ! Dit-il froidement. Les hommes m'ont emmené dans la sois disant cellule. Ils m'ont jetter à l'intérieur comme un vulgaire jouer. Avant de fermer la cellule à clé. Dans quoi je m'étais mis seigneur.... comment j'allais m'en sortir ? Qu'allait-il faire de moi ? Je fondais littéralement en larmes. Je n'ai rien demandé moi ... pourquoi j'ai été aussi stupide. Comment j'allais travailler comme tourisme si je ne connaissais même pas la ville. J'ai été idiote ! Elle m'a même pris mon téléphone avant d'arriver ici , je comprends tout maintenant.....****

Je ne sais pas depuis combien de temps que je suis là.

.... : Hé pssss

Je lève mes yeux vers la porte de la cellule. C'est la jeune fille de toute à l'heure. Celle du groupe de filles qui avait reçu l'ordre de m'emmener dans leur sois disant dortoir.

.... : Tiens je t'apporte à manger !

Moi : non merci je n'ai pas faim ! Dis-je froidement. Elle me regarde puis soupire. Elle s'assoit devant ma cellule.

.... : Tu t'appelles Angelica pas vrai ?

Moi :.....

.... : Moi je m'appelle Patricia, tu sais je sais ce que tu ressens... Nous sommes toutes passés par là. On est pas d'ici , ils ont fait la même chose à chacune de nous et cette... Chloé . On a tous été ravie que tu lui aïe donné une bonne leçon dont elle se souviendra pendant longtemps !

Je m'autorise à lever les yeux vers elle. Elle abordait un sourire triste.

Moi : est-ce que vous... vous vous prostituée ?

Patricia : oui. On a pas tellement le choix tu sais. Soit c'est ça soit c'est la mort de nos familles et nous ! Si je peux te donner un conseil, ne leur tiens pas tête si non tu pourrais le regarder , ces gens n'ont pas peur de tuer surtout le grand patron. C'est un dangereux mafieux.

Homme : HÉ toi dégage de là, qu'est-

ce que tu lui marmonne !

Un homme venait d'arriver, il l'a saisit et lui sors de la pièce.

Que je ne leur tienne pas tête ? Je refuse de me prostituée et même si je dois mourir pour ça ! Ils n'auront qu'à me tuer .

Je n'ai pas touché à leur nourriture. Si je dois mourir je préfère que ça soit de faim .

PDV inconnu.

Je me tenais dans mon bureau , dialoguant avec mon conseiller quand j'ai reçu l'appel de Radolf. Me disant que la fille venait d'arriver. Il me demandait ce qu'il devait faire d'elle car elle s'est montré très hostile.

Moi : dresse là , tu as carte blanche ! Lui dis-je sur le ton dont tout le monde me connais. Froid et sec.

Radolf : oui boss .

Je raccroche et regarde mon ami Léo qui me regarde un Sourcil levé.

Léo : qui va t-en dressé Mr Salvador ? Dit-il avec son sourire qui a le don de m'agacer.

Moi : la fille, elle a été livré !

Léo : oh dois-je en conclure que c'est une rebelle ?

Moi : apparemment, j'irai voir la position dans un ou deux jours.

Léo : je vois !

J'espère que mon argent en vaut la peine. Je n'aime pas sortir perdant dans une affaire surtout quand il s'agit de maille .

PDV Angelica.

La même jeune fille est revenu, euh Patricia si je me souviens bien.

Elle m'a conduit dans une sorte de chambre et m'a donné des vêtements.

Patricia : mr Radolf veut que tu mettes ceci !

Je regarde les vêtements et c'est dégoûtant ! Cette robe est beaucoup trop vulgaire ! Il ne couvre rien du tout, je ne peux pas m'habiller comme ça.

Patricia : Angelica tu ferais mieux d'obéir , c'est dans ton intérêt....

S'ils pensent que je vais mettre ça, c'est mal me connaître !

Moi : oui ...oui je sais ! Où irais-je après ?

Patricia : tu iras le rejoindre dans son bureau où tu .... recevra des consignes...

Moi : ok où est son bureau...?

Patricia : tu n'as rien derrière la tête j'espère ?

Moi : non bien-sûr que non

Patricia : deuxième porte à gauche !

J'ai pas une mais pleins d'idées !

J'attends qu'elle me laisse me changer pour aller dans le bureau de Mr !

Je frappe tout de même avant d'entrer, j'ai été bien élevé tout de même.

J'entends un " ENTREZ '' et j'entre à l'intérieur. Le bureau était sombre, une ambiance lugubre en tout cas.

Radolf : qu'est-ce que ??? Pourquoi tu ne t'es pas changé !

Moi : si vous aimez cette robe tant que ça, portez la vous même ! Dis-je en lui balançant ça , ce qui l'a énervé.

Radolf : je crois que c'est pas bien compris, j'ordonne tu obéi c'est aussi simple que ça si tu veux vivre !!!

Moi : je ne mettrai pas cette robe, je ne serai pas une prostituée !

Radolf : très bien , j'ai carte blanche de toute façon !

Carte blanche ? Qu'est-ce-qu'il veux dire ?

Il appuie sur un truc comme une sonnette. Deux hommes arrivent dans son bureau et me saisissent.

Radolf : où avais-je la tête, tu n'as pas reçu ta cérémonie de bienvenue ! Dit-il avec un sourire sadique .

Les hommes m'emmènent je ne sais où. J'suis vraiment suicidaire en tout cas....

Il m'emmène dans une sorte de sous sol , deux hommes me maintien par les deux bras et les deux jambes, qu'est-ce qu'ils vont me faire ?

Il y'avait une sorte de cheminée, il semblerait qu'il y forger quelque chose.

Radolf : ce rituel est pour les nouveaux arrivants têtu et rebelle comme toi . Je ne te cache pas que ça va faire un peu mal ....

Je commençais vraiment à paniquer...

Il tire quelque chose sur le plateau chauffant, une sorte de broche. Broche en forme d'étoile brisé un peu comme un cœur brisé. Tenant ce machin grâce à son fil , ce truc sort tout droit du feu , me dites pas qu'ils vont me brûler Avec ???

Moi : euh..non non c'est bon , je vais mettre cette robe .. ne faites pas ça svp ... je vais la porter cette robe mais laissez moi.

Radolf : tu ne retiendrai pas la leçon si non , nous allons te faire un tatouage spécial. Un des gardes relève mon t-shirt. Il approche l'objet forger de moi , oh mon Dieu je vais mourir c'est sûr....

Je me débats , je pleure, je cris de toutes mes forces mais en vain.

L'objet chauffant se pose sur ma peau nu , j'ai senti comme un poignard en plein cœur.

_AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

            
img
img
  /  1
img
img
img
img