kifflire > Romance > En attente d'une fille comme toi

   Chapitre 2 Il doit partir avant que le lever du soleil

En attente d'une fille comme toi Par PASCALE LAVIGNE Personnages: 20240

à jour: 2020-03-26 00:12


Cela rendait Carla folle. « Je ne sais quoi faire de cet homme. Comment pourrais-je le ramener à la maison comme ça? C'est bizarre et inapproprié. En le regardant, elle a cru que ce n'était définitivement pas une bonne idée, et une pensée lui a traversé l'esprit : « s'il est un criminel? Peut-être qu'il aurait un casier judiciaire. » En le regardant, Carla a remarqué qu'il y avait des taches de sang sur sa chemise. « D'après ce que je peux voir, ce doit être une sorte de criminel », a-t-elle pensé. En le revoyant, son esprit s'est déchaîné : « Pourquoi ces gens le poursuivaient-ils? Il a dû faire quelque chose d'assez horrible pour leur donner envie de le tabasser aveuglément. »

Jetant un coup d'œil autour d'elle, Carla a hésité et a pensé : « Parmi tant de personnes dans le monde... Pourquoi cela doit-il m'arriver? ». En fait, sa mère l'avait avertie de ne jamais s'impliquer avec ce genre d'hommes. Sa mère avait dit : « Ces hommes vous prendront tout votre argent, vous laisseront sans abri et le cœur brisé ». Carla croyait à sa mère, c'est pourquoi elle n'avait jamais affaire à des hommes comme ça, jusqu'à ce moment-là.

« Et si ces gens reviennent? Et s'ils voyaient mon visage et décidaient de me poursuivre? J'espère qu'ils ne pensent pas que je fricote avec cet homme ni avec ce qu'il a fait. » Les yeux de Carla se sont écarquillés à l'idée que ces hommes pourraient la poursuivre.

Elle ne savait rien de cet homme, mais elle savait que le ramener chez lui pouvait provoquer des tracas. L'idée qu'il soit chez elle lui faisait frissonner. « Pour ce que j'en sais, il pourrait aussi bien être un meurtrier. »

Carla voulait vraiment lui porter secours car c'était l'une de ses qualités. Elle avait un cœur d'or et était toujours prête à donner un coup de main à celui qui en avait besoin, mais autant qu'elle voulait aider cet homme, elle savait qu'elle ne pouvait pas. Elle avait un petit frère de dix ans à sa charge et ne ferait jamais rien pour mettre sa vie en danger.

Les parents de Carla étaient prématurément décédés, alors que son frère n'était qu'un nourrisson. Depuis lors, Carla était devenue sa mère et sa sœur en même temps, puisqu'ils n'avaient pas d'autres parents proches dans la ville, elle devait prendre soin de lui.

Lorsque Carla essayait de faire descendre cet homme de son scooter électrique, elle a entendu une voix familière derrière elle dire : « Quelle surprise, Carla! Vous avez finalement ramené un garçon chez vous. C'est votre petit ami? ». Voir Carla avec un gars était quelque chose d'inhabituel. Carla n'a jamais eu de petit ami, car elle était toujours occupée par quelque chose. Elle jonglait toujours avec le travail, s'occupait de son frère et travaillait dur pour rembourser ses dettes. Donc elle n'a jamais vraiment eu le temps d'avoir un petit ami. Avant de pouvoir se retourner, elle a entendu cette dame lui dire : « Pourquoi ne l'emmenez-vous pas en haut pour prendre un café ou autre chose? Je suis sûr que votre frère adorerait le rencontrer. »

Se tournant pour voir de qui l'interlocutrice, Carla a pensé désespérément : « Oh non, c'est Jena Wang. Je ne peux pas me débrouiller de cette femme pour l'instant. » Jena venait de terminer sa tournée habituelle autour du bloc et c'est à ce moment qu'elle les a répérés. Jena était sans conteste une très jolie femme. Elle avait de longues jambes minces et bronzées et une taille très fine, mais elle était incapable de garder son nez hors de la vie des autres même si elle essayait.

Jena a commencé à marcher vers Carla avec un grand sourire alors qu'elle voulait rencontrer son nouveau petit ami.

« S'il vous plaît, Jena, ce n'est pas le bon moment. », a dit Carla. Elle avait l'intention de le traîner dans une allée entre les deux bâtiments, derrière les bennes à ordures, et de le laisser là. Cependant, Carla ne pouvait plus poursuivre son plan, car elle savait que Jena verrait ce qu'elle s'apprêtait à faire.

« Ce n'est pas mon petit ami. Pourquoi pensez-vous cela? », lui a demandé Carla. Jena pouvait voir une légère irritation dans son ton. « Mais s'il vous plait! Carla... C'est évident. Vous savez, il est tout à fait normal de ramener un homme chez vous. Vous n'avez pas à être timide à ce sujet. », lui a dit Jena.

« Je suis contente que vous ayez trouvé quelqu'un, Carla. Vous faites tout cela depuis longtemps et vous avez vraiment besoin d'une pause. », a ajouté Jena, avec un grand sourire aux lèvres. « J'aimerais que ce soit vrai. », a pensé Carla. Après avoir dit ce qu'elle avait besoin de dire, Jena a souri à Carla. Elle a ensuite pris une gorgée d'eau, s'est retournée et a commencé à marcher vers les escaliers.

Puis Jena s'est arrêtée et a tourné la tête avec l'intention d'ajouter un mot. Carla a roulé des yeux et a pensé : « Qu'est-ce qu'elle va dire? ».

« Ne restez pas trop longtemps dehors. Dans les prévisions metéorologiques, ils ont dit qu'une tempête allait arriver. », a déclaré Jena avec un clin d'œil.

« Je vous verrez plus tard. Amusez-vous! » elle leur a crié dessus en gloussant et a disparu dans les escaliers. Carla lui a souri avec raideur lorsqu'elle est partie et a pensé : « Dieu merci, elle est partie! ».

Quand Jena l'a vue avec son « petit ami » à l'extérieur du bâtiment, la tête de l'homme était sur l'épaule de Carla, et comme il faisait assez sombre, elle ne pouvait pas du tout voir son visage, et c'est pourquoi Jena pensait qu'ils « bécotaient ».

Dès que la femme est partie, Carla a placé le bras lourd de l'homme autour de son cou et a essayé de le retirer de sa motocyclette. « Pourquoi êtes-vous si lourd? », lui a-t-elle dit.

« Suis-je stupide? Pourquoi je fais tout ça pour un homme que je viens de rencontrer?

Pourquoi je fais tant pour cet homme? Je l'ai sauvé de la traque et de la mort d'une sorte de gang, et maintenant je dois le transporter dans un endroit sûr. Si je le ramène à la maison, il nous mettra tous les deux en danger, Sean et moi. Il fallait juste le laisser quelque part et oublier qu'il a même existé. »

Son esprit a recommencé à tourner : « Je ne suis pas comme ça. Je ne pourrai jamais me pardonner si je le laisse mourir quelque part. »

Alors Carla a commencé à la recherche de tout type d'identification, et quand elle a trouvé son portefeuille, elle a essayé de rechercher son nom, mais n'a rien trouvé. En le fouillant, elle a remarqué que Terence n'avait rien de valable avec lui, mais quelque chose de plus important envahit son esprit : « Cet homme m'attire-t-il? ». Puis elle a arrêté sa façon de penser avant d'enfoncer. Carla s'était toujours promis qu'elle trouverait un homme qui pourrait la soutenir financièrement, et elle voulait qu'il soit attrayant, charmant, romantique et l'aider à aller loin dans la vie. Son esprit est revenu à la réalité de l'homme inconscient devant elle : « Est-ce que cela me fait vraiment douter de mon futur âme sœur? Les paroles de Jena auraient-elles pu m'affecter? ».

« M'ont-elles affectée? », s'est-elle dit doucement.

Carla n'arrivait pas à croire qu'elle pensait si profondément à un homme qu'elle n'avait jamais rencontré auparavant. Sa tête commençait à lui faire mal à cause de toutes ces pensées. Elle a donc décidé qu'elle devait prendre le risque et le ramener à la maison jusqu'à ce qu'il aille mieux. Elle savait que le laisser quelque part ne serait pas la bonne chose à faire. Peut-être même commençait-elle à avoir des sentiments pour lui.

Carla s'est battue pour monter cet homme inconscient dans les escaliers jusqu'à ce qu'elle atteigne finalement la porte. Le tenant dans ses deux mains, elle n'a pas pu atteindre les clés dans sa poche, alors elle a donné un coup de pied dans la porte et a crié : « Sean, ouvre la porte! C'est urgent! ».

Carla se battait pour maintenir le corps de l'homme en place. Elle avait utilisé toute sa force et a mis tout son corps sur son épaule. « Allez. Encore un peu. », Carla a donné un coup de pied dans la porte et a encore crié : « Sean, dépêche-toi! ».

Sean lui a crié de l'autre côté de la porte : « J'arrive. Sois patiente! As-tu encore oublié tes clés? Cesse de donner des coups de pied et des cris, Carla. Il est tard et les voisins dorment! ».

Le garçon a couru à la porte le plus vite possible. « Allez, Sean! Ouvre la porte! » Carla lui a crié de l'autre côté de la porte. Il est finalement arrivé à la porte

et l'a déverrouillée, il était sur le point de laisser tomber une chaîne de cordes sur sa sœur, « Quoi... ». En regardant sa sœur transporter un homme, dont le visage était ensanglanté, Sean a immédiatement oublié ce qu'il allait dire. Il a perdu son latin

et son cœur s'était presque arrêté de battre, alors il se tenait là à regarder l'homme évanoui.

Sean n'avait que dix ans et n'avait jamais vu autant de sang auparavant, il était donc naturel qu'il réagisse comme de la sorte.

Carla l'a regardé : « Pourquoi tu te tiens là...? Aide-moi. ». Sean l'a regardée bouche bée. Il était sous le choc, mais il a réussi à prononcer un mot : « D'accord. »

Elle a traîné l'homme par les bras, car elle ne pouvait pas le porter plus loin. De la sueur coulait sur son visage rougi. « C'est le plus grand exercice que j'ai fait de toute l'année », a-t-elle plaisanté. Carla était simplement heureuse de ne plus avoir à le porter.

Sean a regardé par la porte pour voir si quelqu'un regardait ce qu'ils faisaient. La voie était libre. Il a fermé la porte derrière eux et l'a verrouillée. Sean a essayé d'aider Carla en lui attrapant les pieds de Terence. Après beaucoup d'efforts, ils ont réussi à mettre l'homme sur le canapé. « C'était un travail difficile. », a exhalé Carla et a essuyé la sueur de sa tête.

Sean a arraché son regard à l'homme qui était allongé là et a demandé à sa sœur : « Carla, veux-tu me dire pourquoi il y a un homme inconscient et avec un visage plein de sang allongé sur notre canapé? ». Puis il a commencé à la taquiner : « C'est le pourboire que tu as reçu lors de la livraison de pizza? ».

Elle a répondu d'un ton sarcastique : « Ha ha! Très drôle, Sean » Carla est allée aux t

oilettes, a pris un chiffon humide et a commencé à essuyer le sang de son visage. « Tais-toi! Vas chercher la trousse de secours tout de suite! », Carla a instruit son petit frère.

« C'est tellement excitant. Notre maison est devenue un hôpital. J'ai toujours voulu être médecin. », a déclaré Sean avec un sourire large jusqu'aux oreilles.

Il restait debout et regardait l'homme allongé sur le canapé. Son imagination débordante lui disait comment cet homme s'était blessé. « Sean, la boîte à pharmacie! » Lui a crié Carla. Il est sorti de sa rêverie et a couru chercher la trousse médicale.

Carla a essuyé tout le sang sur le visage de Terence, puis a enlevé sa chemise, qui était également pleine de sang, et l'a mise dans la machine à laver. Puis elle a pris une couverture dans le placard et l'a posée doucement sur lui.

Carla l'a examiné pour déterminer la gravité de ses blessures. Il s'est avéré que Terence ne souffrait que quelques coupures et ecchymoses, mais rien de trop grave. C'est alors que Carla a remarqué ses traits du visage et la forme proéminente de sa mâchoire.

« D'accord, il a l'air d'aller mieux mainatenant. Sean, je n'ai plus besoin de toi ici, alors retourne dans ta chambre maintenant et termine tes devoirs. Ne me force pas à te le répéter. »

« Mais, Carla... Je veux rester ici quand il se réveillera. », a répondu le garçon. Elle s'est tournée pour le voir et, d'une voix sévère, elle a dit : « Il n'y a pas de mais, Sean. Allez, et que ça saute. »

Sean lui a obéi et s'est rendu dans sa chambre. Il avait besoin de terminer ses devoirs et de dormir car il avait école le lendemain matin.

Pour une raison étrange, Carla n'était pas du tout fatiguée. Elle voulait juste s'asseoir et attendre que l'homme se réveille.

Quelques instants plus tard, elle est rapidement allée vérifier si son frère dormait et est retournée tranquillement vers le canapé où l'homme était couché. Comme il n'y avait personne autour, elle a commencé à contempler son visage et ses traits. Elle lui a piqué le nez et a essayé d'ouvrir ses paupières, juste pour vérifier s'il était toujours inconscient.

« Je me demande s'il a déjà subi une opération de chirurgie plastique sur le visage. », se demandait-elle.

En le voyant, son cœur a commencé à battre et son esprit a commencé à s'effondrer : « Regardez à quel point ses paupières sont magnifiquement sculptées et à quel point son nez est parfait. Ces lèvres doivent avoir été sculptées par les dieux eux-mêmes. Comment un homme peut-il être si parfait? ».

Elle se souvenait encore du moment où leurs yeux se sont croisés. Ses yeux étaient si séduisants et il pouvait vous faire faire tout ce qu'il désirait avec un seul regard. Carla n'avait jamais été aussi attirée par un homme, rien qu'en regardant ses yeux.

Puis Carla a détourné les yeux de son visage, a regardé son corps

et elle a pensé : « Comment pourrais-je ne pas remarquer son corps? Comment pouvez-vous avoir tout si parfait? » Cet homme semblait irréel.

Puis elle a gloussé timidement et a chuchoté : « Si seulement tu savais comment je te regardais. »

L'homme a commencé à bouger et le visage de Carla est devenue rouge comme une tomate à cause de la gêne qu'elle ressentait : « s'il m'a entendu? ».

Les yeux fermés, Terence a murmuré : « Aïe, qui me pince le visage? ». Quand il a ouvert les yeux, son cœur a failli tomber quand il a vu une femme le regarder.

Les yeux de Carla se sont élargis de surprise : « Oh, vous êtes réveillé! ».

Terence a essayé de se lever, mais sa tête était trop douloureuse : « Qui êtes-vous? Où suis-je? Où est ma chemise? », il a demandé, et après avoir senti sa tête, a ajouté : « J'ai l'impression que quelqu'un m'a frappé à la tête avec une brique. »

En regardant son visage en colère et ses sourcils arqués, Carla a été impressionnée par la splendeur de son regard. Elle ne pouvait pas s'arrêter de le fixer. « Comment pouvez-vous être encore plus attrayant lorsque vous êtes en colère? Est-ce même possible? ».

Puis Carla a essayé de le rassurer : « Chut, ça va. Vous êtes en sécurité maintenant. Je m'appelle Carla et j'ai mis votre chemise dans la machine à laver car elle était couverte de sang. Vous êtes chez moi. » Terence a scanné la pièce dans laquelle il se trouvait. C'était un grand salon, et les vêtements étaient éparpillés partout, même au sol, mais l'endroit était très confortable. Terence a alors fixé son regard sur Carla.

Quelque chose à propos de cette femme lui semblait familier, alors il s'est dit : « Est-ce la femme qui livre la pizza? ».

Il n'avait pas vraiment fait attention à elle auparavant, car il faisait sombre et il ne pouvait pas vraiment voir à quoi elle ressemblait. Il a légèrement bougé ses sourcils épais et s'est dit : « Elle est assez attirante, mais par rapport aux autres femmes que je connais, je lui donne une note de 3 sur 10 au plus.

Hmm, je vais vous donner un autre point pour sa jolie silhouette, 4 sur 10 », a pensé l'homme, Puis il l'a regardée dans les yeux : « Ses yeux sont très mystérieux. De qui je me moque? Je dois admettre qu'elle est magnifique. »

Carla l'a surpris en le regardant et a plaisanté : « Pourquoi me voyez-vous comme si j'étais un morceau de viande? » « Quoi? » « Êtes-vous surpris par ma beauté? ». Puis elle lui souri légèrement. C'était bizarre, mais Carla aimait quand il la regardait de cette façon. « Vous allez mieux. », a dit Carla avec un sourire sur son visage. Elle était assez habituée aux gens qui la regardaient de cette façon. Cela lui est toujours arrivée quand elle livrait des pizzas.

Comme elle commençait à se sentir un peu mal à l'aise avec lui qui la regardait tout ce temps, elle a décidé de se lever et d'aller chercher de l'eau pour Terence.

Elle ne savait pas que cet homme ne se contentait pas de la regarder, mais qu'il avait aussi autre chose en tête.

Elle est revenue avec un verre d'eau et le lui a tendu.

« Merci, mademoiselle », a cligné Terence en lui faisant un sourire très séduisant. Carla a failli fondre sur place.

Alors Terence l'a regardée directement et lui dit : « Bien sûr que vous êtes assez belle. Merci de m'avoir ramené chez vous et d'avoir pris soin de moi. Vous avez un cœur d'or pur. »

Les lèvres de la jeune fille se sont légèrement courbées lorsqu'elle s'est assise à côté de lui. Elle a pris une orange, a commencé à la peler et a répondu en plaisantant : « Merci, mais je ne suis pas la vierge de Notre-Dame. Vous n'avez pas besoin de me remercier. ».

Terence s'est tourné vers elle et lui a dit : « Écoutez, je ne dis pas merci souvent, alors quand je le fais, vous devez savoir que je suis sincère. « Bien que vous m'ayez menacé de vous aider à fuir, vous avez empêché ma motocyclette électrique de s'effondrer dans la rue, ce dont je vous suis vraiment reconnaissante. Pour cela, je ne dirai plus un mot sur votre " enlèvement " pour vous sortir de vos problèmes. », a dit Carla lentement.

« Bon sang, quand la vie des gens est en danger, ils feraient n'importe quoi pour survivre!

C'est alors que vous êtes apparu sous mes yeux. Maintenant vous me reprochez de vous avoir kidnappée? Pour me sauver la vie? Je devais le faire, je ne pouvais pas vous laisser partir comme ça... Je serais un homme mort sans vous. », s'est dit Terence.

Carla a continué sans sourire : « Cependant, vous réalisez que vous me devez beaucoup pour monter les escaliers, vous nettoyer et vous offrir un endroit sûr pour rester loin des gens qui vous poursuivaient, n'est-ce pas? Oh, et aussi pour vous avoir sorti d'une très mauvaise tempête et en plus de cela, ma commande de livraison est ratée et ruinée. » Après une pause courte, Carla a ajouté : « Vous avez promis de me rembourser dix fois la valeur de ma perte.

Nous devrons résoudre tous ces chiffres, n'est-ce pas? Les bons comptes font de bons amis, vous ne trouvez pas? ».

La jeune femme a fini tout ce qu'elle avait à dire sans même respirer, puis s'est rassise, a gloussé et a pris une tranche d'orange.

Les beaux yeux sombres de Terence se sont fixés sur elle et il s'est arrêté un bref instant. Ses lèvres minces se sont courbées sous un angle parfait et il n'a pas pu s'empêcher de sourire à la narration détaillée de Carla. Plus tard, il a levé sa main droite vers sa tête et a senti les bandages désordonnés qui l'entouraient. Alors qu'il touchait les bandages, il a ressenti une vive douleur dans la poitrine et s'est allongé sur le canapé.

Voyant son corps torse nu, il n'a pas pu s'empêcher de penser : « Je pourrais rester ici, mais je me demande quelle partie de mon corps elle a vue. »

Terence a écarté ses pensées et a répondu à Carla : « Puisque j'ai promis de vous rembourser chaque centime, vous avez ma parole. » Il a continué en disant : « Je souffre encore beaucoup. Je n'ai pas d'argent pour le moment, mais je vous promets de vous rembourser quand je le pourrai. » Puis il a commencé à se demander : « Et si elle me laisse rester plus longtemps? J'aimerais mieux la connaître. »

Carla n'était pas trop surprise par ce qu'il avait dit, car ce que sa mère disait des hommes comme lui venait à l'esprit, elle a donc répondu avec un léger sourire : « Hé, vous dramatisez maintenant. Vous n'êtes pas si blessé que ça. Cela ne peut pas être si grave. Au fait, juste en bas il y a un distributeur automatique 24h/24 et 7j/7. Vous pouvez retirer de l'argent là-bas. » Et elle a poursuivi : « Oh, et ne me dites pas que vous me paierez plus tard. À la première heure du matin, s'il vous plaît. Une fois que vous m'aurez rendu ce que nous avons convenu, vous pourrez partir. »

« Il doit partir avant le lever du soleil », a-t-elle pensé. Carla ne voulait vraiment pas que Terence reste plus longtemps que nécessaire, surtout s'il y avait des gens qui étaient à ses trousses. Elle devait se protéger en même temps que son petit frère.

« Mais attendez! », lui a crié Terence.

« Que voulez-vous? », a répondu la jeune femme qui s'est tournée pour le regarder. Au fond, Carla se sentait assez frustrée : « Qu'est-ce que vous voulez maintenant? ».

(← Raccourci clavier) Précédent Contenu (Raccourci clavier →)
 Novels To Read Online Free

Scannez le code QR pour télécharger l'application Kifflire.

Retour au sommet

Partages